UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Alchimie et voie vers l'individuation | Page d'accueil | Retour sur un fantasme d'amour cosmique »

22/11/2007

C.G.Jung et la femme anima

      C.G.Jung n'était pas uniquement préoccupé par la psychologie des profondeurs, les rêves, la philosophie des alchimistes. Les femmes ont eu une grande importance dans sa vie. Je ne jouerai pas  au commentaire"people" en vous parlant de sa vie privée mais... Pour ce qui est de l'auto-analyse qu'il fit de sa vie psychique, l'anima, l'image intérieure de la femme en l'homme, a tenu une grande place. Il la considérait comme incontournable mais aussi redoutable et quasi invincible. 

   Je vous propose ici l'essentiel d'une lettre que Jung, alors âgé de 76 printemps, adressait à son vieil ami le dominicain Victor White le 21 Septembre 1951. II faut toujours lire la correspondance Jung en pensant qu'il avait beaucoup d'humour.

   "J'ai vu Mrs. X., un vrai régal pour les yeux, et un peu plus encore ! Nous avons eu une conversation intéressante ; je suis bien obligé de le dire, elle est remarquable ! Si jamais femme a été anima, c'est bien elle, il n'y a pas à discuter !

   Dans de tels cas, ce que l'on a de mieux à faire, c'est le signe de la croix, car l'anima, et par dessus le marché, une telle quintessence d'anima, projette une ombre métaphysique longue comme une note d'hôtel, et recèle des choses qui se prolongent à l'infini et s'harmonisent ensemble à merveille. Impossible de la saisir et de la classer quelque part. On y perd son latin. Je comprends au moins pourquoi elle rêve des vainqueurs du Derby : c'est exactement ce qui lui correspond ! Cette femme c'est un phénomène de synchronicité, tout simplement, et on ne peut pas plus la saisir qu'on ne saisit son propre inconscient.
   Je trouve que vous devriez remercier saint Dominique d'avoir fondé un ordre dont vous faites partie. Dans de telles occasions, c'est une bonne chose qu'il y ait des couvents. Qu'elle ait appris toute sa psychologie dans les livres, c'est parfait ; elle aurait écrasé n'importe quel analyste, même correct et compétent. ...
    Si vous voyez Mrs. X., dites lui, s'il vous plaît, combien sa visite m'a fait plaisir, mais gardez pour vous le reste de mes réflexions ! ..."

     En espérant vous avoir fait sourire, devant la verdeur et la capacité intacte de fascination de Jung devant une image incarnée de l'anima

       Ariaga
 

 

Commentaires

je ne connais pas suffisemment la pratique jungienne, mais était ce une incarnation de "l'anima" ou de "son anima"
bref elle lui a tapé dans l'oeil à ce vieux coquin !
pas besoin d'être psy pour comprendre cela ;-)
en tout cas bel humour

chaleureusement

Écrit par : Lung Ta | 23/11/2007

De l'humour certes, mais aussi de la tristesse : la femme non seulement supplante l'homme, mais, bien plus encore, elle supplante n'importe quel psychanaliste ! Et le pire, dans la constation de Jung, c'est que c'est...naturel !!! Comme si l'homme, quel qu'il soit, devait faire beaucoup plus d'efforts pour parvenir à un tel rayonnement et à une telle vitalité : l'élégance absolue de l'harmonie totale entre la chaire et l'esprit, nous suggère-t-il avec émerveillement.

Écrit par : paradox | 23/11/2007

aucun autre commentaire que de dire que j'ai souri en effet, et bien souri ! sans aucune autre prise de tête que l'humour dont fait preuve Jung et de sa capacité à me séduire, je crois bien que tu me donnes de plus en plus envie de mieux le découvrir. Merci Ariaga et bonne journée !

Écrit par : marie.l | 23/11/2007

Tout autant devait l'être le père Dominicain, non?

Écrit par : muse | 23/11/2007

je suis rassuré , je ne suis pas le seul à tomber en pamoison devant les anima , subjugué , rapté ...

Écrit par : lam | 23/11/2007

Mettez la Femme en présence de l'Homme et un Paradis peut devenir un Enfer...!
Mettez l'Homme en présence de la Femme et un Enfer peut devenir un Paradis...!
Le tout est de s'arrêter au bon endroit, la vie étant jalonnée de nombreuses entrées et sorties dans ces deux mondes...!
P.S: Homme, Femme peuvent être interverti dans les deux cas.

Écrit par : grainsdesel | 23/11/2007

Mes neurones sont moins à la peine pour comprendre la splendeur que recèle l' anima....j'aimerais bien que l'on pu me faire tel compliment...mais j'ai bien ri à l'évocation de la nécessité de couvent ( protecteurs contre ladite anima ...) La Femme dans toute sa grandeur mystèrieuse , porteuse de la Vie...oui...les hommes peuvent être impressionnés et redouter . Amicalement.

Écrit par : La bernache | 23/11/2007

bonjour, Ariaga.
Je vous ai trouvé un ami...enfin je crois qu vous pourriez trouver là quelques accointances d'avec vos proches préoccupations.

Écrit par : jean-plume | 23/11/2007

“Si seulement je pouvais tomber amoureux une dernière fois!” disait Fellini quelques jours avant sa mort.

===
bon post

Écrit par : r_i_d | 23/11/2007

Vous avez eu raison, Ariaga... je me retrouve beaucoup dans ce texte... Bises.

