UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le monde magique des animaux et des objets | Page d'accueil | Le Roi des Contes »

23/08/2013

Tisser le conte

 

écriture,philosophie,conte,fantastique,voyage,vacances,patricia gaillard,symbole,château

Motif tissu du lac Titicaca, Pérou (agrandir)

Quelle force dans vos impressions durant cette traversée de la région des objets magiques et des animaux qui parlent !
Cependant il va nous falloir encore repartir, car août tricote vers septembre le tapis de ses jours.
Je ne vais pas tarder à faire ma valise, un palais m’attend, dont je ne vous dirai rien, car ce voyage-là sera mien.

Voyez, notre tapis volant qui se déroule, un peu plissé de sommeil, bercé par vos mots.
Il a rêvé de fils, de nœuds, de filage, de tissage, de lin, de laine, de coton et autres chanvres rudes.
Il a rêvé des parques, des araignées aux œuvres fines bijoutées de rosée.
Il a rêvé des vieilles brodeuses, des veilles tisserandes et des conteuses-fileuses.
Savez-vous qu’au temps des fileuses on appelait les contes “la philosophie du rouet” ?
Savez-vous que les travaux de femmes sont la métaphore de la création de la pierre philosophale ?
 
Avant de monter sur notre tapis, je voudrais vous parer. Si.
Il y a dans ce coffre de bois bleu des vêtements et accessoires importants offerts par la région des objets magiques que nous quittons :
Soie brodée d’or de Prince oriental, tenue de Reine, hardes de Sorcière, une longue barbe bleue, un chaperon bien rouge,
une robe de soleil, une autre de lune, un fuseau-somnifère qui fait dormir cent ans, des bottes de sept lieues,
un sac de cailloux blancs, une chevillette qui choit, la boîte de Pandore, un baiser de prince, un autre de grenouille,
l’édredon de dame Holle, une baguette magique, une flûte enchantée et une lampe qui renferme un génie.
Choisissez vôtre objet, celui qui vous est proche, celui dont vous rêvez. Car là où nous allons, on vous attend impatiemment et surtout on a besoin de savoir vos fantasmes, et votre choix vous trahira, car vos fantasmes sont l’essence de ce monde éternel où nous sommes encore pour quelques jours.
C’est un Roi, sachez-le, qui nous attend, pas le premier venu, car c’est le Roi des contes ! 
Notre dernière envolée va durer quatre jours. Vous aurez le loisir de choisir, d’adopter la chose, de la connaître, et surtout de vous faire connaître d’elle.
Vous arriverez mûrs au château, autre château celui-ci, château d’or des merveilles !
Veinards que vous êtes. Embarquons !

(à suivre)         La Gaillarde Conteuse

Patricia Gaillard

Commentaires

Si Titicaca m’était conté… :

Autrefois, les hommes avaient demandé au Soleil de leur faire bénéficier de sa chaleur. Le Soleil accepta, contre leur promesse de ne jamais chercher le secret du feu, caché dans les montagnes. Hélas, certains hommes, avides de pouvoir, brisèrent leur serment et partirent chercher le feu.

Voyant cela, le Soleil entra dans une rage folle. Il ordonna au Puma de dévorer tous les hommes, coupables ou non, pour les punir. Et le Puma obéit. Mais dans sa sauvagerie, il épargna un couple, plein d’amour et de pureté.

Le Soleil, revenu à la raison, réalisa ce qu’il avait fait. Découvrant le couple survivant, il leur remis un bâton et leur ordonna de partir chercher un endroit où fonder un nouveau peuple.

Ce couple marcha, marcha, jusqu’à ce que le bâton prenne racine dans le sol : c’est la qu’ils fondèrent Cuzco, et devinrent le premier Inca et la première Coya.

