UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2016

Des petites phrases...

écriture,philosophie,photographie,pensée,blog,tarbes,imagination,symboles

Fantômes-à-Tarbes. Ariaga

J'ai compris que ma guérison sera longue alors, pour ne pas devenir un fantôme sur le net, et pour que le Laboratoire ne soit pas désert cet été, j'ai décidé de publier le plus régulièrement possible. Juste une petite phrase, une pensée, une citation, certaines de mes photos, même si elles sont sans relation avec le texte.  

Je comprendrai qu'il y ai peu de réactions, d'autant plus que je n'ai pas encore la force d'aller vous visiter, mais l'essentiel est que je sois présente, que je recommence à penser, car je n'en peux plus de ce plein-vide de la douleur. Et si je marche très difficilement, au moins je vais marcher dans ma tête !

À très bientôt.

Ariaga

 

 

 

 

20/05/2016

Un autre regard

 

photographie,poésie,alchimie,amour,nature,vision,reflets,tarbes

Texte et photos ÉPHÊME

ÉPHÊME est toujours en réflexion poético-photo-philosophique au sujet de l'image qui a réenclenché sa créativité. Il en propose une autre version plus lumineuse que j'ai volontiers acceptée car, en attendant que je retrouve une vue normale, sa "vision" me permet de ne pas trop délaisser ce Laboratoire qui vit une année un peu difficile. Et puis, qui sait, entraînée par cette résurrection fraternelle je vous proposerai peut-être la mienne ! ARIAGA.

***

Sous une autre lumière, au même ruisselet, deux amoureux, enlacés contemplent la même part du monde. C’est la clarté, la pureté naturelle du ru qui chantonne en sourdine, sautillant sur les galets polis du fond, tout joyeux de lutiner les tièdes rayons du soleil déclinant.

 Tout n’est qu’apparence, point de vue, vision personnelle. Le cloaque est le doux nid des amours batraciens. Les amants contemplent les reflets étoilés des reflets comme les diamants de leurs étreintes futures… et l’eau qui y glougloute se mêle comme une flûte sautillante aux glissandi du courant.

 L’image n’est que mosaïque lumineuse qui m’a saisi, sans la moindre idée de ce qu’elle voulait, pure étole de fugaces pierres précieuses jouant aux auto-tamponneuses dans la fête de la renaissance.

 En fait tout n’est que perception des reflets de notre regard dans l’image. Elle est l’éveil du printemps, du désir de vie de la Nature. Chacun le voit du fond de soi-même et peut y glisser ce qu’il veut. Les circonstances techniques en ont fait pour moi une myriade de mystères, mais avec un autre regard sous un autre angle, ce serait une parfaite carte postale pour grands-mères. N’oubliez jamais que ces plages de lumière sont la réflexion de notre vision dans les plaisirs des prunelles de l’avenir ; ce qui nous paraît beau peut être laid. Les Chinoises d’autrefois trouvaient hideuses nos belles Européennes aux monstrueux nez pointus et aux pieds démesurés. Quand nous regardons un visage, ce n’est que nous-même que nous regardons réfléchi par notre vécu et tou(te)s peuvent renvoyer à l’un ou à l’autre amour ou détestation.

ÉPHÊME

06/05/2016

Histoire de pieds

écriture,photo,photographie,histoire,relations,jardin,rencontre

Les pieds c'est important.

Elle a mis ses jolies bottines rouges et, les jambes croisées, féminine attitude, elle attend ...

