UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Maison à restaurer | Page d'accueil | Handicapé »

29/08/2008

Train de bancs

Tout l'été, courageusement, le train de bancs des voyages imaginaires du Laboratoire du Rêve et de L'Alchimie Spirituelle a bravement circulé, utilisant comme carburant un mélange, parfois explosif, d'amour, d'amitiés hors du temps, d'apports en tous genres envoyés par des lecteurs dont certains n'ont pas de blogs. Aujourd'hui le train va partir, se servant de quelques photos pour nous emmener très loin...

M-C 1_2_2.jpg

Le train est devenu si long, à force d'accueillir chaque jour de nouveaux bancs, qu'on n'en voit plus le bout. (Photo Mariedumonde)

M-C 4_2_2.jpg

Et il faut toute la force de l'imagination des voyageurs pour le mouvoir grâce à son banc locomotive à roue unique. (Photo Mariedumonde)

M-C 2_2.jpg

Parfois le train s'arrête et, à la veillée, on se raconte des histoires de très antiques bancs dont le souvenir perdure dans les légendes. (Photo Mariedumonde)

virage_2.jpg

Et quand les voyageurs, abreuvés de bonheur, de mots, d'évasions en des mondes sans barrières, donnent trop de puissance à leur imaginaire les bans deviennent ivres et dansent dans les virages...(Photo Diane Debailleux)

Shambhala two.jpg

Et puis le train ralentit et, doucement, pénètre dans le Royaume de Shambhala au coeur du blog de Danae. Est venu le temps de la méditation, de la sérénité et de la lumière. Il ne lui reste plus qu'une étape à franchir, dans une mobile immobilité,  pour arriver à  l'ultime but de son voyage. (Création numérique Muttifree)

 



Commentaires

Ces bancs sont pour moi, les seuls liens existant encore entre les gens. Ils permettent une certaine sociabilité entre les gens.

Bonne journée et bises !

Écrit par : patriarch | 29/08/2008

Assis sur un banc on regarde le monde
Assis sur une chaise on contemple ses orteils
Vaguement inquiet de l'isolement
Produit par ce meuble mobile et individuel

Avant de s'asseoir l'espace s'ouvre à la négociation
Tu peux avoir envie d'une banc pour toi toute seule
C'est la tendance aujourd'hui dominante
Et te trouver à devoir partager une certaine planche

Regarder passer le fleuve du monde
Le banc serait-il par essence taoïste ?
Il concentre ta synergie sur un axe
Te punaisant sur le centre en bonne compagnie

Tu peux t'y faire des amis impromptus
De courte date semblables à des fragments
Dans la promiscuité desquels tu demeureras
Jusqu'à rejoindre le banc du Paradis

Assis sur un banc le monde te regarde
Autant dire qu'il te garde enfin
Maintenant que tu ne le crains plus
Au moins durant ce break dans ta promenade

Écrit par : jean | 29/08/2008

Merci Ariaga d'avoir conduit tes visiteurs de tes bancs imaginaires de l'été jusqu'au royaume de Shambhala.

Je leur souhaite d'y trouver le bonheur, la sérénité, la paix de l'âme et qu'ils en reviennent avec tout l'amour du monde dans leur coeur.

Écrit par : Danae | 29/08/2008

Bonjour Ariaga,

Ah... Ce n'est certainement pas la fin de l'été, et les bancs seront toujours, qu'il pleuve ou qu'il vente. Surtout les tiens...
J'aimerais te raconter un petite anecdote, toute fraîche d'hier soir...
Je terminais mon petit footing/promenade le long du canal, un site magnifique non loin de chez moi. Lorsqu'il fait un peu chaud, j'emprunte le sentier en contre-bas. On se trouve là, sous les arbres serrés, les feuilles te touchent au passage. Il y fait plus frais, un ruisseau coule à côté.
Tout à bout, avant d'arriver, il y a une sorte de fontaine. Plutôt des réserves d'écoulement des eaux du canal. Cela donne plusieurs piscines en différents niveaux : le canal reste au-dessus.
J'arrive essoufflé à cette fontaine. Je voulais m'y arrêter un moment. Elle est tellement propice à la rêverie : on dirait qu'elle t'y invite...
Il y avait une dame plutôt âgée (50-55) assise sur un rebord, elle regardait sur l'eau. Ces cheveux étaient tout blancs, pas une de celle qui veut se voir plus jeune... Son vélo était couché à côté.
Je lui ai dit bonsoir. Elle m'a regardé sans me répondre, et je suis passé. J'ai escaladé le talus et me suis assis non loin de là, au bord du canal, sur un banc. Un banc en fer, tu sais, avec plein de trous. Il était fendu par le milieu, alors je me suis assis sur un bord plus solide.
J'étais seul sur mon banc, et elle, seule aussi, à regarder dans l'eau. Je la voyais de loin et j'ai imaginé tout ce qu'elle pouvait voir, ou pleurer. Un mari perdu, un enfant, un amour tout simplement. Ou sa jeunesse... J'étais seul. Elle aussi.
Et pourtant nous étions deux...

