UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tisser le conte | Page d'accueil | Le départ de l'oublié de Marqueyssac »

28/08/2013

Le Roi des Contes

écriture,conte,philosophie,voyage,roi,littérature,patricia gaillard,jung

 Photo illustration Ariaga (clic pour agrandir)


Mes amis, vite, revenez à moi. Notre tapis est orange et brillant comme jamais.
C’est que cette dernière envolée sera celle de l’adieu, après nous ne reverrons plus notre chère monture.
Il faudra revenir à nos pieds, nos vélos, nos motos, nos voitures...
Ce matin nous partons pour ce château final, le roi nous y attend. Munissez vous bien vite de vos objets magiques, brossez vos chevelures, briquez votre minois, habillez-vous d’or et de soies, je vais vous présenter à un grand personnage, qui connaît de vos âmes le plus petit recoin, car c’est chez lui qu’arrivent vos rêves, vos désirs, vos fantasmes et vos projections. En grand ordonnateur, il tisse tout cela pour en faire des contes, propres à vous nourrir, à vous guider, à raconter au monde vos schémas intérieurs qu’il disperse sur terre comme des graines de blé.
Regardez ce château, chacun de vous le voit selon ses rêves et ses désirs, et regardez ce roi. Bien sûr il n’est pas grand, ni vêtu de velours et d’hermine, bien sûr la couronne de sa tête n’est pas faite d’or fin. Mais qu’attendiez vous donc, filles et fils de la terre ?
C’est un être sans âge, dont on ne peut même dire s’il est fille ou garçon, il est menu et pâle dans son vêtement de neige et de vent, sa couronne est une ronde de vers luisants et son sceptre une branchette d’aubépine. Mais allez le voir, surtout n’hésitez pas, car à le rencontrer on puise sacrément à la source de nos mythologies humaines et à celles de nos cœurs. De l’esprit aisément il sait défaire les nœuds et nous renvoie sur la terre un peu plus neufs à chaque fois.
Et pendant que vous irez à lui, je m’en irai. Il y a dans cette terre sacrée un trou dans le sol, caché à peine par quelque lierre fou. C’est par là que je pars, vous en ferez autant quand vous aurez fini. C’est un petit boyau en spirale, qui en quelques secondes vous ramènera ici, dans notre monde.
Une dernière chose, chers compagnons de ce voyage d’août qui m’a fort amusée, n’oubliez pas que ce trou de voyage est praticable dans les deux sens et à tout moment. Il ne tiendra qu’à vous de revenir. Sans moi. Comme des grands.
Merci d’avoir accepté de me suivre dans ce délire de conteuse, moins délire qu’on ne croit...
Maintenant je pars, car, je vous l’ai dit, un palais m’attend, là-bas, au-dessus de la mer, sous un oranger-ami qui m’a longtemps manqué...
Je vous embrasse à la volée !


                         La gaillarde conteuse
                                       Patricia Gaillard

Commentaires

Merci à Toi, chère Gaillarde Conteuse, de nous avoir permis de te suivre et de tous cheminer ensemble dans cette fabuleuse odyssée estivale. Bon repos sous ton arbre fétiche... Amical baiser, chère Ariaga

Écrit par : Phène | 28/08/2013

Re- vois pas mon com juste posté.
Merci à Toi, chère Gaillarde Conteuse, de nous avoir permis de te suivre et de tous cheminer ensemble dans cette fabuleuse odyssée estivale. Bon repos sous ton arbre fétiche... Amical baiser, chère Ariaga

Écrit par : Phène | 28/08/2013

@ Phène, parfois les com restent dans une espèce de non lieu où ils vivent je ne sais quelles aventures avant de parvenir sur le blog.

Écrit par : ariaga | 28/08/2013

Merci pour ces belles spirales de mots magiques, les bulles de rêves condensées en une expressive photo...

Ecrire c'est ébranler le sens du monde, y disposer une interrogation indirecte, à laquelle l'écrivain, par un dernier suspens, s'abstient de répondre. La réponse, c'est chacun de nous qui la donne, y apportant son histoire, son langage, sa liberté.