Mais le Soleil, honteux de sa colère, pleura, pleura et pleura longtemps ce peuple qui avait disparu. Et de ses larmes naquit le lac Titicaca.


extrait du site : http://contesetrencontresatraverslesameriques.wordpress.com/2013/02/03/si-titicaca-metait-conte/

Écrit par : Jacqueline W. | 23/08/2013

Merci Jacqueline W, elles sont si belles les mythologies, qui racontent le comment et le pourquoi des choses.
On raconte que dans un certain pays de rizières, les années où le riz pousse mal, les femmes se mettent à genoux devant les plants et elles leur racontent la légende du riz. Les plants, sachant à nouveau leur histoire, se remettent à grandir...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 24/08/2013

Roués mais pas madrés aporiques ou seulement quand euphoriques les conteurs sont une espèce rare qui devrait être préservée.

Écrit par : Thierry | 24/08/2013

@ Thierry, oui, protégeons les conteurs et les poètes mais n'est-ce pas la même "espèce". Ils viennent du pays du rêve.

Écrit par : ariaga | 24/08/2013

Les bardes bardent la vie de viatiques pour que de grandes enjambées comme viaducs permettent d'abreuver aux meilleurs sources une saine réflexion, le début de la sérénité, pas la sirène héritée qui fait tinter l'escarcelle au bord de la margelle, mais la marge qui se remplit encore que...

Les aèdes aident à passer les mauvais moments et à passer par dessus

Écrit par : Thierry | 24/08/2013

et si tisser le conte c'était faire la navette entre conscient et inconscient ?

Écrit par : Thierry | 24/08/2013

Bonjour Gaillarde conteuse et Ariaga,
Je choisis la "robe de soleil" car je ne pourrais vivre dans l'ombre et je vous suis reconnaissante dans ce dédale qui mène au roi.

Écrit par : danae | 24/08/2013

"La robe de lune" chante a mes oreilles et me met en extase, et la "flute enchantée" ouvre grand mon regard émerveillé sur l'univers.

Écrit par : Francine | 24/08/2013

Thierry, ça me touche cette remarque sur les conteurs qui sont une espèce rare... Pas si rare que ça en fait, mais notre art est confidentiel et discret. les feux de la rampe, c'est pas un truc de conteurs...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 24/08/2013

Oui, Ariaga, les poètes et les conteurs viennent du pays des rêves.
Et de plus en plus on découvre que le rêve est une des dimensions de la réalité...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 24/08/2013

"tisser le conte c'est faire la navette entre le conscient et l'inconscient" ?
Oui Thierry, bien entendu ! Bravo...
C'est aussi faire la navette entre l'ici et l'ailleurs, voyage chamanique, l'ailleurs étant ce creux en nous où vient se loger le mystère...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 24/08/2013

Robe de soleil, Danae, une de celle de Peau-d'âne qui tente de décourager son père amoureux d'elle en lui demandant des robes "impossibles", robe de soleil, robe de lune, robe du temps, peau de l'âne; il arrive cependant à les faire faire toutes... elle s'enfuit donc sous la dernière : la peau de l'âne.

Écrit par : la gaillarde conteuse | 24/08/2013

Francine en robe de lune (seconde robe de Peau d'âne) tu joues de la flûte enchantée.
Allons-nous te suivre jusqu'à nous perdre, comme les rats ont suivi le joueur de flûte de Hamelin ?

Écrit par : la gaillarde conteuse | 24/08/2013

Ouf...l'ancêtre est sur le banc de touche... Je vous raconterai plus tard le choc culturel.... Pour lui, son objet fétiche était son épée... perdue, et qu'il voulait à Tout Prix retrouver...problème.....

Écrit par : EPHÊME | 24/08/2013

Pour moi, ce sera une boite d'aquarelle magique avec des pinceaux dansant tout seul, au gré de mes songes, les images fluides de mes rêves.

Écrit par : EPHÊME | 24/08/2013

Cher Ephême, j'aimerais te conseiller, pour aider ton ancêtre, d'aller jeter un petit oeil sur un article de cette illustre encyclopédie gratuite en ligne (dont je tairais le nom que chacun connaît) et qui s'intitule "liste d'objets légendaires et sacrés", les épées y sont très nombreuses ! Passionnant à découvrir !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 24/08/2013

Ephême, cette boîte d'aquarelle si finement décrite existe forcément dans ce monde, puisque tu en as le désir et le désir ici est une clef,
clef avec "f" bien entendu !!!!