Non, l'imaginaire n'est ni trop, ni pas assez. Il est multiple, et c'est ce qui est merveilleux.
Puissant : qu'il le soit !
Fragile, diffus, ou délicat : oh oui encore !
Qu'il me rende ivre, ou parresseux, ou triste, ou gai !
Mais il n'est pas d'imaginaire raisonnable...

L'imaginaire est l'IMAGINAIRE : un tout indéfini illimité

Je t'embrasse...

Écrit par : guelum | 29/08/2008

Des bancs très longs, ce sont des bancs très accueillants.
Des bancs à roulette : ce sont des bancs pratiques, on peut les emmener partout dans le jardin.
Des bancs en pierre : ils restent là où ils sont, pas de possibilité de les avoir ailleurs.
Des bancs publics : chantés, immortalisés...
Nous arrivons au bout du voyage après une dernière ligne droite. Bon après midi.

Écrit par : elisabeth | 29/08/2008

plein de bises, ne me dis pas que cela tombe à côté du banc...

Écrit par : patrick | 29/08/2008

@ Patriarch, tu es toujours le premier à monter dans le train. Merci de cette ponctualité et de ce lien que tu mets en évidence.

Écrit par : ariaga | 29/08/2008

C'est fou ce train de bancs qui n'en finit pas...
bonne soirée ariaga...

Écrit par : le Pierrot | 29/08/2008

@ Le Pierrot, toi aussi tu as un train de banc qui a croisé le notre. j'aime beaucoup ton banc caca !

Écrit par : ariaga | 29/08/2008

L'ultime but du voyage... ça sonne un peu triste, non ?
Un tel voyage laissera bien des traces de petits pas tout autour des bancs...

A bientôt Ariaga

Écrit par : Mutti | 29/08/2008

Ils sont magnifiques ces mots. Je me laisse embarquer. Je m'arrêterai longtemps, cependant, à Shambhalla; un maître vêtu de lumière m'y attend.
A bientôt!

Écrit par : Bona | 29/08/2008

les bancs et le train des bancs nous ont bien tenus en éveil tout l'été, ces voyages virtuels ont tissé, j'en suis sûr, des liens extraordinaires et magiques...
Nous nous sommes côtoyés sur ces bancs, alors pourquoi pas nous donner la main et nous formerons une immense chaîne sur notre planète et qui sait, notre rève peut nous conduire la bas.... au dela des étoiles...
bien à vous tous pour une bonne nuit alchimiqie afin que vous puissiez "transformer" vos rêves.
et que notre bonne fée Ariaga se repose aussi
marie

Écrit par : mariedumonde | 29/08/2008

C'est où la prochaine "station" du train de Bancs ?
De beaux voyages en perspective.
Amicalement.

Écrit par : michel gonnet | 29/08/2008

Le train de bancs ... ils partent à présent dans notre intérieur ... Prochaine destination ? Chaque fois que je souris, je pense à vous tous, voyageurs généreux ...
Vous avez senti ? J' ai souri ;-)))

Écrit par : Kaïkan | 30/08/2008

@Jean Alias PataTy, merci mille fois pour ce beau texte poétique que tu déposes comme un bouquet sur le banc des vacances imaginaires. Je pense qu'il sera lu avec joiie par tous les passagers.

