UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les matériaux des cathédrales | Page d'accueil | Un petit sac à dos »

04/06/2019

Enfermement

écriture,poésie,nostalgie,photo,laboratoire,enfermement,nature,ariaga

Photo Ariaga

Comme du sable, le temps glisse entre mes doigts.

Dans la dernière partie de ma vie, obsédée par l'idée de l’inaccompli je me fige dans la bulle de l'intellect.

La porte de la créativité et de la poésie se ferme.

Je ronronne dans le déjà fait que je cisèle à l'infini.

Et pourtant ... dans ce théâtre d'ombres quelque chose pulse encore.

Un grand désir de partager encore du vrai , du profond , dans ce Laboratoire déserté.

Être à nouveau en accord avec les vibrations de la vie et de la nature.

Entendre murmurer à l'oreille de mon cœur le vieil alchimiste compagnon de Jung.

Oui, amis de ma quête, aidez moi ...

    Ariaga

 

 

Commentaires

Bonjour Ariane,
arrivée à la fin de ta note je voyais cette photo de toi, que je t'ai "chipé" en 2009 (tu avais dû la mettre comme photo de profil ou dans un de tes articles).
Tu tournes le dos à l'objectif, tu es devant la mer. Le vent soulève tout doucement tes cheveux. On aperçoit tes lunettes, ce qui indique la direction de ton regard, qui se porte au loin sur la mer.
Appelle en toi cette Ariane là, Ariaga: celle qui se pose, qui se (re)pose, celle qui se laisse porter par le vent.
Son regard va loin vers le ciel, elle est "en accord avec les vibrations de la vie et de la nature".
Je t'embrasse, mon amie.

Écrit par : Ambre Neige | 04/06/2019

Bonjour, Ariaga. Te retrouver nous fait toujours tant plaisir ! Ne dis pas que la porte de la poésie se ferme, tu sais bien qu'elle est très versatile cette muse, un jour c'est oui, un jour c'est non. Rien n'est perdu ! Mais aujourd'hui, tu es seulement invitée à humer le vent de la vie à travers tous tes pores, et pourquoi pas, nous inviter à faire de même pour partager avec toi cette fantastique expérience. En effet, la VIE n'est qu'expérience... Mais quelle expérience FABULEUSE ! N'est-ce pas ? Nul besoin d'être alchimiste pour la goûter. Il suffit d'être un enfant de la Terre, juste là, ici-maintenant...

Écrit par : Mayalila | 04/06/2019

Les mots, la poésie sont toujours là en nous même si parfois, ils se cachent dans un recoin du cœur.. Vieillir n'est certes pas facile mais chaque jour, pour ma part, je trouve un petit bonheur que ce soit dans mon jardin, dans l'écriture, dans ma cuisine, vers l'océan... juste exister , aimer, regarder, nous sommes vivants, et profitons des beautés qui s'offrent à nous.

Écrit par : Sedna | 04/06/2019

@ Ambreneige, c'est amusant, hier, dans mes milliers de photos, j'ai recherché cette photo à laquelle je pensais pour une future note et je l'ai retrouvée. Je l'utiliserai en pensant à toi.

Écrit par : Ariaga | 04/06/2019

Aimer, écouter, regarder, toucher, sentir, goûter, donner, recevoir, partager, la vie tout simplement ... heureuse de te revoir.

Je t'embrasse.

Écrit par : Maria-D | 05/06/2019

Retrouver le contact avec la nature, oui, car elle est toujours en mouvement, toujours changeante, exactement comme notre "nature intérieure"...
S'émerveiller d'un rien, d'une fleur, d'un rayon de soleil...ou d'une bribe de rêve...qui nous reste au réveil...
Car c'est la "même chose" en fait.

S'ouvrir à ce qui "est", sous nos yeux...ou dans notre âme...et fermer le robinet de "l'intellect" qui sait d'avance...et qui nous empêche de "voir" ce qui est vraiment...en plaquant dessus des idées, des concepts...qui ont (ou qui ont eu) leur valeur et leur utilité...mais qui ne conviennent plus.
Oser "tout remettre en question"...vraiment "tout"...

Voilà. C'est le seul "secret" pour continuer à se sentir "vivant"....;-)
Enfin, c'est le seul que je peux te donner...Ariaga.
Bises.

Écrit par : La Licorne | 05/06/2019

le ferme me ment par moment
je ne peux assurer ma prise sur les choses qui m'échappent , point de maitrise mais pas non plus de méprise
ce n'est pas que plus rien n'a d'importance mais que tout se mêle un peu étroitement , discrimination et différentiation non pas seulement pour sortir de cette bulle de confort certes mais aussi occasion d'évasion dans l'imaginaire.

