UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le train des générations | Page d'accueil | Le piège de la sécurité »

27/02/2016

Rêve d'enfant

rêve,philosophie,Jung,enfants,chevaux, photographie,société,écriture,interprétation

Photo ÉPHÊME

Une jeune parente âgée de 10 ans est une grande rêveuse. Elle a la gentillesse de me parler de ses rêves et je vais aujourd'hui vous en communiquer un. Jung s’intéressait beaucoup aux rêves des enfants car ils ont un accès plus direct à l'inconscient, le masque social  que constitue la persona n'étant pas encore complètement formé. La Rêveuse n'est pas un petit enfant mais les portes sur l'inconscient me semblent, chez elle, encore bien ouvertes.

Pour ce qui est du contexte, je vous dirai que c'est une enfant bien dans sa peau, qui aime le sport, particulièrement le cheval. Elle est intelligente, affectueuse et hypersensible. Elle est très attachée à ses deux parents et à son petit frère mais elle a découvert que, parfois, dans les couples on peut se mentir. Le rêve que je vais partager, avec son accord, est raconté très sobrement, brièvement, et je le rapporte avec ses mots exacts. J'y ai trouvé une riche matière à interprétation mais, pour l'instant, je la garde pour moi car je suis certaine que certains d'entre vous auront des idées ...

***

La petite rêveuse voit un de ses souhaits les plus chers réalisé : elle a un cheval à elle. Une jument.

Elle se promène avec son cheval et ils vont à la plage où la jument qui galope au bord de l'au rencontre un mâle avec lequel elle s'accouple. La jument a un petit et la rêveuse l’élève jusqu'au moment où elle en fait cadeau à sa copine. Les deux copines, plus tard, font du cheval ensemble et elles vont dans une grande forêt.

Ariaga

 

Commentaires

Un beau rêve sur la fidélité et l'amitié pour consoler des blessures de l'amour

Écrit par : ulysse | 27/02/2016

Un bien joli rêve pour nous faire oublier certains cauchemars

Écrit par : Sedna | 27/02/2016

Tiens nos idées, à défaut de nos rêves se rejoignent. les tiens sont racontés et étudiés bien plus "philosophiquement" que les miens!

Écrit par : Alezandro | 27/02/2016

Toi et ta jeune parente, vous m'avez donné envie de ressortir de ma bibliothèque un livre que je feuillette de temps en temps. Je crois l'avoir déjà cité ici.... (La Lecture énergétique des rêves de Frédérique Hourtoulle-Rollet) mais c'est le sous-titre que j'aime, "l'attrapeur de rêves"!

Écrit par : Louis-Paul | 27/02/2016

Le cheval rêvé est la liberté, celle où corps et esprit sont mariés.
La relation (copine) est le miroir de l'état intérieur de la psyché, ici partage dans le sens véritable de la multiplication, où aucun conflit ne peut avoir de place.
"Rêve éveillé" où cela respire la grande forêt !
Amitié à toi et à la "grande" rêveuse. :)))

Écrit par : Miche | 28/02/2016

Pour cette petite fille qui subit l'épreuve de vivre dans un contexte instable, affronter l'insécurité d'un quotidien où l'exemple de l'union et du partage est bouleversé...l'évasion par le rêve...

Un idée reçue est que le cheval est le meilleur ami de l'homme...
Son rêve ? près d'elle un soutien lui permettra de sauvegarder la possibilité d'être fidèle à elle-même, ( tout en gardant l'essentiel positif de son passé ) et de trouver en d'autres lieux, avec d'autres personnes, une liberté vécue dans l'amour et le partage...

Agréable dimanche Ariaga
Joyeuses pensées :)

Écrit par : michèle | 28/02/2016

@ Ulysse, oui, il semble que le rêve suggère à la petite fille que l'amitié et la nature peuvent compenser la douleur de la séparation. Mais ce n'est là que l'aspect récit du rêve et il y a beaucoup plus ...

Écrit par : Ariaga | 28/02/2016

@ Sedna, joli si on veut mais il y a beaucoup d'angoisse ...