Écrit par : ariaga | 30/08/2008

@ Danae, moi aussi j'espère que les voyageurs de l'été iront jusqu'à ton blog pour s'imprégner de la beauté et de la sérénité de ton texte.

Écrit par : ariaga | 30/08/2008

@ Guelum, je suis vraiment gâtée par les commentaires. Ton texte sur l'imaginaire est à la fois philosophique et émouvant. Un objet rare et, comme toute ta "production" si bien écrit. J'invite tous les lecteurs à aller passer une semaine sur ton blog (textes d'un Lundi à un Samedi) ils ne le regretterons pas .

Écrit par : ariaga | 30/08/2008

@ Elisabeth, merci. Nous ne somme pas tout à fait au bout de la ligne car il me reste un texte à écrire mais c'est le plus difficile car, je crois que tout mon travail de l'été, d'une manière inconsciente, m'a conduit à cette dernière note avant le retour à la "vie normale" du Laboratoire. j'attends que les mots e viennent.

Écrit par : ariaga | 30/08/2008

Je n'ai pas eu le temps de m'asseoir sur un de ces bancs. Est-ce trop tard? Je prendrai bien un petit bout du banc de pierre. J'attendrai que quelqu'un vienne me raconter une belle histoire puis je m'allongerai sur les feuilles mortes et je ferai un rêve de fin d'été dans le bleu mélangé du ciel

Écrit par : Gabriel | 30/08/2008

J'aime beaucoup le banc à roulettes !! à déplacer au gré de ses envies ou simplement aux caprices du soleil...

Et bien cette deuxième saison d'été du banc fut (enfin presque, il manque le terminus) riche, très riche même...et je comprends le banc du monde.
Le petit banc de bois qui ne tenait plus qu'à une allumette s'est métamorphosé en une tour de bancs gravitant jusqu'au ciel...

Voilà.

Juste quelques mots pour te dire merci...et à l'année prochaine !

Bises

Écrit par : Aslé | 30/08/2008

allez hop je le prends en marche! me voici de retour pour te signaler que le banc le plus long se trouve sur la corniche à Marseille...

http://www.lepost.fr/article/2007/10/08/1032816_on-a-retrouve-le-plus-grand-banc-du-monde.html

Écrit par : muse | 30/08/2008

@ Gabriel, tu ne le savais pas mais tu as tout le temps été assis sur le banc de tête du train. Rien ne peux t'éloigner car tu es le premier lien qui m'ai attachée à ce blog aux tous débuts. Tu m'as appelée poète...

Écrit par : ariaga | 30/08/2008

@ Patrick, le banc ivre est tellement penché que, comme tu le crains, les bises peuvent tomber. Il faut bien les lester.

Écrit par : ariaga | 30/08/2008

celui qui penche me donne mal au coeur, oui...
bonne soirée ariaga..
ps : mon banc caca est toujours aussi cacateux...

Écrit par : le Pierrot | 30/08/2008

Où est-il donc, cet ultime banc, aboutissement du voyage,
point de départ mais aussi d'arrivée, où est-il donc, pas très loin, en fait, sous notre nez, ici et maintenant, le banc de l'instant présent.

Écrit par : chronophonix | 30/08/2008

@ Mutti, Non ce n'est pas l'ultime but. Parfois les mots nous dépassent et je ne sais où se situe l'Ultime. Heureusement car si je le savais où en serait cette intense curiosité qui me fait avancer.

Écrit par : ariaga | 31/08/2008

@ Bona, je ne sais si mes mots sont magnifiques mais je suis certaine que ta dernière peinture l'est.

Écrit par : ariaga | 31/08/2008

@ Mariedumonde, aller plus loin encore plus loin que nos rêves, je suis partante mais c'est un voyage qui prend du temps, plus de temps qu'une vie.

Écrit par : ariaga | 31/08/2008

Les bancs sont en route, avec leur cargaison invisible et précieuse...
Chère Ariaga, quelle belle initiative, fédératrice et stimulante.
Je ris car vraiment je ne les vois plus du même oeil, je sais que le merveilleux peut survenir, n'importe quand.
Merci à toi. Tendresses.
Diane

Écrit par : diane | 31/08/2008

Comment ai-je fait pour ne pas y penser avant? Ce banc-là, et pas seulement le banc d'ailleurs vaut un détour à Barcelone.
http://www.gaudidesigner.com/fr/parc-guell-differents-aspects-du-banc-sinusoidal-tel-que-gaudi-lavait-concu-a-lorigine_270.html
Il y a d'autres liens sur internet.

