UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2018

Au pays de l'insolite

voyage,imaginaire,photos,vacances,rêve,nature

 

Au moment des vacances, ceux qui ne partent pas physiquement peuvent partir au Pays de l'Imaginaire. Nous l'avons souvent fait sur ce blog.

Je propose que nous nous évadions en plongeant dans l'univers de photos insolites qui excitent l'imagination. Le photographe Louis-Paul Fallot a bien voulu s'associer à cette évasion et il m'a communiqué cette extraordinaire photo.

J'invite ceux qui ont quelque chose  (un ressenti,une évocation, un commentaire etc) à dire au sujet de cette photo à l'écrire de manière brève. Une histoire va ainsi émerger (ou non !)  qui va nous emmener ailleurs.

Évidemment j'ai vu quelque chose et personne ne s'étonnera si c'est inspiré par mon cher C.G.Jung !

 Ariaga

01/04/2018

C.G.Jung:langage, rêve, chemin

citations,C.G.Jung,rêve,écriture,livre Rouge,philosophie,spiritualité,photo,Ariaga

En ce jour de fête, en cadeau, quelques courtes citations de Jung retenues au hasard de mes errances méditatives dans Le Livre Rouge. Ariaga.

***

"Mon langage est imparfait. Ce n'est pas par désir de briller avec des mots, mais par incapacité à trouver ces mots que je parle en images. Car je ne peux pas exprimer autrement les paroles des profondeurs."(p.145)

***

"Les paroles qui oscillent entre non-sens et sur-sens sont les plus anciennes et les plus vraies."(p.167)

***

"Tu plonges dans le sommeil et traverses les mille années solaires et tu remontes au réveil en retraversant les mille années solaires, et tes rêves pleins d'un savoir ancien décorent les murs des appartements où tu dors.

Tu te vois aussi dans le Tout. "(p.279)

***

"Mon chemin n'est pas votre chemin ; je ne peux donc pas vous instruire. Le chemin est en nous, mais pas dans les dieux, ni dans les doctrines ni dans les lois. C'est en nous qu'est le chemin, la vérité et la vie "(p.147)

 

 

27/02/2018

Accueillir sa folie

citation,jung,folie,rêve,philosophie,vie,ariaga,photo

Photo prise au musée des automates de la Rochelle

 

Une fois de plus son âme s'adresse à C.G.Jung, p. 385 du Livre Rouge(j'ai mis en caractères gras ce qui me semblait le plus important) Ariaga.

***

" Des mots, des mots, cesse d'accumuler tous ces mots inutiles. Tais-toi et écoute : as-tu reconnu ta folie et l'admet-tu? As-tu compris que tous tes sous-sols regorgent de folie? Ne veux-tu pas reconnaître ta folie et lui souhaiter amicalement la bienvenue? tu disais vouloir tout accepter. Alors accepte aussi la folie.Laisse briller la lumière de ta folie et tu verras qu'une grande lumière se lèvera pour toi. Tu ne dois pas mépriser la folie ni la craindre, au contraire tu dois lui donner la vie. " [...]

La folie est une forme particulière de l'esprit et elle est inhérente à toutes les doctrines et toutes les philosophies, encore plus cependant à la vie quotidienne, car la vie elle-même est emplie de folie et dans son essence même déraisonnable. C’est pourquoi l'homme aspire à la raison uniquement pour se donner des règles. La vie elle même ne connais pas de règles. Voilà son secret et sa loi inconnue. Ce que tu appelles la connaissance est une tentative d'imposer à la vie quelque chose de compréhensible."

 

 

09/12/2017

L'écume des rêves

écriture,rêve,philosphie,poésie,pensées,art

 Peinture de Éphême pour illustrer un texte du site C.G.Jung : rêve alchimie,homéopathie

 

À la crête de la grande vague de l'eau des origines blanchit l’écume des rêves.

La vague est puissante, les embruns font pleurer, quand elle déferle sur les rivages de notre savoir et emporte les béquilles de la raison.

Ariaga

11/08/2017

Rêveries à Vic en Bigorre

Quelques jours à Vic en Bigorre, charmante petite ville non loin de Tarbes, m'ont incité à de douces rêveries ...

