UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Vacances dans la tête | Page d'accueil | Connaissance et expérience »

15/03/2017

L' Oeuvre au Noir

alchimie,livre,citations,marguerite yourcenar,philosophie,spiritualité,jung,ariaga

Marguerite Yourcenar et son livre l'Oeuvre au Noir, qui est quasiment sorti tout seul de ma bibliothèque où il dormait depuis longtemps, m'ont donné à nouveau l'envie de partager sur ce blog. Je l'avais lu il y a...une bonne quarantaine d'années mais je viens de le relire et j'ai compris que...je n'avais pas compris ! Mais ceci est une histoire entre moi et Moi. 

Je n'avais pas vu que, à la fin du premier chapitre, à la p.20, la clef pour ouvrir la porte est offerte au lecteur. C'est le moment où Zénon, l'alchimiste auquel on demande avec qui il a rendez vous répond : " Moi-même ". 

Entre autres, deux moments du livre m’ont éclairée comme si je voyais une lampe brillant dans un noir où je me serais perdue. 

Dans le chapitre l'abîme il est écrit :

"Depuis plus d'un demi-siècle, il se servait de son esprit comme d'un coin pour élargir de son mieux les interstices du mur qui de toute part nous confine. Les failles grandissaient, ou plutôt le mur, semblait-il perdait de lui même sa solidité sans pour autant cesser d'être opaque, comme s'il s'agissait d'une muraille de fumée au lieu d'une muraille de pierre."(p.234)

Comment ne pas penser à Jung quand il disait que, pour lui, les murs entre le conscient et l'inconscient étaient plus transparents que pour d'autres ?

Toujours dans le même chapitre ces mots qui m'ont profondément touchée :

" La première phase de l'Oeuvre avait demandé toute sa vie. Le temps et les forces lui manquaient pour aller plus loin, à supposer qu'il y eut une route, et que par cette route un homme put passer. Ou ce pourrissement des idées, cette mort des instincts, ce broiement des formes presque insupportable à la créature humaine seraient rapidement suivis par la mort véritable, et il serait curieux de voir par quelle voie, ou l'esprit revenu du domaine du vertige reprendrait ses routines habituelles, muni seulement de facultés plus libres et comme nettoyées. Il serait beau d'en voir les effets. "(p.239).

Les caractères gras soulignent l'essentiel.

Ariaga

 Pendant ma pause, des textes et poésies ont été publiés sur le site C.G.Jung, rêve, alchimie, homéopathie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Le "Maître intérieur" sait nous trouver en nous mettant sous le nez ce dont nous avons juste besoin à un moment donné... Merveilleuse Marguerite Yourcenar, dont je n'ai pas pour ma part fréquenté ce livre (et tu me donnes envie de m'y plonger !) mais "La Couronne et La Lyre", cette anthologie de poèmes grecs traduits par ses soins (car ma spécialité à moi n'était pas l'Alchimie, mais la Poésie grecque !)...
Pour revenir à tes propos, voici mon ressenti : ce que tu ne comprends que maintenant, l'a-t-elle elle-même compris en l'écrivant ? Le "mental", l'intellect sait quantités de choses, répète quantités de choses qui sont lettre morte, jusqu'au moment où "le Maître intérieur" ouvre l'oeil de notre Coeur qui, brusquement VOIT ce que l'intellect aveugle n'avait pu percevoir... Miracle alors !

Écrit par : Aloysia | 15/03/2017

Mercredi
Bon très chère dame d'abord chapeau,
je n'ai jamais pu faire grand route dans ce livre
rop fort pour moi.
Tu e m'invites à envisager encore une nouvelle visite.

Mon roman me prend beaucoup de temps de silence
pour être là
quand il me visite et vient porter la continuité de sa flamme.
je ne peux malheureusement pas le mettre
trop de risque et c'est demander beaucoup aux lecteurs commentateurs
et quand tu vois 200 clocs
trois commentaires
cela me met l'échine avec des poils
je fais l'école buissonnière
avec ce qui me passe sous la main
je boude ce type de flegme protecteur
cela ne me ressemble pas

alors le temps que je passais
au temps blog j'ai repris les livres avec plus d'attention.

merci de ce papier qui donne en plus une clé.
je crois que c'est le livre de marguerite qui me résiste le plus
des relectures de certains de ses livres
me montre qu'à chaque âge la traversée d'un livre avec marguerite
est une nouvelle avanture avec elle dans la profondeur de l’être.
reposes toi bien dans les livres et la poésie et young..
tendrement prés de toi dans un transat au soleil en regardant la ligne des pyrénnées.

tendress

Écrit par : lamangou | 15/03/2017

j'aime beaucoup les histoires qui sont entre soi et Soi

coucou Ariaga
Beau jour

Écrit par : Maria-D | 15/03/2017

il y a des livres à relire - ils ne sont pas si nombreux- et celui là en fait partie. Je l'ai lu jeune, trop jeune sans doute, je m'en vais le traquer sur mes étagères et le mettre sur la pile.

