UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Einstein, esprit scientifique et religiosité | Page d'accueil | C.G.Jung parle à son âme »

22/11/2017

Les noeuds du quotidien

pensée,phlosophie,alchimie,spiritualité,photo,ariaga

Dans le laboratoire de notre vie spirituelle les matériaux avec lesquels nous devons travailler sont ceux de la vie quotidienne et de la relation aux autres.

Ariaga

Commentaires

C'est vrai, Ariaga, tu as parfaitement raison... Ruminer tout seul dans son coin n'avance à rien.
Pourtant il y a des ermites qui se retirent au fond des cavernes ! Mais n'ont-ils pas encore beaucoup plus à faire avec la vie quotidienne (il faut bien qu'ils survivent...) et la relation aux autres (étant privés d'humains mais accompagnés de fourmis, mulots et autres animaux) ?...

Écrit par : Aloysia | 22/11/2017

Chère Ariaga, voici une photo qui illustre bien certains états dans lesquels l'on se retrouve parfois...
Dénouer est un apprentissage aussi nécessaire que l'art de nouer !

Douces pensées,
Michèle

Écrit par : michèle | 23/11/2017

Défaire les nœuds pour trouver un peu de fluidité, pour permettre à l'énergie de couler facilement.

Écrit par : Daniel | 23/11/2017

C'est vrai... avec quoi pourrions-nous faire d'autre ?
Les noeuds on peut aussi les trancher.
Bien à toi Ariaga

Écrit par : Miche | 23/11/2017

Comme sur la photo les plus belles couleurs de la vie sont dans les parties dénouées.

Écrit par : Francine | 23/11/2017

Aloysia, je crois, en effet, que les ermites sont beaucoup à faire pour survivre matériellement et spirituellement !

Écrit par : ariaga | 23/11/2017

@ Michèle, je crois aussi que les noeuds sont nécessaires car on fait beaucoup de découvertes en tentant d'u mettre un peu d'ordre.

Écrit par : ariaga | 23/11/2017

@ C'est tout un travail quand ils sont très serrés.

Écrit par : Ariaga | 23/11/2017

@ Miche, quelle bonne idée, je m'en vais de ce pas chercher un couteau bien aiguisé.

Écrit par : Ariaga | 23/11/2017

Les noeuds de notre vie spirituelle ont parfois des frères jumeaux dans notre organisme, notre coeur et notre ventre. Si nous travaillons à libérer les premiers, les autres seront tués avant que d'exister.

Écrit par : Chinou | 23/11/2017

Il y a tellement de noeuds dans mon cerveau que parfois, je me demande si nous ne sommes pas plusieurs à y squatter...

Écrit par : Sedna | 23/11/2017

merci de ta venue sur mon blog
je prendrai le temps de parler à ce beau noeud photo graphique et ..
je t'embrasse merci

Écrit par : lamangou | 23/11/2017

Oui et il nous faut beaucoup de patience, pour dénouer un à un chaque nœud ...
bises

Écrit par : plume bleue | 24/11/2017

J'apprécie autant ta phrase que son illustration, en parfaite symbiose.
Merci aussi pour ta pensée déposée, toute mon amitié.

Écrit par : Louis-Paul | 24/11/2017

Nouer et dénouer... un jour viendra où la corde de la vie sera lisse parce que nous aurons compris qu'il est vain de s'opposer au courant des évènements... Doux et lumineux week end Ariaga. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 25/11/2017

nodal, nodule, module
j'ai des nœuds au ventre
le nœuds n'est pas le ne
pas de logique du refus
et dans cette construction savante
là où l'on s'avance vers le complexe
le nœud rigidifie mais il est aussi embranchement
richesse, diversité,
pour que le nœud serve haut il faut faire un brin de chemin
mais dans la vibration intime de la corde
entre nœud et ventre il y a du mouvement périodique
et un certain degré de liberté pas épisodique
alors entre blocage et symbole
gordien ou gardien d'une partie de l'histoire
entre marins il y a le bout (pas en train)
et l'amarrage mais aussi la manœuvre
le marnage et pour qui surnage
une géométrie qui n'a rien du ruban de Moebius
mais peut servir de casse tête chinois

Écrit par : Thierry | 25/11/2017

@ Chinou, tout à fait d'accord avec toi sur les influences (réciproques) entre le physique et le psychique.

Écrit par : Ariaga | 25/11/2017

@ Francine, bien observé !

