UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La conteuse d'Aout | Page d'accueil | Tapis de voyage »

03/08/2013

Il était une fois ...

 

La conteuse.jpg

Illustration, collection personnelle de Patricia Gaillard

Ce jour-là comme souvent, j’allais, l’inspiration bavarde, avec l’idée de fourrer mon nez dans une histoire à raconter et voir un peu ce que j’en allais dire pour la servir au mieux. Je ne me souviens même plus quelle était cette légende, et cela n’a ici pas la moindre importance, quand soudain j’ai vu, comme je vous vois, ou presque, une espèce de vieux beau roi couronné d’une belle dignité. Il me vit étonnée, sourit de ma surprise et me dit simplement “Je suis le conte”. “Lequel ?”, lui demandai-je, “Tous !” lanca-t-il, rieur.
Il me tendit la main et me proposa un voyage chez lui, forêt, château, royaume, tout ça...
Un peu aventurière, un peu crâneuse et conteuse avant tout, je l’ai tout simplement suivi. Amis, jamais voyage ne m’aura autant plu et je n’en ai plus jamais oublié le chemin. Ce qui fait qu’aujourd’hui, veinards qui êtes là, je peux vous proposer son parcours véritable, et en tapis volant, avec boissons de jouvence, fraîcheur de petit bois et même repas pas du tout ordinaires. Ceux qui ont un penchant pour la gaudriole ne seront pas déçus, car j’y ai croisé deux sorcières et une reine, aux noirs desseins et aux noirs dessous, qui feuillètent depuis des siècles des grimoires coquins et sulfureusement créatifs, qui devraient mettre les amateurs à l’abri de l’ennui...

La Gaillarde Conteuse

Patricia Gaillard

Commentaires

Voilà une jolie mise en bouche destinée à réveiller l'appétit, et c'est ce qui compte !

Écrit par : lechantdupain | 03/08/2013

Cette conteuse a beaucoup de talent et sait mesurer le suspense . Nous attendons donc la suite, la langue pendante.

Écrit par : danae | 03/08/2013

@ Danae, attention ! C'est dangereux de laisser pendre sa langue avec tous les petits êtres malicieux qui peuvent rôder par ici ...

Écrit par : ariaga | 03/08/2013

guet à suspens

Écrit par : Thierry | 03/08/2013

Merci chère Ariaga pour "héberger" une si agréable et "gaillarde conteuse"

C'est vrai qu'elle a le don de nous tenir éveillé !!
Je suis impatiente !
merci à vous deux, je sens que je reprends le "moral" un peu bas ces derniers temps....

Je vous embrasse toutes les deux

Écrit par : mariedumonde | 03/08/2013

@ Mariedumonde, tu vas voir on va t'emmener en voyage au pays des contes pour soigner ton moral. Peut-être nous concocteras tu une de ces "tisane" dont tu avais le secret pendant le voyage de l'Évasion. On pourra librement délirer sur les écrits de la conteuse.

Écrit par : ariaga | 03/08/2013

@ Thierry, alors là, pour une fois, tu fais vraiment court ! Et on peut te lire en anglais ...

Écrit par : ariaga | 03/08/2013

Il est vrai, lechantdupain, que l'appétit, en tout est l'antichambre des régalades !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 03/08/2013

La langue pendante, Danae, image parlante d'attente impatiente.
Ceci dit, Ariaga n'a peut-être pas tort, ne laissons pas traîner trop de choses par ici...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 03/08/2013

Thierry tu fais court, fais cours, fais la cour à ce rideau de mystère qui s'apprête à se lever...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 03/08/2013

oh mariedumonde, l'impatience de mon public est une friandise pour moi !
j'aime beaucoup la phrase "le bonheur dans l'attente"

Écrit par : la gaillarde conteuse | 03/08/2013

Mises en bouche fort alléchantes, qui gratouillent ma maladive curiosité…. Par pitié, vite la suite, ou il va y avoir un tsunami de dépressions cycloniques dans les lecteurs du blog… quoi-cac… quelques dérives vers la dive bouteille ne soient pas à exclure. IN VINO VERITAS (HIPS… !!!)
ÉPHÊME

Écrit par : EPHÊME | 03/08/2013

Une courte entrée en matière qui attire le lecteur....

Bon dimanche avec bises

Écrit par : patriarch | 04/08/2013

les règnicoles se réjouissent à l'avance avant même d'avoir embrayé
la régalade régalienne sent la rigolade mais sans la rigole comment faire couler ce jus sirupeux , comme un babouin pas chafouin, les babines en alerte, pas nasique amnésique mais qui attend la musique, alors passer du verum au sérum mais sans sévérité et hériter d'un récit comme récipiendaire sans s'outrer démesurément , que cela nous gonfle d'aise à n'en pas douter ...je sais je suis long ;)

Écrit par : Thierry | 04/08/2013

ça ne passe plus, ça se tasse

Écrit par : Thierry | 04/08/2013

@ Thierry, ce doit être un goulot d'étranglement, trop de liquide dans le gosier.

Écrit par : ariaga | 04/08/2013

@ Patriarch, elle l'attire mais maintenant il va falloir le nourrir sinon c'est moi qu'ils vont dévorer. Je sens comme une odeur d'ogre affamé de blogs.