Écrit par : PataTy | 31/08/2008

Installer des amoureux sur les bancs ...... s'y intaller ...

Écrit par : cpatricia | 01/09/2008

@ Michel Gonnet, j'ignore où est la prochaine station, l'emplacement change tous les jours...

Écrit par : ariaga | 01/09/2008

@ Kaïkan, oui, les trains de bancs doivent maintenant partir de notre intérieur mais aussi y revenir pour un murissement nécessaire.

Écrit par : ariaga | 01/09/2008

@ Aslè, qui sait si l'année prochaine nous ne partirons pas dans un vaisseau spatial !

Écrit par : ariaga | 01/09/2008

@ Muse, merci, mais au risque de paraître vaniteuse, si on fait un concours du train le plus long, je pense que c'est le notre. Il est tellement long qu'on ne peut pas le mesurer...!!!

Écrit par : ariaga | 01/09/2008

Les "causettes" sur les bancs ont retenu davantage l'attention que mon Royaume de Shambhala et pourtant si vous étiez venus, vous seriez repartis en souriant, emplis du bonheur d'y être allé et vous seriez fin prêts pour une bonne rentrée !

Ils sont très intéressants tes bancs Ariaga et j'ai choisi celui qui danse pour m'y arrêter quelques instants.
danae

Écrit par : Danae | 02/09/2008

@ Danae, en effet, pendant les vacances , qu'elles soient imaginaires ou réelles, les lecteurs pour les textes sérieux sont rares. J'en connais quelques uns, quand je vais reprendre mes textes "normaux" sur le blog qui vont s'enfuir comme oiseaux devant un épouvantail !

Écrit par : ariaga | 02/09/2008

@ Diane, changer un regard sur un objet est un bon pas sur le chemin de la transmutation...

Écrit par : ariaga | 02/09/2008

@ Chronophonix, oui, il est là, mais j'ai du mal à le rendre visible !

Écrit par : ariaga | 02/09/2008

@ PataTy , tous les bancs valent un détour, même le plus modeste, ce qui compte c'est le regard qu'on leur porte, tu ne crois pas ?

Écrit par : ariaga | 02/09/2008

Cela mérite réflexion, je ne me hasarderais pas à répondre légèrement à une question qui tendrait à projeter sur la seule subjectivité la capacité de décider de l'équivalence de tout en toute chose, ce en quoi je ne crois pas !

Écrit par : PataTy | 02/09/2008

@ Cpatricia, en te lisant je pense que nous n'avons pas accordé assez d'attention aux voyages amoureux, cet été.

Écrit par : ariaga | 02/09/2008

P'tit coucou du soir Ariaga, en Finlande, j'ai fait un cliché de banc complètement original...tu verrais le truc...
un jour je ferai une note avec pour ma catégorie "j'me banc"...
bonne soirée, à plus...

Écrit par : le Pierrot | 02/09/2008

Steu plait...
ne me mets pas dans la dernière catégorie, en bas, non non...pour le cimetière, j'ai encore le temps...
bisou, bonne soirée...

Écrit par : le Pierrot | 02/09/2008

@ le Pierrrot, je t'ai mis avec les inclassables attracteurs, mais tu peux toujours voyager si tu en as envie...

Écrit par : ariaga | 04/09/2008

Très original comme billet ! Passer te dire un ti coucou. Bizoux.

Écrit par : lancelot | 07/09/2008

Lancelot, c'est gentil de venir me voir. tu es toujours le chevalier de ce blog mais moi, hélas, il m'est impossible de mettre des commentaires sur ton blog, l'accès à la fenêtre m'est refusé. Je t'embrasse.

Écrit par : ariaga | 08/09/2008

Oh ! des bancs et juste en même temps, un train démarre de la gare
Merci .
Je reviendrai me reposer chez vous.

Écrit par : pseud | 19/09/2008

Voulez-vous la photo qui est sur mon blog, si oui, servez-vous :-)

Écrit par : pseud | 19/09/2008