UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La vie du blog | Page d'accueil | Fréquences »

02/02/2007

Obscurité et poésie chez les alchimistes

Les alchimistes ont des difficultés à se comprendre entre eux. Ils admettent écrire d'une façon obscure mais sans imaginer qu'il puisse exister une possibilité d'écrire différemment. Ils utilisent des concepts fondamentaux et les habillent ensuite d'analogies et de symboles appartenant à chacun d'eux. L'explication de C.G. Jung est la suivante:

"La méthode de l'alchimie, psychologiquement parlant, est celle de l'amplification illimitée. L'amplificatio convient toujours lorsqu'on à affaire à une expérience obscure, qui est si vaguement ébauchée qu'elle doit être amplifiée et élargie, en étant placée dans un contexte psychologique, afin d'être comprise."

Nous verrons que la même méthode est applicable à l'interprétation des rêves.

Pourquoi une telle variété de symboles désignant les processus ou agents ou aboutissements de la transformation alchimique ? Cela découle à la fois de la nécessité du secret et aussi de l'interchangeabilité de matériaux de l'Oeuvre qui sont censés être tout d'abord antagonistes. Par exemple l'eau et le feu, une paire d'opposés typiques, sont, si on en croit les auteurs "un et un seul". 

Le lecteur d'ouvrages alchimiques se trouve donc devant des noms de substances signifiant à peu près n'importe quoi. En outre, plus une substance est utilisée, ou importante, plus est grande la multiplicité des noms et des allusions symboliques servant à la désigner. On comprend la perplexité de Jung, pendant les dix ans (quelle obstination ! ) où il fut en contact avec la littérature alchimiste, y cherchant une réponse, mais sans rien y comprendre par excès de logique. Il aurait du faire jouer plus tôt une des multiple facettes de sa personnalité, son côté poète refoulé. En effet, pour moi, l'alchimie, s'apparente à la poésie la plus fantasque. Elle va chercher son énorme vocabulaire dans tous les domaines : teinturiers, vins et liqueurs, métaux, la nature, les animaux, l'amour physique et spirituel et bien d'autres encore. On se demande, en lisant certains textes, s'ils n'ont pas été écrits par des surréalistes. 

Je vais vous citer une toute petite partie des noms donnés à la Pierre des alchimistes par les auteurs. Je suis certaine que certains des talentueux poètes qui fréquentent ce blog seraient capables d'en faire une délirante poésie :

Pierre et non pierre - Etoile - Pierre de Paradis - pierre animale - Sanguinaire - Solaire - Eau courante - Eau éternelle - feu ardent - terre morte - le fugitif - le généreux - l'objet précieux - l'infamie avilie - la gloire dominante - la pierre tendre - merveilleuse - Philosophale - sacrée - secrète - le Sauveur. .........et j'en passe.

 

 

Commentaires

Il y a aussi "la clé dorée", mais celle -là, je me la garde !
Vous connaissiez la pierre sophique ou sophianique...Ne serait-ce que parce que je les ai citées içi même. La "poudre azurale" et "l'élément stellaire" ont une autre origine. "Rosée de miel "a mauvaise réputation '(Chez Yan Ruysbroeck l'admirable)...
Le tout c'est de savoir si la méditation a un autre objet qu'elle-même...

Écrit par : joruri | 02/02/2007

La seule que je connaisse, est la pierre blanche, celle qui a le pouvoir de rester une enfant. Je l'ai conservée pendant près de quinze ans et un beau jour, mon frère me l'a prise, depuis il s'en est jamais séparée mais il ignorait qu'avec le temps elle allait lui faire perdre la parole et depuis il est plongé dans une absence totale d'échange avec le monde réel. Une tragique histoire n'est-ce pas, comme quoi il ne faut pas trop jouer les alchimistes car cela comporte certains risques comme celui de lire un commentaire fantasmagorique...

L'amie HOJIKA

Écrit par : HOJIKA | 03/02/2007

"Ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé ces choses, je te le dis, tu es PIERRE..."

"Les portes de la ville sont douze perles...[ et la douzième est d'améthiste]...

Écrit par : joruri | 03/02/2007

Comment nommer au plus juste cet "extraordinaire" ? .. trouver son mot pour dire aussi l'expérience personnelle que c'est ?
Impossible de faire sans son contexte psychologique qui est une des clés pour comprendre de quoi on parle, ce qui nommé.

Bon weekend Ariaga

Écrit par : cile | 03/02/2007

L'alchimiste cisèle le verbe poétique jusqu'à ce qu'il se réalise Inspir soi-même...

amicalement,

Écrit par : Phène | 03/02/2007

@ joruri : Ils sont très beaux tes mots. On pourra faire une nouvelle liste. Ici je me suis contentée de citer quelques termes des alchimistes du Moyen Âge. Pour la Jérusalem Céleste le texte est magnifique. Chacune des pierres à un sens ésotérique...
@cile : bonne fin de semaine, ma soeur.
@phène : tu as toujours, avec beaucoup de concision, le mot juste. Je respire avec toi.
HOJIKA, tendre amie, ce n'est pas cette pierre qui a fait perdre à ton frère le contact avec le monde extérieur. LA PIERRE est en nous et il se passe peut-être dans l'âme de ton frère un travail que nous ignorons et qui à un sens profond.

Écrit par : ariaga | 03/02/2007

Non, bien sûr mais c'était pour moi l'occasion d'embellir la raison de son silence. La réalité est tellement plus crue pour ne pas dire hideuse que je préfère garder dans mon coeur l'idée que son silence a toujours contribué à la réalisation de tout mon être... et je te remercie d'avoir eu quelques mots à ce sujet...

Douces amitiés - HOJIKA

Écrit par : HOJIKA | 03/02/2007

Une question me vient à la lecture de cette note (fort intéressante). Pourquoi ? Je ne sais trop. Ces mots jetés ainsi, gorgés de sens... cette étrangeté...
Aimez-vous Antonin Artaud ?

Écrit par : profdisaster | 03/02/2007

Cher Désastre, Artaud qui disait bruler les formes pour "gagner la Vie" et qui se référait au Mercurius alchimique, n'a pas suivi la "voie humide" comme Jung . Il a fait bruler un feu trop vif dans son athanor. Sa recherche de la Pierre qu'il appelait le "point immémorial" l'a complètement brulé ce qui fut souvent le cas des alchimistes imprudents. (explosions dans les "laboratoires" et psychologiquement délires). Merci de me l'avoir rappelé car je l'avais un peu (beaucoup) oublié. Bises. Ariaga.

Écrit par : ariaga | 04/02/2007

Fascinant cet univers qui nous tire de la rationalité quotidienne...Et puis tellement instructif ! On hésite à y croire les yeux fermés mais cela a le mérite d'ouvrir de nouvelles portes à d'autres niveaux de perceptions....Bravo ! C'est bien que cela existe !

Écrit par : yubai | 07/02/2007