Je pensais chère Ariaga en regardant ce cliché que ces structures à priori pas gonflables mais semi rigides dans lesquelles s'insèrent volontairement à des fins ludiques enfants comme adultes leur procuraient de nouvelles émotions et sensations et un rapport différent au monde.

Je pensais à des amis cloitrés et aux trois mois que je viens de passer largement chez moi et je comprenais la fermeture (oh pas éclair) de la porte de la créativité et de la poèsie qui ne sont jamais sur commande mais interviennent dans des séquences particulières où le besoin s'incarne et où on extirpe de soi et de ses expériences ce qui veut bien venir , alors il faut continuer les échanges, les rencontres, je me suis redu compte que le repliement sur soi bien que parfois nécessaire pouvait aussi être la pire des choses.

Je t'embrasse et compte sur moi pour les échanges sans prolixité mais avec beaucoup de proximité tant ce que tu dis me parle.

Écrit par : Thierry | 05/06/2019

@ Mayalila, tes conseils sont précieux et ils arrivent au bon moment.

Écrit par : Ariaga | 05/06/2019

@ Sedna, il y a quand même des moments où la poésie se cache bien et, pour moi, c'est une nourriture indispensable qui doit descendre ou remonter, je ne sais, comme un cadeau. Il m'est impossible de me mettre devant une feuille et de me dire : je vais écrire une poésie ! Alors que cela est facile pour un travail "intellectuel".

Écrit par : Ariaga | 05/06/2019

@ Maria-D, merci d'être toujours là quand je sors ma tête du trou. Oui, je vais humer la vie.

Écrit par : Ariaga | 05/06/2019

@ la Licorne, fermer le robinet de l'intellect est la chose la plus difficile à faire.
Tout remettre en question, je crois que, par cycles, j'ai passé ma vie à le faire mais c'est de plus en plus difficile ... Merci pour ce commentaire si riche qui me fait beaucoup réfléchir (tu vois çà me reprend !).

Écrit par : Ariaga | 05/06/2019

Oui, ce sont des cycles...mais quand on quitte des certitudes, ce que j'ai constaté (sur moi-même), c'est qu'on a tendance à se raccrocher rapidement à d'autres...c'est un mouvement perpétuel de "détachements" successifs...qu'il faut entamer (sinon, on se "pétrifie" dans un stade donné).
Ne jamais s'arrêter sur un "savoir"...
(Y compris celui, très riche, que nous a transmis Jung :-)

Écrit par : La Licorne | 05/06/2019

Moi aussi je me rapproche doucement de la fin et la vie me paraît de plus en plus précieuse…..Il y a encore tant à faire….Toujours découvrir, écouter, ressentir…….L'expérience est là, le recul aussi et peut être même un peu de sagesse. Alors je voudrais te dire de profiter pleinement des heures qui passent….

Écrit par : daniel | 06/06/2019

Nous vieillissons depuis que nous sommes nés mais avec l'âge arrive l'expérience, celle là même qui nous fait prendre conscience de ne jamais désepérer, de garder la jeunesse d'esprit qui fait fit de tous les rhumatismes physiques, de toutes les "pannes d'inspiration" artistiques. Je te souhaite une journée lumineuse.

Écrit par : Chinou | 06/06/2019

@ Thierry, tu sais que je te lis toujours avec beaucoup d'attention, dans les lignes et entre les lignes.

Écrit par : Ariaga | 06/06/2019

La vie n'est que flux et reflux. La création libre (non menée par l'intellect), est tributaire de cette fluctuation. Savoir apprécier les moments de repli et y puiser les bonnes forces pour les instants d'ouverture, et surtout garder l'espoir.

Écrit par : Francine | 06/06/2019

Cette bulle me rappelle une chanson générique d'une série télévisée pour enfants. Sourire, Ariaga

"Le plus beau voyage en ballon
C'est celui que Pépin
Un tout petit gentil garçon
Vous fait faire un matin

Il fabrique en musique
Comme le ferait un magicien
Une bulle majuscule
Pour y loger ses petits copains

Et les voilà partis bientôt
À côté du soleil
Ils découvriront de là-haut
Le monde et ses merveilles

Et la brise les entraîne
Vers des cieux où ils rencontreront
Les tropiques de l'Afrique
Les cerises du joli Japon

Les tropiques de l'Afrique
Les cerises du joli Japon

Et Brigantine et ses amis
Le singe et le toucan
Heureux de voyager ainsi
Promènent à tous les vents
La bulle de Pépin"

Écrit par : Altaï | 09/06/2019

@ Daniel, tes conseils sont toujours bons et tu sais combien j'apprécie tes textes.