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

Remplir ces jolis paniers de tant de mots d'amour pour l'humanité qu'il n'y aurait plus de place pour la haine et l'insulte.

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

Faire des rondes autour des grands arbres rouges d'une forêt métallique.

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

Partir à l’aventure sur un cheval de pierre vivifié par l'eau de la cruche alchimique. 

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

S'imaginer qu'il est revenu, le tant aimé disparu et que nous nous blottissons l'un contre l'autre dans la petite maison au bord de la rivière.

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

Se raconter des histoires à donner le frisson sur ce qui a bien pu se passer derrière ces volets clos. 

écriture,rêve,photos,vic en bigorre,philosophie,pensées,ariaga

Et s'endormir, épuisée et ravie, sur un doux matelas végétal.

Ariaga

 

 

15/07/2017

Devenir un nouveau né

 

écriture,poésie,philosophie,alchimie,ariaga,rêve,mort

 

Laisser se dissoudre le vieux corps,

devenir un nouveau né qui tête aux racines de l'univers,

quand on vibre d'un si fort désir,

faut-il pour cela mourir ?

Ariaga

21/05/2017

Habiter les reflets

La vie est parfois trop dense alors j'ai eu envie de m'évader, juste un instant, dans un monde de reflets.

photos,art,philosophie,rêve,poésie,nature,ariaga,jung

J'ai plongé vers ma nouvelle maison dans la foret des mâts.

photos,art,philosophie,rêve,poésie,nature,ariaga,jung

Je l'ai décorée de fugitifs tableaux, oeuvre de la nature.

photos,art,philosophie,rêve,poésie,nature,ariaga,jung

J'y ai cueilli d’invraisemblables fleurs.

photos,art,philosophie,rêve,poésie,nature,ariaga,jung

J'ai rencontré des voisins, un peu "différents" ... qui m'ont enseigné l'amour de l'Autre.

photos,art,philosophie,rêve,poésie,nature,ariaga,jung

Et j'ai ouvert grand les volets de mes nuits sur la lumière du rêve.

Ariaga

 

 

 

25/12/2016

Cadeau pour les fêtes

écrits,philosophie,rêve,jung,noël,cadeaux,illustration,site jungIllustration Éphême

 

En cette période de fin d'année, Noël, Hanoukka, Nouvel An, il est d'usage de se faire des cadeaux.

Certains lecteurs du Laboratoire qui me suivent depuis des années m'ont fait savoir qu'ils étaient déçus que je m'éloigne un peu du sujet C.G.Jung et la psychologie des profondeurs. En effet, j’écris maintenant d'une manière un peu plus "intime" des  réflexions , des poésies, des ressentis. 

Ces nostalgiques peuvent maintenant me lire sur le site C.G.JUNG, rêve alchimie homéopathie (pavé orange en haut à droite du blog). Ce site avait été mis en ligne il y a un certain temps mais dans une forme confuse et peu agréable à consulter. Vous pouvez maintenant m'y trouver dans une forme "relookée" avec des textes aérés et et simplifiés, surtout dans la partie " Ariaga écrits sur Jung".

Cette nouvelle présentation a demandé beaucoup de travail  de réécriture et la coopération d'un ami informaticien très compétent. J'espère que vous apprécierez et je vous ferai savoir chaque fois qu'il y aura de nouvelles publications.

À bientôt et bonnes fêtes.

Je vous embrasse tous amis connus et inconnus.

Ariaga

27/02/2016

Rêve d'enfant

rêve,philosophie,Jung,enfants,chevaux, photographie,société,écriture,interprétation

Photo ÉPHÊME

Une jeune parente âgée de 10 ans est une grande rêveuse. Elle a la gentillesse de me parler de ses rêves et je vais aujourd'hui vous en communiquer un. Jung s’intéressait beaucoup aux rêves des enfants car ils ont un accès plus direct à l'inconscient, le masque social  que constitue la persona n'étant pas encore complètement formé. La Rêveuse n'est pas un petit enfant mais les portes sur l'inconscient me semblent, chez elle, encore bien ouvertes.