Écrit par : la Mère Castor | 16/03/2017

Marguerite Yourcenar reste pour moi un souvenir cinématographique. Je n'ai guère le temps de me plonger dans ce Oeuvre au Noir, privilégiant en cette saison ma palette de couleurs.
Grand merci d'être venue me rendre visite.
Chinou

Écrit par : Chinou | 16/03/2017

J'ai savouré chaque mot et chaque réflexion!
Comme une envie de suivre cette route:
" il serait curieux de voir par quelle voie, ou l'esprit revenu du domaine du vertige reprendrait ses routines habituelles, muni seulement de facultés plus libres et comme nettoyées. Il serait beau d'en voir les effets."
et
balayer tous les murs qui emprisonnent les hommes

Écrit par : Marie Minoza | 16/03/2017

Entre moi et moi, cette distance que j'essaie de réduire. Ces extraits sont particulièrement forts et me donnent l'envie d'aller plus loin dans cette lecture.

Écrit par : Sedna | 16/03/2017

La vie est une alchimie en soi. Il faut éviter de vivre dans des rigidités, des principes et des résistances qui broient l'originalité de notre être. Le flux de la vie doit couler en nous le plus facilement possible. Alors la transformation aura lieu. Un souffle nouveau coulera dans nos veines.

Écrit par : Daniel | 17/03/2017

Merci Ariaga pour ton message sur mon blog. L'espoir est important pour sortir de l'abîme avec "des facultés plus libres et comme nettoyées".

Écrit par : Francine | 17/03/2017

J'ai beaucoup aimé ta poésie
Don à la nature

http://www.jung-reve-alchimie.fr/ariaga-poesie/alchimie-de-nature/
La femme offerte et féconde
Vrai don de l'humanité

Écrit par : Marie Minoza | 17/03/2017

@ Marie Minoza, je suis heureuse que tu aies aimé ma poésie car ce n'est pas le cas de tout le monde ... J'ai même reçu un mail me disant que cette personne était très déçue que j’écrive des choses aussi vulgaires !!!!!

Écrit par : Ariaga | 17/03/2017

@ Aloysia, je suis tout a fait d’accord avec ce que tu écris. Il y a des moments où ceux qui écrivent ne sont que les relais d'une pensée qui les dépasse. C'est d’ailleurs quand cela n'arrive plus que l’envie vient de faire silence. Et puis quelque chose arrive, un rêve par exemple.

Écrit par : Ariaga | 17/03/2017

@ la Mère Castor, ce n'est pas un livre qui se laisse attraper. Il est comme un chat, il faut attendre qu'il vienne...

Écrit par : Ariaga | 17/03/2017

@ Lamangou, merci et bonne écriture.

Écrit par : Ariaga | 17/03/2017

@ Maria-D, la lumière est magnifique et la chaleur intérieure revient.

Écrit par : Ariaga | 17/03/2017

Merci pour ce partage.

https://youtu.be/UXv923PTlJU

Écrit par : Miche | 18/03/2017

Sur ton autre site, on ne peut pas mettre de commentaires.. Est-ce ce que c'est ton souhait ?

Écrit par : Sedna | 18/03/2017

Une petite halte amicale par ici et te souhaiter un bon we

Écrit par : Joëlle | 18/03/2017

Marguerite Yourcenar fait partie de ces auteurs (es) qui, dans ces écrits et analyses, autorisent l'individu à manifester un droit de regard sur sa propre trajectoire. N'a t-elle pas écrit: " Le véritable lieu de naissance est celui où l'on a porté pour la première fois un coup d'oeil intelligent sur soi-même"

Écrit par : alezandro | 19/03/2017

Ces livres sont des magiciens ! Bon retour et amitié.

Écrit par : Louis-Paul | 19/03/2017

@ Sedna, il y a du y avoir un bug , si tu parles bien de mon autre blog extraits du Laboratoire, Et non pas du site C.G.Jung ...... car je n'ai pas fermé les commentaires. Simplement comme les textes sont des reprises du Laboratoire les "habitués" mettent surtout les commentaires ici.

Écrit par : Ariaga | 19/03/2017

@ La mMère Castor, c'est vrai que des livres lus longtemps après sont comme de nouveaux livres car ce n'est plus exactement la même personne qui les lit.

Écrit par : Ariaga | 19/03/2017

@ Chinou, tu as bien raison de privilégier ta palette de couleurs et si j'avais ton talent je ferais la même chose.

Écrit par : Ariaga | 19/03/2017

Bonjour Ariaga je ne pense pas que le second prénom de mon fils soit Hadrien par hasard.
merci de ton retour c'est plus rassurant
à très bientôt

Écrit par : Thierry | 19/03/2017

Il m'attend avec d'autres depuis longtemps ... je vais revenir vers lui... merci !