Écrit par : Ariaga | 25/11/2017

torons, filins, drisses mais aussi écoutes
il y a du mystère et de la réflexion
que ce soit pour mailler des filets
et prendre du menu fretin
souquer et bloquer
mais pour les plus coulant
il y a la fin définitive
haut et court
si tous ne sont plus usités
il y en a qui subsistent
et même qui en vivent
sous verre ou soupente
les cordages s'enroulent
mais parfois comme les serpents
s'entortillent et s'ils ne rallongent pas
encore compliquent ils la vie
tant on voudrait que jamais ils n'aient existes
pourtant il en est en support à la mémoire
(pour dans le mou ne pas déchoir)
et certains autobloquant se resserrent toujours plus
au delà d'un certain sens esthétique la fonction est avérée
et seule la pointe acérée parfois peut en venir à bout
portant ou touchant , dans les chairs
ils peuvent de pas manquer de mordant
circonvolutions pas toujours locutives
signes de l'évolution mais pas du repli
ils ne nous laissent pourtant aucun répit
ni pis aller ni aller simple , ils attendent le retour
mais peuvent marquer les liens , même pour notre bien

Écrit par : Thierry | 25/11/2017

@ Sedna, nous sommes certainement plusieurs avec tout ce qui vit dans notre inconscient !

Écrit par : Ariaga | 25/11/2017

inconscient le nœud pour scinder sans scander

Écrit par : Thierry | 25/11/2017

@ Lamangou, merci aussi à toi. J'aime beaucoup ta dernière note sur le Douanier Rousseau.

Écrit par : Ariaga | 25/11/2017

quand le nœud s'envole
il se prend pour un papillon
après une gestation
où le nœud chrysalide demande à l'aide

Écrit par : Thierry | 25/11/2017

abcès de fixation
ça ne passe pas
quel mic mac
dans ce mismatch
pas des indiens
nœuds nids qui jamais ne nient
cause ou conséquence
révélation, symptôme
on passe du filandreux au fil en trop
l'harmonie est rompue
la continuité décimée
comment retrouver le fil étale
sans se faire cravater à tout bout de champ

Écrit par : Thierry | 25/11/2017

et puis il y a ces vilains mots ... de vilains
où sans jouer avec les mains
on n'a pas la tête à ça
mais on vous caricature
et donne dans la rature
façon petite raclure

Écrit par : Thierry | 25/11/2017

Un bel ensemble mots et photo! Il est vrai que l'on s'entortille bien souvent dans nos noeuds quotidiens! Dénouons-nous mutuellement les noeuds et apprenons aussi à faire des ganses!

Écrit par : alezandro | 25/11/2017

@ plume bleue ou alors, comme a suggéré Miche, trancher !

Écrit par : Ariaga | 26/11/2017

Et le quotidien ne manque pas de noeuds, en effet!

Écrit par : Anne | 26/11/2017

@ Louis Paul, C'est le fruit d'une longe amitié sur les blogs ...

Écrit par : Ariaga | 26/11/2017

@ Plumes d'Anges, nager dans le courant de la vie, quelle jolie idée amie.

Écrit par : Ariaga | 26/11/2017

@ Alezandro, décidément, cela me donne du courage pour continuer quand je reviens vers le blog. Le commentaires m'apportent beaucoup et je dois dire que l'idée des ganses m'enchante !

Écrit par : Ariaga | 26/11/2017

@ Thierry, j'aime quand les mots s’expulsent comme une cascade des profondeurs de ton inconscient. Il y a toujours de fascinants nœuds dans l'ombre.

Écrit par : Ariaga | 26/11/2017

@ Anne, c'est ce qui fait la vie. L'uniformité c'est la mort.

Écrit par : Ariaga | 26/11/2017

Oh oui Ariaga et tu ne sais pas si bien dire !
malgré de grands moments de tension la traction permet d'avancer
et le souvenir de la corde à nœuds du bac revient

Écrit par : Thierry | 27/11/2017

torons, filins, drisses mais aussi écoutes
il y a du mystère et de la réflexion
que ce soit pour mailler des filets
et prendre du menu fretin
souquer et bloquer
mais pour les plus coulant
il y a la fin définitive
haut et court
si tous ne sont plus usités
il y en a qui subsistent
et même qui en vivent
sous verre ou soupente
les cordages s'enroulent
mais parfois comme les serpents
s'entortillent et s'ils ne rallongent pas
encore compliquent ils la vie
tant on voudrait que jamais ils n'aient existes
pourtant il en est en support à la mémoire
(pour dans le mou ne pas déchoir)
et certains autobloquant se resserrent toujours plus
au delà d'un certain sens esthétique la fonction est avérée
et seule la pointe acérée parfois peut en venir à bout
portant ou touchant , dans les chairs
ils peuvent de pas manquer de mordant
circonvolutions pas toujours locutives
signes de l'évolution mais pas du repli
ils ne nous laissent pourtant aucun répit
ni pis aller ni aller simple , ils attendent le retour
mais peuvent marquer les liens , même pour notre bien

Écrit par : Thierry | 28/11/2017

c'est ce que je tente d'appliquer dans mes tableaux...
muchos besos
tilk

Écrit par : tilk | 05/12/2017

Écrire un commentaire