Écrit par : Ezrah | 23/11/2007

C'est vrai que ça donne envie de "regarder" de plus près ce coquin de Jung, c'est peut être mon anima ou mon animus.
je sens que tu vas nous parler d'androgynat
bientôt....ou un autre jour.....
bises Ariaga et passes un bon Week end
je t'envoie un peu de mon soleil

Écrit par : sapientia | 24/11/2007

Sujet intéressant et bien écrit.
La femme vaste problème ! si bien que certains auteurs n'auraient pas su quoi écrire si elle n'existait pas !
Merci Ariaga et bon dimanche.

Écrit par : Lhuna/Angélique | 24/11/2007

J'ai cherché mais je n'ai rien trouvé a coller à votre citation de cette correspondance junguienne sinon que je vois confirmé là mon intuition qu'à lire cette correspondance je devrais apprendre sur Jung et ses idées encore plus qu'en lisant ses œuvres.

Merci en tout cas pour cet agréable moment.

Écrit par : jean | 24/11/2007

"je devrais apprendre sur Jung et ses idées encore plus qu'en lisant ses œuvres."

Parce que tout réside dans l'interprétation.

Une oeuvre est tout autant inspirée par ceux qui la déclame.

Écrit par : paradox | 25/11/2007

@ Lung Ta, l'Anima est une représentation archétypique mais chaque homme porte en lui une image de LA femme qui lui est personnelle. Je pense donc, qu'il s'agissait de son anima. D'ailleurs Jung a toujours aimé les femmes belles et intelligentes.

@ Paradox, tristesse est peut-être un peu fort mais il est vrai que l'homme est un peu défavorisé par le fait qu'il court souvent derrière l'image de son anima, seule et unique; il est monogame sur ce plan. En plus il ne lui est pas facile de correspondre à l'animus de la femme qui est très complexe, fait de plusieurs images de l'homme idéal, car son animus est polygame. Pauvres hommes on vous aime quand même beaucoup.

@ Marie.l je te souhaite de bons voyages de découvertes en Jungmonde.

@ Muse, ce père dominicain et Jung ont eu des relations longues et difficiles sur la fin. Je crois que Jung l'aurait voulu plus sensible à la vie, ici et maintenant.

Écrit par : ariaga | 25/11/2007

Je ne me sens pas d’humour peut-être n’ai-je pas assez souffert…
Je voulais chercher après ce livre et ces mots…De Jung je crois…Mais je ne suis plus certaine de rien car j’ai l’anima vissé au corps et mon esprit s’aiguise entre chartreuse du silence et moine de l’abstinence…Je souris…
Je me lis ? Je me sens vieille et terriblement en vie…

Toutes tes notes sont à lire…même si pour certaines j’ai un peu de mal…faute de ce temps à pouvoir prendre…. Et puis tu bâtis un fabuleux banc où reposer tous les esprits…dont je me sens à présent faire partie…(et ce n’est pas rien).

Aslé

(avec un banc de retard...ou deux ?))

Écrit par : Aslé | 25/11/2007

@ Lam, je comprends maintenant pourquoi tu disparais parfois...

@ Grainsdesel, vraiment bien dit on sent la patte d'un suricate connaisseur.

@ La Bernache, je suis certaine que tu peux attirer le compliment. Toute femme est l'anima incarnée d'un homme. C'est vrai qu'il y a des femmes impressionnantes ...Paradox et Lam ont l'air de le ressentir fortement.

@ Intéressant votre ami mais supportera t-il mon animus ?

Écrit par : ariaga | 25/11/2007

J'ai pris un peu de retard pour commenter tes notes : celle-ci est très intéressante et j'ai souris en la lisant car c'est une lettre bien sûr donc mieux que de lire un livre ; car je ne pense pas que Jung se soit laissé aller à parler ainsi dans un livre. Bonne soirée.

Écrit par : elisabeth | 25/11/2007

@ r-i-d, Belle citation, mais moi je préfèrerais "si je pouvais rester amoureuse jusqu'à la mort, et même après".

@ Ezrah, vous savez bien que les mamans crapauds ont souvent raison.

@ Sapientia, quel beau nom, un peu lourd à porter. C'est certain, je parlerai un jour de l'androgynat, une des notion essentielle de la philosophie des alchimistes. Quand je pense à tous les sujets que je dois encore aborder, je vais devoir vivre très vieille ! Et en plus comme il y a toujours des nouveaux qui ne savent pas ce que j'ai raconté avant c'est le tonneau des Danaïdes.

@ Lhuna/Angélique, et réciproquement car l'homme aussi est un sujet bien intéressant...

Écrit par : ariaga | 26/11/2007

@ Jean, je crois que le "vrai" Jung, celui qui ne se soucie pas de l'opinion d'autrui, et accepte sa double personnalité, est dans sa correspondance. Il est vrai aussi que la lecture d'un ouvrage comme "ma vie" aide à mieux comprendre les lettres. Et puis, dans les cinq volumes il y en a qui sont sans intérêt.

@ Paradox, un écrit sans lecteur est comme un amour solitaire.

@ Aslé, j'aime beaucoup ta phrase, "je me sens vieille et terriblement en vie", c'est beau car il y a des gens auxquels j'aurais envie d'attribuer ces mots : "je suis jeune et terriblement mort".

@ Elsabeth, je rejoins ce que j'ai dit à Jean. Il y a aussi la correspondance Jung-Freud qui bien que moins "décontractée" apprend beaucoup sur leurs vraies relations, hors des querelles de chapelle.

Écrit par : ariaga | 26/11/2007

plus on viellit et plus on s'accroche à la vie.

Écrit par : consultation psychologue en ligne | 24/06/2009