UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Henri MICHAUX : poésie curative | Page d'accueil | Tarot : pourquoi Le Jugement ? »

10/03/2007

Soufisme : de la nécessité du plaisir

 Je comptais vous raconter mes aventures divinatoires avec les arcanes du Tarot, mais un bon déjeuner, le soleil, l'herbe verte, me font remettre à demain ce thème un peu sérieux. Je me souviens de mes grandes résolutions, au sujet de mon bon plaisir et, aujourd'hui, je préfère vous proposer un  texte sur l'amour sensuel et aussi la patience, vertus qui me semblent indispensables entre un homme et une femme. La patience ici étant surtout demandée à l'homme mais tout est réversible et tout peut "augmenter la gnose" comme le dit le texte. (Je m'excuse pour l'absence des accents que l'ordinateur ne me permet pas de mettre dans les mots du texte original)

      " le Sayh Zarruk a écrit dans sa Nasihat al-kafiya : "L'enfant né d'une union où la femme n'a pas été cajolée sera nécessairement faible d'esprit et ignorant. Faire preuve de délicatesse (rifq) envers la femme, exige de la part de  l'homme de l'amour (mahabba) pour son épouse. Que celui qui veut réaliser cette conjonction ne s'approche pas de sa femme avant qu'elle ne soit haletante, que ses yeux ne se troublent et qu'elle ne demande à être satisfaite. Pour préluder à cela, l'homme multipliera les caresses..."

Par la suite, le disciple devra se montrer pour son épouse un compagnon prévenant et supporter ses sautes d'humeur. Dieu a dit : "Soyez pour elles de bons compagnons" (Cor. IV, 19). Il faut avec les femmes faire preuve de vertu politique (siyasa) et d'une grande patience (sabr), ce dont ne sont capables que les hommes maîtres d'eux-mêmes. C'est là que le faqir montre qu'il est patient et que l'on reconnaît le mesquin du généreux.

Telle est la raison pour laquelle le maître de notre maître, Mawlay al'Arabi (al-Darqawi) aimait que le faqir se marie. Je l'ai entendu dire : "Il y a des soufis qui ont mis en garde les disciples contre la mariage. Moi, je leur recommande, afin qu'il élargisse leur caractère, augmente leur gnose (mar'ifa) et renforce leur certitude (yaqin)".

Extrait de l'ouvrage de Christian BONAUD : Le soufisme, Maisonneuve et Larose-Institut du Monde Arabe, p. 91.

Commentaires

Voilà des soufis bien réconciliés avec l'amour humain, et pas seulement sous la forme poétique/symbolique qui leur est propre. Je crois avoir lu que le soufisme a préexisté à l'islam et qu'il s'est en quelque sorte acclimaté à la nouvelle religion (tout en gardant une odeur de soufre pour les ouléma ordinaires). Un peu comme les druides de nos ancètres celtes qui rallièrent le christianisme et nourrirent de leur tradition le monachisme qui allait évangéliser l'europe .

Écrit par : Arianil | 10/03/2007

J'ai lu il y a qq jours chez un blogueur une note amusante sur la domination que la femme aura toujours sur l'homme... qui est un peu liée à la note que tu nous offres aujourd'hui;))

La femme élève l'enfant, le faisant grandir en son sein et ouvrant son esprit à son propre champ de vision, l'homme aura toujours une préférence pour la femme qui peut offrir le plus de chances à sa descendance. Il y a une part d'instinct dans cette logique.

Je suis entourée de beaucoup d'hommes musulmans et tous ceux que je rencontre montrent le plus grand respect pour leurs épouses. Rien de commun avec l'image que nos médias donnent de l'homme musulman en général.

Écrit par : Anna | 10/03/2007

Nasrudin était marié et était un grand soufi... La plupart des saints soufis étaient d'ailleurs mariés. De là à parler d'amour comme on parle d'Amour, il y a un pas. A lire Rûmî, l'ordre de ses amours semble Allâh, Muhammad, son maître Shams de Tabriz et enfin sa compagne.

AZ

P.S. pour Arianil : l'amour des soufis n'est pas poétique/symbolique. C'est l'amour pour Allâh, pour le contact avec Allâh, pour l'union avec Lui, pour la fusion en Lui. C'est un amour "mystique". Ainsi Rûmî disait qu'il n'écrivait de la poésie que pour passer ses messages mystiques, mais que l'apparence poétique, en elle-même, n'avait aucune importance.

