UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Se creuser la tête | Page d'accueil | Francofolies de la Rochelle »

14/07/2013

Les mondes imaginaires

écriture,vacances,voyage,rêve,science fiction,fantastique,philosophie,photo

Cliquer sur la photo pour l'agrandir

En attendant les récits de lecteurs de ce blog, je vais m'inspirer du chapitre sur les mondes défunts et les mondes cachés de Jacques Van Herp dans son Panorama de la science-fiction (ed.Marabout) pour vous donner une idée de la manière dont les auteurs ont parlé de ces mondes. Je laisserai de côté la période récente qui fourmille de récits d'histoires situées dans le cadre de civilisations passées ou futures, en particulier dans l'"héroic fantasy ".

Les récits plus ou moins mythiques sur le sujet sont très anciens. Je dirais même, sans tout à fait plaisanter, que l'on peut les faire remonter à l'Apocalypse. Dans l'Antiquité,  Platon parle, dans le Critias et le Timée, de l'Atlantide engloutie, un lieu qui, ensuite, a toujours excité l'imaginaire des auteurs. Depuis, sont apparus d'autres lieux comme la Lémurie, le pays de Mu, Thulé, la ville d'Ys et bien d'autres...

Une autre cétégorie de récits concerne les civilisations perdues. Lamartine, dans son poème fleuve,  La chûte d'un ange, raconte l'histoire d'une civilisation d'avant le Déluge. Plus contemporain, on peut citer sur ce thème la fin d'Illa (1925) de José Moselli racontant l'histoire d'une très ancienne cité où les habitants sont nourris par des "machines à sang" distribuant la nourriture par ondes. Naturellement il faut alimenter ces machines et de terribles abus condusent à la destruction d'Illa. On peut aussi citer Les Formiciens (1932) de Rienzi qui décrit l'étrange civilisation de fourmis régnant sur la terre à l'époque du secondaire. Pensons aussi à Lovecraft avec ses nouvelles du Cycle de Chtulhu qui propose quantité de civilisations disparues.

Que dire des pays préservés, des mondes perdus, de la terre creuse et du monde prodigieux des cavernes. J'y ferai allusion très bientôt dans la suite de cette note.

Ariaga

Commentaires

Ce n'est pas le genre de livre que je choisis ou j'achète (c'est plutôt mon fils qui les achète pour lui). Je n'arrive pas à "entrer dans l'histoire", car je trouve toujours "la ficelle trop grosse". Mais je m'intéresse quand même à cette littérature. Bon dimanche Ariaga (je n'ai pas regardé le feu d'artifice hier soir, mais je l'ai bien entendu !).

Écrit par : elisabeth | 14/07/2013

moi je suis d'une autre planète ...
besos
tilk

Écrit par : tilk | 15/07/2013

Bonjour, chère âmie Ariaga,
-------------------------------------

Ici, j'imagine que les mondes imaginaires offrent un exutoire facile pour la pensée.
Là, je me vois bien dans un monde où le silence est maître de toutes paroles.
Enfin, merci à toi de venir de temps à autre t'y promener.

Avec toute ma tendre et silencieuse affection, Jack le poétiste.

Écrit par : Jack Maudelaire - Le Poétiste | 15/07/2013

Du mythe profane à la Réalité sacrée, les ombres de la Lumière paraissent à la guise du "fantaisiste"... Bises et belle semaine, chère âmie Ariaga

Écrit par : Phène | 15/07/2013

Je ne lis pas de ces "trucs" sinon ma nuit sera terrible..... Bonne journée avec bises de nous deux

Écrit par : patriarch | 15/07/2013

Sujet passionnant...et qui recèle bien des "surprises"... :-)

Écrit par : La Licorne | 15/07/2013

Bel article qui incite à interroger la fiction de la réalité et réciproquement : en vérité, comment explorer les problématiques de la nature, de la conscience ?( (Pacôme Thiellement et l'exégèse de la série TV :https://www.youtube.com/watch?v=-Ox0hm9r3Z0 )

Écrit par : Jacqueline W. | 15/07/2013

@ Élisabeth, dans ce que je préfère appeler le roman d'hypothèse plutôt que de la Science Fiction, il y a pourtant des livres remarquables. Dire "et si ..." peut conduire à percer le mur et à avancer dans la découverte de ce qui est masqué par le quotidien.

Écrit par : ariaga | 15/07/2013

@ Tilk, je m'en doutais ...

Écrit par : ariaga | 15/07/2013

@ Phène, les ombres sont nécessaires à la lumière mais c'est vrai que j'ai mis un petit n.

Écrit par : ariaga | 15/07/2013

@ Jack Maudelaire, tu as déjà inventé ton monde du silence et je crois qu'il est beau.

