UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un félin dans l'athanor (bis,12) | Page d'accueil | Du carburant pour le voyage (bis,14) »

19/08/2015

Chats de bancs (bis,13)

 

   La panthère étant plus ou moins maîtrisée, j'ai envie de vous parler des chats qui rôdent près des bancs des vacances imaginaires. Il y en a certainement beaucoup mais je me limiterai à deux, Grisou, mon chat qui n'est pas mon chat, et un chat habitant du banc ajouté au train de banc par un nouveau lien, un musicien :  Michel Tardieu (Chronophonix).

     Grisou était d'abord un hérisson supposé à l'attention duquel je déposais de la nourriture, restes de salades, crudités, et divers, dans un creux à l'abri des oiseaux. Deux bons mois ont passé et je trouvais le hérisson tellement vorace que je l'ai cru féminin et mère de famille nombreuse. Un soir tard, dans la pénombre, sous une forte pluie, j'ai aperçu un être famélique de couleur grise et de forme féline. Il tirait la nourriture du trou avec sa patte et j'ai compris que mon hérisson était un très jeune chat nourri de salade. J'ai amélioré le menu mais pendant longtemps il n'a accepté de manger que la nourriture déposée dans le trou, et seulement si aucun être humain ne se trouvait à proximité. Je savais qu'il venait seulement si je fermais les volets. Après, il a supporté ma silhouette derrière la vitre. Il a fallu des semaines pour qu'il mange sous une table du jardin et autant pour qu'il vienne s'asseoir sur un banc. Ce banc est devenu son domaine mais dès que j'apporte sa nourriture il s'enfuit et vient manger quand il croit que je suis partie. C'est maintenant un beau chat, nourri deux fois par jour,  au poil gris luisant, genre chartreux,  mais toujours aussi craintif, impossible à approcher et éloigné du monde des humains.  

   Un événement, dans sa vie et dans la mienne est survenu il y a quelques jours. J'étais au premier étage et, tôt le matin, j'ai ouvert les volets et je suis allé sur le balcon. Grisou était sur "son" banc. Surpris par ma présence, il a levé vers moi des grands yeux d'or pleins de crainte et d'amour. Il ne s'enfuyait pas, il était comme pétrifié. Maintenant, tous les matins, je fais mon apparition au balcon, je sais qu'il attend, et il lève vers moi ses yeux adorants. Il ne sait pas qu'il s'appelle Grisou, c'est un vrai sauvage, mais je le trouve exceptionnel car c'est grâce à lui que je suis devenue Dieu !

                   Ariaga

Voici maintenant le texte et la photo qui l'accompagnent de Michel Tardieu. Voici pour les voyageurs du banc comment il se présente lui même à ma demande : "inventeur de musique poétique, de poèmes musicaux, chercheur de vérité au présent, amoureux du quotidien et grand pourfendeur du passé comme du futur, aime photographier la vie des êtres et des choses, jouer du piano, la bière, et bien sûr, se complait immodérément dans le monde virtuel du net !"

banc-chat_2_3.jpg

 Banc banal

Un chat sur un banc
un simple banc banal
un banc un peu bancal
et sur ce banc, royal,
ce chat qui se régale
d'un banc de poissons-chats...

mais où sont-ils partis
ces poissons dégourdis
y ai-je bien réfléchi ?
le temps qui va passer
pour penser à tout ça
va me pousser à bout
tout au bout de ce banc
ce banc qui me repousse
me pousse de bambou
mais chut...! sujet tabou

car de bouche à oreille
cette histoire de poisson
m'en bouche un coin, c'est net
au bout du banc, du chat
transformé en banquette
en canapé tout doux
où viens jouer ce chat

tu veux jouer à chat
sur ce banc un peu flou
ce bout de banc bien fou
ce banc qui s'abandonne
et ce chat qui ronronne
en croquant ses poissons
au bout du temps qui passe
à écrire des p'tits bouts
de poésie bancale
Ben çà...c'est pas banal !

Commentaires

Habitant la campagne, je nourris aussi des chats errants. Il n'y en a plus que 3, nous nous sommes occupés de les faire stériliser car il s'agissait de filles qui procréaient à tour de bras mais elles restent sauvages. La doyenne a au moins 6 ans et jamais je ne réussirai à la caresser même si parfois, je sens dans son regard un peu de tendresse.. J'aime beaucoup le texte accompagnant le chat sur le banc

Écrit par : Sedna | 20/08/2015

Les animaux sont reconnaissants, et les bêtes ou oiseaux sauvages savent nous l'exprimer à leur façon, une fois la méfiance instinctive dépassée.
J'espère que ton déménagement s'est bien passé.
Amitiés.

Écrit par : Hécate | 20/08/2015

Pauvres chats craintifs, vont-ils devenir moins sauvages ? Bon emménagement maintenant...

Écrit par : elisabeth | 22/08/2015

Chat perché, mais jamais haut perché sur un banc
pendant ce temps là il y a les bancs d'infamie où son rivés
les migrants en grappe et en folie qui dans leur pays privés
qui de liberté, de nourriture ou d'instruction fuient

ce banc c'est aussi un espace limité, un symbole des pays développés
qui pourra s'y asseoir et connaitre sinon la félicité du moins la tranquillité
d'une vie moins dangereuse ou agitée après avoir franchi mare nostrum

Chat me démange de ne rien dire de ces situations qui se multiplient
les marchands d'arme de tout bord se frottent les mains
du fait de cette loin d'airain , d'éreintés oui, teintés de peur
L'aide humanitaire tarde pas les envois de munitions !

les déplacés, réfugiés, exfiltrés, sont cohortes puis légions dans un pays scié en plusieurs parties, la découpe a commencé depuis longtemps, on détaille mais on abat et décapite
la culture comme l'archéologie, l'art et le temps
tout est défié et abattu

cet effondrement de la civilisation trouve t il seulement son explication
dans un grand choc survivaliste ?

Écrit par : Thierry | 23/08/2015

Celui ou celle qui lit banc pense surement qu'il est fait de cèdre et que cela embaume les vêtements des promeneurs, tandis que tant d'autres variétés font l'affaire...et le spectacle

Avec le teck le banc est à emporter
Avec le chêne le banc c'est rusé
Avec le hêtre on sent sa vie sous ses fesses

Écrit par : Thierry | 23/08/2015