Écrit par : Ariaga | 09/06/2019

@ Chinou, oui mais quand la panne ressemble à un trou noir c'est plus difficile de faire repartir la machine.

Écrit par : Ariaga | 09/06/2019

je vais prendre le temps dans la journée pour penser à ta belle solicitation et çà tombe très bien sur mes questions en vie en ce moment où je perds tous ceux que je croyais être mes amis pensant , et bien non
ils sont arrivés à hissés leur orgueil et la pensée n'est que chiffon
alors
je laisse tomber ces gens là fatigue
de les avoir tant tenue dans la pensée
et aprés ..;
mais bon je reviens ce soir vers toi
je t'embrasse ma belle
de la grande douceur et laissez venir des choses vont venir d'elle même dans ce puits de quête qui n'a cessé dans ta vie
tu vas avoir de grande surprise
je t'embrasse

Écrit par : lamangou | 10/06/2019

Et bien Ariaga, dans "la dernière partie de ta vie", tu écris là un très beau texte qui touche à l'essentiel. Ce qui est beau dans l'existence, c'est, il me semble, de se "dénuder" peu à peu pour ne garder que la petite goutte divine qui habite en nous... Je t'embrasse, à bientôt. brigitte dans la dernière partie de ma vie aussi...

Écrit par : Plumes d Anges | 10/06/2019

j'ai eu 60 ans hier !!! oui le temps nous glisse entre les doigt !!!
besos
tilk

Écrit par : tilk | 11/06/2019

@ Tilk, 60 ans mais tu es un bébé !

Écrit par : Ariaga | 11/06/2019

Je suis actuellement en train de me dire que le monde des blogs est désertique en ce moment. J'ai une liste de blogs à visiter MAIS je m'aperçois que ces blogs sont muets ou supprimés de plus en plus. Je comprends que ce n'est pas facile d'alimenter les pages. 13 ans que je constate cela régulièrement. On se retrouve sur fb où l'on parle de choses plus intimes, moins sérieuses que sur nos blogs. Courage... Bonne semaine.

Écrit par : ELISABETH | 11/06/2019

Le temps nous file entre les doigts, oui, mais tant que l'on est capable de s'émerveiller et de goûter et de profiter des petites choses de la vie, c'est que la vie est là ! Ne pas penser à avant, mais à maintenant, savourer l'instant présent, ne pas se laisser happer par la grisaille et le blues, il y a encore tant et tant à faire et à découvrir ! tant d'amour à donner, et tant de sourires à partager. :-)
Je t'embrasse très fort, Ariaga.

Écrit par : Françoise | 11/06/2019

Déjà le clepsydre ne détient plus la clé
et de ce sable arrosé je ne fais plus ma rosée matinale
pourtant les gouttes d'inspiration perlent encore au bout de ma plume
qui parfois allume plus que des sourires dans mon regard
et me donnent une certaine impulsion à maints égards
mais cela n'a rien de facile, il y a faut des émotions
certaines viennent du plus profond de nous
comme des résurgences du passé
mais d'autres son suggérées par des situations externes
pas forcément extrêmes mais qui nous rendent attentifs
à la moindre petite chose en ce bas monde
a défaut de rouler dans notre bulle iridescente
il se peut que ce soit l'amorce d'une descente
qu'il faut alors accueillir comme elle vient
rien n'est totalement prévisible et tout peut nous surprendre
et même nous suspendre à des fils inconstants
il n'y a pas d'inconsistance dans l'existence
pour qui assume ses responsabilités en conscience

bon anniversaire à Tilk je précède d'assez peu comme des juvéniles

bises à toi Ariaga grande inspiratrice qui ne l'ignore pas

Écrit par : Thierry | 12/06/2019

@ Francine, j'aime ton expression : Savoir profiter des moments de repli.

Écrit par : Ariaga | 14/06/2019

@ Altaï, elle est charmante cette chanson. Merci !

Écrit par : Ariaga | 14/06/2019

@ lamangou, "laisser venir les choses", c'est un bon conseil.

Écrit par : Ariaga | 14/06/2019

@ Plumes d'Anges, je vais suivre ton conseil et garder cette petite goute divine. je viens de passer un beau moment sur ton blog.

Écrit par : Ariaga | 14/06/2019

@ ELISABETH, tu as raison mais c'est sur ce blog que j'ai partagé et que j'espère continuer à partager des choses qui ne sont pas pour FB qui est une sorte de tourbillon où tout va trop vite.

Écrit par : Ariaga | 14/06/2019

@ Françoise, Oui, ici et maintenant ...je sais mais on applique pas toujours ce que l'on sait.

Écrit par : Ariaga | 14/06/2019

Écrire un commentaire