Écrit par : Al Zeituni | 11/03/2007

Moi ça me fait toujours rigoler quand les ayatollah nous disent ce qu'il faut faire avec nos fesses, comment s'y prendre, etc ...
En particulier ceci :
"ne pas s'approcher de sa femme avant qu'elle ne soit haletante, que ses yeux ne se troublent et qu'elle ne demande à être satisfaite"
en se forçant un peu, il arrivera bien à être un peu érotique !

Écrit par : Marc | 11/03/2007

Bon, en vrai qu'on ne se méprenne pas sur mon dernier propos, c'est que je suis un incorrigible sarcastique !
Je suis quand même sensible et ces extraits qui devraient modérer les droits absolus que se donnent les adeptes de certaines religions, en particulier concernant les femmmes. Je ne déteste rien tant que le machisme.

Écrit par : Marc | 11/03/2007

la patience c'est bien beau, et l'existence de sa liberté primordiale à toute relation....
salut à toi, à bientôt.

Écrit par : azazel | 11/03/2007

Réponse globale : Mes connaissances dans le domaine de la pensée soufiste sont bien médiocres. Si je propose ce genre de texte c'est pour tenir ma promesse d'ouvrir le laboratoire à toutes les idées qui peuvent faire progresser l'alchimie spirituelle, à partir du moment où elles ne sont pas "sectaires". Je trouve vos dialogues intéressants, ils me font progresser...Amitiés à tous. Ariaga.

Écrit par : ariaga | 11/03/2007

Joli texte, je trouve ça assez charmant à vrai dire.

Marc/Si vous permettez, et je précise que je ne suis pas moi-même une spécialiste :), je crois que vous faites une méprise : les soufis sont une branche très mystique et ésotérique de l'Islam, qui se différencie très clairement à mon sens de ce que vous appelez les "ayatollah"

Écrit par : ada veen | 11/03/2007

Et les arcanes du Tarot ?...
(je sais, je suis impatient ; mais j'aurai peut-être quelque chose à dire là-dessus, me retrouvant bête comme chou devant cette note). Bises.

Écrit par : profdisaster | 11/03/2007

Chère Ariaga,

Tout le problème est de savoir ce que signifie "sectaire". Je pense que, comme beaucoup de vos contemporains, vous trouveriez le grand soufi Al Ghazâlî sectaire si vous le lisiez, alors qu'il ne l'est pas quand on connaît un peu l'islam. Le chiisme, très décrié ces temps-ci, peut aussi être qualifié de sectaire, alors qu'il prône un certain sens de l'ésotérisme musulman qui n'est pas toujours très loin du soufisme, même s'il est souvent plus doctrinaire (et souvent politiquement récupéré comme le sunnisme d'ailleurs).

En matière de religion, il est complexe de ne pas être qualifié de sectaire quand on défend un message. La religion est un message qui s'adresse à l'individu et non à l'homme, ce qui implique que certaines vérités religieuses choquent parfois les démocrates en herbe. Il y a un très beau conte de Nasrudin sur le sujet ( http://1001nights.free.fr/article.php3?id_article=757 ).

Bien sûr, on peut ne pas s'en tenir à une seule tradition religieuse comme l'islam, l'hindouisme ou le christianisme, et piocher des éléments dans toutes les traditions. Mais cela s'appelle du syncrétisme et je pense que le syncrétisme fait perdre la spiritualité. C'était la thèse de Guénon ainsi que celle des soufis. On peut étudier toutes les religions mais on ne cultive son jardin que sur un seul sol.

Comme disais Râmâkrishna, un sage hindou, "les religions sont des chemins vers Dieu, mais les religions ne sont pas Dieu". Sans "religion", il est difficile d'avancer vers Dieu, ou du moins, il est difficile d'aller "très loin". Et le fait que la plupart des messages religieux se ressemblent ne doit pas égarer celui ou celle qui est à la recherche de Dieu. Il faut choisir un chemin et s'y tenir et chercher comment les écrits saints (et les écrits des prophètes et des saints) peuvent nous transformer.

Mais tout dépend du but que chacun poursuit.

AZ

Écrit par : Al Zeituni | 11/03/2007

Al Zeituni/Bonsoir à vous. Votre commentaire est très intéressant.
Toutefois j'aimerais vous exposer mon problème : issu de parents athées et n'ayant reçu aucune culture religieuse, je me trouve dans l'impossibilité d'adhérer franchement à quelque doctrine que ce soit. J'ai la foi. Ma seule certitude : je suis monothéiste. Aussi vais-je chercher Dieu partout où il me semble présent, et sans me limiter aux écrits sacrés d'une seule doctrine. Je ne puis faire autrement. Et pourtant, je nourris peut-être les mêmes aspirations que ceux qui ne suivent qu'un chemin.

