UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les habitants de l'eau | Page d'accueil | Les êtres des marais »

18/08/2018

La porte vers ...

Voyage imaginaire,photo,nature,rêve,art,philosophie,alchimie,Ariaga

 Photo Ariaga

Les forces de Dame Nature, secondées par les petits êtres de la forêt, ont creusé une porte qui ouvre vers l'inconnu. Qu'allons nous y trouver ?

Ariaga

Commentaires

Un mur ouvert:
Revêtir des ailes de fées
Et partir...
Trouver un monde de fleurs
Un monde de partage
Un monde d'amour
Où les rires dansent
Où les pleurs deviennent diamants
Un paradis sur terre!
Pourquoi pas?
Rêvons!

Écrit par : Marie Minoza | 18/08/2018

Le monde de Narnia peut-être..

Écrit par : Sedna | 18/08/2018

Dans la découpe dentelée
où la corrosion s'est insinuée
on voit l'effet du temps

Écrit par : Thierry | 18/08/2018

de l'autre côté
la vie en perspective
ici la rouille

Écrit par : Maria-D | 18/08/2018

Magnifique image... Mais il est important de faire taire le mental. On ne "trouve" rien ; et surtout, on ne se pose pas la question ! Tout est surprise, tout est miracle. Cette vision elle-même ne mérite-t-elle pas qu'on la contemple ? Qu'on s'y attarde ?

Écrit par : Aloysia | 18/08/2018

C'est une très belle photo, elle m'inspire mais les mots viendront plus tard car j'aimerais écrire sur cette image et sur ce que j'y vois. Mais il y a déjà le beau poème de Marie. Amitié.

Écrit par : Louis-Paul | 18/08/2018

ce n'est pas la rouille qui fout la trouille
au moment de passer de l'autre côté

Écrit par : Thierry | 19/08/2018

Couleur rouille
Le Cœur abimé
fissure de vie
Couleur verte
Le Cœur animé
espoir naissant

Écrit par : Louis-Paul | 19/08/2018

Le bois ne rouille pas en théorie.... Mais quand il s'ouvre sur les songes, et que l'avenir flou se laisse deviner au loin, bordé par la la fleur tendre des désirs, tout est possible.

Écrit par : ÉPHÊME | 19/08/2018

@ Marie Minoza, il est attirant ton rêve, et moi je songe à passe cette porte avec toi pour visiter ce monde si beau.

Écrit par : Ariaga | 19/08/2018

@ Sedna, je préfère un monde que nous inventerons ...

Écrit par : Ariaga | 19/08/2018

@ Thierry,il ne faut pas avoir la trouille de passer de l'autre côté, c'est juste différent...

Écrit par : Ariaga | 19/08/2018

@ Maria-D, J'aime ta vision.

Écrit par : Ariaga | 19/08/2018

Il ya toujours ce lien subtil entre l'observateur et la chose observée, c'est lui qui ouvre la porte des mondes

Écrit par : Marie-Christine Plumejeaud | 19/08/2018

surement de la beauté
muchos besos
tilk

Écrit par : tilk | 20/08/2018

@ Aloysia, tu as bien raison, on ne trouve rien car tout est déjà LÀ.

Écrit par : Ariaga | 20/08/2018

@ Louis-Paul, je ressens très fort ton petit poème. Merci et à bientôt avec ta prochaine photo.

Écrit par : Ariaga | 20/08/2018

@ ÉPHÊME, oui, tout est possible ...

Écrit par : Ariaga | 20/08/2018

la porte vers..... oui je la vois bien mais horizontale elle ne m'inspire pas la je la redoute.... de plus j'ai toujours eu le vertige bien que subissant une attraction au bord d'un précipice.
Si elle était verticale je m'y aventurerais sans hésiter, que faut il en déduire chère Ariaga ?

