UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Chats de bancs | Page d'accueil | EXPLOSION! »

28/07/2008

Du carburant pour le Voyage

 

DSC03579_2.jpg

   C. G. Jung, que je préfère appeler Carl Gustav, car il fait partie de mes amis intérieurs, est, depuis le début des vacances imaginaires, assis sur le banc principal, on pourrait dire la locomotive du train de voyage des bancs. Lui, si présent sur le blog, s'est montré très discret depuis le départ. Je crois qu'il nous observait avec son sourire ironique si séduisant. Et puis il a entendu parler de carburant de moteur, de tout ce qui pouvait propulser les bancs des voyages imaginaires. Alors il s'est levé et nous a parlé , avec un peu d'impatience. Et que faites vous de l'imagination active, le meilleur moteur pour voyager au pays de l'inconscient ?  Enseignez nous donc, ont dit en choeur les passagers des bancs. Carl Gustav s'est alors exprimé et, en prenant quelques libertés, imagination oblige il a dit :

D'abord, si certains d'entre vous veulent en savoir plus  sur les voyages vers ailleurs lisez le chapitre "Le voyage dans l'au-delà" du livre de Marie-Louise von Franz C.G.Jung , son mythe en notre temps (Buchet/Chastel). Pour ce qui est de l'iimagination active, allongez vous sur le banc, et laissez venir tout ce qui émerge de l'inconscient. Accueillez, comme si c'était vrai, les émotions, les phantasmes, les pensées obsédantes, les images de rêves. Vous verrez, ces éléments que vous laisserez émerger emploieront souvent pour s'exprimer un langage étrange, pathétique ou ridicule. Vous pourrez être choqués, vous dire : mais comment est-ce que je peux imaginer des choses pareilles ? Pas besoin de comprendre, recevez comme un cadeau. Vous pouvez dialoguer avec ces éléments qui remontent à la surface et surtout en profiter pour exprimer toute la puissance de votre iimagination. Écrivez les, dessinez les, vous pouvez même les danser...et surtout soyez spontanés, ne cherchez pas à trop bien faire, à esthétiser. Laissez simplement se réunir harmonieusement les deux tendances du conscient et de l'inconscient et votre iimagination voyagera comme celle des grands artistes dont les cloisons avec les richesses de l'inconscient sont plus minces que chez les autres humains.

  Je sens que le train de banc va prendre de la vitesse. Carl Gustav qui a déjà fait le plus grand Voyage, celui du passage dans l'au-delà, nous a donné une nouvelle impulsion. L'imagination active est un super carburant. 

              Ariaga 

    

Commentaires

Jeune, je les ai fait ces voyages. J'ai eu la chance ,par la suite, de pouvoir en faire au frais de mes patrons !!

Bises.

Écrit par : patriarch | 28/07/2008

Quel bonheur ... un appel à l'Imagination Active... transmutation du banc vers le Yoga Nidra...Voguer sur les ondes Alpha, frôler le sommeil sans y sombrer... Tous en ligne... pénétrons gaiement le supra-conscient...
A toute... Ariaga

Écrit par : Mutti | 28/07/2008

Boujour chère Ariaga,

Une belle manière de façonner les mots pour nous voir rêver sur ton banc, et sombrer dans des états où nous nous retrouverions sans nul doute au-delà des formes,
et celui ou celle dont tel est l'état, sa plume en porte les signes. J'imagine donc être une épine, une mauvaise épine, mais si j'épine, c'est pour qu'en moi jaillisse la fleur afin d'embellir la Réalité...

Marie qui t'embrasse, et bons rêves à tous...

Écrit par : Les mots du coeur | 28/07/2008

il remonte à la surface :
un corps remplit d’air,
des bulles pour éclater
sous l’œil du ciel

les pouf-pouf des explosions
font un rythme instructif
pour les étoiles à l’écoute
car c’est la nuit

« pouf-pouf » répètent les astres
et soudainement la voûte céleste
éclate en bulles
dans l’œil du mort.

« je ne suis pas si loin, »
pense l’âme du noyé
et elle s’en va vagabondant,
l’imagination active

Écrit par : r_i_d | 28/07/2008

@ Patriarch, ne t'es tu pas rendu compte que tu es toujours jeune. L'âge est relatif.

Écrit par : ariaga | 28/07/2008

@ Mutti, le banc fait tout ce que tu penses. La pratique importe peu à partir du moment où elle permet, comme tu le dis de frôler le sommeil sans y tomber. Je pense surtout frôler le rêve en conscience. Transmutons, il en restera toujours quelque chose.

Écrit par : ariaga | 28/07/2008

"les tortues tordent du nez sur les bouquets nauséabonds que cueillent les enfants d'un démon iconoclaste, celui-là même qui avait atterri sur la piste bien défoncée de l'astroport lunaire et maléfique qu'une fois, une seule , j'entrevis comme dans un rêve mal aiguillé, trouant le ciel d'un nuit encombrée d'ennui au cours de laquelle mon sommeil ne fut pas très stable, perdant de temps en temps l'équilibre pour mieux se rattraper à l'angle humide d'une couverture déchirée par les griffes de cette phrase qui commence sérieusement à me pomper l'air, vu qu'elle ne veut pas s'arréter..."
Note : j'ai juste corrigé les fautes d'ortografe!