Écrit par : profdisaster | 11/03/2007

Bonjour Profdisaster,

Je vous conseille de vous concentrer sur une religion. Si vous me demandez laquelle, je vous dirais une religion monothéiste qui garde un coeur de spiritualité.

Le judaïsme est l'une de celle-là mais son accès est assez compliqué si votre famille n'est pas juive. Le catholicisme n'est pas mal mais je pense que la spiritualité s'est un peu perdue au travers des âges, bien que chez Jean-Paul II, on puisse lire des textes très fins, très érudits et très spirituels.

Mon coeur est personnellement acquis à l'islam que je trouve, là encore personnellement, la plus pure des religions monothéistes et la plus tolérante. Je suis proche du soufisme, coeur mystique de l'islam.

Le choix de la voie dans laquelle vous pourriez vous investir doit être un choix du coeur, et c'est souvent un choix qui vous est inspiré par une personne que vous croisez, par une rencontre. Ainsi, aucune religion n'est "supérieure" à une autre, mais elles ont toutes en elles une cohérence qui est un chemin vers Dieu.

Suivez votre coeur. Continuez de lire ce que vous pouvez et tenter d'approfondir quand quelque chose vous touche un peu plus.

AZ

Écrit par : Al Zeituni | 12/03/2007

Merci de votre réponse Al Zeituni. Votre blog m'a l'air de plus fort intéressant.
Cela reste la question des dogmes. Comment faire corps avec une doctrine quand on n'adhère pas à certains de ses dogmes essentiels ?

Écrit par : profdisaster | 12/03/2007

Vous posez là une très bonne question. Il y a plusieurs possibilités, je pense parmi lesquelles :
- vous contestez un point important du dogme et très important pour votre coeur ; il se peut que cette religion ne soit pas votre voie ;
- vous réalisez qu'en fait, ce n'est pas que vous contestez sinon que vous ne comprenez pas pourquoi le dogme est ainsi construit ; l'étude pourrait vous révéler le sens intérieur du dogme ;
- si le point du dogme qui vous gêne réside dans le fait que vous ne pouvez pas l'appliquer parce que cela vous paraît trop dur, vous pouvez être tolérant avec vous-mêmes et savoir que la religion est un chemin qui prend du temps ; peut-être n'êtes-vous pas prêt pour le moment à respecter ce point du dogme mais peut-être le serez-vous dans quelques années.

Le dogme a ses raisons et toute religion nous encourage à faire nous-mêmes l'exégèse du dogme afin d'en comprendre le sens profond. Une fois le sens profond compris (et c'est souvent un sens qui change au fur et à mesure de l'avancée sur la voie), nous pouvons l'intégrer en nous pour nous fertiliser.

Rûmî disait : "toute chose est un pont vers le Réel". Il en est ainsi des dogmes qui sont des ponts vers Dieu. Ils peuvent paraître contraignants mais ils ont leur place dans le chemin vers Dieu. Les respecter sans les comprendre est la voie exotérique ; les comprendre pour intégrer leur sens en soi est une démarche ésotérique qui passe, à mon avis, par l'étude et l'expérience.

AZ

Écrit par : Al Zeituni | 12/03/2007

Si on a la chance d'être croyant et d'avoir une religion, ou d'y revenir dans le cadre d'un travail analytique, c'est merveilleux disait Jung. Il pensait aussi que, même ceux qui se disent athée, ont, dans la profondeur de leur inconscient, l'archétype divin. Tout le monde a un dieu, ce peut être l'argent, par exemple.

Écrit par : ariaga | 12/03/2007

Oui, mais un "dieu" comme l'argent est une idole au sens de la Bible et du Coran. Si je suis un grand supporter de Jung, c'est dans ses travaux purement psychanalytiques, mais je trouve son approche de la divinité trop intellectuelle. Ainsi, il est allé, à mon avis, jusqu'à faire de gros contresens sur le yoga ou sur l'expérience de la divinité, notamment au travers d'une extension de sa théorie des archétypes.

Tous les "dieux" se sont pas équivalents. On peut vouer un culte à des idoles comme pour le Veau d'Or, mais cela ne remplace pas, cela n'est pas comparable à la soumission à Dieu. Tout comme les syncrétismes New Age ou gnostiques de manière générale ne sont pas comparables à la soumission à Dieu. Dans la chahada de l'islam, la première partie est "il n'y a qu'un seul Dieu, c'est Dieu" et cette phrase est beaucoup plus profonde qu'elle ne pourrait paraître d'un point de vue intellectuel.