Écrit par : Ariaga | 28/02/2016

@ Alezandro, ce rêve, pour moi, doit être interprété simplement, sans grandes idées philosophiques mais en faisant attention au sens et surtout à ce que contiennent les mots.

Écrit par : Ariaga | 28/02/2016

@ Louis Paul, j'aime beaucoup ce sous titre, l’attrapeur de rêves. Les rêves parlent un langage différent du langage du quotidien et il faut attraper les mots du conscient, qui sont les seuls que nous pouvons comprendre, et voir ce que l'inconscient tente de dire.

Écrit par : Ariaga | 28/02/2016

Merci mon amie de ton petit signe,
je vois que tu ne m'oublies pas
Très bonne fin de dimanche
Bises
Daniel

Écrit par : dany2121 | 28/02/2016

Bonjour Ariaga...le cheval comme certains autres animaux sont des passeurs, ils accompagnent quand la mort vient...ou viennent attendre cette heure où la vie devient séparation...Il y a certainement maintes façons de voir ce rêve....Ils sont à voir avec le contexte de vie.
Amicales pensées.

Écrit par : Hécate | 28/02/2016

Bonjour,

C’est, je crois, un bien beau rêve, tout plein d’espoir et d’encouragement à l’intention de la jeune grande rêveuse régulièrement attentive à la voix de la profondeur en elle.

Les évènements de la vie familiale risquaient de "désarçonner", un temps plus ou moins long, cette jeune cavalière, et ils l’ont probablement fait ; mais ils lui ont également montré - lui ont donné la possibilité de prendre conscience - qu’en elle était une jument instinctive, "sa" jument, qui peut la porter et lui permettre de suivre son chemin au travers des difficultés et des déchirements vécus.
Cette jument instinctive peut accroître encore sa présence et sa réalité féconde en s’unissant à son principe mâle qui apparaît lorsqu’elle côtoie le rivage des eaux intérieures profondes (lorsque la jeune rêveuse est très attentive à ses rêves, par exemple). La copine est peut-être le "numéro deux" de la rêveuse, son alter ego intérieur, qui se retrouve ainsi uni à son "numéro un" extérieur et pourvu, lui aussi, de la monture de quête (le petit, né de la jument, que la rêveuse nourrit et soigne en demeurant à l’écoute des messages de l’intérieur, rêves et autres intuitions sensibles, etc.) qui leur permettra de parcourir et d’explorer ensemble la grande forêt de l’inconnu de l’être et du monde qui abrite aussi l’arbre unique que nous sommes, arbre qu’il nous faut reconnaître et faire croître tout au long de notre existence.
Cette jument est sans doute la monture instinctive qui nous porte au niveau de la vie et de la survie quotidienne, mais n’est-elle pas aussi la monture instinctive qui nous porte sur le chemin notre individuation, ce cheval que Buffon a dit être "la plus noble conquête que l’homme ait jamais faite" n’est-il pas montré ici comme étant le mouvement porteur au service de la poussée instinctive à réaliser notre potentialité individuelle malgré tous les obstacles, peines et chagrins, etc. qui se dressent sur notre chemin ?

La tendance à l’individuation, disait C.G.Jung, est la force instinctive la plus puissante en nous.

Amezeg

Écrit par : Amezeg | 28/02/2016

Un rêve plein d'espoir et de joie profonde.

Écrit par : Francine | 29/02/2016

Bonjour Ariaga ! C'est beau, les rêves de Chevaux. Le cheval est le corps propre de la personne. Savoir le guider et le maîtrise est excellent, car c'est le physique + l'émotionnel qui est ainsi maîtrisé. Cette enfant n'est pas loin de la puberté, aussi elle s'est bien représentée au féminin et a anticipé la possibilité d'être féconde. Pour moi c'est un rêve de prépuberté, d'une enfant "bien dans sa peau". Bises !

Écrit par : Aloysia | 29/02/2016

@ Miche, merci pour cette interprétation de la présence des chevaux qui me parle assez.

Écrit par : Ariaga | 29/02/2016

@ Michèle, oui, c'est le positif du rêve et il montre que les enfants, même si ils découvrent des choses négatives de la vie savent compenser car ils sont encore en lien avec la Nature.Merci pour ton apport.