Pour ce qui est du contexte, je vous dirai que c'est une enfant bien dans sa peau, qui aime le sport, particulièrement le cheval. Elle est intelligente, affectueuse et hypersensible. Elle est très attachée à ses deux parents et à son petit frère mais elle a découvert que, parfois, dans les couples on peut se mentir. Le rêve que je vais partager, avec son accord, est raconté très sobrement, brièvement, et je le rapporte avec ses mots exacts. J'y ai trouvé une riche matière à interprétation mais, pour l'instant, je la garde pour moi car je suis certaine que certains d'entre vous auront des idées ...

***

La petite rêveuse voit un de ses souhaits les plus chers réalisé : elle a un cheval à elle. Une jument.

Elle se promène avec son cheval et ils vont à la plage où la jument qui galope au bord de l'au rencontre un mâle avec lequel elle s'accouple. La jument a un petit et la rêveuse l’élève jusqu'au moment où elle en fait cadeau à sa copine. Les deux copines, plus tard, font du cheval ensemble et elles vont dans une grande forêt.

Ariaga

 

02/10/2015

La lune rouge et le chamane

écriture,poésie,rêve,lune,peinture,humour,chamane,fantastique

Peinture et texte ÉPHÊME

L'éclipse de  lune semble avoir eu sur Éphême de curieux effets. Je me demande même si il n'avait pas, en cette occasion, absorbé quelque substance propice aux "rêves et imaginations", comme l'aurait dit le cher C.G.Jung. Il est évident qu'il ne me viendrait jamais à l'idée de consommer du Chamane, même cuit à point !!! Ariaga.

***

Le glacis sous le porche luit, tel un lac de conte, sous sa carapace de gelée glacée. Je somnole en couvant le feu, devant l’éblouissante main du ciel. La pleine lune, notre déesse mère, née des amours contrariés de la nuit et du soleil, poudroye le ciel phosphorescent de ses bijoux, ses mains de mains de mains des étreintes fulgurantes des étoiles.

 Peut-être un petit somme… les braises nées du sang du ciel se moirent par vague sous le vent. La lumière me semble un peu  fade. Là, je fais un bond ! La Mère Lune a perdu un bon morceau de sa viande ! Je vais vite secouer les membres du clan enfouis sous leurs couvertures de loutres dans la maison. Dès qu’ils voient la Mère, ils frissonnent de peur. Le vieux chamane avait bien dit qu’un jour Elle se vengerait de nos errances, mais c’était il y a si longtemps, du temps des mères de nos mères de nos mères, et personne n’avait cru ce vieillard édenté qui abusait des champignons et macérations diverses.

Tous le regardent. Io, le vieux Burineur squelettique de la famille, le Maître du Tambour sacré, du silex et de l’ivoire, si vénéré pour sa fresque des Lions près de l’Arche Sacrée venait d’achever après un long silence  une Déesse Mère filiforme, au lieu des rondeurs modelées par les anciens. Personne n’avait protesté, seuls quelques murmures s’étaient élevés contre cette offense  à la Déesse.

La lune s’affaiblit, et devient un astre étrange rayonnant du rouge dans un ciel figé où l’air a disparu. Blême sous sa capuche de loup, Io se glisse doucement vers la petite antre des ancêtres, prend la statue-âme du mammouth, l’amant secret de sa compagne, avec qui il fait d’inénarrables parties de ballon trompe-zénith, trompe-pattes, pour rester décent. Il s’accroupit, ravive les braises, et dépose la statue dans le foyer. Puis il se relève, salue le clan, transforme le foyer en un enfer torride à grands jets de fagots, se relève, tranche sa gorge d’un coup d’une longue lame de silex blond et s’effondre dans un feu d’artifice d’escarbilles et d’étincelles. La lune rouge esquisse un sourire.

Il fallut le retourner plusieurs fois pour le saisir, puis le mijoter sur des galets brulants recouverts de genévriers qui le parfumèrent à merveille.
Pas si mauvais ce chamane avec un peu de sel.


Vengée, la lune rayonne à nouveau, ayant vidé son sang dans le charbon des âmes. Presque tous les anciens passeurs des Dieux, imprévoyants de la colère du ciel, ont été immolés dans les cavernes de la vallée. Le progrès est en marche, et je suce mes doigts pour ne rien perdre du bon goût de Io.

