UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Photo et imagination | Page d'accueil | La porte vers ... »

10/08/2018

Les habitants de l'eau

 

voyages imaginaires,photo,louis-paul fallot,ariaga,rêve,poésie,nature,art

Photo Louis-Paul Fallot

 

Je propose que nous continuons le voyage d'été au Pays de l'Imaginaire avec une nouvelle photo de Louis-Paul Fallot. Pour laisser libre cours à l'invention je dirai juste que ce jaillissement d'eau me semble très habité ...

Ariaga

Commentaires

Effectivement, ce geyser semble être le refuge d'une créature, gentille ou asociale.. Je ne sais pas. Pour l'instant, je penche pour la première option

Écrit par : Sedna | 10/08/2018

L'art jamais ne nous dégoute quand on dégote sans mégoter de tels instantanés qui fixe pour un temps et pour toujours ces formes inspirées, que la nature est belle quand elle se livre et se libère, malgré les contraintes dans des figures qui nous semblent presque familières pas au point de faire des fresques mais d'incarner ce que nous suggère la vision
pas de saut carpé pour ces gouttes mais un profil distingué...

Écrit par : Thierry | 10/08/2018

J'aime beaucoup le travail et la modestie toute entière de Louis-Paul. On devine quelque créature énigmatique dans ce jaillissement soudain! Un bel instant figé qui nous interpelle!

Écrit par : alezandro | 10/08/2018

@ Sedna, une créature ? Moi, j'en vois plusieurs qui se cachent autour du roi des profondeurs qui nous tire la langue !

Écrit par : Ariaga | 11/08/2018

@ Alessandro, rien n'est figé, l'image jaillit et s’infiltre dans notre imagination ...

Écrit par : Ariaga | 11/08/2018

@ Thierry, c'est vrai, en te lisant je vois un profil avec un grand nez et une goutte au nez. Est-il enrhumé ?

Écrit par : Ariaga | 11/08/2018

Un E.T. ou plutôt I.T. jaillissant de l'eau …

Écrit par : Francine | 11/08/2018

En tout cas une bien jolie photo, très .... rafraîchissante ;-)
Gros bisous, Ariaga

Écrit par : Ambre | 11/08/2018

Éclat d’eau pure
des monstres se dessinent
éphémères figures

Écrit par : Maria-D | 11/08/2018

bonjour amie,

Ma toute première impression :

j'ai vu un hippocampe sachant que cet animal est capable de bouger ses yeux de façon indépendante,ceci peut être vu comme un message nous invitant à être conscients de tout ce qui nous entoure et des différentes situations par lesquelles nous passons.

et en plus il y en plusieurs paire d'yeux dans cette vision ! je crois que je vais méditer un peu.

je t'embrasse chère amie et bonjour à tous les amoureux de ce blog.

Écrit par : mariedumonde | 11/08/2018

Même si cette photo n'est pas de la même série que la précédente publiée sur nos deux blogues, ton titre est très judicieux. L'eau habite, oui…

Écrit par : Louis-Paul | 12/08/2018

On dirait une robe de mannequin de défilé. On y voit ce que l'on veut, c'est très rafraîchissant en plus. Merci pour ce petit rafraîchissement bienvenu. Bon après midi Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 13/08/2018

l'eau ruisselle et habille aussi
et cet habit si fugace
qui n'est que de surface
on le voit plus qu'on ne le sent
il est ouvert au vent
mais ça ne tracasse
sauf à vouloir y voir
une espèce de rascasse
alors oui on se fracasse
sur cette impermanence
de la plus belle...eau

Écrit par : Thierry | 13/08/2018

Un bel arrêt sur image en effet, bonne journée Ariaga

Écrit par : Joëlle | 14/08/2018

J'y vois un oiseau qui vient de sortir de l'eau et qui s'ébroue !!

Écrit par : daniel | 14/08/2018

saisir la scène au vol
sans se pousser du col
déclencher au bon moment
avant que ne vienne le rebond
et voir le filet sans maille
qui se décompose
ce n'est pas de l'osmose
mais quand on détaille
sans état second
pas de tourment
c'est du plus bel effet
on imagine un buste gracile
si on va au plus facile

Écrit par : Thierry | 14/08/2018

un hampe, un pichet, un bec d'amphore
qu'est ce donc...
rien qui ne nous trompe
mais inspire notre soif
d'inconnu en inconnue
l'eau régale mais dissout aussi

Écrit par : Thierry | 14/08/2018

@Maria-D, je vois que nous sommes partis , avec @Francine aussi, @ dans le monde des monstres. Mais je me demande , QU'EST-CE QU'UN MONSTRE ?

Écrit par : Ariaga | 15/08/2018

@ Thierry, je suis heureuse de voir que cette photo à ouvert chez toi une aussi belle veine poétique et que ton imagination si vaste jaillit, comme l'eau des profondeurs.

Écrit par : Ariaga | 15/08/2018

@mariedumonde, j'espère que tu as continué ta méditation philosophique si bien commencée dans ton commentaire. Moi aussi j'ai vu plusieurs paires d'yeux plus ou moins visibles.

Écrit par : Ariaga | 15/08/2018

@ Louis-Paul, grand merci pour les photos que tu as bien voulu me donner pour le Laboratoire. J'en ai encore une en réserve, tout a fait extraordinaire, que je garde pour poursuivre le voyage en beauté.

Écrit par : Ariaga | 15/08/2018

une masse surmonte des montants torsadés
elle s"appuie, ils soutiennent, dans une semi continuité
mais nous pourrions aussi y voir un poing dressé
alors qu"éclatent déjà les contreforts
nous voyons le mouvement qui se propage
dans une giration folle il disperse centrifuge

Écrit par : Thierry | 15/08/2018

Qui nous dira le secret des ondines ?
Pensées belles vers toi, Mon Ariaga

Écrit par : Kaïkan | 15/08/2018

@ Kaïkan, une ondine? Pourquoi pas ?

Écrit par : Ariaga | 17/08/2018

@ Daniel, je suis toujours étonnée par de que notre imaginaire projette dans ce que nous voyons !

Écrit par : Ariaga | 17/08/2018

@ élisabeth, c'est toi qui a le dernier mot, on y voir ce que l'on veut !

Écrit par : Ariaga | 17/08/2018

Dans l'eau delà, il n'y a pas
de ci delà des indécis qui mettent le holà
et quand se dresse et quand se presse
ce qui d'emblée est périlleux
on ne vas pas chercher une douce caresse
à la fontaine élaborée
parce que giclant à bonne hauteur
la masse ne reste pas longtemps compacte
a t on réellement signé un pacte
éclaboussé on ne l'est pas
mais contrit dans l'humilité
d'une beauté qui à peine commencée
déjà s'est muée en un autre objet
que pouvons nous désirer
sinon suspendre le temps

Écrit par : Thierry | 18/08/2018

Elle hante l'abîme des sources,
Les villes océanes
Enfouies depuis des millénaires...
En perles d'eau
Elles revient sur terre,
Crier son cri d'alarme!
"Le monde s'enterre
Le monde meurt
Sous ses ordures"

Écrit par : Marie Minoza | 18/08/2018

un monstre qu'est-ce ?
peut-être ce qui nous effraie parce qu'il nous échappe
peut-être qui sait ?

Écrit par : Maria-D | 18/08/2018

Écrire un commentaire