Ariaga

14/03/2016

C.G.Jung sur l'art et la société

art,société,C.G.Jung,citations,photographie,philosophie,écriture,culture

Dans une conférence de 1922 (publiée in Problèmes de l'âme moderne), C.G.Jung s'intéresse à la fonction de compensation exercée par l'Art dans la société. Voici ce qu'il écrit :

"C'est là que git l'importance sociale de l'art, qui travaille continuellement à l'éducation de l'esprit-du-temps en faisant surgir les formes qui justement lui faisaient le plus défaut. Se détournant de l'insatisfaction du présent, l'aspiration de l'artiste s'enfonce dans l'inconscient jusqu'à atteindre les images archaïques, celle qui seront les plus aptes à compenser l'imperfection et l'unilatéralité de l'esprit de son temps. L'artiste se saisit des images, les tire de leur très profonde inconscience pour les rapprocher de la conscience, et il en travaille les formes jusqu'à ce que l'homme contemporain puisse les accepter, selon ses capacités de compréhension."

Évidemment, Jung parle ici du véritable artiste, de celui qu ne copie pas mais invente, de celui qui ne suit pas les modes.

Ariaga

 

27/02/2016

Rêve d'enfant

rêve,philosophie,Jung,enfants,chevaux, photographie,société,écriture,interprétation

Photo ÉPHÊME

Une jeune parente âgée de 10 ans est une grande rêveuse. Elle a la gentillesse de me parler de ses rêves et je vais aujourd'hui vous en communiquer un. Jung s’intéressait beaucoup aux rêves des enfants car ils ont un accès plus direct à l'inconscient, le masque social  que constitue la persona n'étant pas encore complètement formé. La Rêveuse n'est pas un petit enfant mais les portes sur l'inconscient me semblent, chez elle, encore bien ouvertes.

Pour ce qui est du contexte, je vous dirai que c'est une enfant bien dans sa peau, qui aime le sport, particulièrement le cheval. Elle est intelligente, affectueuse et hypersensible. Elle est très attachée à ses deux parents et à son petit frère mais elle a découvert que, parfois, dans les couples on peut se mentir. Le rêve que je vais partager, avec son accord, est raconté très sobrement, brièvement, et je le rapporte avec ses mots exacts. J'y ai trouvé une riche matière à interprétation mais, pour l'instant, je la garde pour moi car je suis certaine que certains d'entre vous auront des idées ...

***

La petite rêveuse voit un de ses souhaits les plus chers réalisé : elle a un cheval à elle. Une jument.

Elle se promène avec son cheval et ils vont à la plage où la jument qui galope au bord de l'au rencontre un mâle avec lequel elle s'accouple. La jument a un petit et la rêveuse l’élève jusqu'au moment où elle en fait cadeau à sa copine. Les deux copines, plus tard, font du cheval ensemble et elles vont dans une grande forêt.

Ariaga

 

14/02/2016

Le train des générations

philosophie,psychologie,culture,jung,citation,photographie,c.g.jungneumann

En ce moment, alors que je vois le temps filer à grande vitesse, je me pose des questions sur beaucoup de choses et une des plus importantes est la partie de ce précieux temps que je dois consacrer à la reprise du ma thèse sur le site C.G.Jung, rêve alchimie homéopathie. Travail qui remet parfois en cause la pensée de Jung et encore plus la mienne ! La réponse vient de m’être donnée par la citation que je vais vous proposer, amis lecteurs, citation qui est extraite de la préface écrite par Jung au sujet de l'ouvrage Origines et histoire de la conscience de Erich Neumann. Cet ouvrage a été publiée en 1949 en allemand mais traduit en français très récemment. J'y ai trouvé un message de mon cher Jung me disant qu'il faut que j'arrête de tergiverser et que je me remette vite au travail !

" Lorsque j'ai lu le manuscrit, je me suis rendu compte que les inconvénients du travail de pionnier sont nombreux. On trébuche sur des domaines inconnus, on est berné par des analogies, on perd sans cesse son fil d'Ariane, on est submergé par les nouvelles impressions et possibilités, mais le pire, c'est qu'on ne ne sait qu'après ce que l'on aurait du savoir avant. La deuxième génération a l'avantage d'une vue d'ensemble approximative, même si elle est incomplète ; elle dispose de certains repères, situés au moins à proximité ou dans le périmètre de l’essentiel, et surtout, elle sait ce qu'on doit savoir avant de se lancer pour explorer à fond le territoire récemment découvert. Ainsi pourvu, un représentant de la deuxième génération peut regrouper des éléments très éloignés les uns des autres et donner une description cohérente de l'ensemble du domaine dont le pionnier n'a pu apercevoir l'étendue qu'à la fin de sa vie et son oeuvre. " C.G.JUNG.