Roland Barthes

Écrit par : Jacqueline W. | 28/08/2013

Ce cheminement ensemble était très agréable, Phène, merci !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

Merci Jacqueline W pour ta discrète et forte présence le long de ce voyage et pour ces mots fins de Barthes...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

parcours charmant, compagnie des plus agréables
suggestions d'itinéraires confortant des démarches
et toujours un équilibre entre rythme et destination

Écrit par : Thierry | 28/08/2013

Eh bien, même si le Roi est un peu "insaisissable", cette fin me plaît bien...

Le "conte est bon" et après l'appren-"tissage" sur le tapis des rêves et des imaginations, il est bon de revenir sur terre et de concrétiser tout ça...
La rentrée nous attend...

Merci, Patricia, pour ce beau voyage !

Écrit par : La Licorne | 28/08/2013

l'apprenti sage reçoit du compagnon de voyage et d'instruction des conseils pour que la maille reste serrée et ne pas dévier du motif sauf à paraitre fautif d'inattention.

Le chemin de Damas n'est pas celui de Canossa et la gifle de Damas n'est pas celle d'Anagni mais le tapis s'agite de voir tout ce sans innocent répandu et cette situation qui laisse interdit toutes les chancelleries comme si la sorcellerie d'un tyran pouvait laisser de marbre après les derniers massacres.

Il y avait déjà eu Palmyre où le le vieux lion crucifia des civils mais cela recommence, alors depuis Halabja on pensait révolu des pratiques honnies et bannies dans le concert des nations, mais voilà que reprennent les manies de la tyrannie qui non contente de s'attaquer aux mamies transforme en momies des enfants !

L'instant est singulier, il faut le souligner et même le roi n'y peut rien, un engrenage s'amorce et on ne sait où le cliquet s'arrêtera.

Écrit par : Thierry | 28/08/2013

merci Thierry, pour la compagnie rythmée de tes mots tissés sur cette toile !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

La licorne, belle rentrée après ce tapis de rêve !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

un lapsus que sans remplace sang , c'est que cela me répugne et sa vision m'horrifie en ne faisant office même bas il n'est d'orifice qui ne rapetisse
et moi c'est la gorge qui s'étrangle devant la sangle du temps interrompu et des vies brisées

Écrit par : Thierry | 28/08/2013

Je suis d'accord Thierry et notre voyage libre dans ce monde libre du conte, sur ce tapis syrien, est un hommage rendu à ce peuple, dont les rêves sont pour l'instant pliés, rangés, cachés, détruits sous les armes atroces.
Notre roi des contes est celui de notre royaume intérieur, dont il est bon de découvrir l'originelle harmonie, pour rendre un peu de grâce humaine à l'univers...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

Ariaga, quelle photo magnifique
un mandala précieux, nacré, labyrinthique
ce centre lumineux qui attire les stries de nos cheminements
ce Soi paisible et doux qui nous attend

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

@ La gaillarde conteuse, j'ai choisi cette photo, que j'ai prise il y a déjà un certain temps, parce que elle me semblait illustrer l'aboutissement spiralique vers le centre de tes beaux récits qui sont aussi un peu comme sur la photo, à multiples bras et à multiple voix racontant d'immémoriaux récits. (un peu alambiqué mais j'ai du mal à exprimer par des mots ce que je ressens alors retournons à la photo ... )

Écrit par : ariaga | 28/08/2013

Merci à vous deux, d'abord chère Gaillarde conteuse, dont j'ai beaucoup aimé vos gaillardises qui nous ont menées jusqu'à être aspirés dans cette spirale si joliment photographiée , ensuite chère Ariaga qui a prêté son blog afin que nous partagions un très bon moment de vacances imaginaires.

Écrit par : danae | 28/08/2013

Merci d'avoir été là, Danae, dans ce public invisible et actif !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

Quand le conteur est bloqué, c'est quand les mots ne sortent pas !

Écrit par : Thierry | 28/08/2013

Le Roi des Contes est androgyne et le sceptre qu'il tient est de fleurs et d'épines...C'est là comme un rêve dont on s'approche dans une lumière incertaine...Cette spirale étincelle comme un joyau magique...
Merci pour ce beau voyage...à travers le Temps. Le dragon va redevenir une simple broderie sur le tissu d'un peignoir couleur de nuit....

Écrit par : Hécate | 28/08/2013

Hécate, ton dragon va retrouver son apparence sage de broderie, mais vois tout ce qu'il a vécu et tout ce qu'il t'a fait vivre ! Merci à toi de l'avoir invité dans ce voyage, où il a été un splendide rebondissement.