Écrit par : ariaga | 04/08/2013

excellent mais non pas de gargouillis dans la garganta , la gorge
pas de dégorgeoir à poisson, un certain culot disons !

Écrit par : Thierry | 04/08/2013

Ephême, je te reconnais bien là... ne t'inquiètes pas, je crois que les nectars déjà nous attendent, et pas des moindres, tu t'en doutes !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 04/08/2013

une courte entrée qui attire, patriarch, et ariaga s'inquiète d'être dévorée, si la suite ne vient pas. Elle sent une odeur d'ogres. À ce point de vue-là elle n'a pas tort ! Mais je suis là, n'oubliez pas...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 04/08/2013

Tiens tiens, Thierry, on fait court et on regrette ?
De jeux de mots en jeux de mots, la suite viendra, n'allez pas croire, amis du laboratoire, elle mijote dans ma marmite, je touille, je touille, ce sera prêt bientôt...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 04/08/2013

ARIAGA À TOUS, MÉFIANCE, les korrigans sont à l'oeuvre. la Gaillarde Conteuse m'envoie des mails qui disparaissent dans la corbeille des blogs supprimés. Amis lecteurs, croisez les doigts derrière le dos, remuez les poudres contre les sortilèges, agitez vos chapelets d'ail, si vous voulez avoir un texte à lire demain ....

Écrit par : ariaga | 04/08/2013

J'attends la suite avec impatience ! Comment va se dérouler le voyage?

Écrit par : Daniel | 04/08/2013

@ Daniel, tu sauras demain matin quel est le mode de locomotion.

Écrit par : ariaga | 04/08/2013

Mais oui, Daniel, demain sera dévoilé le début du voyage. je vous imagine bien tous, cette nuit, rêvant à un départ... surnaturel, chacun à sa manière.
J'adore tenir mon public en haleine.
Comme dit Ariaga, agitez vos chapelets d'ail !!
sage précaution.

Écrit par : la gaillarde conteuse | 04/08/2013

Non chat l'amant raconté ! Bravo il ne manquait que lui !!! J'attend la suite !!! Bisous

Écrit par : Anne6329 | 04/08/2013

Bonsoir Anne6329... la suite ne se fera plus guère attendre, préparons-nous ! Les voyages d'été sont souvent de mer, de montagne, voire bucoliquement campagnards. Le nôtre est d'un tout autre type.
Mais chut.....
à demain

Écrit par : la gaillarde conteuse | 04/08/2013

Voilà comme ça commence : il veut épater la galerie. Un séducteur !
Je vais voir la suite.

Écrit par : elisabeth | 05/08/2013

En admirant l'illustration du texte : Il était une fois....conter l'oracle par le truchement du recueil de la "Sybille d'écume"?

Delfica

La connais-tu, Dafné, cette ancienne romance
Au pied du sycomore, ou sous les lauriers blancs,
Sous l'olivier, le myrte, ou les saules tremblants
Cette chanson d'amour qui toujours recommence ? ...

Reconnais-tu le TEMPLE au péristyle immense,
Et les citrons amers où s'imprimaient tes dents,
Et la grotte, fatale aux hôtes imprudents,
Où du dragon vaincu dort l'antique semence ? ..

Ils reviendront, ces Dieux que tu pleures toujours !
Le temps va ramener l'ordre des anciens jours ;
La terre a tressailli d'un souffle prophétique ...

Cependant la sibylle au visage latin
Est endormie encor sous l'arc de Constantin
- Et rien n'a dérangé le sévère portique.

Gérard de NERVAL (1808-1855)

Écrit par : Jacqueline W. | 05/08/2013

Voilà un poème qui me plaît et que je vais ranger en bonne place dans ma mémoire profonde de raconteuse... merci, Jacqueline W pour ce cadeau du matin...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 05/08/2013

@ La gaillarde conteuse, Jacqueline W. est un puits de connaissances et je ne parle pas de ses illustrations !

Écrit par : ariaga | 05/08/2013

un puits de connaissances... puits veut dire quasiment sans fond et où l'on peut puiser sans tarir... impressionnante, Jacqueline W !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 05/08/2013

Et bien voici une introduction des plus alléchantes...

Bonsoir de ma part au conte, chère conteuse.

Jean

Écrit par : Jean | 05/08/2013

@ Anne 6329, je crois que c'est la première fois que tu viens ici et je te souhaite la bienvenue dans ce laboratoire qui se laisse un peu envahir par un grand vent d'imagination pendant l'été. J'ai vu sur ton blog que les idées ne manquaient pas.

Écrit par : ariaga | 05/08/2013

J'aime bien l'illustration...j'attends les noirs desseins des noirs dessous....

Écrit par : Hécate | 05/08/2013

@ Hécate, je vois poindre ton côté sulfureux !

Écrit par : ariaga | 05/08/2013

Oui !...Le souffre quand on frotte une allumette éclaire un instant de sa flamme ...
Bonne soirée chère Ariaga ainsi qu'à la Conteuse.

Écrit par : Hécate | 05/08/2013

sulfureuse Hécate, tu ne seras pas déçue... je m'y emploie

Écrit par : la gaillarde conteuse | 05/08/2013