Tu vas me répondre à toi d'y réfléchir ?
je t'embrasse

Écrit par : mariedumonde | 20/08/2018

On peut tout imaginer, le pays des rêves est grand ouvert... Bises ensoleillées. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 21/08/2018

Mangée par le temps
la porte des étoiles
le passage qui dévoile
et ce flou lointain
dans l'arrière plan

Écrit par : Thierry | 21/08/2018

desquame ta gangue
mais ne tire pas la langue
les bords sont coupant
et la géométrie incertaine
mais de cet oculus
jaillit l'espoir
d'une autre mise au vert

Écrit par : Thierry | 21/08/2018

Un cœur plein d'amour !

Écrit par : daniel | 22/08/2018

@ Marie-Christine Plumejeaud, pour savoir qui ouvre la porte des mondes, je laisserai la porte ouverte ! Merci pour la participation à cette ouverture sur l'imaginaire.

Écrit par : Ariaga | 22/08/2018

@ Tilk, oui ami, on trouvera surement de la beauté et comme le dit @Daniel , peut-être aussi un cœur plein d'amour.

Écrit par : Ariaga | 22/08/2018

@ mariedumonde, j'ai réfléchi, et je pense que, te connaissant, tu as toujours été un être qui se dresse bien droit devant les obstacles et tu n'aimerais pas te baisser pour franchir une porte vers un lieu de tous les possibles.

Écrit par : Ariaga | 22/08/2018

@ Plumes d'Anges, oui, on peut tout imaginer mais il est difficile de trouver les mots pour exprimer l'extraordinaire.

Écrit par : Ariaga | 22/08/2018

Merci Amie,

Ta réflexion est très intéressante je ne l'aurai pas formulé ainsi et je t'en remercie, car c'est un "éclairage" supplémentaire je vais continuer ma méditation.
je t'embrasse

Écrit par : mariedumonde | 22/08/2018

Une bien belle photo! Derrière, nous allons y trouver ce qu'il nous reste de nos rêves et de nos espérances. En ce domaine, c'est un peu l'auberge espagnole!

Écrit par : alezandro | 22/08/2018

Une superbe photo prise en plein coeur :-))

Écrit par : Joëlle | 23/08/2018

Cernée de feu et de rouille, passe dans cette déchirure ce qu'on voit en plein horizon - du vert mousse sans roses -

Écrit par : Altaï | 23/08/2018

Les petits lutins de la forêt en train de s'affairer !!!! Bonne journée. Bises; Joëlle

Écrit par : JC | 24/08/2018

@ Alezandro, il s'en passe des choses dans cette auberge espagnole, celles que l'on voit et celles que l'on devine.

Écrit par : Ariaga | 24/08/2018

@ Joëlle, venant de toi quel compliment !

Écrit par : Ariaga | 24/08/2018

@ Altaï, moi, tout au fond, je vois une lumière.

Écrit par : Ariaga | 24/08/2018

@ JC, je les imagine bien, ces petits lutions qui , parfois, sortent de la forêt pour venir faire des blagues chez moi. Ils aiment, plus que tout, cacher les choses.

Écrit par : Ariaga | 24/08/2018

Oui, Ariaga et dans ce flou rayonnant des points brillants et une rayure.

Écrit par : Altaï | 24/08/2018

Au coeur de la corrosion
il y a les impuretés, le temps et l’environnement
par piqure, caverneuse ou générale
elle est multiforme
et dans cette désagrégation électrochimique (pas alchimique)
la pile qui plie le métal sans le tordre détient la clé
et débite oxydant à tout va
galvanique elle impose son rythme
mais la ruine marron en est le résultat tangible
ainsi s'ouvre le cœur du métal
qui recèle encore tant d'énergie et de richesse
ce ne sont pas comme des pétales
que les lèvres disjointes
montrent une végétation

Écrit par : Thierry | 24/08/2018

petite précision
je suis électro chimiste de formation
merci encore au professeur Talbot de l'ESCP
pour les cours de corrosion dispensés il y a ...40 ans
il a écrit un super petit ouvrage sur la découverte des éléments chimiques

Écrit par : Thierry | 24/08/2018

Je pense que derrière cette porte on va trouver des herbes folles et sèches comme celles qui se sont formées tout l'été. Je suis terre à terre bien sûr. Mais j'y vois aussi un coeur.

Écrit par : elisabeth | 05/09/2018

Écrire un commentaire