Ariaga

 

30/01/2016

Pause pour arrêter de me gratter!

écriture,photo,vie,philosophie,spiritualité,société,photographie,plantes,santé

 

Il y a en ce moment en moi et autour de moi diverses contrariétés qui font que j'ai l'impression de vivre dans un bosquet de cactus particulièrement urticants. Obsédée par ces démangeaisons  dues à des obstacles d'ordre matériel ou mental je manque cruellement d'inspiration. Plutôt que de vous proposer des textes sans intérêt et de n’être pas suffisamment attentive à ce qui s'écrit sur les blogs amis je préfère le silence. Je vais donc observer une pause que j'espère d'une durée raisonnable pour revenir en forme et continuer ce blog qui est dans sa dixième année et auquel je tiens beaucoup.

Je vous embrasse tous amis connus et inconnus.

Ariaga

 

 

20/12/2015

L'hermione, une quête

Thalassa,voyage,l'Hermione,photographie,nature,culture,télévision,mer,Jung,

En regardant une très belle émission de Thalassa consacrée à "l'Aventure de l'Hermione" j'ai repensé à la chance que j'avais d'habiter à quelques centaines de mètres au moment où elle était à quai à la Rochelle en attendant son grand départ pour les Amériques. Un peu plus et je la ratais en partant à Tarbes! Je me suis souvenue de mes premières difficultés à la photographier qui avaient fait le sujet d'une note que vous trouverez à http://ariaga.hautetfort.com/archive/2015/03/15/l-hermion...

La photo que je publie aujourd'hui me semble illustrer le côté "humain", la montée toujours plus haut dans les grands mâts, qui ont été essentiels dans une aventure qui s'apparente à la quête du "trésor difficile à atteindre" dont parle souvent Jung et qui est magistralement racontée dans La légende du Graal d'Emma Jung et Marie-Louise von Franz.

Je songe aux vingt ans de patience qu’il a fallu à ces homme et femmes un peu fous pour sortir un jour du port de la Rochelle et gagner le grand large. Tous ceux qui ont tiré les cordages dans la même direction, ceux qui ont lâché, ceux qui sont venus se raccrocher. J'imagine  les moments d'exaltation et les découragement Et, comme pour les chevaliers, ceux qui périssent en chemin et ceux qui, enfin, parviennent au château où ils pourront se mettre au service de la Dâme Hermione si difficile à conquérir !

Les images de la traversée qui montraient à la fois les éléments entourant le fier navire et la vie d'un équipage qui, malgré des conditions de vie difficiles,  semblaient vivre un rêve éveillé, sans oublier un capitaine "habité" par sa mission, je crois qu'il s'agit de la quête d'un trésor qui se situait au delà du matériel ...

Merci pour cette odyssée.

Ariaga

 

13/12/2015

Cambriolages sur les sites

écriture,blogs,sites,philosophie,cambriolages,visiteurs,photographie

Les personnes qui se font cambrioler disent souvent que le pire ce n'est pas de s'être fait dérober leurs biens mais l'impression de dégout qui demeure à l'idée que l'on a manipulé leurs affaires personnelles, leur intimité. Je pense qu'il peut en être de même si on pénètre par effraction dans un bien non matériel auquel vous attachez de la valeur.

Ces derniers temps il y a eu des événements terribles qui auraient rendu indécent le fait de vous raconter ce qui s'est passé pour le site C.G.Jung, rêve, alchimie, homéopathie que nous avons crée en Septembre 2014 ; site qui nous a demandé beaucoup de travail et qui nous a apporté d'intellectuelles satisfactions jusqu'au jour ...

