UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2018

Une robe de poésie

écriture,poésie,image,photo,robe,Ariaga,arts

 Photo Ariaga

 

Sortant du taillis des mots, revêtue d'une robe de poésie, une image est venue vers moi sur la pointe des pieds, à la recherche d'un lieu où vivre.

Je lui ai dit, tu es tellement belle, et elle a rougi d’émerveillement d'être ...

Ariaga

07/04/2018

La vieillesse

Vieillesse-et-lumière.jpg

Photo Ariaga

 

Le fleuve de la vie

doucement ralentit

la montée de la sève

dans le corps se tarit

mais ce n'est rien amis

car dans le mot vieillesse

il y a toujours vie

il y a même liesse

ici et maintenant

sur le dernier rivage

pour celui qui attend

goutant tous les instants

la barque du retour

dans le cycle éternel

 

Ariaga

 

 

19/02/2018

L'esprit des profondeurs

poésie,alchimie,philosophie,photo,nature,jung,ariaga

 

C'est un frisson qui vient de l'intérieur

et qui vous tord le cœur

au delà de la peur.

 

Arrachés les grotesques lambeaux

d'un masque d'idéal

qui retenait le Dieu

dans le filet des mots.

 

Voici que remonte

hissé par la douleur

l'esprit des profondeurs

portant dans ses bras d'ombre

un enfant vêtu d'Or.

Ariaga

09/12/2017

L'écume des rêves

écriture,rêve,philosphie,poésie,pensées,art

 Peinture de Éphême pour illustrer un texte du site C.G.Jung : rêve alchimie,homéopathie

 

À la crête de la grande vague de l'eau des origines blanchit l’écume des rêves.

La vague est puissante, les embruns font pleurer, quand elle déferle sur les rivages de notre savoir et emporte les béquilles de la raison.

Ariaga

25/09/2017

Train à grande vitesse

écriture,philosophie,pensées,trains, voyage,Ariaga,Jung

 

Elle est la passagère d'un train qui va de plus en plus vite dans le paysage de la vie vers une destination inconnue.

Fascination, curiosité.

Le temps est précieux, les mots pleins sont  difficiles à extraire car enfouis profondément dans les strates de l'habitude.

Parfois vient le besoin de se saouler de diversions pour oublier l'extérieur que la vitesse brouille.

Peut-être qu'elle a de l'eau dans les yeux.

Parfois aussi s'installe l'impatience de l'arrivée ...où que ce soit.

Ariaga

11/08/2017

Rêveries à Vic en Bigorre

Quelques jours à Vic en Bigorre, charmante petite ville non loin de Tarbes, m'ont incité à de douces rêveries ...

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

Remplir ces jolis paniers de tant de mots d'amour pour l'humanité qu'il n'y aurait plus de place pour la haine et l'insulte.

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

Faire des rondes autour des grands arbres rouges d'une forêt métallique.

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

Partir à l’aventure sur un cheval de pierre vivifié par l'eau de la cruche alchimique. 

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

S'imaginer qu'il est revenu, le tant aimé disparu et que nous nous blottissons l'un contre l'autre dans la petite maison au bord de la rivière.

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

Se raconter des histoires à donner le frisson sur ce qui a bien pu se passer derrière ces volets clos. 

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

Et s'endormir, épuisée et ravie, sur un doux matelas végétal.

Ariaga

 

 

15/07/2017

Devenir un nouveau né

 

écriture,poésie,philosophie,alchimie,ariaga,rêve,mort

 

Laisser se dissoudre le vieux corps,

devenir un nouveau né qui tête aux racines de l'univers,

quand on vibre d'un si fort désir,

faut-il pour cela mourir ?

Ariaga

21/05/2017

Habiter les reflets

La vie est parfois trop dense alors j'ai eu envie de m'évader, juste un instant, dans un monde de reflets.

photos,art,philosophie,rêve,poésie,nature,ariaga,jung

J'ai plongé vers ma nouvelle maison dans la foret des mâts.

photos,art,philosophie,rêve,poésie,nature,ariaga,jung

Je l'ai décorée de fugitifs tableaux, oeuvre de la nature.

photos,art,philosophie,rêve,poésie,nature,ariaga,jung

J'y ai cueilli d’invraisemblables fleurs.

photos,art,philosophie,rêve,poésie,nature,ariaga,jung

J'ai rencontré des voisins, un peu "différents" ... qui m'ont enseigné l'amour de l'Autre.

photos,art,philosophie,rêve,poésie,nature,ariaga,jung

Et j'ai ouvert grand les volets de mes nuits sur la lumière du rêve.

