UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les bêtes de l'ombre | Page d'accueil | Pique-nique au château »

09/08/2013

Les fées, esprits de la nature

 

écriture,littérature,fées,alchimie,contes,festin,vacancesimaginaires,patricia gaillard

Illustration,collection personnelle Patricia Gaillard

Nous allons continuer. Je vois que le parfum du lieu à présent vous inquiète.
Vous êtes tous là, aucun n'a donc péri dans ce funeste endroit ?
Vous devez avoir faim. Le roi à tout prévu dans ce panier d’osier : bouquets de ciboulette sauvage, ail des ours, beignets de fleurs d'acacia, fraises des bois. N’y cherchez pas de viandes, ni de poissons, ici les bêtes parlent, aident les voyageurs, sont des êtres vivants comme vous et moi, qu’on ne dévore jamais que symboliquement...
Ce repas sera accompagné d'un vin d'aubépine de la cave royale, cuvée 1271, s'il vous plaît. Ne soyez pas surpris, le temps ici n'est rien... Éphême sera content. Cher Éphême, trinque donc avec nous et oublie cette indignation qui te tenait tantôt ! Buvons à l’aventure, compagnons, car la région survolée est la région des fées et comme vous le savez, elles sont de tous les genres.
De celles, radieuses et douces, penchées sur les berceaux à celles, du genre Carabosse, qui tordent les destins, ces belles créatures sont nombreuses et variées et vous pourrez suivre l’une ou l’autre, pour partager un peu leur étrange fonction.
C’est là que vous verrez des fées lavandières, qui entraîneront les hommes, les lâchant au matin, echevelés et hagards, (à vous de voir...) Les fées marraines aussi, en robe de feuilles, de neige, de vent, qui vous combleront de dons. Les fées fileuses, les parques, qui créent, déroulent et coupent le fil de nos vies et qui gravent dans l’airain nos destins humains. Les fées-sorcières, comme cette reine, belle-mère de Blanche-Neige, aux noirs desseins et aux noirs dessous (les voici donc !) qui vous lira un secret kamasutra, capable de séduire même les rois. La preuve. Une pomme... d’amour ?
Et toutes ces dames vertes et blanches, même noires parfois,  qui courent dans les légendes. Merveilleuses, redoutables, enjouées, magnifiques, magiciennes, dansantes, légères, elles sont toutes fées, esprits de notre nature, esprits de la nature...
Filez vite, voyageuses, voyageurs, mais revenez-moi quand même, je serais très ennuyée de vous perdre par ici, ça ferait très désordre, on ne démêlerait plus l’ici de l’ailleurs...
Dans les contes on passe, on ne demeure pas !
Et la conteuse est responsable du retour...

(à suivre)

La Gaillarde Conteuse

Patricia Gaillard

Commentaires

Sait-on vraiment ce que les mythes et les contes recèlent...?

Une poésie qui nous fait rêver ? Un reflet imagé de nos profondeurs ? Ou bien plus encore...un invisible qui échappe à nos sens ?

Les fées sont joyeuses, aériennes, lumineuses...et elles font ce qu'elles ont à faire tout en riant de nos aveuglements et de notre vue si basse...

Écrit par : La Licorne | 09/08/2013

du lutrin au lutin la lutte sans fin
et cette soif de mystère sans misère
passer des mythes au logis ...sans boules de naphtaline

Écrit par : Thierry | 09/08/2013

Gravure taille douce et tous ces personnages
on les détaille et on peut aimer l'usine
qui fabrique ces esprits qui nous frappent

Écrit par : Thierry | 09/08/2013

Effet garanti
liberté affranchie
a franchi les limites

Écrit par : Thierry | 09/08/2013

Devant les livres, la nature ou l'amour, vous êtes comme à vingt ans:
au tout début du monde et de vous.

Une petite robe de fête

Christian Bobin

Écrit par : Jacqueline W. | 09/08/2013

Quand Cabosse t on caboche pour faire briller le cabochon ?

Écrit par : Thierry | 09/08/2013

Du royaume des fées, je choisis la fée marraine si toutefois elle veut bien de moi, car je ne suis plus le bébé qui vient de naître dans le berceau vers qui la fée se penche avec tendresse pour veiller sur lui !
Je suis à l'autre bout du chemin et je lui demande de l'indulgence !
C'est que je ne veux pas quitter mes compagnons de ce voyage dans un monde inconnu, j'ai l'aventure dans l'âme et vous le savez.