Si je vous raconte ce qui nous est arrivé c'est parce que cela peut arriver à tous ceux qui ont un site et qui, peut-être, n'ont pas pris des précautions très poussées pour le protéger.

Abomination! notre site, sans que nous nous en rendions compte car les malfaiteurs s'étaient bien gardé de le détruire et que le contenu apparaissait intact à nos yeux, n'était plus à nous mais à une bande de cambrioleurs qui utilisaient son adresse. Il a fallu qu’un bon samaritain, très versé dans les problèmes informatiques, me rende visite et découvre la présence des intrus.

 Je vous explique : En fait chacun fait le maximum pour que le contenu qu'il met en ligne soit lu et partagé. Mais parfois des personnes mal intentionnées s'en mêlent, prennent la main sur celui-ci grâce à des failles logicielles non corrigées ... et le tour est joué ... Ensuite elles installent en parallèle leur propre site, profitant de la notoriété du site hôte, hôte à son insu. Le site transformé délivre des pages qui mènent tout droit sur des ventes de produits illicites, etc... Google, principal pourvoyeur du trafic sur un site, le détecte et place le site en "zone rouge". Le trafic tombe ! je ne vous dis pas combien c'est difficile de se faire rayer de la liste noire et de retrouver la confiance de Google ... Il nous faudra des mois pour que le site retrouve son trafic habituel mais il est maintenant un vrai coffre fort ! 

Voici un des conseils de celui qui nous a sauvés en nous offrant des heures de travail pour assainir le site. : Mettre de vrais mots de passe sur les comptes et appliquer toutes les mises à jour de l'éditeur ! Ceci vaut pour tous les outils installés sur un site pour délivrer du contenu : wordpress, drupal, joomla, typo3 ...

Alors, amis qui avez des site, si vous voyez votre trafic diminuer ou des anomalies demandez à ce qu'il soit vérifié, sauvegardez souvent votre site, car il peut aussi être détruit. Je ne peux qu’espérer qu'il ne vous arrivera pas pareille mésaventure.

Ariaga

 

29/11/2015

Saint-John Perse,une ode à la femme

 

poésie,Saint-John Perse,amour,citations,littérature,nature,photographie

Saint-John Perse, en des lignes poétiques, pour moi inégalées, chante la femme en tant que fille de notre Mère Nature. Je voudrais aujourd'hui partager avec vous une petite partie de cet hymne à l'amour puissant comme une vague et d'un érotisme émouvant, au vrai sens du mot érotisme trop souvent galvaudé. Ariaga.

***

 " Ô femme et fièvre faite femme ! Lèvres qui t'ont flairée ne fleurent point la mort. Vivante - et qui plus vive ? - tu sens l'eau verte et le récif, tu sens la vierge et le varech, et tes flancs sont lavés au bienfait de nos jours. Tu sens la pierre pailletée d'astres et sens le cuivre qui s'échauffe dans la lubricité des eaux. Tu es la pierre laurée d'algues au revers de la houle, et sais l'envers des plus grands thalles incrustés de calcaire. Tu es la face baignée d'ombre et la bonté du grès. Tu bouges avec l'avoine sauvage et le millet des sables et le gramen des grèves inondées ; et ton haleine est dans l'exhalaison des pailles vers la mer, et tu te meus avec la migration des sables vers la mer..."

...

" Submersion! soumission! Que le plaisir sacré t'inonde sa demeure! Et la jubilation très forte est dans la chair, et de la chair dans l'âme est l'aiguillon. J'ai vu briller entre tes dents le pavot rouge de la déesse. L'amour en mer brûle ses vaisseaux. Et toi, tu te complais dans la vivacité divine comme l'on voit les dieux agiles sous l'eau claire, où vont les ombres dénouant leurs ceintures légères...Hommage, hommage à la diversité divine! Une même vague par le monde, une même vague notre course... Étroite la mesure, étroite la césure, qui rompt en son milieu le corps de femme comme le mètre antique, et l'odeur de ses vasques erre dans notre lit...Rouge d'oursin les chambres du plaisir."

