UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Poussières d'amour | Page d'accueil | Représentation symbolique »

29/09/2006

Représentation = RE présentation

Aujourd'hui, il va falloir se décider à réfléchir un peu. C'est difficile quand on préfère la poésie à la philosophie, mais la méditation sur le sens des mots et des choses est indispensable si on veut remplir l'athanor du laboratoire.
Quand je pense à ce qu'est la représentation, c'est le Re qui me semble le plus important. Le re de re-produire, re-mémorer, re -connaître, re-voir, re-commencer. Ils sont tous là, et sans doute bien d'autres. Il faudrait le demander à Edgard Morin.
Celui qui n'a pas le RE du déjà connu, déjà identifié est un "absolument autre", qui ne peut se présenter directement car il est un étranger, un innommé, parlant une langue incompréhensible. Or, les possibilités de compréhension de l'esprit humain se limitent à une reconnaissance d'éléments déja appris et connus, même s'ils ne font pas partie de la mémoire consciente.
Généralement nos représentations sont une sorte de brassage de métériaux qui sont déjà là, plus ou moins bien identifiés. Mais, si on a le courage, comme le fit Jung, de descendre dans les profondeurs de la psyché, alors, c'est une autre histoire... pour une autre fois.

Ariaga

Commentaires

Il faut, à ce sujet, relire Kant, bien sûr.

Écrit par : Souplounite | 01/10/2006

Pourquoi couper les cheveux en quatre, monsieur Souplounite? Nous ne sommes que des 're' dites de nos parents, de nos sens et de nos essences, je suis d'accord. Il faut aller plus au fond, pour trouver l'après "RE", car le 're' n'est q'un alibi pour draper dans des mots nos carences. Il ne faut surtout pas se dissimuler derrière des auteurs, aussi prestigieux soient-ils. Pour l'instant nous n'en sommes qu'à un film d'huile à la surface de la mer, jeté en catastrophe pour calmer la tempête.

Écrit par : EPHEME | 01/10/2006

Sur les pas d'Ephème
Un des re du blog me met littéralement en transe bien qu'il ne soit qu'un re ou parce que ce re est à la fois, dans sa forme essentielle, le drapeau des civilisations techniciennes et sous sa forme de re la base comportementale des mêmes civilisations, depuis toute antiquité, hors les révolutions. Par exemple, au hasard : reconnaissance ne veut rien dire puisque quand on manifeste une reconnaissance de quoique ce soit, de dette, de jeu, d'honneur, ou de tout autre chose, ce ne sont que des mots sans poids, sans signification, feuilles mortes qui embellissent un décor, une situation.
Un des re ridicule qui ricane sous mon nez d'écrivant est "renaissance". Qui a vu de sa vie quoi que ce soit renaître ? Je vous le demande, restons sérieux. D'ailleurs, vous l'aurez remarqué, quand on vous parle de renaissance on discourt sur et on vous rabat les oreilles de ce qui n'a jamais existé sous sa forme présente.
Si j'ai éveillé une quelconque curiosité chez un lecteur égaré, il lui faudra attendre un nouveau coup d'exaspération, ce qui ne saurait tarder à se re-produire malgré mon grand âge. Noé.

Écrit par : Noé | 05/10/2006