Écrit par : danae | 09/08/2013

Waou... je veux retourner vivre dans ce pays........ Sourires...

Bon samedi avec bises

Écrit par : patriarch | 10/08/2013

quel bonheur de te lire la Gaillarde tu es vraiment géniale pour conter...
personnellement j'ai choisi de suivre la fée magicienne et dansante j'ai envie de rêver après avoir affronté "l'ombre" !....

Ton petit vin d'aubépine j'ai hâte de le goûter pour me rafraîchir, mais tu sais que j'ai mon "dopage" perso, aurais tu oublier que j'ai ma "fiole" magique sur moi, celle que j'avais déjà dans la cale de l'Evasion....

Je vous embrasse toutes les deux la Gaillarde et Ariaga et pour les autres compagnons ne vous éloignez pas trop comme nous recommandes notre guide.

Écrit par : mariedumonde | 10/08/2013

Je suis là mais je reste muette, endormie avec l'aubépine, évaporée ...

Écrit par : Francine | 10/08/2013

@ La Licorne, je te crois, le fées peuvent très bien s'amuser de nous et sans nous, c'est pour cela qu'il nous arrive des choses tout à fait surprenantes. Il y en en qui appellent cela le hasard ...

Écrit par : ariaga | 10/08/2013

@ Thierry, franchir les limites, cela me plait bien !

Écrit par : ariaga | 10/08/2013

@ Jacqueline W. tu sais bien que le temps est une idée que nous nous faisons. Chaque matin, quand je me réveille je n'ai pas d'âge. Après cela se gâte un peu ...

Écrit par : ariaga | 10/08/2013

@ ARIAGA À TOUS, pour ceux qui, à la lecture de la Gaillarde Conteuse , auraient développé un grand appétit pour les contes je vous recommande la note chez Bright moments( Jacqueline W.) de la note intitulée : Ailes blanches, conte du singe à plume dont voici le lien: http://jacquelinewaechter.blogspot.fr/2013/08/aile-blanche-conte-du-singe-plume.html

Écrit par : ariaga | 10/08/2013

Moi j'aimerais bien connaître les fées lavandières.....le goût du risque et de la curiosité sans doute...

Écrit par : Daniel | 10/08/2013

La Licorne, laissons-nous aller à suivre les contes, sans trop nous poser de questions, laissons ce lourd mental dans nos demeures terrestres. Suivons ces fées, car même si notre vue est basse, elles sauront pour nous, lever un peu le voile des mystères !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

Ta forme "Haïku" va si bien à ce décor, Thierry...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

Chère Jacqueline W,
Christian Bobin, invité soudain ici, fait un effet aussi gracieux que la fiole distribuée l'autre jour et ça ne m'étonne pas de lui

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

Mais si, Danae, nous sommes encore ce bébé du début !
Nous sommes comme ces matriochkas russes, en nous sont totalement vivantes toutes celles que nous avons été, un petit souffle les réveille du passé et elles participent ardemment au présent.
La fée-marraine prépare déjà sa baguette... quelle aventure...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

Patriarch, pas de blague ! Je me suis engagée à ramener tout le monde... foi de conteuse...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

les dopages persos sont tout à fait autorisés, mais le vin d'aubépine est quand même très surprenant, tu peux en boire un grand coup avant d'aller rejoindre la fée magicienne et dansante, va vite rêver, mariedumonde...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

Une Francine évaporée ? Muette ? peut-être une fée ?

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

Bravo, Daniel, voici de la témérité... mais surtout n'en perds pas une miette, il faudra nous raconter. Enfin, pour ce qui sera racontable...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

Je ne connais pas les fées fileuses, on ne m'en a jamais parlé, c'est la 1ère fois. Je reviendrai lire la suite de cette histoire qui nous entraîne, et racontée de cette façon, j'ai l'impression d'être au théatre. Merci la Gaillarde conteuse.

Écrit par : elisabeth | 10/08/2013

Tu as raison, Ariaga, "le conte du singe à plumes", quelle proposition pas ordinaire !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

Comment se faufiler dans ce défilé
et ne pas être pris das des rets
ou alors des rais bus jusqu'à plus soif

Écrit par : Thierry | 10/08/2013

Ce théâtre est une forêt, et cette forêt est en nous, elisabeth. Ravie de te recevoir dans ce théâtre de l'âme, au rideau noir, rouge et blanc...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

un défilé effilé, filé et ficelé par les fameuses fées fileuses, Thierry

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

ce monde à l'air bien sympa sauf la vin d'aubépine ...je suis de bordeaux...
il y a des limites...ah ah ah
besos
tilk

Écrit par : tilk | 10/08/2013

oups, effectivement Tilk, mais j'adore AUSSI le vin de bordeaux !!!!!

