UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2011

Rimbaud, alchimiste poète

poésie,écriture,littérature,alchimie,philosophie,rimbaud,photo

Pour HÈCATE , auteur du blog "le fil d'Archal "

Elle m'a donné l'envie de refaire une lecture du poète Arthur RIMBAUD. Une lecture épurée des émois de l'adolescence auxquels ce poéte était associé dans mon souvenir et aujourd'hui influencée par les alchimistes Philosophes de la Nature du Moyen Àge. J'ai opéré une "distillation" qui n'a laissé au fond de la cornue que les délires de l'"alchimie du verbe".

Dans la tentative rimbaldienne de transmutation du verbe en l'or de la poésie, on retrouve toute la démarche vers l'Oeuvre de ces anciens alchimistes désireux de trouver en eux la Pierre qui leur permettrait de transformer la matière vile, le fumier sur lequel bourdonnent les mouches de Rimbaud, en l'Or véritable. Cette soif inextinguible, "voir l'or et ne pouvoir le boire", que ressent le poète est semblable à celle des alchimistes qui se consumaient en prières dans l'oratoire et se désséchaient devant l'athanor brûlant.

"Le déréglement de tous les sens", "le désordre de l'esprit", la santé menacée de Rimbaud étaient semblables aux hallucinations et à la mort lente des alchimistes drogués, empoisonnés, par les vapeurs de Mercure et autres produits contenus dans leur cornue où ils opéraient le "supplice de la matière". Pour eux, comme pour Rimbaud, et ce fut aussi le cas pour C.G.Jung, le matériau de L'oeuvre était leur corps et leur esprit. Leur langue obscure et fourmillant d'allusions symboliques cherchait désespérément à exprimer l'inexprimable, à "fixer des vertiges" comme celle du poète.

On observe cette démarche alchimique dans l'invention de la couleur des voyelles où se retrouvent les trois phases essentielles de l'Oeuvre.

A noir, la nigredo, l'oeuvre au noir,  où la matière primordiale, celle que l'on peut trouver dans les "ruelles puantes" ou les dédales de la folie. Cette matière est décomposée, dissoute, recomposée en de multiples morts et résurrections.

E blanc, c'est l'albédo, le passage au blanc, le moment où l'ensemble des couleurs, sous l'influence de l'argent et de la lune et les contenant toutes , produit la couleur unique que les alchimistes appellent la "queue du paon". C'est l'aube précédant le lever du soleil.

I rouge, la rubedo, l'oeuvre au rouge des alchimistes symbolisant le soleil , l'illumination, la fusion du masculin et du féminin, ce qu'ils appellent les noces alchymiques.

Vous me direz que deviennent le O bleu et le U vert de Rimbaud. Là je suis obligée d'imaginer et je verrais bien le U comme le récipient de l'oeuvre et le O comme la totalité, le son suprême de la première à la dernière parole. Je voudrais bien, moi aussi,  avoir mes folies, mes hallucinations et devenir un "opéra fabuleux" . On peut toujours rêver ...  et pourquoi pas, comme à la fin de L'alchimie du verbe parvenir à un dernier stade de la transmutation où, enfin apaisé, on sait saluer la beauté dans son ultime nudité.

Ariaga

Vous pouvez lire sur mon autre blog, extraits du Laboratoire,  un texte intitulé "au sujet de l'athanor".

31/10/2011

Dans la bulle

jeune fille dans la bulle.jpg

 

Juste une photo, pendant qu'un texte mijote sur l'athanor du Laboratoire. Si certains visiteurs ont des mots qui leurs viennent en regardant cette bulle habitée, je serai heureuse de les lire ...

Ariaga

 

Vous pouvez, si vous en avez envie, lire une poésie intitulée : Un chanteur de charme, sur mon autre blog, extraits du Laboratoire.

08/10/2011

Rêve d'Encelade

Encelade.jpg

Photo (crédit Nasa) fournie par Lechantdupain auquel je dédie cette poésie. Depuis des années je fréquente son Astroport, je lis ses articles sur son blog, je me promène dans sa poussière d'étoiles et je rêve avec lui du ciel et de la terre.