Écrit par : ariaga | 15/07/2013

Et si...tout été possible, plausible , il faudrait plus que de l'imagination pour décrire les mondes dans leur pluralité.

Écrit par : Thierry | 15/07/2013

Ariaga je vais te décevoir, mais je manque d'imagination et les récits de fiction ne m'intéressent pas. Je préfère les documentaires et les biographies de gens qui ont existé. Et pourtant à la baie des trépassés près de chez moi, c'est là que se situerait la ville d'Ys ! et J'aime aussi les romans de Pierre Benoit qui en parle !!! Bonne soirée avec un soleil qui ne veut plus se coucher. Bises.

Écrit par : danae | 15/07/2013

@ Patriarch, on peut imaginer des mondes où tout est beau, où les gens sont gentils, où la maladie et la mort n'existent pas et alors bon dodo !

Écrit par : ariaga | 15/07/2013

@ La Licorne, c'est formidable les surprises. Dans le mot surprise il y a un cadeau de pris (prix).

Écrit par : ariaga | 15/07/2013

Oui, c'est un cadeau ...et l'imagination n'est pas l'évasion, ni la rêverie... L'imagination, c'est la faculté de créer des images...c'est une faculté on ne peut plus "précieuse"...peut-être LA plus précieuse.

http://fabulo.blogspot.fr/2011/09/imagination.html

Pour moi, l'imagination est une façon (différente) d'aborder la réalité...

Écrit par : La Licorne | 16/07/2013

L’esprit rationnel oppose toujours, imaginaire et réalité.
Comme si nous connaissions la réalité !
C’est plutôt chacun la sienne (réalité), comme un rempart contre l’inconnu.

Pour ce qui est des civilisations disparues, elles ont existé, une recherche dans ce domaine, et l’on trouve des traces et des preuves de leur état d’avancement technologique. Ça dérange "un peu" la représentation que l’homme moderne a de son histoire : avant lui, rien n’a pu exister si ce n’est l’absence de savoirs et de connaissances, voir d’intelligence et de conscience. -)))

Alors l’imaginaire ?
Je dirai que c’est une mise en circulation de "l’énergie pensée", là où l’esprit n’est plus enfermé dans ses certitudes, ses croyances.
Regarder une fleur, est alors un acte imaginaire, une conversation invisible…

Les mondes perdus ?
De la même façon que tout est inscrit dans la terre, tout est inscrit dans notre corps…
A la suite, donc !

Belle journée à toi, et à tous.

Écrit par : Miche | 16/07/2013

Miche, je n'ai rien à ajouter...
je crois que nous voyons les choses de la même façon...

Merci de le dire si bien...

Bonne journée à tous !

Écrit par : La Licorne | 16/07/2013

Ah si...j'ai encore ce lien :

http://fabulo.blogspot.fr/2011/09/reel-et-imaginaire.html

Écrit par : La Licorne | 16/07/2013

@ Jacqueline W. Merci. Je t'ai mise dans mes liens car ton blog me plait énormément.

Écrit par : ariaga | 16/07/2013

@ Thierry, "De la pluralité des mondes", un lointain souvenir de lecture philosophique.

Écrit par : ariaga | 16/07/2013

@ Danae, tu vois que tu aimes les romans d'hypothèse puisque tu aimes Pierre Benoit. Simplement tu les aimes un peu "classiques".

Écrit par : ariaga | 16/07/2013

@ Miche, l'esprit rationnel est celui qui n'utilise que la partie "codifiée" de son esprit.

Écrit par : ariaga | 16/07/2013

@ Élisabeth, tu m'avais mis un récit qui m'a beaucoup plu en commentaire. Je l'ai supprimé car je compte le publier en note et je ne voulais pas que le sujet soit défloré. Merci à toi.

Écrit par : ariaga | 16/07/2013

@ Élisabeth, je vois que tu as publié le récit chez toi. C'est la chaleur, je n'ai rien compris, je croyais que c'était pour les voyages imaginaires du Laboratoire. Du coup j'ai fait une gaffe en supprimant ton commentaire. J'AI TOUT FAUX ! Si tu veux re poste ton commentaire.

Écrit par : ariaga | 16/07/2013

Très joli billet où je retrouve évoqué des noms qui ont jalonnés ma vie...

Lovecraft, à l'instar de Tolkien, a été pour moi une source inépuisable de voyages imaginaires, où j'appréciais autant les frissons que les images que cela m'évoquait...merci Ariaga pour cette parenthèse nostalgique.

Amitiés,
Jean

Écrit par : Jean | 21/07/2013

@ Jean, que de délicieux frissons de peur en lisant Lovecragt, moi aussi j'ai des souvenirs.

Écrit par : ariaga | 21/07/2013