UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Anima et animus 1/2 | Page d'accueil | Femmes de pierre et de miel »

12/01/2007

anima et animus 2/2

Si on met face-à-face anima et animus, ils ont pour point commun d'être des projections spontanées de l'inconscient, souvent personnifiés dans les rêves, visions, phantasmes. Cependant, si leurs racines sont communes, leurs manifestations sont aussi différentes que le sont les hommes et les femmes. De plus, ils ont tous les deux des aspects négatifs, comme les complexes avec lesquels ils sont en relation, et des aspects positifs, en particulier dans le domaine de la spiritualité.  Ils ont, naturellement, une influence souterraine sur les comportements et les humeurs des individu.

Dans la vie courante, la manifestation négative de l'anima provoque, chez l'homme, des sentiments et des humeurs vagues, de l'irritabilité, une impression d'insécurité et de la susceptibilité. Cela a pour origine une influence négative de la mère (ou autre image féminine de fixation telle qu'une soeur ainée, une tante etc). Il peut aussi y avoir, chez l'homme possédé par son anima, une propension à l'ironie et aux reflexions venimeuses et destructrices. Si la relation à la mère est positive, l'homme a tendance à devenir trop sentimental et efféminé. l'anima l'entraîne aussi vers des jeux intellectuels stériles et des discussions pseudo-philosophiques qui l'excluent de la vie réelle. 

L'anima est "LA" femme dans l'homme et souvent, au cours de sa vie amoureuse, il va désirer conquérir une femme qui corresponde, tout au moins le croit-il, à la nature particulière de sa féminité inconsciente. Le résultat est souvent désastreux. D'abord il est difficile de trouver une femme "vivante" qui corresponde à un "type" idéal produit par l'inconscient. Ensuite, si la femme est trouvée, l'image idéale une fois incarnée résiste difficilement à la cohabitation des brosses à dents. Bien sur il y a des miracles...

Cependant, l'anima, peut avoir une fonction de médiateur entre le Moi et le Soi (but de mon voyage avec C.G.Jung  vers le centre de la psyché). Jung observe quatre niveaux de représentation qui vont de la terre Mère en passant par la vision romantique puis la dévotion religieuse pour aboutir à la Sagesse. (Ceci devra être développé).  

 

L' animus, dans la vision junguienne, est une "condensation" des expériences accumulées tout au long de l'évolution de la lignée ancestrale féminine au contact de l'homme. La femme se sent encore très liée à ces expériences, car elle a une conscience aigüe des inter-relations personnelles, ce qui n'est pas toujours le cas pour l'homme qui est plus porté vers les données objectives ou les idées abstraites. 

Alors que l'anima est la source d'humeurs et de caprices, l'animus engendre des opinions reposant sur des préjugés inconscients et des à-priori. La femme dominée par son animus possède, ou plutôt est possédée, par des convictions qu'elle est prête à défendre avec, parfois, une violence toute masculine. L'animus négatif ne croit pas aux exceptions. Il est fréquemment très pessimiste, dévalorisant, et émet des jugements relevant le plus souvent d'une vérité générale mais ne s'appliquant pas à la situation envisagée. 

Au niveau de la représentation et du symbole dans les rêves, il apparaît logique que l'animus se personifie d'une manière masculine. C'est cependant un peu plus compliqué que pour l'anima car, si l'homme sur le plan de l'inconscient est monogame, la femme est polygame. En effet, écrit Jung (Dialectique du moi et de l'inconscient.) "L'animus est quelque chose comme une assemblée de pères ou d'autres porteurs de l'autorité, qui tiennent des conciliabules et qui émettent ex cathedra des jugements "raisonnables" et "inattaquables".

La pluralité de l'animus a pour conséquence que les hommes sur lesquels il est projeté doivent être des hommes possédant toutes les qualités, y compris l'omniscience et, comme le dit Jung, être "une réédition du Bon Dieu !

C'est uniquement quand l'animus est extraverti qu'il a des manifestations négatives. Quand il remplit sa fonction positive et que la femme affronte son animus au lieu de se laisser posséder par lui, il a des aspects très positifs allant, à son niveau supérieur, jusqu'à devenir, comme l'anima le "médiateur de l'expérience religieuse. Il relie alors la femme au domaine de la spiritualité et des idées créatrices, idées auxquelles elle est alors encore plus réceptive que l'homme. Au cours de notre voyage dans les rêves et l'évolution spirituelle nous rencontrerons toutes les formes et tous les niveaux des animus et anima positifs et négatifs. Nous verrons même des relations "croisées" entre l'homme , la femme, leur animus et leur anima. Osé, n'est-ce-pas ?

Commentaires

Je...Bonsoir ! :))) (signé homo religiosus.)

Écrit par : koan | 12/01/2007

Bien, bien :)
Euh... pourquoi "osé"?

Écrit par : profdisaster | 12/01/2007

Bonsoir Ariaga et tous les amis de ce blog.
Une question qui surgit à la lecture de cette récapitulation en deux parties : existe-t-il aussi un animus pour l'homme et une anima pour la femme ? Je veux dire un modèle du même sexe qui concentrerait sur lui, avec une face ténébreuse et une face lumineuse, la perfection non accomplie de sa lignée (pour le côté lumineux) et la part refusée, ou surmontée (pour le côté ombreux) de cette même lignée. Par exemple, les fonctions de père, de guerrier, de chasseur, de prêtre, de mage, de créateur, de destructeur, etc... participeraient de cet animus en l'homme.

En ce qui concerne l'anima, je me souviens que j'avais du mal, enfant, à relier ma mère réelle avec l'image maternelle idéale que je portais clairement en moi. (Mais cela était vrai également pour le père). Il se peut que l'empreinte d'une bonne nourrice, (à plein temps, de l'âge de 3 à 6 mois), ait nourri mon anima positive, nourriture trop brève, qui aurait laissé une impression de paradis perdu pour le reste de l'existence...

Écrit par : Arianil | 13/01/2007

Merci ariaga pour ces deux textes sur l'anima et l'animus. Je les ai lu avec concentration mais je dois bien admettre que ces notions ont du mal à me parler. Pourtant, je suis plutôt quelqu'un qui aime la théorie, mais là, ça ne me parle pas plus... dommage...
Je n'arrive pas à sentir ces deux concepts, bien que j'ai conscience de l'existence d'une part féminine en l'homme et d'une part masculine en la femme...
Tant pis, tout ne peux pas me parler mais merci pour l'info !!
Mis à part ça, le peu que je sais de yung me plaît, surtout son ouverture spirituelle !
Bises, ariaga !

Écrit par : Elena | 15/01/2007

Je suis largué, avec mes partielles en ce moment j'ai plus trop le temps de revenir par ici...

Le chat est vulnérable, un papillon pourrait le blesser.

Écrit par : Kouka-racha. | 15/01/2007