Écrit par : la gaillarde conteuse | 24/08/2013

Eh eh l'habit de sorcière me va si bien. J'en profite pour caresser ce cher tapis de mon balai, ils avaient des histoires à se raconter sur une conteuse fort douée en arts cachés...

Écrit par : Hortense | 24/08/2013

Eh eh, la délicieuse Hortense est revenue. Caresser le cher tapis de ton balais ...pourquoi pas si c'est avec modération.

Écrit par : ariaga | 24/08/2013

@ la gaillarde conteuse, je crois que je vais choisir la boite de Pandore. Je sais que c'est dangereux et qu'il va en sortir des tas d'imprévus et beaucoup de désordre mais je suis tellement curieuse...

Écrit par : ariaga | 24/08/2013

Bonjour Hortense !
j'apprécie la conversation entre tapis et balai de sorcière, elle me fait rosir...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 24/08/2013

C'est singulier, Ariaga, je pensais en énumérant tous ces objets, que tu choisirais peut-être cette boîte. je commence doucettement à vous connaître, les uns les autres... hé hé

Écrit par : la gaillarde conteuse | 24/08/2013

Y a t il des tapis sages et d'autres à l'humeur querelleuse ou qui folâtrent dans des tentations de carpettes, quant à poser la question où tapisser elle met en piste bien des équivoques qui ne sentent pas bon
bref sans s'éloigner du sujet central qui louvoie sans atermoiements cherchant à assurer une direction plus définitive je ne dirais pas qu'il va de mâle en pis , ta ta ta, me direz vous dans un staccato qui a tout du pivert, ce n'est pas sur le tapis vert que cela se jouera même sans commettre d'impair et passer son tour à défaut de manquer de courage.

Écrit par : Thierry | 24/08/2013

la vie n'est pas un jeu de poker
mais on peut faire tapis sans se battre la coulpe
après il y a des rapprochements
homophonie oblige, qui nous laissent sur le reculoir

Écrit par : Thierry | 24/08/2013

Jacqueline W, ces tissus tissés de l'ile de Taquile, sur le lac TITICACA, m'ont laissé pantois, par leur finesse et leur beauté. Cet art du textile, partagé entre les femmes qui tissent et les hommes qui tricotent, fait partie des chefs d'œuvres du patrimoine oral et immatériel de l'humanité. Les motifs sont imbibés de rêves, légendes, histoires... mystérieux comme les visages énigmatiques de cette communauté vivant encore sur des modèles incas.

Écrit par : EPHÊME | 25/08/2013

Syncrétisme des cultures qui voit église et motifs plus traditionnels juxtaposés

Écrit par : Thierry | 25/08/2013

J'aimerais bien des bottes de 7 lieues car je veux voyager vite et loin et l'édredon de Dame Holle car je suis frileuse.
Ariaga, d'accord pour me citer en commentaire ! Merci. Bon dimanche et Amitiés à tous.

Écrit par : Elisabeth | 25/08/2013

vois, Elisabeth, comme on trouve tout pour être bien dans les contes...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 25/08/2013

@ ARIAGA À TOUS, sur le blog d'ÉLISABETH j'ai trouvé un bien charmant poème qui m'a semblé en harmonie avec le texte de la Conteuse. Le voici :

FILS ET TOILES

La vie se tricote

Et se détricote

Le bonheur se défile

Les soucis s'enfilent

Ils te piquent ton coeur

Tu dessines des fleurs

Au fil de tes toiles

Sur des échantillons

Des croix en médaillon

Gondolent les motifs

De tes soucis chétifs.
http://boulevarddesresistants.hautetfort.com/

Écrit par : ariaga | 25/08/2013

Moi j'emporterais ma boule de cristal pour savoir ce qui va se dérouler pendant tout ce voyage. Pour mes fantasmes je ne dirais rien car ils sont inavouables!

