UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Représentation = RE présentation | Page d'accueil | Souplounite et Ephème »

01/10/2006

Représentation symbolique

Pour continuer la réflexion sur la RE- présentation...
Les rêves sont une possibilité de contact avec une région étrange où se parle une langue incompréhensible. L'inconscient, cet Autre qui ne peut se présenter lui-même, délégue des ambassadeurs. Ces représentants symboliques vont donner une sorte de représentation théatrale. En effet, dans la plupart des rêves, on retrouve une certaine structure évoquant les différents actes d'une pièce de théâtre avec décors, dialogues et personnages amis ou ennemis. Le rêveur est spectateur ou acteur. Les scènes peuvent être surprenantes et défier les règles de la logique, mais les matériaux sont re-connus même si le sens de la représentation est confus.
La représentation est action quand les images sont décodées puis matérialisées. Jung, par exemple, a éprouvé le besoin de poétiser, dessiner, sculpter, bâtir la tour de Bollingen à des périodes de sa vie où il était assailli par des rêves et des visions. Il écrit dans Ma Vie :"Je devais en quelque sorte, représenter dans la pierre mes pensées les plus intimes et mon propre savoir … ."Il faisait oeuvre artistique en passant de l'immatériel au réalisé. En effet, la véritable démarche artistique se traduit par un acte personnel fort. L'artiste s'empare d'images imposées au Moi par l'Inconscient pour en faire un acte créateur qui n'est pas un RE mais une présentation originale.
Quand je pense à l'artiste et à la représentation je vois "présent" au centre du mot. L'artiste inspiré a reçu un don, celui de présenter aux autres quelque chose de nouveau qu'ils n'ont pas la chance de percevoir.

Ariaga

Commentaires

Je n'en suis pas si sûr, car le meilleur artiste n'est qu'un artisan qui qui va modeler les rêves, les phantasmes, les "non dit" ou le"presque dit du bout des lèvres", le regard ailleurs, d'un commanditaire reconnu ou non, qui curieusement libère le créateur de lui-même, resenti en creux, pour le remplir jusqu'à l'extase des rêves des autres, le gavant jusqu'à l'orgie de la plume ou du pinceau, léger de ses cancrelats qui grouillent sur ses toiles ou ses feuilles. La mongolfière s'élève dans le ciel, avec à son bord, en perruque poudrée, le peintre hilare badigeonnant par procuration les flancs rebondis de l'outre d'air.

Écrit par : EPHEME | 02/10/2006