Saint-John Perse

Amers, p. 333/334, La pléiade.

 

 

07/11/2015

Se laisser trouver par Dieu

dürckheim,citations,philosophie,spiritualité,religion,culture,photographie,dieu

Je propose aux amis du Laboratoire de méditer pendant cette fin de semaine sur cette citation de Karlfried Dürckheim  que je trouve réconfortante pour tous ceux qui se sont épuisés dans une action un peu frénétique à la recherche du divin. Ariaga.

***

" Les choses divines! Il faut s'arrêter de faire pour recevoir! L'homme dit par exemple : C'est un travail de trouver sa profondeur. Il faut chercher le divin. C'est absolument faux. L’Être divin vient vers nous : on doit se laisser trouver. On ne doit pas dire : " Je cherche Dieu ", mais : " Je voudrais me laisser trouver par Dieu ". C'est l'Être qui vous cherche.

Il y a  cette histoire de l'homme qui toute la nuit essaie d'enfoncer la porte derrière laquelle il croit entendre la voix des anges. Et il peine à pousser la porte. Finalement, mort de fatigue, il tombe en arrière, la poignée de sa porte dans la main et s’aperçoit que la porte s'ouvre vers lui. Mais elle ne s'ouvrait pas dans l'autre sens!

Vous devez donc permettre à l'Être de venir vers vous. En le cherchant, vous le repoussez de l'autre côté. "

L'esprit guide, entretiens avec Karlfried Dürckheim.

Albin Michel, p. 51

 

17/07/2014

À La Rochelle, la nuit est tombée

La rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,Francofolies,culture,art

La musique des Francofolies qui imprégnait toute la ville de La Rochelle jusqu'aux murs des maisons s'est tue, la nuit est venue mais les lumières brillent toujours et la grande roue symbolise le flot incessant des vacanciers qui circulent sur les quais et me font penser à un fleuve aspirant à la mer.

la rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,francofolies,culture,art

La marée est basse, on démolit les gradins remplacés par les voiliers et ce petit bateau rouge  échoué sur la vase fait encore le fier car il ignore que la fête est finie.

la rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,francofolies,culture,art

C'était beau, il y en avait pour tous les budgets du  spectacle de rue aux luxueuses tentes où on buvait le champagne, l'essentiel pendant cette folle fête c'était de ne pas perdre la tête et...

la rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,francofolies,culture,art

de savoir, pour les nostalgiques, que, comme cette puissante sculpture de vague, les Francofolies  déferlent depuis longtemps sur la Rochelle alors cela recommencera, encore et encore ...

Ariaga

14/07/2014

Les chiens aussi vont aux Francofolies

Le spectacle est partout dans la rue pendant les Francofolies de La Rochelle. C'est un peu comme si la ville entière vivait au rythme de la musique et des rencontres. J'ai surtout l'impression de devenir un regard et une grande oreille tant il y a à voir et entendre.

la rochelle,francofolies,vacances,société,chiens,photographie,voyage

Que regardent-ils ? Des musiciens, des chanteurs des équilibristes, des groupes bariolés de musiciens et danseurs venus de très loin. Je ne sais plus  ...

la rochelle,francofolies,vacances,société,chiens,photographie,voyage

Les chiens aussi vont aux Francofolies...

la rochelle,francofolies,vacances,société,chiens,photographie,voyage

et ils regardent sagement les spectacles de rue en compagnie de leur maître...

la rochelle,francofolies,vacances,société,chiens,photographie,voyage

 même il leur arrive  de faire de belles rencontres !

