UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'emploi du nous dans les thèses | Page d'accueil | Le Laboratoire en vacances, ambiances... »

05/07/2014

La conférence de Jung sur Paracelse

écriture,jung,paracelse,alchimie,conférence,psychologie,culture,site

Je vous avais dit que je donnerai des explications au sujet du choix de la date du 7 septembre pour la mise en ligne du site C.G.Jung, Rêve, Alchimie,Homéopathie. Cette date m'a été inspirée par Jean Bissur, le troisième membre du site. Je publie ici le texte qu'il m'avait envoyé pour me faire cette proposition. Pour les curieux qui se demandent qui est le second membre de ce triumvirat je vous dirait qu'il s'agit du Docteur Bernard Long, un homéopathe qui a une grande connaissance de Jung, des rêves et de la symbolique alchimique. Dans la prochaine note je vous dirai ce qui va se passer cet été au Laboratoire car, comme d'habitude, je m'efforce de ne pas fermer le blog pendant les vacances et je tente de présenter des textes qui font "voyager" en imagination ceux qui ne peuvent partir. Je suis très occupée mais je ferai de mon mieux.

Le 07 septembre 1941

 

L’évolution de la pensée de Jung peut se lire à travers les rencontres et découvertes majeures de sa vie.

 En 1928, le missionnaire protestant Richard Wilheim offrit à Jung un traité alchimique taoïste, le Mystère de la Fleur d’Or. Ce don marqua un tournant définitif dans l’édification de sa psychologie.

 L’alchimie, voilà, après des années d’études en bibliothèque ou en clinique, la source de la découverte du chaînon manquant entre le gnosticisme et l’inconscient collectif. Frappé par l'analogie entre la quête de transformation de la matière des alchimistes et cette notion de transformation qu'il constate à l'œuvre dans l'inconscient, Jung se plongera, jusqu’à la fin de sa vie, dans les manuscrits alchimiques pour « mettre en forme » ses expérimentations cliniques et ses intuitions sur la dynamique de la psyché humaine.

 Paracelse fut peut être, avec son disciple Gérard Dorn, l’alchimiste qui inspira le plus profondément Jung, qui le considérait comme psychologue avant la psychologie ; il écrivit plusieurs textes sur le personnage (dont les trois principaux sont traduits dans Synchronicité et Paracelsica).

Le 07 septembre 1941, lors des journées du Cercle Eranos, journées de commémoration des 400 ans de la mort de Paracelse, Jung y fit une conférence, en forme de long hommage, « Paracelse Médecin ».

Je ne résiste pas à l’envie de vous livrer un petit extrait, qui ne pourra que résonner de manière particulière au cœur des amateurs du psychologue zurichois :

 « Il  était  pareil  à  une  tempête phénoménale,  qui arrachait tout et entraînait dans son tourbillon tout ce qui se laissait emporter. Telle une éruption volcanique, il a dérangé et détruit, mais également fécondé et vivifié. Il est impossible d'être juste envers lui : on ne peut que le sous-estimer ou le surestimer : c'est pourquoi on est toujours insatisfait lorsqu'on s'efforce de saisir, ne serait-ce qu'une partie de son être. »

 Synchronicité et Paracelsica, ed. Albin Michel, p137

 Jean Bissur

Commentaires

J’imagine que ce nouveau site en 2D, géré peut-être par les 3D, nous fera découvrir la quatrième D... :-)

Écrit par : Amezeg | 05/07/2014

Le 7 septembre 14...
Voilà une date également bien marquée par le chiffre "7"...chiffre du "sacré"...

Sacré Paracelse !

C'est lui qui disait :
"C'est sur soi-même qu’il faut œuvrer, c'est en soi-même qu’il faut chercher."

Beau programme...pour un site qui promet d'être "alchimiquement" intéressant...
On vous souhaiterait presque d'intégrer le "quatrième"...
la quaternité , c'est encore mieux ;-)

Écrit par : La Licorne | 05/07/2014

@ Amezeg, si tu n'existais pas il faudrait t'inventer !

Écrit par : Ariaga | 05/07/2014

@ La licorne, il existe le quatrième si on suit l'axiome de Marie que je dis de mémoire : Du un nait le deux, du deux nait le trois et le un comme quatrième. Je crois que nous serons très complémentaires et que de nous trois naitra l'unité.

Écrit par : Ariaga | 05/07/2014

Avec des si, Ariaga, on scierait la branche sur laquelle se tient fugitivement l’oiseau, juste le temps pour lui de lisser une ou deux plumes avant de s’envoler pour un ailleurs qui échappe à notre courte vue... :-)

Écrit par : Amezeg | 05/07/2014

On s'écarte de la sainte trinité, l'essentiel c'est de ne pas être tri-nitré car ça pourrait devenir explosif !

Écrit par : Thierry | 06/07/2014

Comment saisir l'ampleur d'un personnage par nature insaisissable , pas coulant comme du sable, pas croulant sous l'érable ?