Écrit par : Daniel | 25/08/2013

Belle fin de WE, chers âmis du Laboratoire... Bises, douce Ariaga

Écrit par : Phène | 25/08/2013

Bien Ariaga, d'avoir cueilli ce poème d'Elisabeth pour le poser ici

Écrit par : la gaillarde conteuse | 25/08/2013

mais mon cher Daniel, une boule de cristal est déjà un fantasme
pour les inavouables, qu'ils demeurent inavoués...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 25/08/2013

tapissons mais ne glapissons pas
le son du tapis
est il à tout coup sourd
comme ceux qui le battent
pour le dépoussiérer
on s'assied sur un support aéré
et même aérien

Écrit par : Thierry | 25/08/2013

@ Daniel, j'aurais bien été faire un tour dans la boite de Pandore de tes fantasmes ...

Écrit par : ariaga | 25/08/2013

Thierry, tu nous tricotes de sacrés trucs !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 25/08/2013

Coquine, Ariaga ? La boîte de pandore est ton sujet du WE...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 25/08/2013

Alors, là...je suis heureuse du sujet choisi, car il se trouve que, depuis quelques mois, le Pérou et en particulier le lac Titicaca...m'obsèdent !
haut-lieu de la planète sur lequel il y aurait beaucoup à dire...et que je rêve de visiter.

Le tissu de l'illustration est très beau ...avec ses motifs-mandalas évoquant le nombre 6, ses oiseaux et son "église" ?

Le tissage est en fait une activité profondément religieuse...il s'agit de croiser l'horizontal et le vertical (la terre et le ciel, le corps et l'esprit...etc) pour en faire une trame serrée...tout un programme !

J'aime bien me souvenir également que "texte" est un mot qui a la même étymologie que "textile"...et que "tisser les mots" pour en faire un texte (ou un conte) relève de la même activité "sacrée"...

Bonne semaine à vous tous !

Écrit par : La Licorne | 26/08/2013

Ah, j'ai oublié de choisir un objet !

Je choisis la flûte enchantée...à cause de Mozart, bien sûr...mais aussi parce que j'aime tout particulièrement le mot "enchantée"...

"Ré-enchantons" le monde...
par la musique de nos âmes...

Écrit par : La Licorne | 26/08/2013

la licorne, tu portes bien ce nom quand tu viens purifier l'eau de notre connaissance avec la corne de l'esprit : le tissage serré du ciel et de la terre, et cette parenté rappelée de texte et de textile, qui n'était jamais apparue à l'écrivain que je suis. (oui, devenir écrivain a été un des rêves de ma vie, je ne vais pas maintenant m'appeler écrivaine, ça sonne mal !)

réenchantons le monde, et pour cela commençons par enchanter notre monde intérieur !

merci, Licorne enchantée, pour ce texte textile au tissage sacré...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 26/08/2013

c'est dommage il n'y a pas d'année bitextile
mais pour tisser les jours il faut lisser les fibres

Écrit par : Thierry | 26/08/2013

Mais oui Thierry, il me semblait bien que tu ne pourrais résister à ce tentant canevas

Écrit par : la gaillarde conteuse | 26/08/2013

@ la gaillarde conteuse, c'est intéressant de voir combien le thème du tissage semble parler aux lecteurs. Ils doivent, consciemment ou inconsciemment, savoir que nous sommes tous "en réseau" interconnectés au sein d'un monde que nous créons ensemble.

Écrit par : ariaga | 26/08/2013

On peut avoir maille à partir avec le réseau et ne pas réussir à se départir de sa bonne humeur , mais c'est d'abord d'accords mineurs et de fil parlant
qu'il faut tisser la relation sans chercher à ratisser trop large.

Écrit par : Thierry | 26/08/2013

@ La gaillarde conteuse, j'ajouterai à mon commentaire précédent une citation de F. Varela : "nous avons pour seul monde celui que nous faisons émerger avec d'autres, et seul l'amour nous y aide". C'est du beau tissage ...