Partie en orbite,

allongée en frissons d'ondes,

quand je rêve d'Encelade où je fais une ballade,

de ma langue devenue sonde,

creusant vers la mer cachée,

je goûte un morceau de lune,

de la lune de Saturne,

au parfum geyser salé.

 

Elle est si blanche la glace où je patine l'espace

que je fonds dans dans la lumière

goutte d'univers ...

 Ariaga

 

Sur le blog Extraits du Laboratoire vous pouvez lire un texte intitulé : Un dictionnaire de symbolique alchimique.

25/09/2011

Barrières

poésie,alchimie,philosophie,spiritualité,femme,photo,écriture

 

Plantés comme une barrière

les échardes dans la chair

et le poteau du passé

auquel je suis attachée.

 Les doux pièges des chimères

obscurcissant la lumière,

et ce chant que je connais

ce chant qu'on m'avait donné

l'ai-je vraiment oublié ?

 

Comme ils sont durs à monter

les alchimiques degrès

qui mènent au temple intérieur

où s'accomplit le Labeur.

Ariaga

 

Si vous le désirez, vous pouvez lire un texte sur l'autre blog. Voici le lien : Étienne Perrot et l'alchimie.

30/08/2011

À la frontière de la chair

fissure dans la terre.jpg

C'est comme un grand blanc,

qui fige l'écran.

C'est comme un silence,

de grande exigence.

C'est comme une prière,

juste à la frontière

de la chair.

 Ariaga

 

Pour ceux qui restent sur leur faim je propose sur mon blog d'extraits du laboratoire un texte de Pierre TRIGANO dont voici le lien sur le SOI.

Je vous recommande aussi d'aller lire un excellent article de Jean BISSUR sur JUNG ET LA MORT.

 

 

 

 

31/07/2011

Voyage en enfance

écriture,poésie,Bretagne,voyage,vacances,photos,enfance

Loin des routes de vacances,

sur les chemins de l'errance,

s'en aller pour un voyage,

au lointain pays d'enfance.

 

écriture,poésie,bretagne,voyage,vacances,photos,enfance

Au delà de la mémoire,

se souvenir des histoires,

encagées dessous les coiffes,

racontées jusqu'à plus soif.

 

écriture,poésie,bretagne,voyage,vacances,photos,enfance

Entendre encore une fois,

les sons aigus du Bagad,

quand binious et cornemuses,

appellent le cri des mouettes.

 

Ariaga

Vous pouvez lire sur mon autre blog "Extraits du Laboratoire" un texte poétique d'Étienne PERROT, extrait de son ouvrage Coran teint . Pour le lien vous pouvez cliquer !

03/07/2011

Vacances de rêve

écriture,rêve,vacances,photo,poésie,société

Photo ÈPHÊME

Voici venir le temps de donner vie aux rêves et de partir en vacances sur les chemins de la réalité. Je laisse aux fidèles lecteurs les clefs du Laboratoire et le soin d'entretenir un petit feu dans l'athanor. Quand je serai usée par les frottements au monde je reviendrai, les poumons tout gonflés d'absence, souffler sur les braises de l'imaginaire.

Une pensée pour tous ceux qui partent et, encore plus, pour ceux qui, pour diverses raisons, ne partent pas.

Ariaga

20/06/2011

L'Unique Musique

musique,poésie,écriture,femme,philosophie,spiritualité,photo

Sortir de chez soi,

fuyant les lumineuses chimères,

arracher de ses doigts tremblants,

arracher jusqu'au sang,

les pierres du mur de la peur.

 

Avancer sans parures,

vers le lieu des épousailles du ciel et de l'abîme,

et sourde au caquetage mental,

ne plus entendre que la note qui caresse l'âme,

la note ruisselante

de l'Unique Musique.

Ariaga

 

Sur le blog "Extraits du laboratoire" vous trouverez un ancien texte sur la relation entre C.G.Jung et les arts, en particulier la musique. Vous pouvez cliquer sur le lien.

