UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2014

Consulter notre ami intérieur

écriture,voyants,médiums,philosophie,jung,socièté

Beaucoup de gens consultent à grand frais voyants, médiums, coach de vie, pour tenter de résoudre leurs problèmes et certains développent une véritable dépendance. Ils ne peuvent plus agir sans le soutien de ces béquilles plaquées or. Je crois que cela serait plus économique et plus profitable si ils s'asseyaient tranquillement chez eux pour méditer en silence et ouvrir grand les oreilles de leur cœur à leur ami intérieur. Il est là, à leur disposition, et ses conseils sont, de loin,  les meilleurs  ...

Ariaga

13/04/2007

L'Ami viendra t-il?

medium_DSC01693_3.jpg

Il faut parfois savoir,

témoin derrière la vitre, s'enfermer hors du temps,

écouter le silence,

pour que vienne s'asseoir, absence présence,

celui qu'on attendait, l'inexprimable Ami.

09/01/2007

Univers musical

Je ne m'étais jamais interrogée sur mon "univers musical" parce que j'y baignais tout naturellement ; un peu comme ma relation avec la Nature et avec le Divin. Un échange avec profdisaster m'a incitée à l'introspection.

D'abord, il me semble que mes goûts musicaux, contrairement au reste de mon "être" qui est multiple, complexe et évolutif, sont restés très figés. Je peux écouter la même musique pendant des années sans jamais me lasser. Explication ? Je crois que j'ai trouvé : je n'écoute pas vraiment la musique, j'en attends un bien-être physique. C'est exactement comme de respirer convenablement un air pur. Et ce qui me donne ce bien-être physique correspond à un "type" en moi (archétype?), ce "type" étant directement lié à mon rythme biologique. Cardiaque je crois.  Ce rythme est à quatre temps : boum boum / boum boum ! C'est probablement pour cela qu'écouter un rythme à trois temps (genre valse) me disloque.

Comme j'ai besoin de musique pour me sentir bien, j'en écoute beaucoup. Des exemples , En tête une sorte de drogue dont je ne peux me passer : J.S. BACH. Mais attention, le dépouillé sans orchestre, chant et autres fioritures. Le genre Clavier bien tempéré ou l'Art de la fugue, les suites pour violoncelle seul pendant des heures. C'est pénible pour mon entourage...Ensuite tout ce qui est tambours, batterie, tribal, la musique Soufi (j'aime beaucoup) et dans l'électronique la "transe". Et puis une musique de sorcière,"médecine woman", de Medwyn Goodall. Et aussi un peu de celtique quand le rythme convient. Ces musiques accompagnent l'activité physique ou intellectuelle.

  J'écoute aussi des musiques pour la détente ou la méditation (certaines depuis dix ans). Ce sont des musiques du genre méditation zen ou dites "newage"ou musiques du monde. Qu'est-ce que j'ai en ce moment sur la table de ma chambre (Bach est dans la chaîne )Je crois que beaucoup vont sourire gentiment. :

Kitaro, David Sun (eternal spirit) Terry Oldfield, Bill Douglas, Aeoliah, Orion, les Dreamflight de herb Ernst, Michel Pépé et surtout la pile complète des oeuvres de LOGOS. Pauvre Ariaga, vous comprenez qu'elle soit un peu désemparée quand vous échangez sur la musique. Mais c'est mon univers, je me suis confessée. Content mon cher Désastre ?

Dernière minute, j'avais oublié une exception, un ovni qui me fascine, Eric SATIE mais seulement celui pour piano des Gnossiennes, morceaux en forme de poire, et surtout les Gymnopédies. 

Ouf ! j'ai l'impression que le monde se referme sur moi...comme une boite...musicale.  

 

 

10/10/2006

Faire silence

medium_DSC01310_2.jpg
 
 Méditer, en dehors d'une technique nécessitant un apprentissage, c'est d'abord "faire silence", puis écouter. Cela semble simple mais je pose la question : Combien de personnes, parmi ceux qui liront ces lignes, sont capables de s'asseoir sur une chaise, en silence, seul, pendant un quart d'heure ? C'est long, un quart d'heure. Et ça peut faire peur.
Dans la société occidentale actuelle, l'homme à le plus souvent perdu contact avec l'intérieur de lui-même. Il vit uniquement à la surface. Tout lui vient de l'extérieur et consciemment il ne souhaite pas autre chose. Il prend bien soin de se "droguer" à grande dose de nouvelles, de bruits, d'images, que la plupart du temps il ne choisit même pas. Il ne sait plus rester dans le silence, on peut même dire que le silence l'effraie car, si le bruit cesse, s'installe alors le risque de voir émerger des pensées non dirigées, ou des images troublantes, sans références à un connu rassurant.
La camisole du bruitage incessant nous rend sourd à la voix de ce que certains appellent l'"ami intérieur", d'autres l'inconscient. Si on enlève cette camisole on peut , dans le silence retrouvé, pratiquer ce que les alchimistes du moyen âge appelaient la "meditatio" et l'"imaginatio" et dont ils faisaient le fondement de leur Œuvre d'alchimie spirituelle. Alors, d'autres images, d'autres paroles, issues du fond commun de l'humanité, peuvent advenir. Le plus souvent, on ne les voit plus, on ne les entend plus et elles demeurent oubliées dans les profondeurs de l'inconscient où vont parfois les chercher les "fous" et les poétes.
Mais rester silencieux est difficile. J'en suis le premier exemple puisque j'écris sur ce blog. En tous cas j'ai décidé de ne plus me parer du plumage de la "philosophie" et désormais, quand j'essaierai de réfléchir, je parlerai de "méditation". Cela m'aidera peut-être à éviter le bruitage des mots trop chargés de sens.