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

À l’aube des temps, J’étais !
nous dit le Roi des contes.
Tout vient à Soi et de Soi tout découle et s’écoule, in saecula saeculorum, dans les siècles des siècles...

Deux doigts de fée j’ai vu
Saisir le fil ténu
De l’histoire menue,
De la mémoire drue,
Pour le tirer tantôt
Et puis mettre au tapis
Tous nos petits châteaux
De cartes ou bien d’épis
Grenus sous nos chapeaux...

Grand merci et bravo
Aux langues qui tissèrent,
Aux crayons, aux pinceaux
Qui pour nous illustrèrent
Ce voyage sans rage
Parmi les bêtes sages
Et les sires en cage,
Les lutins lutinant,
Les dragons, les mégères,
Les belles étrangères
De leur luth égrennant
Les mélodies anciennes
Afin que nous revienne
Le goût de l’harmonie
Et que se tisse en nous, peut-être,
L’étoffe du fini embrassant l’infini...

Écrit par : Amezeg | 28/08/2013

bravo à toi Amezeg
qui raboute si bien
les morceaux du voyage

Merci à Ariaga de son hospitalité

quant à la gaillarde conteuse
l'histoire n'était pas trompeuse
et tu nous as bien conduit

Écrit par : Thierry | 28/08/2013

Merci !Bravo à toi Thierry,
Qui nous reboute en train
Quand s’essouffle parfois
Notre petit convoi,
Et qui, sans nous botter les reins
Ni nous traiter de cloches,
Mets la main à ta poche
De marsupile à mots
Pour mieux faire rebondir
La pelote du dire
À l’oreille du marmot.

Écrit par : Amezeg | 28/08/2013

Je suis enchantée et très touchée Amezeg, de cette poésie que tu apportes à ce voyage. Bravo ! merci !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

J'ai conduit, Thierry, une troupe enthousiasmante, que j'ai beaucoup aimée !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

Chère Ariaga, soit remerciée pour l'hospitalité que tu as donnée dans ton laboratoire à cette singulière aventure, et pour la confiance que tu m'as accordée !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 28/08/2013

C'est la fin du voyage enchanteur. Merci pour cette belle évasion. Je viens d'atterrir et c'est pas drôle. La rentrée est là. Vite, vite, j'ai pris du retard.....A bientôt pour d'autres aventures.

Écrit par : Daniel | 29/08/2013

@ Hécate, cette spirales EST un joyau magique. C'est une sculpture de cristal ... Si nous suivons les "bras" qui mènent au centre vers la plus grande lumière nous trouverons ce joyau en notre centre intérieur. Certains l'appellent le SOI. Merci pour tout ce que tu as apporté à ce voyage imaginaire.

Écrit par : ariaga | 29/08/2013

Daniel, n'y a-t-il pas toujours un peu d'évasion à cueillir sur le blog d'Ariaga... ?

Écrit par : la gaillarde conteuse | 29/08/2013

Un cristal ! ...De tout temps chargé de symboles, un cristal est une énergie vivante ...Ses pouvoirs nombreux...Celui-ci est d'une forme si particulière. Certainement pas choisi au hasard. Merci chère Ariaga et aussi à tous et toutes qui ont accompagnés la Conteuse et à leur gentillesse.

Écrit par : Hécate | 29/08/2013

désolé j'étais suspendue dans l'espace temps entre 2 mondes , mon territoire envahi par des énergumènes débarquant chez moi...

Ouf j'ai failli "louper" ce dernier voyage et le tapis , merci la gaillarde et Ariaga pour ce conte magique et ces instants merveilleux que vous nous avez fait partager;

Ma fiole est vide il est tant de rentrer !!!!!!!!!

bisous magiques et enchanteurs pour vous deux

Écrit par : mariedumonde | 29/08/2013

@ Amezeg, je connaissais tes qualités de réflexion, ta manière de communiquer sur la psychologie des profondeurs mais, depuis pas mal d'années que nous nous connaissons sur ce blog, j'étais passée à côté du fait que tu es un vrai poète. Merci pour tes contributions qui ont, j'en suis certaine, "enchantée" la conteuse.

Écrit par : ariaga | 29/08/2013

Ta fiole est vide, Mariedumonde, il était bien temps d'arriver ! merci !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 29/08/2013

Je confirme, Ariaga, je suis enchantée !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 29/08/2013

Merci aux ami(e)s du blog pour ce voyage de rêve qui m'a aidée à passer ce mois d'août un peu vide. Je vais découvrir d'autres horizons en septembre (stage et voyage) avant la reprise des activités.