13/06/2011

Table abandonnée

Ils on quitté la table.jpg

Ils on quitté la table, là où ils m'invitaient parfois à partager d'étranges nourritures. Les muses si capricieuses, le vieil alchimiste qui murmure à l'oreille de mon coeur, Jung et son sourire ironique, ils sont tous partis me laissant affamée et sans inspiration ... et j'attends leur retour.

Ariaga

Je vous propose, en nourriture, sur l'autre blog, Extraits du Laboratoire, une citation d'Étienne PERROT sur la langue des oiseaux. Vous pouvez cliquer sur le lien.

05/06/2011

La couleur de la joie

couleurs sur l'eau.jpg

Dis moi, toi qui passes ici,

dis moi quelle est la couleur de la joie ?

Douceur du lever de l'aurore,

hymne incandescent,

alchimique soufre rouge,

alcool qui flambe aux joues de la fille,

corail intime,

tatouages de la mémoire,

rosée de l'instant,

et pourquoi pas tout simplement

l'arc en ciel de l'amour ?

Ariaga

 Je vous propose sur mon autre blog Extraits du laboratoire Une citation de C.G.Jung sur les couleurs dans le processus alchimique. Vous pouvez cliquer sur le lien.

 

 

 

 

 

 

29/05/2011

Points de suspension...

écriture,culture,philosophie,société,photo,poésie

Elle ne veut pas tomber dans le creux de la parole,

la parole pour ne rien dire,

alors elle reste en points de suspension

sur les bords de la profondeur ...

Ariaga

Aujourd'hui, sur le blog Extraits du Laboratoire une citation de C.G.JUNG sur la projection. Cliquez sur le lien.

28/04/2011

Le temps qui passe

 

écriture,poésie,amour,photo,nature,passion,anniversaire

On lui dit que le temps qui passe

fait que la douleur se lasse

et quand parfois elle ressasse

des souvenirs qui se mâchent

comme une herbe amère

elle espère

que ce temps laboureur

creusera un sillon

si profond qu'aux trèfons

s'enfouira la douleur ...

Ariaga

 

Vous trouverez sur l'autre blog une citation extraite des Sept Sermons aux Morts de C.G.Jung en cliquant sur le lien.

18/04/2011

L'échelle d'ombre de l'inconscient

écriture,poésie,philosophie,Jung,société,citation,culture

 

Pour naviguer sur le fragile esquif du Moi

il faut savoir écoper l'eau qui s'insinue par les fissures.

Si la coque est envahie

se séparer de la bouée des certitudes et du collier d'angoisse.

NU

accepter la périlleuse descente par l'échelle d'ombre

qui conduit vers les abysses.

Ariaga

Vous trouverez dans Extraits du Laboratoire une citation de C.G.Jung sur l'angoisse et le bruit. Cliquez sur le lien.

11/04/2011

Recette alchimique

 

écriture,alchimie,jung,philosophie,poésie,psychologie

Frôler les abîmes,

soulever le couvercle du poids de l'ombre,

aller dans la profondeur brute où s'agitent d'improbables assemblages,

ouvrir le vase hermétique du mystère,

dégager la gangue qui emprisonne la pierre,

et peut-être se trouver face à soi-même.

Ariaga

Avec cette note, vous trouverez dans Extraits du laboratoire, l'autre blog, une citation de C.G.Jung sur l'image de Dieu. Pour avoir le lien il suffit de cliquer sur le titre.

01/04/2011

L'écriture ...

écriture,poésie,art,photo,culture,philosophie

 

L'écriture a des creux et des bosses

des trous noirs des orbites dorées.

L'écriture a un corps masculin-féminin

et un neutre farouche où mûrit le silence.

L'écriture dépérit

suffoquant dans les cendres oppressantes d'une jouissance étouffée.

L'écriture désincarnée aspire au retour du rythme ancien

celui-là qui se répandait dans tout son corps et pulsait comme un coeur.

Ariaga