Ariaga

 

 

 

12/05/2017

Dans le sillage de Ervin Laszlo

philosophie,science,spiritualité,photo,voyage,ervin laszlo,ariaga,poésie

Photo Ariaga

Toujours dans l'esprit de mes relectures scientifiques, la poétique  postface du livre de Ervin Laszlo : Aux racines de l'univers dont le sous titre est : Vers l'unification de la connaissance scientifique. Je n'ai pu respecter la présentation en médaillon ovale du texte et je l'ai remplacée par des à la ligne. Ariaga.

Viens, navigue avec moi sur une mer calme. Nous somme de minuscules vaisseaux qui fendent les eaux tranquilles. Les côtes sont brumeuses, l'eau est un miroir. Nous sommes des vaisseaux sur la mer, ne faisant qu'un avec elle. 

Les eaux de la mer gardent le souvenir de notre passage. Un fin sillage se développe derrière nous, se diffusant sur les eaux et se perdant dans les horizons embrumés. Les vagues se rencontrent tandis que toi, qui est aussi moi, parcours la mer qui est aussi nous. Ton sillage et le mien s'unissent et dessinent le reflet de ce qui est à la fois ton mouvement et le mien. D'autres vaisseaux - qui sont aussi nous - parcourent les mers, leurs vagues se croisent aussi, et la surface s'anime de vaguelettes et de rides. Elles sont la mémoire de notre mouvement - les traces de notre être.

L'empreinte que nous laissons sur les eaux crée un effet subtil qui se propage de toi à moi et de moi à toi, et de nous à tous les autres qui sont sur cette mer. Nous, qui somme aussi les autres, agissons sur chacun et sur tous les vaisseaux de la mer.

Notre existence séparée est une illusion. Nous sommes parties intégrantes d'un tout : Nous sommes une mer qui a un mouvement et une mémoire. Notre réalité est plus grande que toi et moi, plus grande que tous les navires de la mer, plus grande que les eaux sur lesquels ils naviguent. 

Ervin Laszlo

 Sur le site, j'ai publié un texte intitulé : Analyse du cas Nietzsche par Jung dans Psychologie de l'inconscient.

 

 

12/04/2017

Le vide et la création

michel cassé,philosophie,poésie,science,jung,ariaga,photo

Photo Ariaga

Depuis que ce blog est devenu plus "personnel" je vous fais part de mes humeurs et de mes goûts. Alors voilà, j'aime beaucoup certains scientifiques, en particulier les physiciens, astrophysiciens, mathématiciens. Il y a une condition : qu'ils soient aussi poètes avec, si possible une goutte de mysticisme. C'est une espèce assez rare mais il en existe.

J'ai choisi aujourd'hui de vous proposer la poésie que Michel Cassé, astrophysicien, a publiée à la fin de son ouvrage : Du vide et de la création. C'est un peu long mais je préfère la partager en entier. Il la présente ainsi dans son livre : "Si chacun pouvait dire sa genèse, voici en substance ce que serait la mienne".

 

Le vide est partout et toujours

Porteur de toutes les naissances

Puis vient le temps zéro

L'univers-oiseau insomniaque

Se retourne dans son nid de vide

Plasma rutilant il déploie ses ailes

Et l'espace se donne

Le temps s’écoule

L'énergie se matérialise

Tout est mélangé à tout

Dans la chaleur créatrice

Toutes choses sont ensemble

Donc les choses n'existent pas

Alors se déchire la robe sans couture du monde

Il y a genèse et il y a également meurtre

Meurtre du double antagoniste et mortel

Annihilation de l'antimatière

À la première seconde

Les particules se donnent un bal

Dansent dans les flammes

Sur la musique des lois

Volent et convolent

Volage, l'une est mise à feu par l'autre

Le bal de la chaleur

est redonné dans chaque étoile

Les étoiles fleurissent et meurent comme fleur

Elles cèdent au vent du ciel

Leurs essaims d'atomes ailés

L'atome porte au cœur le secret de sa brulure

Né Un, l'univers meurt multiple

Ainsi s'éteint la genèse.

Michel Cassé

 

Je ne peux m'empêcher en lisant ce texte de penser à certains passages Des Sept Sermons aux morts de C.G.Jung. Vous pouvez lire des textes sur ce sujet à la partie La relation Jung Nietzsche du site.

Ariaga