Écrit par : Francine | 29/08/2013

beaux horizons à venir, Francine !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 29/08/2013

@ Mariedumonde, tu auras tout l'hiver pour lire l'ensemble du conte. J'ai repensé, quand tu parles d'énergumènes débarquant chez toi, à la période des vacances imaginaires des trains de banc. J'avais écrit un texte qui, si tu le relis, te feras sourire. Voici la référence :
http://ariaga.hautetfort.com/archive/2008/08/23/maison-a-restaurer.html

Écrit par : ariaga | 29/08/2013

Mon balai rigole rien qu'à l'idée de passer par le petit trou du conte... Merci à la Gaillarde de nous avoir ouvert ce trou noir de l'espace temps, bonne inspiration et bon public de château en château quelques soient les cartes. L'équipage fut fort brillant et courtois ! Et merci bien sur au capitaine Ariaga, qui, elle aussi, ouvre des possibles à sa façon! Sans oublier Ephême et son joli coup de crayon.

Écrit par : Hortense | 29/08/2013

ohhhhhhhh c'est déjà fini...je commençais juste à m'échauffer ..j'étais prêt à affronter tous les délires possibles et imaginable et voilà qu'il va falloir continuer seul!!!!....
besos tilk

Écrit par : tilk | 30/08/2013

Merci à toutes les deux pour cette belle série d'été...qu'il me reste à lire. Je sais que je vais y prendre plaisir. Amitiés.

Écrit par : Louis-Paul | 30/08/2013

Coucou Ariaga, je me demande bien ce que représente ta photo ? C'est un mystère,de l'eau qui fait plouf ? Gros bisous

Écrit par : danae | 30/08/2013

@ ARIAGA À TOUS, absente toute la journée (visite de l'Île d'Aix) je n'ai pu être active sur les blogs. À demain.

Écrit par : ariaga | 30/08/2013

L'aventure est terminée, elle a été belle et nous allons retrouver nos habitudes. Mais l'année prochaine Ariaga nous prépare quelque chose (je crois qu'elle a parlé de textes commencés dont on peut chacun y donner une suite et ainsi de suite...). Bonne rentrée pour les uns, bonne continuation pour les autres et bonnes vacances pour ceux qui n'ont pas pu encore partir et qui s'apprêtent à faire les valises.

Écrit par : elisabeth | 30/08/2013

Ah, l'Île d'Aix, une visite en forme de souvenir d'il y a vingt ans, le temps semblait s'y être suspendu, on était transporté loin des agitations commerciales, on pouvait laisser vagabonder son imaginaire porté par l'ambiance du lieu : est-ce encore ainsi de nos jours, comme une sorte de "parenthèse enchanteresse "?

Écrit par : Jacqueline W. | 31/08/2013

Danae, ma photo est celle d'une partie de sculpture de cristal.

Écrit par : ariaga | 31/08/2013

@ Jacqueline W. Je peux te dire que l'île d'Aix en saison touristique est beaucoup plus encombrée et agitée que dans ton souvenir. C'est quand même beau et je pense que j'y retournerai hors saison quand il n'y a plus que les habitants. Je suis revenue épuisée ...

Écrit par : ariaga | 31/08/2013

@ Élisabeth, oui, le Laboratoire va redevenir plus "sérieux". Je te remercie pour le talent et la gentillesse avec lesquels tu as participé à cette aventure.

Écrit par : ariaga | 31/08/2013

@ Hortense, comme joliment tout cela est dit ...

Écrit par : ariaga | 31/08/2013

@ Tilk, ne serait-ce pas des larmes de crocodile rieur ???!!!!

Écrit par : ariaga | 31/08/2013

@ Louis-Paul, je serais curieuse d'avoir le sentiment de celui qui lira cette spiralique histoire à la suite.

Écrit par : ariaga | 31/08/2013

Un grand merci à la conteuse pour son talent et son sens du partage durant cette période estivale !

Bravo et cette fin (qui n'est qu'un début) est superbe.

Ce chateau me ramène à celui de Thérèse D'avila , pour ceux qui connaissent.

Amitiés,
Jean

Écrit par : Jean | 02/09/2013