UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« C. G. Jung : matière et esprit | Page d'accueil | Avertissement aux rêveurs et alchimistes »

30/05/2007

Le jeu du choix des livres

J'ai longtemps hésitée à répondre à ce questionnaire initié par Saint Rich. Au " ou ou"   j'ai toujours préféré le " et et ". Cependant il me semble nécessaire de répondre à une des dernières volontés de feu Profdisaster.

Les quatre livres préférés de mon enfance :

Je n'ai pas eu d'enfance sur ce plan. Aucune surveillance parentale et on ne m'a jamais achté un livre d'enfant. Dès que j'ai su lire j'ai pris n'importe quoi dans la bibliothéque. Je suis, très jeune, tombée entre les mains d'un "pédophile psychique", libraire de son état, qui m'a fait lire, sans censure, les contenus les plus sulfureux de sa librairie. Et aussi de la très bonne littérature. Surnagent cependant du chaos :

Jules Vernes:  Vingt-mille lieues sous les mers (la pieuvre me faisait une de ces peur !)

Salambo de G.Flaubert (Ah Mâtho...)

Voyage d'une parisienne à Lhassa d'Alexandra David Neel (Lu et relu)

Daphnis et Chloé de Longus (avec des illustrations qui me faisaient rêver)

 

Les quatre écrivains que je lirai et relirai encore :

Relire  Philip. K. Dick avec plus de maturité comme une oeuvre philosophique, psychologique et sociologique.

Frank Herbert.  

L'inépuisable C.G.Jung, surtout la correspondance.

Arthur Rimbaud.

 

Les quatre auteurs que je ne lirai probablement plus jamais :

René Descartes

Emanuel Kant 

G. W. F. Hégel

Auguste Comte 

 

Les quatre premiers livres de ma liste à lire : 

Réponse impossible, Il y en a partout qui attendent, y compris sur les marches de l'ecalier et, en ce moment, je lis très peu. Mais je me lirais bien un Fred Vargas.

 

Les quatre livres que j'emporterai sur une ile déserte.

En dehors du manuel de survie, qui ne compte pas, je prendrai des livres pas toujours lu en entier ou assez attentivement,pour avoir le temps de méditer et réfléchir enfin tranquille ! 

Méditations sur les 22 arcanes du Tarot de V. Tomberg.

Ainsi parlait Zarathoustra de F. Nietzsche. 

Le mysterium conjonctionis de C. G. Jung. 

Le YI KING.

 

Les derniers mots d'un de mes livres préférés. 

"Ainsi, l'âge avancé est...une limitation, un rétrécissement. Et pourtant, il est tant de choses qui m'emplissent : les plantes, les animaux, les nuages, le jour et la nuit , et l'éternel dans  l'homme. Plus je suis devenu incertain au sujet de moi-même, plus a crû en moi un sentiment de parenté avec les choses. Oui, c'est comme si cette étrangeté qui m'avait si longtemps séparé du monde avait maintenant pris place dans mon monde intérieur, me révélant à moi-même une dimension inconnue et inattendue de moi- même."

Ce sont les dernières lignes de " Ma vie " de C.G.Jung.

 

Les 4 lecteurs dont j'aimerais connaitre les 4.

Marie christine, Saint-Gilles, Phyta, Beverycool. 

Commentaires

J'aime bien, Rimbaud, mais il y a mieux, quand même... Les vers sont sympathiques, mais la prose (à part son caractère inovateur et créateur, qu'on ne peut lui enlever) ne me plait pas énormément...
Sinon, j'aime bien Descartes et Kant, pour COmte et hegel, je suis d'accord, rien à tirer (:p)
Bien à vous, Cassandre

Écrit par : Cassandre | 30/05/2007

J'ai moi aussi beaucoup de mal à répondre à ce genre de questionnaire (et je n'y réponds pas) mais j'aime bien lire les réponses des autres.
Oui, Rimbaud, Dick... peut être Flaubert
mais sur une ile déserte j'apporterai Proust (que je n'ai pas encore réussi à lire!)

Tu vois Ariaga je viens de temps en temps faire un tour dans ton laboratoire mais ne m'en veux pas, l'alchimie spirituelle ce n'est pas trop mon truc ;-) je préfère la poésie et la littérature en général

Écrit par : Gabriel | 30/05/2007

Merci pour ta sincérité... il est vrai que le lieu de la lecture échappe parfois à la conscience et pour cause. Alors, il arrive que l'initiative puisse en peser - je crois, dès que tout et beaucoup est devenu lourd parce que rien n'a plus été simple. Le chemin devient encore long, et longtemps trop long encore...
Bises tachetées,
(quand tu dis "feu Profdisaster", on dirait que tu lui donnes la vie).

