UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2017

L' Oeuvre au Noir

alchimie,livre,citations,marguerite yourcenar,philosophie,spiritualité,jung,ariaga

Marguerite Yourcenar et son livre l'Oeuvre au Noir, qui est quasiment sorti tout seul de ma bibliothèque où il dormait depuis longtemps, m'ont donné à nouveau l'envie de partager sur ce blog. Je l'avais lu il y a...une bonne quarantaine d'années mais je viens de le relire et j'ai compris que...je n'avais pas compris ! Mais ceci est une histoire entre moi et Moi. 

Je n'avais pas vu que, à la fin du premier chapitre, à la p.20, la clef pour ouvrir la porte est offerte au lecteur. C'est le moment où Zénon, l'alchimiste auquel on demande avec qui il a rendez vous répond : " Moi-même ". 

Entre autres, deux moments du livre m’ont éclairée comme si je voyais une lampe brillant dans un noir où je me serais perdue. 

Dans le chapitre l'abîme il est écrit :

"Depuis plus d'un demi-siècle, il se servait de son esprit comme d'un coin pour élargir de son mieux les interstices du mur qui de toute part nous confine. Les failles grandissaient, ou plutôt le mur, semblait-il perdait de lui même sa solidité sans pour autant cesser d'être opaque, comme s'il s'agissait d'une muraille de fumée au lieu d'une muraille de pierre."(p.234)

Comment ne pas penser à Jung quand il disait que, pour lui, les murs entre le conscient et l'inconscient étaient plus transparents que pour d'autres ?

Toujours dans le même chapitre ces mots qui m'ont profondément touchée :

" La première phase de l'Oeuvre avait demandé toute sa vie. Le temps et les forces lui manquaient pour aller plus loin, à supposer qu'il y eut une route, et que par cette route un homme put passer. Ou ce pourrissement des idées, cette mort des instincts, ce broiement des formes presque insupportable à la créature humaine seraient rapidement suivis par la mort véritable, et il serait curieux de voir par quelle voie, ou l'esprit revenu du domaine du vertige reprendrait ses routines habituelles, muni seulement de facultés plus libres et comme nettoyées. Il serait beau d'en voir les effets. "(p.239).

Les caractères gras soulignent l'essentiel.

Ariaga

 Pendant ma pause, des textes et poésies ont été publiés sur le site C.G.Jung, rêve, alchimie, homéopathie.

 

 

 

 

 

 

 

 

21/02/2017

Vacances dans la tête

 

écriture,spiritualité,jung,vacances,quotidien,art,poésie

Illustration  (esquisse) Éphême

Amis du Laboratoire, je dois vous avouer que je sature. Le plaisir n'y est plus, la poésie me fuit, la spiritualité n'arrive pas à s'exprimer. Les difficultés de la vie quotidienne ont, pour le moment, pris le dessus. Je perds ma créativité et aussi, pire encore, je ne profite pas suffisamment des très beaux textes des blogs amis. Le caquetage mental me pollue.

Dans ces moments, que j'ai déjà connus, il faut savoir lâcher la branche ! 

Je vais donc prendre des vacances dans ma tête, d'une durée indéterminée, jusqu'à ce que je retrouve une forme digne de ce blog auquel je suis très attachée. Des vacances silencieuses ...

Ariaga

 

Les publications continuent sur le site C.G.JUNG, rêve alchimie, homéopathie.

 

 

18/01/2017

Dix portraits de chats

Ces derniers temps, l'état du monde m'avait un peu assombrie. Rien de mieux que les chats pour redonner la joie de vivre. C'est pourquoi, toujours dans l'esprit de la célébration des dix ans du Laboratoire, je vous propose dix portraits de chats . Ce sont chats que mon appareil a saisis au hasard des rues ou des maisons ; sauf la chartreuse qui est mienne. Sous une forme ou une autre, ils ont illustré des textes ou figurent dans l'album photo. 

Pour ceux qui préfèrent Jung aux chats, ou qui aiment les deux, je publie sur le site C.G.Jung, rêve, alchimie, homéopathie, un texte intitulé : Sauver la lumière de la conscience.

 

photos,chats,portraits,nostalgie,animaux,nature,ariaga,jung

Ariaga, chat aimez moi ...

