UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« C.G.Jung et la femme anima | Page d'accueil | La relation à Dieu, une idée ? »

25/11/2007

Retour sur un fantasme d'amour cosmique


640f818d205add0e7ee2e95d29ed553e.jpg

 

Il est revenu ce fantasme, issu d'un rêve, il y a plus d'un an. J'en avais fait une poésie que je redonne aujourd'hui dans une présentation différente.

 

Quand nos cendres se promèneront dans l'univers,

et que nos corps ne seront plus rien,

hors de ce sac de peau où nous gardons nos os,

oubliée l'apparence et le tien et le mien, les rides du chagrin,

perdues les références ,

quand les mémoires n'auront plus faim.

 

Explosés de soleils, nous nous retrouverons

et nous nous mêlerons, parcelles d'infini, dans un immense lit.

       Nous serons la musique

       symphonie fantastique

       nos esprits confondus

       se retrouveront nus

       monade désirante 

       copulation ultime.

En un cri silencieux nous baiserons les ondes

et l'Amour jaillira jusqu'au delà des mondes !

       Ariaga

Commentaires

L’image est fabuleuse de ce monde à emporter des sables…ce sein…

Tu fais bien…tous ces retours parce qu’il y a plus d’un an je n’aurais jamais pu les suivre, ces phantasmes du bout d’autrui…

Merci…et je t’embrasse tout fort

Écrit par : Aslé | 25/11/2007

Un programme... réjouissant !

Écrit par : aliscan | 25/11/2007

Je parle de ton poème bien sûr pas du site de Lea...

Écrit par : aliscan | 25/11/2007

Quelle promesse !!!

Écrit par : paradox | 25/11/2007

Ton poème renversant me rappelle un fantasme mien de giration céleste que j'avais mis en texte et que je viens de découvrir à nouveau il y a peu.

J'hésitais à m'ouvrir à nouveau au travers de l'internet (tiens c'est trop drôle, le correcteur orthographique de Firefox ne connait pas ce mot) infini car cela m'est un petit peu une épreuve, cette tentation de la dispersion à travers l'éther(net) mais j'aimerais bien vous faire partager mon texte.

Un blog peut-être? Je vous tiens au courant!

Écrit par : jean | 25/11/2007

Tu as bien décrit ce moment où nous ne serons plus rien. Je n'aurais pas fait mieux.... Je te remercie.

Écrit par : elisabeth | 25/11/2007

Voilà qui est fait ici:

http://monde2pataty.blogspot.com/

Écrit par : jean | 25/11/2007

Quand je lis un de tes poèmes, j'arrête la musique pour m'y plonger entièrement, et je le lis plusieurs fois pour me laisser submerger...
J'espère que ton fantasme fantastique n'en restera pas un, et que dans un futur lointain tu retrouveras l'être tant aimé dans ton cosmos nuptial. Ton poême me donne envie d'aimer un jour à ce point, au point de vouloir retrouver l'autre même quand chacun ne sera (presque) plus rien.

Écrit par : Pimprenelle | 25/11/2007

chère Ariaga,

Quel bonheur,de te retrouver chaque matin, c'est une façon bien agréable, de commencer la journée.
J'adore tes poêmes à la fois très "réels" et très sensuels.
Ce dont tu nous parles après avoir passé le "vortex"
c'est bien la vraie vie n'est ce pas?
la musique, le silence, l'étreinte, l'amour, nous ne serons plus rien mais nous serons "Tout"
je t'embrasse fort
marie

Écrit par : mariedumonde | 26/11/2007

"tu retrouveras l'être tant aimé dans ton cosmos nuptial"

Phrase d'alchimie parfaite.

Écrit par : paradox | 26/11/2007

c'est bien ainsi que je vois cette éternité Ariaga, et quand nous rendrons l'âme à qui nous l'avait prêtée nous seront enfin débarrassé du paraître pour exister autrement...
je t'embrasse et te souhaite un bon début de semaine

Écrit par : marie.l | 26/11/2007

"nous seront enfin débarrassé du paraître pour exister autrement..."

Voilà la phrase que chacun de nous devrait méditer. Non seulement parce qu'elle révèle ce que notre réalité demande : du paraitre, mais en plus, elle révèle ce qu'au-delà de la réalité notre être sera : autrement.

Écrit par : paradox | 26/11/2007

Merci pour ton commentaire.
Si tu ne l'a pas déjà lu je te suggère de lire ce livre :

"Parfait amour, imparfait bonheur"

Guérir les blessures du coeur

John Welwood

Edition : La table ronde

Be happy !

Écrit par : Milko | 26/11/2007

mélange d'infinis comment ne pas imaginer une extase suprême? merci pour ce magnifique poème...

Écrit par : muse | 26/11/2007

Nous sommes tous les enfants des étoiles !

Écrit par : Tietie007 | 26/11/2007

La vie, l'univers, l'au-delà, tout n'est fait que d'impermanence. La vraie musique est celle du moment présent ici et maintenant.

Merci de ta visite, et merci pour m'avoir inviter à cette balade virtuelle chez toi qui m'a permis de me détendre avant de me plonger à nouveau dans mes rapports dans les airs de musique de la Messe de St Cécile de Haydn, cette Messe que nous allons donner ce we. Si jamais je t'ai également répondu à ton com. Bisous @+.

Écrit par : lancelot-perdu-dans-les-flots-de-la-vie-quotidienne | 26/11/2007

Vous écrivez magnifiquement...
Emotion pour moi également ...
je vous remercie pour le lien et vos encouragements..
mais je n'ose encore écrire publiquement ce qui en moi vraiment ...