Écrit par : ariaga | 26/08/2013

C'est du beau tissage, Ariaga...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 26/08/2013

Les décisions de l'homme, ses choix, ses actes engagent l'univers tout entier. Rien n'est jamais séparé,comme le montrent les dessins des tapis kiowas où l'univers apparaît sous la forme de rythmes, d'énergies, de résonances. Tu appartiens à la trame infinie où tout communique.

( Sagesse amérindienne )

Écrit par : La Licorne | 27/08/2013

j'aime beaucoup ce tissage ...je suis fan d'art premier...
besos
tilk

Écrit par : tilk | 27/08/2013

La Licorne, quel rappel fort de nos responsabilités tu rappelles par là. Sommes-nous assez conscients du tissage formé par le vivant...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 27/08/2013

Oui mais à condition de les partager!

Écrit par : Daniel | 27/08/2013

A l'aube des temps, les Déesses magiciennes évoluaient dans l'univers...
Le Dieu Créateur voulant séparer la Nuit et le Jour qui sans cesse se disputait le primauté demanda à la déesse Soleil de tisser une robe aux magiques couleurs d 'ombre et de brume...et à la déesse Lune de tisser une robe infinies couleurs de clarté et de lumière...

Nuit et Jour furent si enchantés par ce présent que cessèrent les chamailleries!...ce qui permit au Dieu Créateur de se reposer en paix.

Conte de grand-mère...le soir à la veillée...

Écrit par : michèle | 27/08/2013

Ruses et amusements des dieux, Michèle, dans le tissage de nos mythologies.

Écrit par : la gaillarde conteuse | 27/08/2013

Ah ben zut alors si je passe de la robe de soleil à celle de peau d'âne !!!

Écrit par : danae | 27/08/2013

Danae, tu peux garder les deux, avoue que ce ne sont pas des robes ordinaires !!

Écrit par : la gaillarde conteuse | 27/08/2013

Je me demande bien où nous allons aller mais j'ai ma petite idée sur l'identité du Roi des contes.
Amitiés Jean.

Écrit par : Jean | 27/08/2013

Je ne suis pas étonnée de cette petite idée qui se profile, Jean.
Où allons-nous aller...?
surprise...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 27/08/2013

Partager les responsabilités, Daniel, signifie être d'accord sur ce qu'elles sont. Précisément tout le problème humain...
pas si simple...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 27/08/2013

Je vais avoir de la lecture ici (Merci à la Conteuse et je sais combien elle est talentueuse).
Ce commentaire de reprise sera en premier pour Ariaga: Je voudrais la remercier de ces messages si gentils et réguliers sur mon blogue. Cela fait chaud au coeur. A bientôt.

Écrit par : Louis-Paul | 27/08/2013

@ Louis-Paul enfin te voilà de retour, ami, tu nous as beaucoup manqué pendant cette aventure pleine de sens qui va trouver son issue demain. Je cours voir si il y a du nouveau sur ton blog.

Écrit par : ariaga | 27/08/2013

le lent bout tissage est un hymne à la patience

Écrit par : Thierry | 27/08/2013

Rouleau appât tissé
Rotulus que ne s'use que si l'on s'en sert
déplie tes signes et tes symboles
même si tu es loin du bâton à nœuds
le quipus ne donnait pas l'habeas corpus
pas un blanc seing ni un laissé passer
avec les hommes de Pizarro et d'Almagro

Écrit par : Thierry | 27/08/2013

un merci de la conteuse, Louis-Paul ! bienvenue...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 27/08/2013

Je ne rentre pas souvent dans votre cercle de discussion mais aujourd'hui, j'aimerai, pour répondre à la question, emporter Vénus pour éclairer de l'aurore au crépuscule le ciel.. Les étoiles et planètes sont une telle source d'inspiration. Les textes que vous publiez sont d'une telle richesse !!
cassiopee.binhoster.com

Écrit par : Sedna | 28/08/2013

Sedna, merci de cette visite étoilée ! Les planètes sont, il est vrai, une irremplaçable source d'inspiration. Savez-vous que les sept nains de Blanche-neige sont les figurations des sept planètes et de leur influence sur les oeuvres alchimiques ?
Belle journée Sedna...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 29/08/2013

On cherche vainement une représentation même symbolique de la grenouille du lac Titicaca, dont la peau abondamment plissée lui permet de respirer mais lui vaut aussi le triste surnom de "grenouille scrotum".