 

photos,chats,portraits,nostalgie,animaux,nature,ariaga,jung

Ariaga, chat chandelier

 

photos,chats,portraits,nostalgie,animaux,nature,ariaga,jung

Ariaga, chat élégant

 

photos,chats,portraits,nostalgie,animaux,nature,ariaga,jung

Ariaga, chat à la fenêtre bleue

 

photos,chats,portraits,nostalgie,animaux,nature,ariaga,jung

Ariaga, noble chatte de rue

 

photos,chats,portraits,nostalgie,animaux,nature,ariaga,jung

Ariaga, chat regard saphir

 

photos,chats,portraits,nostalgie,animaux,nature,ariaga,jung

Ariaga, chat prudent ...

 

photos,chats,portraits,nostalgie,animaux,nature,ariaga,jung

Ariaga, chat en méditation

 

photos,chats,portraits,nostalgie,animaux,nature,ariaga,jung

Ariaga, chat en planque

 

photos,chats,portraits,nostalgie,animaux,nature,ariaga,jung

Ariaga, chat facteur

 

Pourquoi j'ai mis mon nom sous tous ces chats ? D'abord, comme je l'ai déjà expliqué, parce que je me fais piquer mes photos mais peut être aussi parce que, dans chacun de ces chats, il y a un peu de moi ...

Ariaga

01/01/2017

BONNE ANNÉE 2017

fêtes,photo,nouvelle année,philosophie,ariaga,amour

Photo Ariaga. Cornue alchimique.

 Avec cette image choisie parmi les dix ans du Laboratoire, je vous souhaite à tous, en cette période de fêtes et de renouveau de la lumière, d'avancer joyeusement sur la voie la meilleure pour vous et pour les autres. D'oublier les épreuves et de voir chaque jour comme une oeuvre de beauté. Que votre cœur soit rempli de paix, de force et surtout d'Amour.

Je vous embrasse tous amis lecteurs, connus ou inconnus.

Ariaga

09/10/2016

Déployer les voiles

écriture,poésie,philosophie,voyage,mer,photo,bateaux,spiritualité,jung

 Photo Ariaga

Déployer à nouveau les voiles du navire de la vie.

Les voiles carguées depuis trop longtemps.

Larguer les amarres et quitter le port si rassurant pour retourner au grand large.

Ce n'est qu’en affrontant les hautes vagues de l'océan que l'on peut aller vers le Grand Inconnu.

Ariaga

29/09/2016

Les dix ans du Laboratoire

anniversaire, laboratoire Éphême, art, poésie,spiritualité

À l'affiche, illustration ÉPHÊME, l'anniversaire des dix ans du Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie Spirituelle. Jouez les grandes orgues sonnez les trompettes !  Il y a eu de la joie, des peines, des hauts et des bas, de belles rencontres.

La date exacte du premier texte paru était le 27 septembre 2006 et j'avais écrit un tout petit poème que je vous propose à nouveau aujourd'hui car il me semble qu'il donnait un peu le ton de ce qui s'est passé pendant toutes ces années.

Ne pas aimer les araignées
Une opinion
Mais décider de leur parler
Transmutation.

Je vous embrasse tous, amis connus et inconnus et je vous remercie pour votre affection et votre fidélité.

Ariaga

 

25/08/2016

Le chat attend une lettre

écriture,nostalgie,photos,chats,félins,courrier,pensées

Chat attendant le courrier. Ariaga.

Ce chat, photographié dans ma rue sur une boite aux lettres, m'emplit de nostalgie.

Il attend du courrier. Il va avoir besoin de l'infinie patience qui caractérise ces merveilleux petits félins. En effet, qui reçoit encore des lettres ?

Je parle de vraies lettres. Celles d'une écriture inconnue qui attisent la curiosité. Celles attendues, reconnues, ouvertes le cœur battant.  Celles qui arrivent, on n'y crois plus, après une très longue attente.

Les cartes postales qui font voyager.

Non je ne reçois plus de courrier manuscrit. Seulement des mails, SMS, coups de fil. Rien qui se déguste et je regrette. C'est probablement cela vieillir ...

écriture,nostalgie,photos,chats,félins,courrier,pensées

Le chat, lui, même si c'était interdit, à continué à attendre. Et il a eu raison, une lettre est arrivée ! Il faut toujours garder espoir ...

Ariaga

31/10/2015

Un regard

 

amour,poésie,écriture,philosophie,spiritualité,mort,fête des morts

 

Celui que j'aime dans un temps qui n'existe pas était un oiseau aux ailes trouées.

