UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Etienne Perrot et la voie alchimique de nature | Page d'accueil | Perdus en mer »

05/12/2006

L'ombre, éclairée par C.G. Jung

Celui qui parvient à revêtir son Moi d'une persona bien épaisse possède un bon système d'adaptation et de communication avec le monde extérieur. Il y a un prix à payer. 

Tout ce qui a été refusé, parce que non conforme avec l'image de soi que l'on s'efforçait, parfois douloureusement, de construire ; tout ce que certain appellent péché, d'autres partie inférieure de la personnalité ; tout ce que l'on refuse d'admettre en soi, tout cela "tombe", en quelque sorte, dans la partie non visible du Moi. Non visible, mais cependant très proche car il s'agit d'acquisitions de la vie individuelle.

Le premier travail de celui qui veut tenter une transformation par l'alchimie spirituelle (C.G.Jung dirait le début de l'analyse), est donc de rendre l'ombre consciente et, même si elle semble repoussante, de la regarder bien en face, puis d'accepter. Ceci est possible avec du courage et de la bonne volonté. Le problème est que nous avons tous tendance à faire des projections de notre ombre sur les Autres. Je vais donner un exemple : Une femme a plusieurs jeunes nièces. L'une d'elle, qu'elle aime beaucoup, a le don de l'exaspérer et elle la houspille sans cesse. C'est plus fort qu'elle, elle la voudrait parfaite. Un jour, le frère de cette femme lui dit : Je ne comprends pas pourquoi tu as ce comportement avec elle, tu devrais la préférer, elle te ressemble beaucoup." Cette femme a soudain compris : sa nièce avait des traits de caractère qui avaient été les siens autrefois et qui, pour plaire à son entourage, avaient été "mis à l'ombre". C'est le genre de prise de conscience qui fait progresser dans la connaissance de soi, prise de conscience que beaucoup refusent.

Il ne faut pas croire que l'ombre cache uniquement des choses négatives. Si l'on en croit C.G. Jung dans Aîon:

  " ...Si l'on admettait précédemment  que l'ombre humain était  la source de tout mal, on peut maintenant, si l'on y regarde de plus près, découvrir que l'homme inconscient, précisément l'ombre, n'est pas uniquement composé de tendances moralement répréhensibles, mais qu'il comporte aussi un certain nombre de bonnes qualités, des instincts normaux, des réactions appropriées, des perceptions réalistes, des impulsions créatrices, etc."

Il existe une zone encore plus éloignée de la conscience, celle où résident l'anima et l'animus . Mais de cela on ne peut parler qu'après avoir fait monter sur scène l'archétype. C'est encore une autre histoire...

  
 

Commentaires

petit conseil: l'oeuvre de jung, pour intéressante qu'elle soit, ne mène la plupart du temps qu'à des discussions théoriques sans fin, car constituées d'infos fragmentaires et non liées, non coordonnées, ne débouchant que sur une intellectualisation à outrance dénuée de pratique.
il faut reconnaître à la décharge de jung que partir sur les postulats freudiens - du style, nul ne sait ce qu'est la conscience mais on postule THEORIQUEMENT des inconscients et subconscients alors qu'on ignore la nature et la réalité de la conscience-, intégrer des données parcellaires provenant des courants spirituels orientaux de manière disparate ne peut aboutir à quelque chose de concret.
aujourd'hui, les documents concernant le bouddhisme et l'hindouisme sont bien diffusés, autant aller piocher aux sources profondes et originelles plutôt que de se contenter de théories fabriquées à partir de ces sources.
par exemple est sorti en Juin chez fayard le "soûtra de l'entrée à Lankâ", monument du Vème siècle - pour la plus ancienne version écrite connue- dont c'est la première traduction française.

ceci dit, sans vouloir offenser personne, et uniquement pour ceux dont la pratique et leur propre évolution sont le but.

Écrit par : gmc | 05/12/2006

Je crois que nous ne prêchons pas pour la même église...Si vous prenez la peine de lire l'intégralité de l'oeuvre de Jung vous verrez que l'important pour lui est la pratique. Si vous lisez attentivement mon à propos vous verrez que mon but est de tirer un fil, le plus simplement et le moins intellectuellement possible pour aider les gens à regarder en eux -mêmes et à commencer leur évolution spirituelle, ici et maintenant. Un conseil pour un conseil.

Écrit par : ariaga | 05/12/2006

pas de souci, ariaga, vous savez bien que les conseils n'engagent que ceux qui les reçoivent.

mais ici, personne ne prêche pour une quelconque église pour la bonne et simple raison que toutes les théories ou doctrines, quelles qu'elles soient, brûlent au feu du Néant et qu'il n'en reste pas une cendre, ceci vaut pour toutes sans exception aucune.
pourquoi?
"parce toutes choses sont libres du langage" (Lankâ III, 20)
"parce que l'homme est un pur néant" (Maître Eckhart)
etc...etc...

la remarque qui précédait était juste faite en rapport à l'expérience de rencontre avec des dizaines de jungiens; peut-être que dans ses théories, jung met l'accent sur la pratique, néanmoins en france actuelle, c'est loin d'être le cas de ses adeptes.

Écrit par : gmc | 05/12/2006