Écrit par : michel | 28/07/2008

Je m'allonge sur le banc volontiers et j'accueille tout. Je sais déjà que je ne serai pas choquée, je ne trouverai pas cela ridicule. Je l'ai déjà fait... Merci pour le carburant. Merci Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 28/07/2008

Chère Ariaga, je t'invite sur un autre banc, j'espère que tu viendras y jeter un coup d'oeil! ;-)
Marie

Écrit par : astrale | 28/07/2008

Bonjour Ariaga, Précieuse,

Un carburant dont mon inconscient et autres parties inconnues vont se mélanger pour un meilleure respiration d'Etre au coeur de soi.

Merci à toi.

Écrit par : SiL | 29/07/2008

@ Les mots du coeur, il faut aller au delà mais aussi rester dedans, difficile alchimie...

Écrit par : ariaga | 29/07/2008

@ r-i-d, ton imagination active est toujours aussi active ! Merci pour ce texte.

Écrit par : ariaga | 29/07/2008

au tours du monde de mon enfance ont répondus mes envies d'ailleurs de ma vie d'adulte. L'envie est toujours présente, je trépigne d'envies...
Reste pour l'instant ce voyage intérieur, si riche en aventures.

Écrit par : muse | 29/07/2008

@ Michel, cette phrase onirique commence à tourner autour du banc. Parfois elle s'arrête mais c'est pour aussitôt battre comme un pendule.

Écrit par : ariaga | 29/07/2008

..dont l'improbable balancier se joue imperturbablement du rythme que les rouages mécaniques dont il dépend voudraient lui imposer...

Écrit par : michel | 29/07/2008

C'est un banc de bancs qu'on peut trouver ici ;)
Il fallait bien cela pour accueillir tous ces méditants assis

Pour cette pratique de l'imagination active, il me semble important de ne pas fixer le résultat dans des mots "finis", c'est en effet tout l'avantage de tout ce qui est artistique d'offrir une ouverture sans "pétrifier" ce qui est arrivé au contraire de l'écrit et de la réflexion.

je t'embrasse

Écrit par : Lung Ta | 29/07/2008

ARIAGA à TOUS, le meilleur carburant ce sont quand même vos commentaires. Ce sont eux qui poussent mon petit banc. Bises

Écrit par : ariaga | 29/07/2008

Oups..alors je viens pousser...moi j'aime bien faire ce que dit CGJ...Il suffit d'une première fois pour s'affranchir, maintenant je sais que l'on en revient...c'est une note que je devrais écrire...Mais c'est les vacances de partout et ta photo me rappelle un petit jeu de game boy
Je souris..je t'embrasse belle au banc que voilà...tigrement...

Princesse Aslé

Écrit par : Aslé | 29/07/2008

...ou plutôt, dont l'imperturbable balancier se joue du rythme improbable que les rouages mécaniques dont il croit dépendre n'arriveront de toute façon pas à lui imposer.

Écrit par : michel | 29/07/2008

En pleine semaine imaginative, toutes cales ouvertes, je passe me reposer un instant à l'ombre de l'arbre ... Je continue la quête du p'tit ;-)))

Écrit par : Kaïkan | 29/07/2008

chère Ariaga,
je crois pouvoir dire, après avoir lu ton article, que je pratique depuis bien longtemps cette imagination active si enrichissante.
Mais se retrouver autour de ton banc ne l'est pas moins :-)
je t'embrasse

Écrit par : ambre | 30/07/2008

Bonjour Ariaga,
Comme le banc mer paraît plus agréable maintenant, ignorant que je suis quant à l'utilité essentiel de l'ordinaire.
Heureux d'y lire de tels propos, car tout cela est proche de ma peinture, en tout cas de ma façon de procéder.
Je t'embrasse, une belle journée pleine de lumière...

Écrit par : patrick | 30/07/2008

@ Elisabeth, oui, tu l'as déjà fait, il suffit de lire ta poésie pour s'en rendre compte...

Écrit par : ariaga | 30/07/2008

@ Astrale, j'ai passé un merveilleux moment de beauté et de méditation sur ton banc en Ombrie. C'est un très beau cadeau que tu m'as fait là et j'espère que beaucoup de voyageurs du banc vont en profiter.

Écrit par : ariaga | 30/07/2008

@ Sil, le mélange sera de premier choix et se traduira par un de tes souffles dont je pense sue nous sentirons les effets jusqu'au banc.

Écrit par : ariaga | 30/07/2008

@ Muse, le désir positif est un des meilleurs moteurs de la vie. Il permet d'avancer. Même sur le plan spirituel c'est le désir du contact avec le divin qui a poussé de grands "mystiques" avec toutes les réserves que j'attache à ce terme.