ÉPHÊME

20/09/2015

La substance merveilleuse

écriture,poésie,alchimie,philosophie,spiritualité,rêve,inspiration

Quand des pensées nouvelles émergent du silence, leurs rayons de sont pas oeuvrés de la vile matière des recommencements mais d'une merveilleuse et précieuse substance source de la création.

C'est alors que l'eau croupissante du quotidien devient une Eau-de-Vie qui anime jusqu'au cœur celui qui la boit. On raconte que, sur certains chemins, on peut le rencontrer, ivre de désir, sur des routes frôlant les précipices, revêtu de souffle, balbutiant de confuses paroles au sujet de sa grande faim d'une merveilleuse substance dont il ne peut oublier la saveur après en avoir reçu un jour une précieuse goutte de hasard.

Ariaga

29/08/2015

Train de bancs (bis,22)

 

Tout l'été, courageusement, le train de bancs des voyages imaginaires du Laboratoire du Rêve et de L'Alchimie Spirituelle a bravement circulé, utilisant comme carburant un mélange, parfois explosif, d'amour, d'amitiés hors du temps, d'apports en tous genres envoyés par des lecteurs dont certains n'ont pas de blogs. Aujourd'hui le train va partir, se servant de quelques photos pour nous emmener très loin...

M-C 1_2_2.jpg

Le train est devenu si long, à force d'accueillir chaque jour de nouveaux bancs, qu'on n'en voit plus le bout. (Photo Mariedumonde)

M-C 4_2_2.jpg

Et il faut toute la force de l'imagination des voyageurs pour le mouvoir grâce à son banc locomotive à roue unique. (Photo Mariedumonde)

M-C 2_2.jpg

Parfois le train s'arrête et, à la veillée, on se raconte des histoires de très antiques bancs dont le souvenir perdure dans les légendes. (Photo Mariedumonde)

virage_2.jpg
 
Et quand les voyageurs, abreuvés de bonheur, de mots, d'évasions en des mondes sans barrières, donnent trop de puissance à leur imaginaire les bans deviennent ivres et dansent dans les virages...(Photo Diane Debailleux)
 
Shambhala two.jpg

Et puis le train ralentit et, doucement, pénètre dans le Royaume de Shambhala au coeur du blog de Danae. Est venu le temps de la méditation, de la sérénité et de la lumière. Il ne lui reste plus qu'une étape à franchir, dans une mobile immobilité,  pour arriver à  l'ultime but de son voyage. (Création numérique Muttifree)

28/08/2015

Maison à restaurer (bis,21)

P8201264_2.jpg
 
Je me suis vue dans l'obligation, comme vous avez pu le voir dans ma réponse aux commentaires de la note précédente, d'interrompre provisoirement mon périple en tête du train de bancs des voyages imaginaires car j'avais été envahie par une horde sauvage d'êtres de toutes sortes se disant de ma famille. Moi et ma maison avons été sauvagement attaqués et si j'ai un conseil à vous donner c'est de ne pas habiter au bord de la mer car cette situation géographique attire les squatters. Le train de bancs a cependant continué à circuler et je vais, dès que j'aurai retrouvé mes forces vous en montrer quelques uns.
 
Quelques granges fûment encore...mais la horde familiale a repris le chemin de son camp vers les régions du Sud. Ma demeure est à nouveau silencieuse, hormis les miaulements de protestation de ma vieille chatte ulcérée par cette invasion inadmissible de SA maison. Mais les travaux seront longs, tout est dévasté y compris le jardin, comme vous pouvez le voir sur la photo. Athanor-Ordinateur, planqué à la cave, déjà ébranlé par l'explosion de sa batterie, a survécu mais il est tout tremblant et je crains que ces deux épreuves successives ne l'obligent bientôt à partir, lui aussi, en voyage pour une sérieuse révision.