Écrit par : Ariaga | 29/02/2016

@ Hécate, le cheval comme RE-présentant de l'inconscient, je prends ...

Écrit par : Ariaga | 29/02/2016

@ Amezeg, une riche interprétation, je n'en attendais pas moins de toi et je pense qu'il faut te lire ...

Écrit par : Ariaga | 29/02/2016

C'est une petite fille qui sait "partager" et elle en est récompensée puisqu'après son don, elle peut se promener avec son amie.
Bises Ariaga

Écrit par : danae | 29/02/2016

ma chére ariaga , je suis ravie que tu es repris ton blog.
aprés ton mot , je suis venudte remercier de ton passage à mon blog
et je découvre ta reprise. et le rêve. Le rêve avec interprétation youngienne malgré quelques années chez Yvette un psy yougienne , je n'ai pas eu la joie de comprendre et saissir je suis au régime freudien et il me va bien alors j'apprends en lisant les commentaire.

plaisr de te retrouver Gros bisous

Écrit par : lamangou | 29/02/2016

Je ne sais pas interpréter les rêves. Je vois dans celui-là un don : celui du bébé devenu grand. La petite rêveuse l'a élevé puis donné à sa copine. Elle a certainement choisi de le donner car elle aime beaucoup sa copine. Mais c'est une partie d'elle-même qu'elle donne à sa copine. Pourquoi vont-elles plus tard ensemble dans la grande forêt ? La forêt est un autre monde, elles vont y vivre en liberté peut être. Bonne soirée Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 01/03/2016

« La petite rêveuse voit un de ses souhaits les plus chers réalisé : elle a un cheval à elle. Une jument.»

Avoir un cheval à elle c’est entrer dans une autonomie, dans une liberté d’évolution qui n’est plus étroitement inféodée (qui n’est plus dépendante et soumise) à la relation avec les parents, qui n’est plus aussi étroitement dépendante de " la jument des parents" qui, jusque là, portait sans doute beaucoup la fillette. Elle va pouvoir suivre de plus en plus son propre chemin, ce qui devrait être le destin de tout enfant : trouver son propre cheval ou jument et suivre le chemin de son développement sans que soient laissées de côté des parts importantes de lui-même parce qu’il continue, sans le savoir, à avancer porté par un cheval qui n’est pas tout à fait, ou qui n’est vraiment pas assez "le sien". On voit ainsi des gens qui manquent un peu ou parfois beaucoup de personnalité réelle, qui semblent un peu endormis, pas entièrement présents, ou incomplets, unilatéraux, comme si des parts d’eux-mêmes étaient restées en sommeil parce qu’ils n’avaient pas suffisamment trouvé leur propre monture pour faire entrer ces parts dans la réalité de leur personnalité. C’est comme si ces parts de la personne sommeillaient toujours dans les limbes de l’inconscient ou peut-être dans les fontes de "la jument des parents". Ces personnes n’exploreront sans doute pas beaucoup les mystères de la grande forêt, elles trottineront autour en suivant les sentiers battus et rebattus par toutes celles et par tous ceux qui n’ont pas eu la chance de découvrir leur propre monture "à elles" et trouvé aussi le courage de l’enfourcher pour suivre le sentier aventureux de leur propre destin, le sentier de leur individuation.
La tendance de bien des parents est de contraindre plus ou moins ou d’inciter l’enfant à chevaucher un cheval qui n’est pas vraiment le sien, en projetant sur lui des désirs, des ambitions qu’eux-mêmes n’ont pu réaliser, par exemple, ou une vision du monde et de la vie à laquelle ils sont accrochés comme à un radeau de survie et qu’ils ont besoin de voir confirmée par leurs descendants pour pouvoir continuer à y croire eux-mêmes.

Des circonstances familiales douloureuses qui semblent à première vue néfastes et dramatiques peuvent, finalement, créer la secousse qui éveille l’enfant au désir de trouver en lui-même sa propre monture qui le portera sur le chemin de son propre destin et de sa réalisation individuelle.
C’est peut-être la situation décrite par ce rêve.