AZ

Écrit par : Al Zeituni | 12/03/2007

"Je vous conseille de vous concentrer sur une religion. Si vous me demandez laquelle, je vous dirais une religion monothéiste qui garde un coeur de spiritualité."

Entièrement d'accord. Pratiquer une religion, c’est accepté de se soumettre à la Loi divine et non à ses propres jugements :
L’opinion, comme le rappelait Dantec, l’autre jour, est une hérésie (« hairesis en grec veut dire opinion préférée à la doctrine officielle)

L'idéalisme est la grande maladie du monde moderne: tout va mal depuis que "Je pense donc je suis", le cogito cartésien marque le règne de l'individu roi qui, parce qu'il a toujours besoin de créer du nouveau, invente de nouvelles « religions » à son image :

« Ce qui manque à ces religions de remplacement est la discipline spirituelle- la soumission à un corpus d’enseignements qui doivent êtres acceptés même lorsqu’ils entrent en conflit avec les intérêts ou les tendances du moment et ne peuvent constamment être réarrangés de la façon qui convient à l’individu. (…) Les substituts religieux du Nouvel Age apaisent la conscience, au lieu de la caresser à rebrousse-poil. » Christopher Lasch – Vrai et faux chercheurs du Nouvel Age-

"Mon coeur est personnellement acquis à l'islam que je trouve, là encore personnellement, la plus pure des religions monothéistes et la plus tolérante. Je suis proche du soufisme, coeur mystique de l'islam."

C'est une blague ? En quoi l'Islam est plus tolérant que les autres religions ? Le Soufisme est rejeté par la grande majorité des Musulmans, les salafis notamment lui reprochent par certains de ses aspects d'être " trop chrétien" parce qu'il parle d'amour, de mystique... Et puis, la "tolérance" - ce mot d'ordre maçonnique- vertu anti-théologale par excellence, s'oppose à la foi et à la charité. C'est l'arme favorite des relativistes qui nient l'existence d'une vérité objective.

Pour finir, voici quelques propos du Pape benoît XVI à propos de cette "dictature du relativisme":

"Combien de vents de la doctrine avons-nous connus au cours des dernières décennies, combien de courants idéologiques, combien de modes de la pensée... La petite barque de la pensée de nombreux chrétiens a été souvent ballottée par ces vagues - jetée d'un extrême à l'autre: du marxisme au libéralisme , jusqu'au libertinisme ; du collectivisme à l'individualisme radical ; de l'athéïsme à un vague mysticisme religieux; de l'agnosticisme au syncrétisme et ainsi de suite. Chaque jour naissent de nouvelles sectes et se réalise ce que dit saint Paul à propos de l'imposture des hommes, de l'astuce qui tend à les induire en erreur (cf. Ep 4, 14). Posséder une foi claire, selon le Credo de l'Eglise, est souvent défini comme du fondamentalisme . Tandis que le relativisme , c'est-à-dire se laisser entraîner "à tout vent de la doctrine", apparaît comme l'unique attitude à la hauteur de l'époque actuelle. L'on est en train de mettre sur pied une dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme définitif et qui donne comme mesure ultime uniquement son propre ego et ses désirs. "

Bien à vous.

Écrit par : Saint Gilles | 12/03/2007

Je me demandais quand est-ce que Saint Gilles allait prendre son bâton de pèlerin !

Écrit par : ariaga | 12/03/2007

Cher Saint-Gilles,

Vous m'attaquez sur l'islam "la plus tolérante de toutes les religions" et vous avez raison. Ma langue a fourché. Je pensais la plus "cohérente" :-) Un lapsus que vous pourriez aussi analyser, je pense.

En revanche, que la tolérance s'oppose à la foi et à la charité, je serai plus mesuré que vous. En effet, Muhammad disait à ses plus actifs détracteurs "paix", ce qui peut être considéré comme une forme de tolérance, j'entends au sens moderne du terme.

Que les soufis ne soient guère appréciés est peut-être un signe positif. N'est guère apprécié celui qui possède la vérité (je ne parle ici qu'en derviche et non en soufi bien entendu).

Je suis d'accord sur cette citation du pape actuel et je serai plus nuancé sur d'autres citations. Notons que pour l'islam, la Bible est un texte saint et les apôtres de Jésus sont des hommes saints comme les compagnons de Muhammad.