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2013

Bonjour amie,
je suis absent des blogs car mon épouse est malade
je reviendrai le plus vite possible
Bon dimanche
Daniel

Écrit par : bichon39 | 11/08/2013

Enivrant, mais pas au point d'avoir des hallucinations
L'aube est câline avec l'aubépine mais il me souvient
de fine faite avec des prunelles et le gout d'amande des noyaux
ouverture et liberté , de la libation à la libération

Écrit par : Thierry | 11/08/2013

@ Bichon39, je vous souhaite à tous les deux beaucoup de courage et j'espère te revoir sur les blogs tout en pensant qu'il y a des choses beaucoup plus importantes dans la vie.

Écrit par : ariaga | 11/08/2013

Allons-y pour la fine de prunelle, Thierry, je file dans la cale de l'Evasion, il doit en rester un ou deux flacons. Je reviens.

Écrit par : la gaillarde conteuse | 11/08/2013

On doit mener joyeux sabbat avec toutes ces créatures...Le vin d'aubépine...oui. Et si j'apportais dans une fiole un peu de Fée Verte ?....
Un clin d'oeil amical et...magique aux Maîtresses du Laboratoire :)))

Écrit par : Hécate | 11/08/2013

Petite promenade en compagnie des fées. Certaines aiment troubler le cœur des êtres enivrés par les parfums de la nature. Que les désirs de tous s'accomplissent, galanteries, ripailles et tutti quanti, passage en féérie. Mais le rire de la conteuse résonne dans le sous-bois, il nous faut être prêts, ne prenons pas demeure et suivons l'avis...

Écrit par : lechantdupain | 11/08/2013

C'est pour la prunelle des yeux des fées et même sans cheminer, que je me ferai damner dans l'entrefer du magnétisme étrange qui se dégage d'elles et d'elfes.

Écrit par : Thierry | 11/08/2013

Fée verte d'hier ou fée verte d'aujourd'hui, Hécate ?
La première rendait fou. Ne le sommes nous pas déjà bien assez ?
Mais c'est une folie douce et légère

Écrit par : la gaillarde conteuse | 11/08/2013

C'est tout à fait ça, lechantdupain, que les désirs de tous s'accomplissent !
C'est bien pour cela que je vous ai tous emmenés par ici. La diversité exceptionnelle de ces dames saura ravir vos soifs les plus secrètes. Vous avez du temps devant vous, même si vous m'entendez rire, c'est qu'en attendant vos retours de bacchanales, je suis assise dans le cercle de quelques fées amies avec lesquelles j'échange quelques recettes rares...

Notre tapis volant est roulé sur un tapis de mousse.
Nous repartirons mardi...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 11/08/2013

"damner dans l'entrefer du magnétisme"
Thierry, l'expression me plaît !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 11/08/2013

Nous avons donc : le bordeaux de Tilk, la fiole magique de mariedumonde, la fine de prunelle de Thierry, le vin d'aubépine du roi des contes.
La soute-cave de ce tapis commence à être garnie.
Si Ephême nous revient, ce ne sera sûrement pas non plus les mains vides...
eh bien, y'a de la joie en vue !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 11/08/2013

Mille pardons ! il y a encore la fée verte d'Hécate, nommée Absinthe...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 11/08/2013

ARIAGA À TOUS, si vous continuez à picoler ainsi je vais être obligée de mettre sur le blog la mention AVEC MODÉRATION sous peine d'avoir des problèmes avec la censure pour incitation à la débauche. Hic ! Hic ! Hic ! Hic ! ........

Écrit par : ariaga | 11/08/2013

L'esprit de sel s’ensemence, l'esprit accolé mais pas bricolé, bariolé mais avec le mot des rations on y reviendra pas, chiche !

