UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les Rêves selon C.G. JUNG | Page d'accueil | Avoir plus, avoir encore »

11/11/2006

Les petits dieux de la Nature

Aujourd'hui dès le réveil, le monde s'est mis en place d'une manière curieuse. Quand j'ai posé mes pieds sur le plancher j'ai senti une sorte de "décalage" et mon âme celte a compris que les curieuses vibrations qui montaient dans mon corps, comme si il ne m'appartenait pas, annonçaient une attaque de korrigans. Je pense que ce sont eux, avec quelques lutins qui avaient préparé des farces pendant la nuit et deux sylphes dont je sentait la présence car ils remuaient l'air et les choses autour de moi, qui étaient à l'origine de cette sensation prémonitoire. 

J'ai eu droit à tout : disparition de lunettes, émigration de pantoufles jusqu'au sous-milieu du lit inaccessible, disparition du très vieux chat qui se tient rarement à plus d'un mètre de mes jambes, deux ampoules grillées,et j'en passe. Les objets nécessaires à la préparation du petit déjeuner, moment quasi sacré, "semblaient"avoir changé de place. Je suis méfiante avec ces manifestations et j'ai décidé de faire le gros dos et de traiter avec les "petits dieux de la nature", comme les appelle C.G.Jung que j'entendais rire de là où il est. Je leur ai envoyé quelques pensées aimables, dis que leurs blagues m'amusaient beaucoup (menteuse!) et les choses se sont calmées.

Et puis, en fin de matinée, j'ai ouvert mon blog. Et là cela a recommencé ! J'ai été trahie par Athanor-l'ordinateur. Pourtant, malgré ma défiance initiale et mon peu de compétence,  j'ai réussi à instaurer avec lui de bonnes relations et un climat de confiance. Je lui offre même des fleurs que je mets dans un vase à coté de lui. Quand il fait beau je le sors dans le jardin. Lui aussi avait cédé aux enchantements. Mes commentaires se sont dédoublés. j'ai voulu créer un "lien" avec un autre blog. Impossible tout s'effaçait, bougeait, se bloquait. ( Jalousie ?). Là aussi j'ai renoncé.

L'après midi, pensant que les lutins et korrigans se limitaient à la maison pour me faire des farces, j'ai décidé d'aller faire des photos au bord de la mer à marée basse. Je n'ai jamais eu besoin de consulter un annuaire des marées. Sans la voir, je sais où est la mer. Incroyable, elle était haute !

J'ai repris, piteusement, le chemin du retour et c'est là que j'ai vu, perché sur une branche d'arbre, un elfe avec un parachute et un sac à dos ( ce devait être un voyageur). il m'a regardée gentiment et m'a dit des paroles qui m'ont fait beaucoup de bien. Cela restera un grand secret entre lui et moi. 

De retour à la maison, J'ai appris que PAULUS ( c'est un jeune rat quelque peu "déjanté") avait l'intention de venir prochainement fréquenter le laboratoire. Il se prend pour un philosophe et compte y raconter son évolution et ses fantasmagories. Vous me direz, pour un rat quelle revanche et quelle opportunité. Cette nouvelle a fini de me "décaler". Mais qui sait peut-être devrais-je remercier les petits dieux de la nature de me secouer un peu. C'est dans l'adversité qu'on grandit.