La maison qui était plutôt coquette est maintenant à restaurer, mais la puissance de l'imaginaire est grande et je pense qu'elle va vite retrouver ses couleurs et son volume.  Je compte sur l'aide  psychique et l'humour bien connu de mes lecteurs pour qu'elle retrouve son état antérieur dans les plus brefs délais. Tous les conseils techniques et dons seront à adresser à  : Train de bancs des vacances imaginaires, code postal 00000000++  Paysd'ailleurs. Merci d'avance.

Ariaga

26/08/2015

Naissance du petit banc perdu (bis,19)

 

Kaikan (lien) au cours de la quête qu'elle effectue sur son superbe blog a pressenti, ressenti, rêvé, qu'un petit banc perdu errait quelque part séparé du train de banc des voyages imaginaires. Elle est partie à sa recherche. Son texte ne pouvait qu'être publié ici car Kaîkan voyage déjà depuis longtemps avec les participants des vacances dans la tête. Elle m'a envoyé les illustrations du texte qu'elle a publié sur son blog mais je dois avouer que, si vous voulez voir l'ensemble dans les meilleures conditions artistiques, il vous faut aller lire le texte chez elle. Il s'intitule  : Des étoiles au sol . Je vous souhaite de partager avec moi cet instant de bonheur. Ariaga.

Aux ruelles étroites, des réverbères de chardons ,,,
Une agression renversée et qui éclaire ,,Une pluie d'étoiles qui agrémente le tapis de pavés ,,,

 

etoilespetitbanc 004.jpg


Les ténèbres n'étant pas les ténèbres coutumières, j'entrai dans la cité, l' âme retournée de l'intérieur et nous savons tous que ce déhanchement d'âme est porte ouverte aux révélations ,,,
Et des étoiles qui habillent le sol, ça vous fait un livre ouvert à chaque pas , un univers à chaque regard, une certitude renversée à chaque sursaut ,,, La liberté au bout du sentier en quelque sorte et je sentais bien que le petit banc était passé par là ,,, un je ne sais quoi de parfum boisé ,,, de saule et de bouleau ,,, une petit né de celui qui montait au ciel pour mieux embrasser le sol, celui qui s'élançait au ciel pour faire révérence à chacun et de celle qui se pelait la peau pour mieux offrir aux regards les plaies de l'humanité ,,, Eh oui, ce petit là avait eu sa gestation bercée des misères du monde ,,, pas que ses parents soient défaitistes, juste réalistes et ils croyaient tellement en l'homme qu'ils avaient décidé de lui offrir une halte, un repos dans les longues marches, une halte après une journée de labeur, un repaire d'amoureux «  Les amoureux qui s'bécottent sur les bancs publics ,,, » et leur désir était tellement fort qu'un petit banc avait vu le jour au grand rendez-vous des bancs chez Ariaga mais voilà qu'une secousse l'avait désolidarisé de la longue cohorte des nomades ,,,

 

etoilespetitbanc 017a.jpg


Les étoiles au sol me disaient son passage, un je ne sais quoi d'or accroché à leur velours ,,,Et au détour d'un chemin, un astre divinatoire, une boule d'or qui dit la bonté humaine, une caresse bancale qui redonnait vie aux boules de verre anodine, une gentillesse de bois qui offrait un peu de repos aux âmes tourmentées, une couche de hasard pour l'homme épuisé, un fauteuil improvisé pour une lecture solitaire, un appui transitoire pour des confidences vitales, un arrêt possible pour des bras usés de porter les gabats, pour les mères fatiguées de porter les bambins ,,,

KaÏkan, texte et photos.

25/08/2015

La queue du chat (bis,18)

 


DSC03609.jpg

Sur le banc des vacances imaginaires, j'écoute et je guette. J'écoute les récits des voyageurs du train de bancs et je guette le chat Grisou dont vous avez déjà entendu parler dans la note chats de bancs pour fixer par une image cette présence fantomatique.

Hier, j'ai été, enfin, été récompensée de mes longues veilles. Comme vous le voyez sur la photo, j'ai attrapé la queue du chat qui se cachait derrière une jarre. Un clic de mon appareil et il avait battu le record olympique de vitesse de la disparition.

Je reprends mon écoute des "dits du banc" et ma garde, armée de mon fidèle réflex.

Ariaga