Écrit par : Thierry | 11/08/2013

Ah! Ariaga très chère, un doigt d'Absinthe dans un dé à coudre peut suffire ; l'Herbe Sainte comme l'appelait Appolinaire ne saurait nous dispenser d'eau de la fontaine de la Fée...:)))

Écrit par : Hécate | 11/08/2013

Il y a si longtemps que je suis oublié dans mon cul de bas de fosse que la mort elle-même n’est pas venu me délivrer…Un mec sans intérêt. J’ai vu passer une bonne vingtaine de générations de gardiens, toujours aussi revêches, grands, petits, timide et hhhhableurs, et l’on a un peu amélioré ma nourriture et coupé ma barbe de temps en temps, quand elle empêchait de pénétrer dans ma cellule. Et puis est arrivé un rigolo, avec un objet blanc bizarre, une pomme grignotée dessus, avec qui il communiquait avec tou….s les diables. Une certaine guaillardde conteuse, je suppose de piètre réputation, qui parle de tapis volant, de repas, et moi, je mange depuis des siècles le mêmmmme plat infââââme…… . à l’aide !iii Suis-je dans une bulle du conte ? J'ai faim...., et j'ai grignnotttté des pouces de ma cellllulle pour avoir ub ...excuseszZZZ un peu de calciuum.

P..... de dragon, et de ma gente mie qui m'a mis dans ce bourbier. Excusez-moi, un beau faune me propopopose une tablette (?) avec plein de succccccubewxccctt ARGH......

Écrit par : L’OUBLIÉ de MARQUEYSSAC | 11/08/2013

Roi d'une course, les fées de la piste se seraient elles penchées sur son berceau par hasard, pas sorti de sa ligne, la tête haute mais pas les bras ballants et se cassé final pour couper le premier un ruban suggéré

Écrit par : Thierry | 11/08/2013

@ ARIAGA AUX LECTEURS, c'est vrai que nous avions laissé le Sieur Éphême , dans les débuts de notre voyage, et à la suite de délirantes aventures (http://ariaga.hautetfort.com/archive/2013/07/23/nuit-maudite-a-marqueyssac-2-5127530.html ) croupir dans un cul de basse fosse. On peut dire que les fées ne se sont pas penchées sur son berceau ! Il a l'air d'en vouloir à notre conteuse ...

Écrit par : ariaga | 11/08/2013

Mais oui, Hécate, buvons tout ! Eau de fée, absinthe, on peut même les mettre l'une dans l'autre ! L'herbe sainte disait Appolinaire ? Ici sainte et païenne c'est du pareil au même. N'oublions pas que tous les lieux saints ont été édifiés sur des antiques lieux païens, aux ondes cosmo-telluriques positives.
Récupération... moi j'dis...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 11/08/2013

Ventre saint-gris, j'ai complètement oublié le mec de Marqueyssac, dans son cul de basse fosse ! Il faut dire qu'un clou chasse l'autre, les histoires aussi.
Bon, Hécate, peux-tu appeler ce dragon que tu enfourchais tantôt, moi je prends une ou deux bouteilles pour enivrer les geôliers, dépêchons, j'ai l'impression que ça presse !
N'empêche qu'à peine délivré, il va voir ce manant, quelle est cette piètre réputation qu'il me prête... Non mais.
Amis, je vous abandonne un instant dans cette région, restez à vos minauderies féeriques et soyez sages...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 11/08/2013

Obtenir la faveur des fées n'est pas à la portée de tous
Avalon peut rimer avec avalons, mais que valons nous réellement
brosse et liane pour un inextricable fouillis végétal qui nous relie à nous même et à nos origines quand les chamans invoquaient les esprits

Écrit par : Thierry | 12/08/2013

Thierry, il est effectivement bon de rappeler, et le conte le fait constamment, que chacun peut, en se reconnectant avec sa nature et la nature, faire de son paysage intérieur le royaume retrouvé de l'harmonie.
L'être n'a pas changé, et il possède encore, en intégralité, cette disposition...
Et ce fouillis végétal se démêle de lui-même, sitôt que le mental demeure derrière nous et que nous savons faire confiance à notre cerveau limbique. Qui sait encore l'essentiel, le vital.

et cela bien loin des touristiques voyages psychédéliques avec ayahuasca...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2013

Un flot d'images, de saveurs et d'émotions m'étreignent quand je te lis....

Un vrai talent de conteuse...à la tienne donc !

Amitiés,
Jean

Écrit par : Jean | 12/08/2013

À la tienne, Jean, et merci !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2013

@ La gaillarde conteuse, je n'ai pas trouvé MA fée, je vais continuer à chercher ...

