UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Matériaux pour l'oeuvre alchimique (bis,6) | Page d'accueil | Disparitions (bis,8) »

11/08/2015

Bonheur et mystique juive (bis,7)

P5220763_3.jpg
 

 

   Je sens comme une pression d'ombres insatisfaites autour du banc. Depuis Janvier 2007 où j'avais posté une note intitulée "paroles de la mystique juive", quand je regarde les textes les plus lus sur le blog cette note se situe toujours aux premières places. Tout le monde doit être heureux et partir en vacances alors je vais inviter au voyage un nouveau compagnon, le maître hassidique Rabbi Nachman de Bratislava (1772-1810) dont j'ai entendu parler dans un livre d'Edward Hoffman intitulé Mystique juive et psychologie moderne (Dervy).

 

   Je l'imagine très bien, assis sur le banc et racontant d'une belle voix, au petit groupe des voyageurs, lui qui n'a rien écrit, les histoires et paraboles qui lui servirent pour illustrer ses idées. 

 

   Atteint très jeune de la tuberculose, il savait que sa vie serait courte. Cela aurait pu le rendre mélancolique mais, au contraire, il enseigna que la joie est une porte vers le divin et que l'on doit toujours essayer d'être gai, même si il faut pour cela "avoir recours à des futilités". Il pensait aussi que le corps et l'esprit sont intimement liés  et que les émotions négatives, comme la peur, la jalousie ou la colère, peuvent être à l'origine des maladies.

 

   Ses récits parlaient de rois, de naufrages, de trésors cachés et des rêveurs fous partis à leur recherche et aussi de ces coïncidences qui font exploser les cadres de la causalité. J'aime imaginer qu'il est avec nous sur le banc, ce mystique joyeux qui condamnait l'ascétisme et qui nous aurait enseigné la marche sur la voie du bonheur.

          Ariaga

Commentaires

La marche est un excellent exercice spirituel - pour ceux du moins dont les jambes fonctionnent correctement !

Écrit par : Aloysia | 11/08/2015

Et la marche dans l'eau est encore plus favorable à notre homéostasie
elle se développe et c'est une manière douce de forcer sans se préoccupe de transpirer et de transiter sur la berge , les embruns, le ressac, le havresac pour le casse croute, le slalom entre les baigneurs ou encore les rives moins accueillante pour les pieds, mais gare aux vagues elles peuvent frapper, tôt le matin et donner le coup du lapin, pour qui comme moi a un cou de taureau ce n'est peut être pas trop grave mais...

Dis moi Ariaga ce penseur slovaque qui vaquait à ses études venait il comme beaucoup d'autre d'Espagne après l'édit d'Isabelle la catholique en 1492 ?
Je sais qu'un manuscrit juif a été conservé pendant longtemps à Sarajevo (contient 142 folios avec le texte de la Haggada, lu à l'occasion de Pessa'h, un fac similé avec de riches enluminures du 14ème siècle venant à priori d'Aragon).

La Bosnie fut assez accueillante car elle a vait vu se développer en son sein le bogomilisme - qui a influencé les cathares - et qui explique l'implantation plus aisé et marqué de l'islam mais aussi le syncrétisme.

j'ai noté que le rabbi descendait d'une grande famille hassidique, qu'il a étudié la Torah et qu'il l'auteur de nombreux aphorismes.

Écrit par : Thierry | 11/08/2015

@ Thierry, les réponses à tes questions sont dans des livres qui sont déjà dans les cartons. Depuis la publication de ce texte elles se sont échappées de ma tête poreuse ...

Écrit par : Ariaga | 12/08/2015

Oh oui je m'en doute chère Ariaga et il doit de tarder de voir les tarbais maintenant ; c'est tant mieux car ça veut dire que le grand convoi qu'on ne voit pas encore s'ébranler même sur les pentes en soulevant la poussière du voyage va bientôt s'ébranler. Alors que tout se passe bien
sans encombres, et que ta réinstallation soit une réussite dans le confort et la sérénité à défaut d'hériter de la sirène. Je t'embrasse

Écrit par : Thierry | 12/08/2015

"il enseigna que la joie est une porte vers le divin et que l'on doit toujours essayer d'être gai, même si il faut pour cela "avoir recours à des futilités". Il pensait aussi que le corps et l'esprit sont intimement liés et que les émotions négatives, comme la peur, la jalousie ou la colère, peuvent être à l'origine des maladies."
Quel bel enseignement, je vais vers lui et t'en remercie. Mille belles pensées vers toi Ariaga, aie confiance ! Bises. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 12/08/2015

Tu es là pour nous remettre dans le bon chemin. Merci de tes enseignements, j'en ai bien besoin.

Écrit par : Sedna | 12/08/2015