UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les chiens aussi vont aux Francofolies | Page d'accueil | Portraits ... »

17/07/2014

À La Rochelle, la nuit est tombée

La rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,Francofolies,culture,art

La musique des Francofolies qui imprégnait toute la ville de La Rochelle jusqu'aux murs des maisons s'est tue, la nuit est venue mais les lumières brillent toujours et la grande roue symbolise le flot incessant des vacanciers qui circulent sur les quais et me font penser à un fleuve aspirant à la mer.

la rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,francofolies,culture,art

La marée est basse, on démolit les gradins remplacés par les voiliers et ce petit bateau rouge  échoué sur la vase fait encore le fier car il ignore que la fête est finie.

la rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,francofolies,culture,art

C'était beau, il y en avait pour tous les budgets du  spectacle de rue aux luxueuses tentes où on buvait le champagne, l'essentiel pendant cette folle fête c'était de ne pas perdre la tête et...

la rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,francofolies,culture,art

de savoir, pour les nostalgiques, que, comme cette puissante sculpture de vague, les Francofolies  déferlent depuis longtemps sur la Rochelle alors cela recommencera, encore et encore ...

Ariaga

Commentaires

En ce temps de repli on ne peut sans doute éviter un peu de vague à l’âne, du Poitou bien sûr, un proche voisin et un habitué du déferlement.

Écrit par : Amezeg | 17/07/2014

"cette puissante sculpture de vague"...Peux-tu nous indiquer le nom de l'artiste?
Bien "vitaminée" aussi ta Note, merci et amitié.

Écrit par : Louis-Paul | 17/07/2014

@ Louis-Paul, la sculpture "la vague" de la Rochelle est de Christian Renonciat. Inaugurée en 2003 c'est un hommage aux marins perdus en mer (j'habite tout près).
www.christianrenonciat.com:82/4daction/Info

Écrit par : Ariaga | 17/07/2014

Coucou Ariaga, il parait qu'il y avait affluence record pour les francofolies de cette année ! Tu étais aux premières loges. Merci du partage. Bises

Écrit par : danae | 17/07/2014

La fête est finie mais ce n'est pas une défaite pour autant. Toi qui fut aux premières loges, ta réservation est déjà faite pour l'année prochaine. Bises Ariaga !

Écrit par : Joséphine | 17/07/2014

@ARIAGA À TOUS, j'ai du débrancher internet à cause des orages mais je veille !

Écrit par : Ariaga | 19/07/2014

Tiens, mais bonjour Ariaga et compagnie !

Dans Francofolies, moi j'entends surtout folies, de celles dont on ne peut faire l'économie si l'on veut toucher à la sagesse.
Et puis ces folies aussi, maisonnettes de jardins de châteaux, au XVIII et XIXè siècle, où l'on pouvait, caché, faire des folies à son goût.
Ces Folies Bergère où il n'y a aucune bergère, d'ailleurs !
Savez-vous que "Folies" est aussi une commune de la somme...
et c'est aussi un "Trouble du comportement et/ou de l'esprit, considéré comme l'effet d'une maladie altérant les facultés mentales du sujet"!
Pauvres sont ceux qui n'osent s'y laisser aller, il me semble.
Je la cultive pour ma part comme une plante précieuse, car elle est ma seconde nature.

Francofolies, disiez-vous ?
j'ai digressé, excusez-moi...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 19/07/2014

Je souris en lisant ta note agrémentée de photos. C'est de l'humour et j'espère que tu t'en es sortie avec tout ce bruit. Car je me souviens que l'année dernière tu avais souffert. Merci pour le partage. Bon week end.

Écrit par : elisabeth | 19/07/2014

Place de sureté depuis bien longtemps
jamais ne désarme face au vacarme
et ne rend point les armes même en cas d'alarme
la larme à l'oeil quand les dernières notes
pas toutes salées selon les commensaux
ainsi commence haut la saison
pour continuer sur la grève
mais pas seulement intermittente
avant que des universités
ne viennent remplacer du lieu
l'animation et remplir les quais
d'autres intrépides

Écrit par : Thierry | 20/07/2014

Avec une pensée pour son fondateur qui nous a quittés : JLouis Foulquier que j'appréciais particulièrement. Bon retour au calme après la folie ..
cassiopee.binhoster.com

Écrit par : Sedna | 20/07/2014

@ Amezeg, et quand on traverse le pont pour aller à l'Île de Ré on trouve des ânes qui portent culotte !

Écrit par : Ariaga | 20/07/2014

@ Danae, j'étais surtout un peu en retrait pour ce qui est de participer 'sauf avec les oreilles ...) car je me suis fait une petite foulure de la cheville? Je marchais quand même un peu mais j'ai moins profité que prévu de mes visiteurs. Si tu viens me voir un jour je prendrai une assurance auprès de certaines bonnes sorcières de ma connaissance !!!!!

Écrit par : Ariaga | 20/07/2014

@ Joséphine, je vis dans l'instant et je me garderai bien de faire des projets pour l'année prochaine car la vie m'a appris que rien ne se passe jamais comme prévu.

Écrit par : Ariaga | 20/07/2014

Et des ânesses qui la portent aussi, c’est avéré, Ariaga.

Écrit par : Amezeg | 20/07/2014

@ Amezeg mais je te crois ....

