UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Accepte | Page d'accueil | Bain de lumière »

10/10/2006

Faire silence

medium_DSC01310_2.jpg
 
 Méditer, en dehors d'une technique nécessitant un apprentissage, c'est d'abord "faire silence", puis écouter. Cela semble simple mais je pose la question : Combien de personnes, parmi ceux qui liront ces lignes, sont capables de s'asseoir sur une chaise, en silence, seul, pendant un quart d'heure ? C'est long, un quart d'heure. Et ça peut faire peur.
Dans la société occidentale actuelle, l'homme à le plus souvent perdu contact avec l'intérieur de lui-même. Il vit uniquement à la surface. Tout lui vient de l'extérieur et consciemment il ne souhaite pas autre chose. Il prend bien soin de se "droguer" à grande dose de nouvelles, de bruits, d'images, que la plupart du temps il ne choisit même pas. Il ne sait plus rester dans le silence, on peut même dire que le silence l'effraie car, si le bruit cesse, s'installe alors le risque de voir émerger des pensées non dirigées, ou des images troublantes, sans références à un connu rassurant.
La camisole du bruitage incessant nous rend sourd à la voix de ce que certains appellent l'"ami intérieur", d'autres l'inconscient. Si on enlève cette camisole on peut , dans le silence retrouvé, pratiquer ce que les alchimistes du moyen âge appelaient la "meditatio" et l'"imaginatio" et dont ils faisaient le fondement de leur Œuvre d'alchimie spirituelle. Alors, d'autres images, d'autres paroles, issues du fond commun de l'humanité, peuvent advenir. Le plus souvent, on ne les voit plus, on ne les entend plus et elles demeurent oubliées dans les profondeurs de l'inconscient où vont parfois les chercher les "fous" et les poétes.
Mais rester silencieux est difficile. J'en suis le premier exemple puisque j'écris sur ce blog. En tous cas j'ai décidé de ne plus me parer du plumage de la "philosophie" et désormais, quand j'essaierai de réfléchir, je parlerai de "méditation". Cela m'aidera peut-être à éviter le bruitage des mots trop chargés de sens.

Commentaires

Pour les enfants c'est encore pire, il faut bouger....
Dans les transports en commun on est obligé de rester silencieux. On médite alors.

Écrit par : elisabeth | 05/12/2007

Comme il est difficile de faire silence. Or,c'est pourtant ainsi qu'il faut procéder s'il l'on veut "entendre" , "voir" et "sentir" les choses (à l'intérieur et à l'extérieur de soi).Nous faisons trop de bruit, trop de vacarme : dans nos têtes c'est presqu'une fête foraine qui bat son plein, et nous mettons longtemps à nous en rendre compte. Le silence intérieur nous centre. Ce n'est déjà pas si mal.

Écrit par : ALAIN | 10/06/2008

@ Alain, j'aime quand un lecteur prend la peine de plonger dans les abysses de mon blog, surtout quand c'est pour écrire en commentaire des mots si justes. Merci.

Écrit par : ariaga | 10/06/2008

il n ya rien de plus interessant que de parvenir a faire silence au point de s"oublier. quand nous revenons a nos sens apres un bon silence , on se sent revitaliser,

Écrit par : akim | 23/02/2010

Merci pour votre aide, je suis ravi d'avoir attéri sur votre blog. Bonne continuation et longue vie à votre blog !

Écrit par : Claire | 14/04/2010