De toutes façons, les différences doctrinales sont peu importantes lorsque l'on est vraiment monothéiste. Entre christianisme et islam, il n'y a que peu de choses différentes. Je pense que plus les gens sont proches et plus ils se détestent, car ils peuvent condamner chez l'autre ce qu'ils ne veulent pas voir en eux-mêmes. D'où le long combat fratricide entre chrétienté et islam.

Pour autant, je ne me réclame pas de ces égarements.

Bien à vous,

AZ

Écrit par : Al Zeituni | 12/03/2007

Al Zeituni/Merci de vous être donner la peine de me répondre de manière si claire et développée.

Saint-Gilles/Vos propos ne manquent pas d'intérêt, et je me considère comme vous (même si je n'en ai peut-être pas l'air) comme un adversaire du relativisme. Car je crois en la Vérité. Je crois néanmoins (comme Al Zeituni) à la pluralité des chemins sensés mener à Dieu. Dans différentes traditions, on retrouve plus ou moins ce proverbe (en gros) : Dieu s'adresse à chacun dans la langue qui lui convient le mieux.

J'aimerais toutefois vous poser une question à l'un comme à l'autre (même si je pense déjà connaître la réponse): avez-vous été élevés dans la tradition religieuse qui est la vôtre aujourd'hui ? Et ce facteur n'est-il pas à prendre en compte dans votre adhésion sans réserve aux dogmes d'une doctrine spécifique ?

Écrit par : profdisaster | 13/03/2007

Bonjour Profdisaster,

Pour ma part, je ne suis pas né dans l'islam.

AZ

Écrit par : Al Zeituni | 13/03/2007

Détrompez-vous, cher profdisaster, Je me suis converti au catholicisme, il y a peu de temps. Je n’ai reçu étant jeune aucune éducation catholique. Il y a encore quelques années, j’étais un athée convaincu, grand lecteur de Nietzsche (que j’apprécie tjrs mais pour d’autres raisons) Ensuite je fus gnostique, disciple de Guénon et surtout de F.Schuon, c’est grâce à ce dernier d’ailleurs que j’ai lu un petit livre formidable qui s’intitule « Récits d’un pèlerin russe » qui m’a conduit à m’intéresser à l’orthodoxie puis au catholicisme. Depuis, je m’efforce d’être un bon « Katholicos » (ouvert à tous, Universel) Je suis respectueux des autres Traditions (qui sont des semences du Verbe) et des personnes qui n’ont pas encore été touché par la Grâce de l’Esprit Saint.

Par contre, je combats ardemment les pseudo-religions, le gnosticisme et tous les syncrétismes qui tentent de discréditer ma religion.

Écrit par : Saint Gilles | 13/03/2007

Merci à vous deux. Je l'avoue, je suis extrêmement surpris (et même troublé). Ceci, je pense, me fera avancer. Vous mettez fin à une de mes idées préconçues. Bien à vous.

Écrit par : profdisaster | 13/03/2007

C'est moi qui suis troublée. J'avais mis sur le blog un beau texte , presque poétique, sur la nécessité et la beauté de l'amour sensuel, sur la nécessité de donner de l'amour et du plaisir pour faire de beaux et intelligents enfants, une grande réalisation HUMAINE, et vous m'infligez ,dans vos commentaires , de LONGS cours de "religion comparée", sommes nous à l'université ? Pour moi, ce n'est pas l'esprit de ce blog. Je vous apprécie tous mais vous commencez à m'ennuyer. Ariaga qui considère que le débat est clos.

Écrit par : ariaga | 13/03/2007

Message reçu ma chère Ariaga.
(On a son petit caractère...)

Écrit par : profdisaster | 13/03/2007

@Al Zeituni, j'iai visité la Caverne, ce site est vraiment ce que j'attendais pour la pluralité de mon blog.Merci, je vous ai mis dans mes liens.

@profdisaster,je n'ai pas un "petit" caractère....

Écrit par : ariaga | 14/03/2007

bonsoir à tout le monde,
que le texte prêté aux soufis est donc loin;
la dernière phrase me fait mourir de rire:"Il y a des soufis qui ont mis en garde les disciples contre la mariage. Moi, je leur recommande, afin qu'il élargisse leur caractère, augmente leur gnose (mar'ifa) et renforce leur certitude (yaqin)".
A mettre en rapport avec le message qui parle du Mullah comme d'un soufi marié; deuxième occasion, de se taper un beefsteak;
Socrate, un mullah d'avant Le Nasruddin avait dit ça à sa façon.