Écrit par : Thierry | 15/09/2013

Thierry, il y a une expérience très simple et peu coûteuse, sans électronique et sans laboratoire de pointe, que chacun, sans être "schizophrène", a pu faire à l’occasion. Lorsque l’on est bien fatigué, à la tombée de la nuit ou en pleine nuit, au volant de sa voiture ou chez soi, on voit parfois un animal ou une autre créature juste au bord de la route ou perché-e sur la cheminée du séjour. Puis l’on progresse de quelques mètres ou dizaines de mètres sur la route, ou sur le chemin en sous-bois où l’on marchait, ou on tourne un peu la tête dans son fauteuil au séjour, ou encore la lumière du téléviseur devient plus vive et...soudain, l’animal ou l’étrange créature a disparu, laissant place à quelques branchages tombés sur la berme, au petit tas de bois mort posé au bord du sentier en sous-bois, ou au bouquet de fleurs séchées qui ornait la cheminée du séjour et que l’on avait momentanément "oublié". La représentation visuelle de l’étrange créature peut s’accompagner d’une représentation auditive du grattement de ses pattes ou d’une autre manifestation sonore imaginée, en effet.

On en conclut facilement que, lorsque la fatigue abaisse le seuil du niveau de conscience, l’imagination et l’inconscient s’invitent dans le jeu des perceptions. Ces chercheurs en neuroscience semblent nous apprendre très scientifiquement ce que beaucoup d’entre nous savaient déjà pour en avoir fait directement l’expérience...

Toutefois, leurs études très scientifiques seront peut-être utiles à L’ÉVOLUTION DU POINT DE VUE DES SCIENTIFIQUES sur la nature du psychisme et sur celle de la schizophrénie...

Écrit par : Amezeg | 15/09/2013

Merci Amzeg
je ne doute pas que tu ais pu souhaiter donner plus de vigueur par une redondance de ton écrit, mais sa force, de conviction, était suffisante en une fois, et la rana de son côté ne souhaitait pas se faire plus grosse que le bœuf même de l'Altiplano si jamais il existe !

Écrit par : Thierry | 15/09/2013

Thierry, tu avais posté deux commentaires sur deux billets différents et, un peu distrait par l’environnement, j’ai d’abord posté mon commentaire sur ce billet-ci avant de voir mon erreur.
C’est pour cela que la rana narra deux fois sans vouloir, je crois, se faire plus grosse que le bœuf ni se redonder la pilule sous le tégument plissé...

Écrit par : Amezeg | 15/09/2013

@ Amezeg et Thierry, on joue au jeu de la grenouille ? Bon Dimanche et attention aux courants d'air ...

Écrit par : ariaga | 15/09/2013

Il s'en passe des choses dans le lac Titicaca et si les villages de roseaux flottants existent toujours, ça ne sent pas la rose tous les jours, pas seulement question de besoins.

Et puis on sait bien que les roseaux ne font pas que penser, ils pansent aussi, puisqu'ils servent de filtres naturels avec leurs racines pour fixer toutes sortes de déchets et de produits, même des toxiques et on les trouve largement dans les installations de lagunage.

Un de mes amis Quichua de Cuzco avec qui je parlais il y a fort longtemps de ce lac limitrophe des deux pays que sont Pérou et Bolivie
me disait juste que chacun prétendait posséder le titi, le reste étant pour l'autre !

Écrit par : Thierry | 15/09/2013