Écrit par : ariaga | 30/07/2008

Imaginaire ou pas, les voyages sont toujours un bon carburant...bonne journée ariaga, merci de ta visite pendant mon voyage...

Écrit par : le Pierrot | 30/07/2008

en grand intellectuel que je suis , je dirai qu'un petit plongeon s'impose, l'eau n'est polluée j'espère par chez vous ( parce que par chez moi, si ) il me reste la douche comme dirait cami , et j'en use ... ( contrairement à ceux mal intentionnés qii prétendent que j'use de substance toxiques parfâtement naturelles, ce qui éidemment est complètement faux , il faut le répèter
à+

Écrit par : lam à l'eau | 30/07/2008

" l'eau va s'assombrir. Et, pour cela, elle va absorber matériellement des ombres. (Bachelard , l'eau et les rêves)
§§§
Elles me faisaient mal, les étoiles
comme si j'avais une maison dans l'air.
Elles me faisaient mal quand elles tombaient
pour brûler aux portes de l'eau.
Comme si j'étais l'une d'elles.
(eugenio de Andrade , matière solaire)

§§§§

Tu es contagieux à toi même, souviens t'en.
Ne laisse pas "toi" te gagner.
(henri Michaux , poteaux d'angle)

et hop un commentaire de plus !
allez je replonge sous la douche lire , comme dirait cami ..;

Écrit par : lam à l'eau | 30/07/2008

Je suis en communion totale avec la vision de Carl Gustav. Que je peigne ou que j'écrive, c'est un peu un autre moi, le "rêveur", qui peint et écrit. Je me surprends moi-même, les mots jaillissent d'eux-mêmes, les images surgissent devant moi, le pinceau, le crayon ou la plume sont comme autonomes. Ma main gauche ne m'appartient plus, mais vit sa vie. Je sors d'ailleurs souvent épuisé, à la fois vidé et comblé, rempli des heures de dialogues entre moi et cet autre moi.

èphême

Écrit par : èphême | 30/07/2008

@ Michel car le monde de la chair et de l'esprit est le seul qui ait sa propre musique...celle de l'Amour.

Écrit par : ariaga | 30/07/2008

@ Lung ta, tu sais ils ne méditent pas tous, ils y en a qui jouent...

Écrit par : ariaga | 30/07/2008

@ Aslé, pousse, pousse, mais un peu moins fort !

Écrit par : ariaga | 30/07/2008

@ Kaïkan, mais je crois que tu l'as enfanté, le p'tit banc, tu l'as fait venir des étoiles.

Écrit par : ariaga | 30/07/2008

@ Kaïkan, repose toi aussi longtemps que nécessaire c'est ton arbre...

Écrit par : ariaga | 31/07/2008

@ Ambre, il st certain, quand on lit tes textes, que tu pratiques depuis longtemps l'imagination active avec beaucoup de talent.

Écrit par : ariaga | 31/07/2008

@ Patrick, en effet, je ressens ta peinture comme étant en parfaite harmonisation avec le banc de l'imaginaire.

Écrit par : ariaga | 31/07/2008

@ Le Pierrot, c'est ce qui fait l'intérêt des blogs, les voyages réels et imaginaires se rencontrent et s'enrichissent les uns des autres.

Écrit par : ariaga | 31/07/2008

@Lam à l'eau, j'ai eu bien besoin de tes fantaisies aquatiques pour éteindre les ardeurs de mon athanor, comme quoi il faut toujours un petit lambi chez soi. Et merci pour les citations.

Écrit par : ariaga | 31/07/2008

@ èphême, oui mais tu es un artiste et tu as cette capacité "naturelle" de communiquer avec l'"Autre " en toi. Ce n'est pas donné à tous et il faut alors s'exercer, comme si on apprenant une langue étrangère, pour communiquer avec cet Autre.

Écrit par : ariaga | 31/07/2008

Bonjour,
Harmonisation je n'en connais pas bien, par expérience le sens, cela à du m'échapper, me glisser entre les doigts comme la poignée de sable saisie arbitrairement, tandis que le dessous de mes pieds est modelé par sa forme changeante, peut-être harmonieuse à cet instant.
Ma volonté, à l'intérieur de mes mains, croient posséder, tandis que mes plantes de pieds perçoivent avec plus de réalité, mais je ne veux pas souvent le savoir.
Quant au banc de l'imaginaire, je ne sais pas qui il est, comment il active chacun de nous.
Alors j'écoute, j'attends, sous mes pieds, je commence à prendre soin d'eux.
Mais le banc aussi à des pieds, il s'appui sur le sol, il nous accueil ! ...
Quelle découverte, n'est-ce pas !
Belle journée, Ariaga, beaucoup de bonne humeur, de belles couleurs...

Écrit par : patrick | 02/08/2008

@ Patrick, je pense au contraire que l'harmonisation tu en as l'expérience, il suffit de ragarder tes oeuvres et de te lire. Simplement tu ressens, tu "sais" (comme le disait Jung) sans savoir que tu sais.

Écrit par : ariaga | 02/08/2008