Franchissant une porte que l'on ne peut passer à deux, une porte vers ce lieu oublié d'où nous venons et où nous allons, il est parti le premier à la recherche d'une paire d'ailes neuves.

Au moment de franchir le seuil étroit, il s'est un instant retourné  et son regard me disait ne t'en fais pas je t'attendrai.

Ariaga

30/08/2015

Handicapé (bis,23)

 

DSC03627_2_2_2.jpg

Toi, le handicapé anonyme dont l'ombre rampe vers la porte et les couloirs sans fin de l'hôpital,

le regard cherche la lumière de la fenêtre,

je voudrais découper ton nom aux ciseaux des mots, aux ciseaux des sons, dans la langue des oiseaux des anciens alchimistes.

Handicapé, caché derrière le H, la hache qui a coupé le fil, il y a l'an, ces années que tu comptes et peuples de tes rêves. Hand est la main que je voudrais te tendre pour l'invitation au voyage. Au centre je devine Icare et son vol plein d'espoir. Je vois aussi la cape tissée d'amour pour t'envelopper et le cap qu'il nous faudra tenir pour arriver au but ultime, à la dernière station des vacances imaginaires.

Toi, l'anonyme que l'on promène du lit au fauteuil et du fauteuil au lit, ta chambre est la dernière station de notre train.

Je viens te chercher, nous venons te chercher car je ne suis pas seule. Tout l'été nous avons voyagé vers toi dans le seul but, par la force de notre rêve, par la force de notre amour, de t'emmener avec nous. Pas dans un pays lointain, pas dans des lieux grandioses, simplement descendre le petit chemin, juste à gauche du banc des premiers jours de l'été, et marcher tous ensemble sur la plage.

Tu penses, tu ne dis pas, les mots aussi sont partis, tu penses, je ne peux pas marcher, mon corps s'est absenté.

Ce n'est pas important. Tu es moi et les autres, tu es moi et je suis celui qui est assis dans le fauteuil devant la fenêtre.

P6271058_2.jpg

Tu es pieds nus et tu marches sur le chemin humide comme un enfant qui naît. Ce chemin qui conduit vers la mer. Sur la plage, le sable fin s'insinue entre tes doigts de pieds. L'odeur marine pénètre chaque pore de ta peau et la vague de la marée montante frissonne le long de tes jambes . Tu cours, tu danses dans la poussière bleue des gouttes d'eau. Tu n'es plus que sensations et le cri de joie qui monte à ta gorge nous le poussons tous ensemble.

Par une après-midi de fin d'été, dans un rayon de lumière, le long train de banc des vacances imaginaires est arrivé à destination.

Ariaga

29/08/2015

Train de bancs (bis,22)

 

Tout l'été, courageusement, le train de bancs des voyages imaginaires du Laboratoire du Rêve et de L'Alchimie Spirituelle a bravement circulé, utilisant comme carburant un mélange, parfois explosif, d'amour, d'amitiés hors du temps, d'apports en tous genres envoyés par des lecteurs dont certains n'ont pas de blogs. Aujourd'hui le train va partir, se servant de quelques photos pour nous emmener très loin...

M-C 1_2_2.jpg

Le train est devenu si long, à force d'accueillir chaque jour de nouveaux bancs, qu'on n'en voit plus le bout. (Photo Mariedumonde)

M-C 4_2_2.jpg

Et il faut toute la force de l'imagination des voyageurs pour le mouvoir grâce à son banc locomotive à roue unique. (Photo Mariedumonde)

M-C 2_2.jpg

Parfois le train s'arrête et, à la veillée, on se raconte des histoires de très antiques bancs dont le souvenir perdure dans les légendes. (Photo Mariedumonde)

virage_2.jpg
 
Et quand les voyageurs, abreuvés de bonheur, de mots, d'évasions en des mondes sans barrières, donnent trop de puissance à leur imaginaire les bans deviennent ivres et dansent dans les virages...(Photo Diane Debailleux)
 
Shambhala two.jpg

Et puis le train ralentit et, doucement, pénètre dans le Royaume de Shambhala au coeur du blog de Danae. Est venu le temps de la méditation, de la sérénité et de la lumière. Il ne lui reste plus qu'une étape à franchir, dans une mobile immobilité,  pour arriver à  l'ultime but de son voyage. (Création numérique Muttifree)