Écrit par : Ariaga | 20/07/2014

@ La gaillarde conteuse, mais dis, tu tiens une de ces forme folle qui me fait bien plaisir. Je me demande si tu n'as pas fait un petite incursion dans les cales du célèbre bateau " La Délivrance" dont j'ai ouï dire qu'il navigue toujours sur la mer des voyages imaginaires.

Écrit par : Ariaga | 20/07/2014

Ma chère Ariaga, c'est un bateau que je connais très bien, pour l'avoir croisé voici déjà plusieurs siècles, sur l'océan des rêves... ses cales, tu as raison, sont garnies de mets et de nectars irremplaçables, réservés cependant aux très fins connaisseurs.
Dans ce laboratoire, certains me semblent l'être...
Ils se reconnaîtront...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 20/07/2014

Bonjour Ariaga, j'espère que tu peux à nouveau mieux marcher. Un jour peut-être je viendrai, qui sait ? En attendant je te souhaite un joyeux été à la Rochelle, une ville pleine de charmes. Je t'embrasse

Écrit par : danae | 20/07/2014

Délivrance n'est pas recouvrance mais le mal n'est pas partout
si la mer est presque immanente.
Un message d'espoir au large pour faire plus que décharger une barge et s'éloigner des berges.
Césure et puis éloignement, de la vue et des soucis comme si c'était possible de mettre au loin ce qui ne nous fait pas de bien.

Écrit par : Thierry | 20/07/2014

@ Thierry, j'aime beaucoup ton ode à la Rochelle, une ville où je ne suis pas venue par hasard car j'y ai des racines. Et moi aussi je ne désarme pas facilement.

Écrit par : Ariaga | 20/07/2014

@ Sedna, les dernières francofolies lui rendaient hommage. Moi aussi je l'appréciais beaucoup.

Écrit par : Ariaga | 20/07/2014

Ré est plus mon domaine mais il m'arrive de m'arrêter en passant
pas assez à vrai dire, pas assez à mon gout, mais on est toujours trop pressé et le pont est si direct, le bac au moins ménageait des attentes

Ré la blanche

Ile multiple rassemblée par les courants
Protégée vers le large de longues digues
Elle étale ses marécages nonchalants
Parcourue de toutes parts par des marais.
Diverse elle est et offre plusieurs visages
Selon qu’on suit, du sud au nord, ses rivages
Propice à la découverte de sa nature sauvage
Il faut prendre le temps d’entrevoir ses trésors.
Refuge des oiseaux, elle abrite dans ses décors
De nombreuses espèces, le temps d’une migration
Ou plus car hospitalière, elle est ré ellement.
Rempart venté malgré son plat elle est vantée
Pour sa tranquillité ; malgré l’affolement estival.
Et même si elle ne donne lieu à aucun festival
C’est pour mieux montrer le visage caché de célébrités
Qui, de la notoriété parisienne, sont venues d’abriter.
Alors suivre ses pistes balisées sans s’arrêter de pédaler
Pour sillonner, sans les couper, des endroits magiques
Cela demande parfois un effort plutôt énergique
Qui permet de voir dans les vignes les lapins détaler.
On se plait à imaginer que vont souffler des cétacés
Qui seraient assez proches au point de les embrasser.
Le sel donne décidément à notre île couleur et richesse
Mais il faut, du temps, apprécier le manque de vitesse
Comme si à l’écart du continent il s’écoulait moins vite
Du reste des vacances il convient que l’estivant hésite
Avant de s’agiter en tout sens car, dans cette communion
Avec une nature exigeante et presque trop secrète
Il ne fait pas bon s’exposer à de grandes réunions
Car l’appel du large se sent plutôt qu’il ne se décrète.

salut du Lauraguais avec temps orageux et petit moral !

Écrit par : Thierry | 20/07/2014

jamais un rempart n'est parfait
on s'empare de cet espoir
pour se croire définitivement à l'écart
des aléas
jamais une citadelle ne nous rend libre
elle nous accueille et nous protège
mais nous enferme
jamais une construction n'est infaillible
elle soutient un siège mais peut céder
aux coups de boutoir
jamais au grand jamais
malgré ce que l'on voudrait bien croire
dans l'assaut du temps et le cours de la vie
nous ne saurons endiguer la folie
des hommes, la bêtise ni la méchanceté
et ces déferlantes qui nous prennent
attestent de l'impossibilité
d'un havre définitif de paix
c'est surement pourquoi
avec cette épée de Damoclès
Il faut être sur le qui vive attentif
Et vigilant, car le risque existe
Et il faut en débusquer les circonstances
Paramètres et linéaments
Sinon on croit aveuglément
Que tout va tenir et nous retenir
Alors qu'inexorable la vague du temps
Passe et va nous emporter
Notre finitude ne doit être fondée
Que sur cette certitude

Écrit par : Thierry | 20/07/2014

Un festival que j'aimerais bien voir mais je ne suis jamais dans la région à cette époque. Pourtant je vais souvent dans le coin, à l'île de Ré, respirer l'air du grand large. J'espère que tu as bien profiter de la musique. Maintenant un peu de silence....

Écrit par : Daniel | 21/07/2014

OK pour le lien... Bonne semaine
cassiopee.binhoster.com

Écrit par : Sedna | 21/07/2014

Merci de ta réponse Ariaga, je découvre...

Écrit par : Louis-Paul | 21/07/2014