Écrit par : Marie Gabrielle | 30/05/2007

Votre mort-vivant préféré (j'espère) vous remercie Ariaga.
Pour les trois que vous ne lirez plus, vous avez bien raison, et vous ne me voyez guère étonné par ce choix.

Intriguante cette anecdote du "pédophile psychique" !

Écrit par : C. | 30/05/2007

Le YI KING ?
Oserais-je me permettre le "toute une génération". Non, c'est un peu cavalier (et surement totalement erroné!)
Amitiés.

Écrit par : saint-rich | 30/05/2007

A travers tes lectures, tu nous éclaires un peu sur ton parcours de spiritualité alchimiste.

Livres préférés de mon enfance; le petit prince, livingstone le goéland, l'alchimiste.

Sinon, en tant que bookcorsaire et chroniqueur d'un Mag multimédia, je lis au gré des vents. Bises du Léman.

Écrit par : lancelot | 30/05/2007

Eh bien voilà, ce n'était pas si difficile, enfin si c'est évidemment très difficile, donc il fallait le faire ! Les derniers mots de "Ma vie" sont très beaux, il y a donc toujours quelque chose à transmettre !

Écrit par : Ray | 31/05/2007

Et Verlaine, et Toulet, et Julien Green et Hugo ? Difficile de faire un choix ; je prends tout et le reste !

Écrit par : aliscan | 31/05/2007

On revient toujours à Jung!
Amitiés.

Écrit par : Marc | 31/05/2007

@ Marie Gabrielle en effet, "feu" Profdisaster flamboiera toujours dans notre mémoire...

@ Cassandre oui, il y a tellement d'autre poètes, on en trouve même d'excellents sur les blogs. D'où le côté artificiel de ce genre de questionnaire. Merci de votre visite. je suis allée sur votre blog et j'espère que nous aurons l'occasion de dialoguer.

@ Gabriel, d'accord pour Proust, surement génial mais trop nombriliste pour moi. Une ile déserte serait l'endroit idéal pour vivre dans son univers.

Écrit par : ariaga | 03/06/2007

@ C. La pédophilie psychique existe. Il s'agit d'adultes qui ne touchent pas physiquement les enfants mais qui tentent de violer les "âme".

@ Saint-Rich vous pouvez vou permettre puisque le YI KING est un livre de la génération et de la transformation.

@Merci Lancelot de me parler de tes gouts. Moi aussi j'ai aimé les livres dont tu parles. Je regrette le temps où, avec boulimie, je lisais des tonnes de bouquins, dont certains complètement débiles.

@Merci Ray d'avoir partagé avec moi les derniers mots de "Ma vie".

@ Aliscan Prendre tout et le reste, voila une bonne devise non sectaire.

@ Marc, Eh oui, il y a comme cela des "correspondances", ces chaînes d'or entre les générations et les êtres.

Écrit par : ariaga | 03/06/2007

Pour dialoguer, je veux bien, évidemment, vous avez mon adresse mail...
A bientôt, j'espère.
COntinuez !

Écrit par : Cassandre | 03/06/2007

Un petit éclairage furtif qui me plait bien... :)
Très beau final de Jung.

Écrit par : ada | 03/06/2007

Lu Salambô un peu plus tardivement que toi, à l'adolescence. Avec étonnement et ravissement : quoi, ce bourgeois de Flaubert savait écrire des romans d'aventure ? Dans le genre peplum en plus ? Et on ne me l'avait pas dit à l'école... Grr...
Sinon, merci de nous remettre Dick en mémoire, j'aurais dû le citer !
D'accord avec Gabriel : "la recherche du temps perdu", je la réserve pour une éventuelle retraite à venir.
Lancelot : les trois livres de ton enfance ont un air de famille (et le troisième nous indique que ton enfance n'est pas si loin...)

Écrit par : Arianil | 05/06/2007

@ ada et Arianil, je n'avais pas vu vos commentaires planqués entre les lignes. Je trouve ridicule qu'on ne puisse avoir que dix commentaires visibles dans la colonne de droite. J'aime beaucoup la citation de Jung, c'est une de mes préférées.
Contente Arianil que toi aussi tu te souvienne avec émotion de Salambo. Pendant une hospitalisation j'ai fait une nouvelle lecture et, à mon grand étonnement l'émotion était encore là.

Écrit par : ariaga | 06/06/2007

"Le corp est raison, une grande raison, une multiplicité qui a un seul sens. Une guerre et une paix. Un troupeau et un berger."
Ainsi parlait Zarathoustra

Écrit par : -Eleonor- | 07/06/2007