UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Âmes grisées | Page d'accueil | Michel CAZENAVE : La science et l'âme du monde »

27/01/2007

La coopération amoureuse

Ce que j'appelle "coopération amoureuse" est une formulation inspirée par le livre de Humberto R. Maturana et Francisco J. Varela : L'Arbre de la connaissance. Ed. Addison-Wesley France. (1994)

Je pense que certaines personnes qui me suivent sur ce blog doivent penser que je parle souvent de livres pas très récents . Pour justifier ce choix , je vous dirai que nous suivons ensemble un chemin d'alchimie spirituelle et que, pour ce qui me concerne, je partage avec vous les livres qui ont contribué à me faire avancer sur ce chemin. Cet ouvrage est écrit par des biologistes,(Varela est décédé depuis), pionniers de la recherche en sciences cognitives. Il veut montrer, hors des domaines mystiques ou spirituels (quoique...) que c'est ensemble que nous créons notre monde d'expérience. J'ai trouvé dans cet ouvrage, accessible à tous ceux qui veulent bien faire un petit effort, un appui confortant l'idée que la Nature, s'exprimant dans un corps humain qui est impliqué dans une dynamique de la "totalité", doit aussi s'exprimer au niveau d'un inconscient dont, si on suit C.G.Jung, les racines plongent dans cette même Nature. De plus, si l'être humain a acquis une conscience de soi, des capacités de réflexions, des règles de vie en société, ce ne fut possible que parce qu'à côté du Moi il y avait le Toi. Je trouve ces lignes de la conclusion de L'Arbre de la connaissance (p.242) particulièrement inspirantes :

"Quoi que nous fassions dans n'importe quel domaine, que ce soit concret (marcher) ou abstrait (réflexion philosophique), nous implique totalement dans le corps, puisque cela prend place à travers notre dynamique et nos interactions structurales. Tout ce que nous faisons est une danse structurale dans la chorégraphie de la coexistence.  C'est pourquoi tout ce que nous avons dit dans ce livre n'est pas seulement une source d'exploration scientifique mais aussi une source de compréhension de notre humanité. Nous avons étudié la dynamique sociale, ce qui nous a amené à mettre en évidence un caractère ontologique fondamental de notre condition humaine, qui constitue plus qu'une simple hypothèse, le fait que nous avons pour seul monde celui que nous faisons émerger avec d'autres, et que seul l'amour nous y aide."

Commentaires

Très intéressant. On m'a parlé dans le domaine des sciences cognitives et de la philosophie d'Eloge de la fuite de Laborit. Connaissez-vous cet ouvrage Ariaga ? et, si vous le connaissez, qu'en pensez-vous ?
Pour ce qui est de ne nous renvoyer qu'à de vieux livres où est le problème ? Pas l'impression qu'on est produit grand chose de majeur depuis ce genre d'ouvrages.

Écrit par : profdisaster | 27/01/2007

C'est exactement ça. Si je reprends l'exemple de l'acte de marcher: marcher dans la pleine conscience de la globalité de l'existence de son corps est bien une danse structurale dans la chorégraphie de la notre existence.

Écrit par : lancelot | 28/01/2007

@Lancelot, ton commentaire est fort juste. Ce matin j'ai encore essayé de mettre un commentaire chez toi mais je ne le vois pas. Est-ce que le lien que j'ai fait est le bon, sinon lequel ? J'attache beeaucoup d'importance au lien avec le courant de pensée que tu représentes mais (et d'autres personnes me l'ont dit) tu es très difficile à trouver pour dialoguer. Amicalement, Ariaga

.@Cher Désastre, je sais que j'ai lu cet ouvrage, je crois l'avoir dans ma bibliothèque mais j'avoue ne pas l'avoir en mémoire, tout au moins pas suffisamment pour vous en parler, je dirais des bêtises.

Écrit par : ariaga | 28/01/2007

je partage votre fascination pour " la danse structurale dans la chorégraphie de de la co-existence" très inspirant en effet et juste , je crois , la vie commande en interraction avec l'autre , le vivant auquel on relate ,

laborit est sur ma liste mais je ne l'ai pas encore lu,

Écrit par : aloredelam | 28/01/2007

Un aller vaut un retour , je ne regrette pas le détour.
je poétise, je lis aussi
actuellement 2 lectures alternées
ultimes paroles (Baird T Spalding) les aventures de l'esprit

de nombreuses demeures ( G Cerminara)
J'ai lu vos notes sur le Rêve...

Écrit par : marie | 06/02/2007