UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rêve d'évasion du monstre | Page d'accueil | Retour de cure »

31/03/2008

Vacances : cure de désintoxication des blogs...

   Je suis lassée de la philosophie, de la psychologie des profondeurs, de la spiritualité et de la culture en général. Même mon cher Jung m'ennuie. Je pense donc que, pour quelques temps, il me faut me livrer au "divertissement", au sens pascalien du mot, et oublier la vie virtuelle des blogs pour me consacrer à la vraie vie. Je dois aussi réfléchir, sans pression, à l'évolution du Laboratoire dans les mois qui viennent. Gardez le vivant en mon absence car je sais déjà que je vais rechuter.

  J'imagine avec délices diverses possibilités de cure :

17927157.jpg

 Peut-être prendre vraiment le temps d'aller au bout du chemin pour voir si la surprise est toujours un moteur de ma vie ?

 

409181229.jpg

 Aller voir si la timide pouliche aux jambes encore incertaines, que j'ai photographié quelques heures après sa naissance , et sa mère qui me regarde d'un air de dire "'non mais de quoi tu te mêles", ont une leçon à m'enseigner ?

92493102.jpg

Et pourquoi pas rester tranquille dans le silence, derrière la fenêtre, protégée par les anciennes pierres, pour lire des romans d'amour, des "thrillers" ou suprême délice, de la science fiction ? Et surtout pas de philosophie.

  Je vais boucler ma valise mentale et je vous embrasse tous.

               Ariaga
 

 

Commentaires

Bonjour,
Je te remercie d'avoir rompu provisoirement le cours paisible de "ta retraite" pour intervenir sur le délicat sujet de la censure.
A bientot
Deborah

Écrit par : deborah | 31/03/2008

Le long du chemin :
garde de ces odeurs nouvelles dans des flacons,
capture au film les images furtives,
grave tes émotions à l'encre de tes signes,
écris de nouvelles pages ; pour toi ; pour qui tu voudras.
Ici, pas une ne s'écrira sans toi.

Bises et sublimes vacances !

Écrit par : guelum | 31/03/2008

Du recul hors du virtuel ...
Je comprends cela, rien ne nous dissocie plus du temps que l' écran ...
Retraite désirée, qui s'impose ...
Faire et ne rien faire ...
Profite bien de tout, Ariaga ...

Écrit par : Kaïkan | 31/03/2008

Bises Ariaga, souffle le joli vent !

Écrit par : lechantdupain | 31/03/2008

J'espère que tu nous reviendras en forme après cette méditation avec toi-même.

En tout cas, n'hésite pas à prendre des notes écrites durant cette retraite. Elles pourront peux être te servir lors de ta future reprise du Laboratoire.

Bien à toi.

Écrit par : SiL | 01/04/2008

que des belles choses ça s'appelle des "vacances" ou la vie out simplement , ça me donne en vie
L

Écrit par : lam | 01/04/2008

Bon repos "mental" donc, mais tâche de revenir avec ou sans Yung...je serai là pour te relancer de temps à autre...

Écrit par : muse | 01/04/2008

Il est un temps pour tout ..
Celui où la pensée se pose est peut être le plus important..car du silence nait la parole.

Écrit par : lilou | 01/04/2008

J'aime la photo des deux pouliches...la mère et la fille...et je vais (pour ma part) boucler mon oeil sur le rempart qui mène à la petite fenêtre...

Je t'embrasse Belle Ariaga et les mots ne sont que des mots qui reviendront le temps qu'il faut....

Écrit par : Aslé | 02/04/2008

c'est pratique une valise mentale ! Où l'as tu trouvé ? ;-)

Écrit par : patriarch | 02/04/2008

Cool.................Ariaga.....

Écrit par : PassionNature78 | 03/04/2008

Chère amie,

Désolée de te le dire, mais tu as tous les symptômes d'une conscience trop élevée, et ce que je peux ajouter à la lecture de ta note, c'est qu'il n'existe pas de véritable vie sinon celle de l'instant, alors blog ou pas blog, c'est ce que tu feras dans l'instant qui compte, rien d'autre...

Je t'embrasse en toute amitié, et bonne continuation, Mary.
© La Poétaniste

Écrit par : La Poétaniste | 04/04/2008

C'est tout à fait nécessaire d'aller voir la nature, les chemins, les animaux (eux n'ont pas internet !), le ciel, le soleil, tout ce qui fait qu'on respire beaucoup mieux. Bon vent ! et à bientôt.....

Écrit par : elisabeth | 05/04/2008

Point trop n'en faut ...de virtualité !

Écrit par : Tietie007 | 06/04/2008

Bon voyage chère Ariaga.

Tu verras, le réel a encore de beaux jours devant lui.

Bises affectueuses.

Écrit par : paradox | 06/04/2008

C'est justement ce que je suis entrain de faire ces derniers temps. Laisses toi aller. Reçois mes sincères amitiés. Bizz.