Écrit par : ariaga | 12/08/2013

@ Jean, j'ai l'impression que la conteuse t'as pris dans le filet de ses mots ...

Écrit par : ariaga | 12/08/2013

@ La gaillarde conteuse, où en êtes vous de la délivrance de l'oublié de Marqueyssac. C'était quand même un ami de Montaigne et un bon vivant. Il a l'air bien affamé et il faudrait peut-être songer à lui, depuis si longtemps dans les prisons du Château. Et Hécate, as t-elle trouvé un dragon ?

Écrit par : ariaga | 12/08/2013

ARIAGA À TOUS, je publie demain matin la suite du voyage de la Conteuse. Faites de beaux rêves.

Écrit par : ariaga | 12/08/2013

Un dragon ?...Un peignoir de soie brodé d'un Dragon magique et je suis fin prête ce soir pour descendre dans les douves où se lamente cet oublié !!!Au clair de lune ( la lune est ma complice) j'espère ne point le faire sursauter dans ses songes...:)))

Écrit par : Hécate | 12/08/2013

Bon, je viens me régaler du bon repas, je suis gourmande. Bon appétit aux participants ! Bonne soirée

Écrit par : danae | 12/08/2013

@ Hécate, depuis si longtemps qu'il attend, ta vue en peignoir risque de lui faire beaucoup d'effet ...

Écrit par : ariaga | 12/08/2013

Ah!....Euh!....Dans ma hâte...je n'avais pas pensé à cela...
Bonne soirée Ariaga, je te sens bien amusée par cette improvisation ...toute chevaleresque de ma part :)))

Écrit par : Hécate | 12/08/2013

@ Hécate, l'enfer est pavé de bonnes intentions ... :)))

Écrit par : ariaga | 12/08/2013

Ariaga, tu as encore la nuit pour trouver fée à ta mesure...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2013

Hécate, je vois que tu es prête, nous avons la nuit devant nous pour tâcher de libérer l'oublié de Marqueyssac. j'ai enivré les geôliers il y a une heure, quand je suis repartie ils étaient fins mûrs. Ils doivent ronfler à l'heure qu'il est, nous aurons le champ libre, les prisons du château sont à nous. Je veux que demain à l'aube, notre prisonnier trouve place sur ce tapis et partage les festins qui y dorment encore...
Nous arrivons messire !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2013

danae, tu as déjà senti les effluves gourmandes qui planent par ici ?
Ton flair est prémonitoire...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2013

Mille pardons, je n'avais pas vu tout de suite le paragraphe du peignoir !!
je t'attendrai donc, chère Hécate, à l'entrée des cachots, car je ne voudrais pas interrompre, ni même surprendre les "effets" annoncés par Ariaga.
Je saurai être parfaitement discrète...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2013

le filet de mes mots est troué, Jean, s'en échappe qui veut
La liberté d'autrui est mon plus grand souci

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2013

Surtout, Hécate, ne te laisse pas intimider ! En peignoir, chevaleresque, avec des intentions d'enfer et tout et tout, moi ça me va très bien, je ne me sens pas d'y aller seule !
Partons...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2013

La gaillarde conteuse à tous
La nuit va être chaude. Ayez une petite pensée pour Hécate et pour moi qui allons sauver l'oublié de Marqueyssac des prisons où il croupit, alors que nous batifolons et buvons joyeusement. Il n'en peut plus !
Rendez vous demain matin, dès l'aube ou presque !!

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2013

Les contes et légendes sont comme perles...
Au début...une aventure telle un tout petit caillou qui au fil du temps va se recouvrir de couches de nacres...
Des innombrables superpositions apparaîtra le joyau magnifique !
Agréables pensées,
Michèle

Écrit par : michèle | 13/08/2013

Eh oui, Michèle, le conte ramasse des merveilles au fur et à mesure qu'il avance.

Écrit par : la gaillarde conteuse | 13/08/2013

Quelle mère veilleuse conteuse !
Je lis avec d'elle hisse, ce ciel de fées filant, qui nous berce haut et beau !

Etang-fée, moi-même dans une autre vie ... aujourd'hui lavant d'hier ... ma p'révérence va à la fée douce et bienveillante ...

En âme, t'y es.

Écrit par : Veronica | 14/08/2013

@ Veronica, j'adore quand tu parles en langue des oiseaux !

Écrit par : ariaga | 16/08/2013

Eh oui, Michèle t'as raison

Écrit par : Mon Blog | 26/07/2014