UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La chimie mentale | Page d'accueil | Amour dissous »

20/12/2006

Le péché

Selon C. G. JUNG :

  " Toute la signification du péché est que vous le portez. A quoi sert le péché si vous pouvez le jeter au loin ? Si vous-mêmes êtes profondément conscients de votre péché, vous devez le porter, vivre avec, il est vous-mêmes. Faute de quoi, vous niez l'existence de votre frère, votre ombre, l'être imparfait en vous qui vous suit et qui accomplit tous les actes que vous ne voulez pas entreprendre, parce que trop trop lâches ou trop vertueux. Lui commettra le péché et, lorsque vous niez son existence, vous l'expédiez dans l'inconscient collectif où il va provoquer du désordre. Car ce déni est contre nature. Vous avez à rester en contact avec votre ombre, vous avez à dire : "Oui, tu es mon frère, je dois t'accepter." Vous devez être bons envers vous-mêmes et ne pas dire : "Racaille, je n'ai rien à voir avec toi ! " C'est une erreur de nier l'ombre. Si vous le faites, une réaction de l'inconscient collectif surgira du noir, sous la forme d'une personnification. L'homme pieux se dit à lui même : "Non, pas ça ! " et repousse l'ombre et s'en trouve fort satisfait. Alors, tout à coup, des figures étranges apparaissent, des fantasmes sexuels montent des abîmes pour venir envahir son esprit. Et plus il force sur sa piété, plus ce qui lui tombe dessus devient diabolique. Il est une sorte de saint Antoine : cet homme si pieux avait des visions terribles. Il se peut que ce soit une femme qui pénètre son esprit : l'anima qui surgit, habituellement dans sa nudité, terriblement naturelle. Voici donc la nature qui vient détruire un tabou, la vengeance de l'inconscient collectif. L'inconscient collectif est une réalité, aussi, lorsqu'une anima ou un animus surviennent, c'est la réalité. Et n'importe qui peut être l'inconscient collectif de n'importe qui d'autre. Les gens se conduiront comme des démons se conduiraient s'ils pouvaient monter de l'abîme ..."

L'Analyse des rêves, Albin Michel, tome I, p.127-128. 

Commentaires

Présentation du "retour du refoulé" toujours intéressante. On a là une description empirique qui ne dit pas comment ce qui est refoulé revient comme un boomerang (un boomerang grimaçant). Et de l'autre côté, qu'est-ce que vivre "avec l'acceptation de son ombre", au-delà des bonnes paroles de la psychologie consensuelle ? Le réel est plus mouvant que le concept qui semble simple (surtout si le refoulé, par définition, n'accède pas à la conscience, ce qui rend le dialogue dans sa forme négative quasi-impossible ("non, pas çà !") :de même que le propre de l'illusion est de ne pas être reconnue par l'illusionné, de même on n'est pas conscient que l'on "refoule". Juste conscient d'effets "secondaires" (symptômes) ?

Écrit par : Arianil | 20/12/2006

Merci de ce commentaire qui incite à de multiples réflexions. Ce que je peux dire pour l'instant c'est qu'il me semble que le syndrome boomerang équivaut à un complexe. Je crois aussi que ce qui se nomme péché est totalement arbitraire.

Écrit par : ariaga | 21/12/2006

En ce qui concerne le péché, il semble que la définition même du mot, à l'époque de Jésus, n'était pas la même qu'aujourd'hui. Malheureusement, je ne me souviens plus du sens original.
Par contre, je trouve très bien expliqué la notion d'inconscient collectif et de l'ombre que nous avons tous à l'intérieur de nous et que nous devons apprivoiser et aimer.
Merci de nous faire partager ce texte, moi qui n'ai encore jamais lu aucun livre de Yung mais qui me sent attirée par sa vision de la vie...
À bientôt !

Écrit par : Elena | 22/12/2006

Tu sais Eléna, le sens des mots et l'histoire ne sont pas uniquement centrés sur Jésus. La culpabilité est beaucoup plus ancienne. Ne vois pas là une attaque contre la religion. Mon problème est que, dans ce qu'elles ont de meilleur et de moins dogmatique, je les trouve toutes intéressantes et souvent nécessaires. Je suis ravie que la vision de la vie de JUNG t'attire. Rien que cette phrase justifie le travail que je fais sur ce blog. Si tu veux en savoir plus il faut aller à la rubrique "psychologie des profondeurs."Bises.

Écrit par : ariaga | 23/12/2006