Ariaga

11/07/2014

Francofolies, l'attente

Quand on se promène dans La Rochelle au moment où vont commencer les Francofollies il règne une ambiance d'attente. Certains sont tellement pressés de trouver leur place pour écouter, dormir, échanger que le spectacle commence en dehors des lieux mythiques du festival.

francofolies,la rochelle,musique,cahnson,vacances,photographie,société,voyage

Ceux-là ont emporté leur maison sur leur dos et sont parés pour toute éventualité y compris dormir dehors par tous les temps.

francofolies,la rochelle,musique,cahnson,vacances,photographie,société,voyage

Des cyclistes ont trouvé le meilleur emplacement de l'autre côté du canal à quelques encablures de la grande scène. 

francofolies,la rochelle,musique,cahnson,vacances,photographie,société,voyage

Certains ont commencé à prendre place pour entendre gratuitement les concerts car la sono est généralement tellement assourdissante que l'on est saturé de musique si on habite à moins d'un kilomètre. Ils ont été déçus car cette année le son était beaucoup moins fort. Égoïstement, même si j'aime les Francofolies, j'ai bien apprécié de pouvoir dormir la nuit ...

francofolies,la rochelle,musique,cahnson,vacances,photographie,société,voyage

Les interdictions sont faites pour être contournées et il y avait de sympathiques petits groupes qui jouaient un peu partout pour notre plus grand plaisir.

Vous pouvez cliquer sur les photos pour agrandir et suite au prochain numéro !

Ariaga

28/06/2014

L'emploi du nous dans les thèses

écriture,société,philosophie,culture,université,thèse,photographie

Vous pensez peut-être, amis lecteurs, que cette paire de chaussures qui semble avoir beaucoup servi n'ai rien avoir avec avec le processus de fabrication et de soutenance d'une thèse mais j'y vois le symbole d'un très longue et douloureuse marche et du besoin d'abandonner ces deux objets de souffrance quand on est arrivé au bout du chemin.

Mais je m'éloigne de mon sujet qui était l'emploi du nous dans les thèses. Il est en effet demandé au rédacteur de ce lourd pavé (si ce n'est pas gros c'est que l'on a pas assez travaillé !) d'employer le nous au lieu du je. Il parait que ce "pluriel de majesté" est un "pluriel de modestie" car il y a d'autres personnes impliquées, par exemple le directeur de thèse. Pour moi, cela m'a surtout donné une sorte de dissociation schizophrénique dont je vais tenter de guérir dans le futur site (ouverture le 7 Septembre) où mon travail consistera à réfléchir sur ce cas difficile !

En effet, cet emploi du nous me ramène à Jung qui disait dans Ma vie  qu'il y avait deux personnes en lui. Pendant ce long travail, quand il s'agit de philosophie dite "générale" on est censé avoir une grande (enfin on le croit ...) idée, une thèse, et la défendre de manière pertinente et suffisamment ennuyeuse et obscure pour avoir l'air profond. Le problème c'est que nous avons été deux à ramer pendant des années pour arriver à un résultat qui permette que le jury dise oui. Il y avait un moi soutenu par la voix intérieure qui avait inspirée ma recherche et puis ma "persona", cet autre moi, le moi public qui voulait être aimable pour un directeur de thèse plein de gentillesse mais auquel mes idées faisaient très peur et qui ne connaissait pas du tout Jung. Aimable aussi pour les futurs membres du jury au sujet desquels il me disait : Cela ne passera pas ; et bien d'autres contraintes ... Ce deuxième moi a souvent gagné et c'est la persona qui a rédigé la plus grande partie de la thèse et fait suffisamment le beau pour réaliser une belle soutenance.

Je pense ne pas être la seule à avoir ressenti ce fossé entre ce que l'on pense et ce que l'on écrit dans un travail universitaire et c'est pour cela que je me suis un peu épanchée sur ce sujet alors que vous savez tous que je n'aime pas trop personnaliser mes notes même si, selon une de mes lectrices, j'ai fait des progrès ces derniers temps. Cette note est aussi une introduction au fait que je vais sur le site  tenter de critiquer ce second moi avec, je l'espère, une note d'humour.

Ariaga