Écrit par : Amezeg | 02/03/2016

@ Francine, On peut l'interpréter comme cela et cette interprétation me fait penser que tu est toi même très positive car car on nous montre un rêve sur une personne inconnue nous avons tendance à nous projeter dans ce rêve.

Écrit par : Ariaga | 02/03/2016

@ Aloysia, intéressant, je n'y avais pas pensé.

Écrit par : Ariaga | 02/03/2016

@ Danae, en effet, elle prend la peine d'élever ce poulain pour quelqu'un d'autre mais tu sais bien que tous les personnages du rêve représentent le rêveur.

Écrit par : Ariaga | 02/03/2016

@ lamangou, régime freudien, régime jungien, peu importe si on trouve son chemin.

Écrit par : Ariaga | 02/03/2016

@ Élisabeth, je suis d'accord avec toi, c'est une partie d'elle même qu'elle donne.

Écrit par : Ariaga | 02/03/2016

merci ma chére Ariaga,
oui, je m'y retrouve mieux
je n'arrive pas à faire coincider mes fromations de l'inconscient avec les anima et amimus de l'insconscient collectif.
par contre la pratique régulière du mandala comme le carnet rouge de Young et à force de cette pratique et un travail du mandala avec les deux mains et leur dessins
dans des périodes où alterne le rien et le faire
quelle semence pour les rêves et bien d'autres surprises : des vitesses....
gros bisous

Écrit par : lamangou | 02/03/2016

@ Amezeg, merci une fois encore pour cette interprétation qui me semble très juste et qui va enrichir ma réflexion sur ce rêve. l'idée de l'autonomie, en particulier, est très importante. Je suis un peu étonnée que personne, en regardant les mots n'ait pensé à amplifier sur l'accouplement où j'entends : le couple ment.

Écrit par : Ariaga | 02/03/2016

@ Lamangou, c'est déjà pas mal si tu arrives à te débrouiller avec ton propre animus ...

Écrit par : Ariaga | 02/03/2016

Le récit que tu as fait de ce rêve, Ariaga, dit que la jument s’accouple avec un mâle (donc avec un étalon de l’espèce). Le mot ACCOUPLEMENT ne figure pas dans le texte du récit. Comme la rêveuse est une jeune parente à toi, on peut supposer que tu connais aussi le couple parental et que tu as pu te dire que ce couple ment(ait), c’est à dire qu’il n’était pas ou n’était plus tout à fait ce qu’il paraissait être ou laissait voir de lui. On peut imaginer que tu as pu te dire aussi que la jeune rêveuse, leur fille, a pris conscience de ce "mensonge", c’est à dire de la différence entre l’apparence et la réalité du couple.

Ce n’est que mon point de vue, mais je crois pour ma part que le rêve ne souligne pas particulièrement cela lorsqu’il montre que la jument s’accouple avec l’étalon. Je crois qu’il est question de la fécondation de l’instinct "animal" terrestre – la jument – par son union avec l’aspect de réalité plus profonde ou plus "céleste" de l’instinct et que c’est pour cela que la rencontre se produit le long du rivage de l’océan (sur une plage) : l’aspect fécondant de l’instinct qui permettra la naissance du cheval instinctif COMPLET (le poulain ou la pouliche qui va naître et se développer) surgit de la profondeur océane, des eaux immenses porteuses des archétypes...ou de quelque chose de cet ordre. C’est comme si l’instinct manifesté ici-bas s’unissait à son principe de l’au-delà pour donner naissance à la réalisation totale de cet instinct, pour engendrer sa totalité qui est alors à la fois immanente et transcendante.

Écrit par : Amezeg | 02/03/2016

@ Amezeg, tu as raison j'ai fait des "projections".

Écrit par : Ariaga | 03/03/2016

Je ne t’apprendrai rien, Ariaga, si je dis que les projections sont bien difficiles à éviter lorsqu’un un lien affectif assez étroit (et ici affectueux) est présent entre les personnes.
Le regard porté par un tiers non affectivement engagé est en principe plus libre des projections, ou du moins de certaines d’entre elles, car ce tiers peut également projeter bien des choses à son insu...

Écrit par : Amezeg | 03/03/2016