Écrit par : Nikole | 20/03/2017

Quand j'étais jeune je ne relisais jamais mes livres et j'étais toute surprise que ma mère le fasse. Maintenant que j'ai l'âge que ma mère avait à ce moment-là, je me surprends à lire, relire, relire encore les livres que j'aime ou ai aimés... Et à chaque lecture, une nouvelle petite fenêtre s'ouvre, quelque chose qui m'avait échappé la fois d'avant. Parfois et même souvent, je m'arrête bien sûr aux mêmes passages que j'avais aimés. Je les surligne, je les savoure.
Si l'on y regarde bien, c'est pareil pour les films qu'on aimait quand on était jeune. Quand on les voit maintenant on y lit tant de choses qui nous avait échappé....
Merci d'être revenue parmi nous mon amie.
Gros bisous!

Écrit par : Ambre | 20/03/2017

PS J'aime tes poésies, et en particulier ton "Amour cosmique" :-)

Écrit par : Ambre | 20/03/2017

@ Daniel, oui, nous sommes le vase alchimique et la vie est l'athanor.

Écrit par : Ariaga | 20/03/2017

@ Francine , en tous cas mon commentaire n'a pas été "nettoyé" car des mots absurdes, envoyés par les fées malignes y ont été ajoutés !!!!

Écrit par : Ariaga | 20/03/2017

@ Miche, et merci à toi pour être toujours là ...

Écrit par : Ariaga | 20/03/2017

@ Joëlle, merci à toi. Tes peintures sont pour moi inspiratrices de rêves éveillés.

Écrit par : Ariaga | 20/03/2017

Ariaga, j'avais bien compris qu'une phrase inopinée s'était insérée dans ton commentaire sur mon blog. Je viens de faire la correction.

Écrit par : Francine | 21/03/2017

@ Merci Francine, même si cela avait des allures d'écriture automatique !

Écrit par : Ariaga | 21/03/2017

@ Alezandro, merci pour cette belle citation de Marguerite Yourcenar.

Écrit par : Ariaga | 21/03/2017

@ Louis Paul, des magiciens et des alchimistes ...

Écrit par : Ariaga | 22/03/2017

@ Nikole, merci pour la visite et bon retour vers lui.

Écrit par : Ariaga | 22/03/2017

Je l'ai lu trop tôt. Le livre est toujours là. Je vais "prendre le temps" de le relire, l'esprit reposé. Merci, Ariaga !
Une amie vient de m'envoyer le délicieux conte sur le monde de Wang Fo.

Écrit par : Binh An | 22/03/2017

@ Ambre, tu exprimes quelque chose que je commence à ressentir mais c'est assez récent.

Écrit par : Ariaga | 22/03/2017

Je n'ai jamais lu ce livre ni aucun de ses livres. Il faudrait que je m'y mette un jour. Je lis les commentaires ici. Il m'est arrivé de relire un livre lu dans les années 60-70. Cela apporte de nouvelles images, de nouvelles expériences, de nouveaux chemins. Tout ceci est profitable. Je suis heureuse que le livre de Youcenar soit tombé.

Écrit par : elisabeth | 22/03/2017

@ Plumes d'Anges, il y a en ce que tu écris dans ce commentaire beaucoup de sagesse.C'est bon à lire.

Écrit par : Ariaga | 29/03/2017

Si tu commences seulement à le ressentir c'est parce que tu es plus jeune que moi ;-) (ou moi plus vieille, c'est selon)

Écrit par : Ambre | 31/03/2017

L'oeuvre au noir aurait elle été écrite sans être déclarée avec une main lavée au savon noir, devant un miroir un soir quand l'écrivaine tomba de l'escalier se faisant un oeil au beurre noir .En peignoir fumant devant son café noir , la fenêtre ouverte avec vue sur les gros noirs foulés aux pieds dans ce manoir . Les abeilles butinaient les fleurs de blés noirs, divers hyménoptères se délectaient de sucs de poires.

Écrit par : lecracleur | 04/05/2017

Bonjour Ariaga
Je découvre cette page sur le Laboratoire du Rêve et de L'Alchimie Spirituelle ..c'est du bonheur de la découvrir étant une adepte de CG Jung ..cette fascination pour la connaissance de soi , un chemin..
Je compte bien lire le livre L'Oeuvre au noir qui me permettra d'obtenir des connaissances beaucoup plus profondes..
Ce blog est très attrayant , j'avoue que lorsqu'on commence à lire on n'a plus envie de s'arrêter.. merci
Brigitte

Écrit par : BRIGITTE | 19/05/2017

@ Brigitte, je suis toujours heureuse quand une nouvelle personne découvre et apprécie le blog. Merci et à bientôt j'espère.

Écrit par : Ariaga | 20/05/2017

Écrire un commentaire