Écrit par : Thierry | 06/07/2014

Et tri-mitré, Thierry, sentirait un peu le concile entre docteurs de l’Église ou même le concile i/à bulle d’où ne sort pas toujours l’infaillible conciliation de tous les opposés ni la parfaite harmonie des trois règnes...

Écrit par : Amezeg | 06/07/2014

Non tu n'y es pas c'est du ti nitré étau lu haine dont il s'agit, quand aux docteurs de l'église et de la foi ils s'agitent, mais le concile à bulle papale n'est pas seulement tiaré quand à jouer à châtre mitre il y a un écart que je ne ferai point , car les doctes aux mœurs inavouables favorisent la réconciliation quand cela les arrangent, le mythe de l'infaillibilité issu d'un Pie pas impie ne valait pas une roupie, sans sornette, et la sonnette a beau clocher ils ne les ont pas apposé dans car le règne tarde à venir !
Je crois bien que nous tenons là un sujet explosif !

Écrit par : Thierry | 06/07/2014

Du nitre à la mitre, je me disais que le rôle de la seconde pouvait être, entre autres tâches pastorales, de désamorcer autant que possible le conflit entre les opposés qui existe au sein de chaque brebis dont le bon pasteur à la charge...

Écrit par : Amezeg | 06/07/2014

@ Amezeg et Thierry de l'axiome de Marie aux oiseaux qui lissent leurs plumes en passant par la Sainte Trinité et les bulles papales j'ai l'impression d'être plongée dans un bain Marie ! (je pense que cela ne fera rire que moi mais une petite crise d'égoïsme c'est bon pour ma santé ..)

Écrit par : Ariaga | 06/07/2014

les vapeurs nitreuses me creusent mais si elles corrodent elles passivent aussi, pour la mite errante la naphte d’Aline me parait plus approprié pour éviter les trous qui font bader, ah oui sans détonateur il est certain que la charge même si elle est creuse ne causera pas de gros dégâts

Écrit par : Thierry | 06/07/2014

si ça continue je vais être très inti mitré !

Écrit par : Thierry | 06/07/2014

Bonjour Ariaga,
Heureusement que tu vas nous faire voyager sur ce blog-ci ! Mon livre sur le sahara sortira dans quelque temps, je te dirai. Je te souhaite un bel été et la réussite dans tes nouvelles occupations intellectuelles ! Gros bisous

Écrit par : danae | 06/07/2014

@ Danae, cela ressemble plus à des travaux de construction qu'à des occupations intellectuelles.

Écrit par : Ariaga | 06/07/2014

Qu'en ton œuvre nouvelle fusionnent excellemment le dehors avec le dedans... Bises et belle semaine, chère Al-Chimiste

Écrit par : Phène | 07/07/2014

Le titre du site est prometteur et je vois que l'été est studieux chez toi! Prends quand même le temps d'un peu de farniente. Amitié.

Écrit par : Louis-Paul | 07/07/2014

@ Phène, je crois que cette fusion ne se fera qu'au moment franchir la dernière porte.

Écrit par : Ariaga | 07/07/2014

@ Louis-Paul, ne t'inquiètes pas je fais de délicieuses crises de paresse ...

Écrit par : Ariaga | 07/07/2014

Moi aussi je ne ferme pas mon blog car après c'est difficile de le faire repartir. Merci de nous donner ces nouvelles. Passe une belle semaine. Amitiés (longues, nous sommes de vieux soldats).

Écrit par : elisabeth | 07/07/2014

Chère Ariaga,

Premiers tours de roue de la locomotive, à nous d'y mettre le charbon qu'il faudra...
Un projet de longue haleine très stimulant, je me réjouis d'avance de cette belle association.

Amitiés,
Jean le troisième (alias Catelinus)

Écrit par : Jean | 07/07/2014

Du charbon...hum, voyons, s’agirait-il de ce que les alchimistes nommaient "notre bon char"... ? Quant à savoir ce qui pousse le fou à s’engager dans l’Œuvre (ce qui "le loco motive")...c’est peut-être qu’il désire extraire de sa propre tête "la piedra de locura"... ?

Écrit par : Amezeg | 07/07/2014

Fidèle correspondante de Patriarch que je n'oublierai jamais au grand jamais et auquel je viens dire bonjour le plus souvent , j'ai découvert votre blog qui est très très intéressant !

Il ne m'en voudra pas de me présenter chez vous !

Nous avons correspondu depuis 2005 à l'ouverture de son blog et du mien !

Quel homme extra-ordinaire

Amitiés
Maïté

Écrit par : Radiocrochet | 08/07/2014

@ Jean, c'est toi qui conduiras la locomotive et j'espère que tes forces seront suffisantes car ce sera lourd de gérer ce gros engin à trois têtes !

Écrit par : Ariaga | 09/07/2014

@ Amezeg, tu as raison il faut être fou pour s'engager dans l’œuvre et surtout il faut de la patience et de l'humilité.

Écrit par : Ariaga | 09/07/2014

@ Maïté, moi aussi j'aimais beaucoup Patriarch et, en particulier ses coups de gueule.

Écrit par : Ariaga | 09/07/2014