Écrit par : al phyta | 01/04/2007

Votre commentaire me fait plaisir par son humour bien loin des discussions théologiques. C'est vrai que ce pauvre socrate n'était pas très heureux en ménage et qu'il s'en plaignait beaucoup. Peut-être aussi sa femme ne répondait t-elle pas à ses aspirations profondes ! Merci de votre visite.

Écrit par : ariaga | 02/04/2007

alors là cher ariaga bravo
je me disais quand va t'elle réagir ?
il y un a un peu de temps que je ne laissais pas de commentaires pour diverses raisons,
ceci dit c'est votre blog que j'ouvre en premier tous les matins c'est devenu un rituel pour moi.
Mais alors aujourd'jhui les donneurs de cours
bonjour quel ennui....effectivement on s'éloigne de votre écrit et on a l'impression de reglements de comptes
continuez restez vous même !
je vous embrasse
marie

Écrit par : marie | 02/04/2007

Cette Etape Merveilleuse sur le chemin ........
vient lorsque nous sommes pret par la loi de correspondance.....
c'est elle qui permet de s'aimer de se voir et de gouter a son Unicité........

l'etape du miroir de polarité inversé........
le melange du Feu et de l'eau ......
grand 8 alchimique entre les epoux................
la fusion des opposés........

l'Autre (son Amour )etant opposé et complementaire.......
une meme signature energetique Unique
ils partageront......

ils devront s'harmoniser en respectant scupuleusement l'Unicité de l'autre....
par tout un tas de transcendance .........

Historiquement le chateau assiegé pour liberer la Princesse dans le donjon est la symbolique des flammes jumelles..........

il faudra faire parler son coeur se mettre a nu.....
etre Authentique ...

.sortir tout les schemas , voiles de possessions d'abandon etc.....lié a l'amour des experiences 3D.....du sexe a la conscience de l'Ame......Transmutation........

et là on s'apercevra que l'Autre est milles fois plus beau que tout ce que l'on avait imaginé.....

La fusion des energies sur le plan terrestre mene a l'Union sacré........

de ces amours naitront des Etres merveilleux en Conscience.........
la 6 eme race sur la nouvelle terre prends vie.........
Le plan Divin est Parfait......

ce petit texte represente bien des transcendances
bien des années de travail sur Soi.......
il signe la fin du processus d'introspection ou l'etre va s'ouvrir aux Autres comme une fleur aux milles petales.....
et ainsi apprecié leur beauté, richesse ,diversité ,unicité qu'il aura aquis dans cette Etape par cette Harmonisation avec son Miroir ,sa Flamme, Son Amour ,Sa Princesse l'Autre , l'Unité , Fusion Amour...................

Écrit par : exos | 03/04/2007

Je suis entrain de lire un texte et je tombe sur ce passage qui me fait penser au sujet d'ariaga...
je post.......la relation a l'autre.......

Bien a vous

La Genèse dit : “Au commencement, Dieu créa l’homme et la femme, homme et femme. Il les créa.” Ce qui est “à l’image de Dieu”, ce n’est pas l’homme ou la femme, c’est leur relation.

Le désir de connaître Dieu passe par la relation entre l’homme et la femme, par la rencontre de l’autre.

Écrit par : exos | 03/04/2007

@ Marie, merci, ce sont des commentaires comme les votres qui me donnent la force de continuer ce blog.

@exos Quelles belles contributions et comme j'aime entendre parler de l'Amour avec profondeur et poésie. Je crois que tout est relations et fusions. J'aimerais que beaucoup lisent la phrase "Le dsir de connaître Dieu passe par la RELATION entre l'homme et la femme, par la rencontre de l'AUTRE. Ce sont surtout les mots relation et autre qui m'interpellent, car il y a de belles relations hors la rencontre homme femme mais elles sont sur un plan différent.

Écrit par : ariaga | 04/04/2007

Bonjour Ariaga
se surpasser sans cesse dans ses reactions quel merveilleux travail alchimique qui mene a la liberation et surtout au detachement .......
(il n'y a pas d'emoticones mais j'aurais mis un sourire car en fait je souris en t'ecrivant cela....)
que ce blog vive longtemps........

Pour le passage du texte que j'ai cité et que tu reprends il provient de ce lien ce qui te permettras de lire la suite..........(sourire)

http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=470

il y a de belles relations tout en avançant.......
Les Etres sont merveilleux a qui sait le voir.........

Écrit par : exos | 04/04/2007