Écrit par : lancelot | 06/04/2008

chère Ariaga

j'ai bien aimé la valise mentale !
moi je n'ai pas encore trouvé le bon format
mais ton "expression" m'a donné des pistes
merci ariaga
je suis sûre que nous allons te retrouver très bientôt
avec de nouvelles idées, là , je suis tranquille tu n'en manques pas... et peut être plein de tes supers photos réalistes à moins que tu te sois évadée sur une autre planète, si c'est le cas chic nous aurons des clichés inédits.
je t'envoie un peu de soleil du...sud...
je t'embrasse
marie

Écrit par : mariedumonde | 07/04/2008

C'est qq chose que je comprends tout à fait
Je dirais que nous avons à apprendre à vivre avec ce nouveau moyen de communication, comme nos parents (nous ?) avons du apprendre à vivre avec la TV sans en faire le centre de notre foyer (y avons nous réussi ?) à apprendre que le téléphone ne remplace ni l'écrit ni la visite.

Il est plus compliqué de faire que de ne rien faire, je me rends compte tous les jours
Bien sûr l'idéal : suffirait d'être authentique.
Mais finalement qd l'envie me prend d'arrêter de bloguer (et j'ai déjà arrêté plusieurs blogs, bon parfois pour en créer d'autres) je me dis que ce que j'écris ou dessine, je le fais pour moi, dans le cadre de mon cheminement, pourquoi ne pas le partager ?

Sachant que les difficultés viennent parfois quand le lecteur prend cela au sérieux comme qq chose de "fixe" alors que ce n'est que promenade dans une vie

En tout cas ne pas se prendre soi pour du sérieux et du fixe, permet de s'arrêter pour continuer à être

plein de bises à toi et ton entourage

Écrit par : Lung Ta | 08/04/2008

Perso, je pars en Suisse avec ma petite famille et deux bons romans sous le bras.

A bientôt Ariaga

Écrit par : jean | 08/04/2008

Vous vouliez dire: " Je vais ouvrir ma valise mentale " ?

Écrit par : Laurent Morancé | 08/04/2008

BONNES VACANCES A L'ECOUTE.....

Écrit par : cpatricia | 09/04/2008

Bloguer mobilise de l'énergie qui est d'autant réduite pour le "réel". Le contraire est tout aussi vrai d'ailleurs ;-)) En tout cas, c'est comme ça que je le ressens parfois.

Je me retrouve bien dans le commentaire de Lung Ta :" En tout cas ne pas se prendre soi pour du sérieux et du fixe, permet de s'arrêter pour continuer à être"

Je te souhaite de passer de bonnes vacances

Je t'embrasse

Écrit par : L'Arpenteuse | 09/04/2008

Cette fois j'ai tenu dix jours et quand j'ai vu les nouvelles présentations "hautetfort"... j'ai craqué.
Bon alors tu reviens quand ? Tu es quand même une de mes principales pourvoyeuses de commentaires !

Bonnes vacances !

Écrit par : aliscan | 09/04/2008

De quel coté du mur sommes nous? De quel coté se trouve l'inattendu ? Je cherche mais je n'écouterai jamais ceux qui ont trouvé...

Écrit par : Gabriel | 10/04/2008

S’il n’est pas trop tard, je propose que nous écrivions chacun une poésie de science-fiction d’amour à suspense, cela pour faire plaisir à notre amie Ariaga.

Moi, je pourrais peut-être écrire l’histoire de Celui-Qui-Va-Droitement, un homme-tortue, l’habitant d’un monde « trop sec » et situé à des millions d’années de chez nous, mais qui est tombé amoureux d’une Terrienne aperçue inexplicablement en rêve… Celui-Qui-Va-Droitement (appelons-le Yonth) va donc préparer le long voyage qui devrait le conduire jusqu’à notre planète. « Apprendre à retenir son souffle, » dira Yonth, qui sera naturellement doté d’une patience incroyable.

Retenir son souffle, traverser l’espace, apprivoiser l’amour. Quelqu’un (?) va aider Yonth à surmonter les difficultés du voyage interstellaire, mais cette aide n’aura pas comme but d’assister l’homme-tortue à accomplir sa quête romantique. Yonth pourra-t-il néanmoins retrouver l’inconnue qu’il a aperçue en rêve ? Pourra-t-il même l’aimer ?

Écrit par : r_i_d | 12/04/2008

Yonth devra se montrer plus que patient, il devra être déterminé...

Écrit par : paradox | 12/04/2008

@paradox

//Yonth devra se montrer plus que patient, il devra être déterminé...//

Excellente observation -- les Terriennes exigent en effet beaucoup de détermination. En passant, on disait de Bruce Lee qu'il avait un corps formidablement déterminé -- défini.

écrivons ensemble?

Écrit par : r_i_d | 12/04/2008

Hélas, le temps me manque : je ne vais plus avoir une minute à moins jusque fin septembre.

Écrit par : paradox | 13/04/2008

Bonnes résolutions.
Profite de la vie!
Bisous

Écrit par : claudine | 13/04/2008

De retour de ma cure, je remercie tous ceux qui m'ont laissé des messages que j'ai lu avec grand plaisir. Je n'ai pas encore assez réintégré le monde des blogs pour vous répondre individuellement mais à partir des prochaines notes je vais doucement m'y remettre. Merci encore.

Écrit par : ariaga | 14/04/2008

Le divertissement pascalien, vous me corrigerez si je me montre, c'est un peu une façon de tromper l'ennui, l'appréhension de la mort, non? Je ne connais pas Jung, pas encore. J'aime beaucoup la photographie de cette fenêtre, petite, avec son bleu lavande et ses pierres lourdes des années. C-Tian Vidal.

Écrit par : Chris-Tian Vidal | 08/06/2008