Écrit par : anneleau | 27/11/2007

Poème et image, lequel des deux m'enchante le plus ?

Je suis incapable d'en décider, mais je vais repartir d'ici ressourcée et je t'en remercie infiniment :-)

Je t'embrasse

Écrit par : L'Arpenteuse | 27/11/2007

Petite enfant je trouvais le sommeil en précipitant ma conscience dans le vertige de l' Infini , insoluble comme un koan...et aujourd'hui , à l'automne de ma vie, j'ai de plus en plus souvent ce même fantasme etrange et pénétrant , qui m'absorbe comme une évidence ...c'est sûr , ce sera ça mon ultime plongeon dans l'infini ...sourire...j'adore les noms des quarks !...

Écrit par : 74o47 | 27/11/2007

@ Aslé, petit à petit les différents mondes s'interpénètrent, c'est cela aussi l'alchimie.

@ Paradox, hélas ce n'est pas une promesse, juste un beau rêve. Mais peut-être si j'y crois très fort...

@ Aliscan, j'ai vu que ton blog était clos. Une manière de rebondir ? sois gentil, tiens moi au courant.

@ Jean, tu as eu raison de te décider à ouvrir un blog pour présenter ton texte. Il est superbe et j'invite tous les lecteurs à aller le lire.

Écrit par : ariaga | 27/11/2007

@ Elisabeth, merci de tes mots si gentils.

@ Pimprenelle, je te sens jeune et jolie et surtout belle à l'intérieur pour dire des choses aussi profondes. Ce lit dans un "cosmos nuptial" je crois qu'on le prépare pendant toute une vie (et peut-être même plusieurs). Et celui avec qui on le partagera ne correspond pas toujours à l'"image" qu'on se fait de l'amour mais quelque chose en vous "sait" que c'est lui. Je crois qu'il en est de même pour la relation avec le divin. On la ressent ou non, et cela peut venir en un éclair.

@ Paradox (bis), perdre la peau de notre persona tout en gardant la conscience c'est peut-être cela le paradis !

@ Milko, je prends note. Ta visite m'a fait plaisir.

@ Muse, Merci de l'avoir trouvé beau et de continuer à venir ici même si j'abandonne parfois, faute de temps, les visites sur les blogs amis.

Écrit par : ariaga | 27/11/2007

@ Mariedumonde, je crois que la vie est ici et maintenant, mais si j'imagine un après j'aimerais bien qu'il ressemble à ce que tu écris.

@ Marie.l j' aimerais croire qu'il y a une partie de notre âme que nous ne rendrons pas, une petite étincelle qui viendra se fondre dans la grande, mais cela n'engage que moi. et les certitudes ce n'est pas mon genre.

@Tietie007, tu as raison mais nous l'avons oublié.

@ Lancelot, ici et maintenant, je l'ai dit plus haut, mais on peut rêver...Prends bien soin de toi.

Écrit par : ariaga | 27/11/2007

J'abandonne moi même, très souvent, les visites sur les blogs amis, mais je n'ai aucune excuse...
L'assumer c'est surtout se passer avant tout de la politesse, sinon c'est encore pire que le fait d'être absent...
Il n'y a rien de plus condescendant que le petit commentaire qui rappelle au lien...
Mon blog, par exemple, est très peu visité, mais je n'en fais pas toute une hypocrisie...

(Ce commentaire n'est pas en relation directe avec votre texte, mais plutôt avec une certaine ligne de ses commentaires.)

Je sais, je ne suis pas un blogueur sympa...mais ça a tendance à être drôle et méchant...bref...jeu rigole bien dans tous ses états...

Écrit par : Cribas | 28/11/2007

au vote a main levé tu fait l'unanimité ! quelle poème frissonant !!!! comme je les aime !

Écrit par : lam | 28/11/2007

@ Cribas, je commence par toi, qui joue les gros méchants loups. Tu sais, si j'ai rarement des commentaire négatifs (je n'efface que les sites commerciaux) c'est parce que les gens qui fréquentent ce blog sont plutôt à la recherche d'amour, au sens large, et de compréhension. Et , cela va te faire enrager, je trouve que tu es un bloggeur plutôt sympa ! (et très doué, je te lis). Un peu d'humour noir fais ressortir la luminosité ....
Parfois, j'ai un peu envie d'être ironique quand quelqu'un lit un de mes texte et comprend le contraire de ce que j'ai écrit, ou bien me paraphrase, ou bien m'attribue ce qui n'est qu'une citation, ou bien après m'avoir lue pendant des mois s'aperçoit soudain que je suis une femme. Mais il n'y a aucune méchanceté là dedans, juste une interprétation. Je propose, je m'expose, ils lisent, je n'ai pas à critiquer. Je t'avouerai d'ailleurs que j'ai, dans une autre vie, beaucoup pratiqué l'ironie et que je n'en ai tiré aucune satisfaction...A bientôt, Chevalier Noir.

@L'Arpenteuse, je ne te dirai pas le plaisir que tu me fais, Cribas veille !

@ Anneleau, vas-y, c'est l'avantage des blogs, c'est à la fois public et anonyme.

@ 74047, il y a un "visage" et un coeur frémissant sous l'armure.

Écrit par : ariaga | 29/11/2007

Disons que c'est une longue pause qui va me permettre de lire plus attentivement les blogs où j'aime me promener. ( mon blog commençait aussi à prendre trop de place je l'ai remis à sa place !).
Amitié.

Écrit par : aliscan | 30/11/2007