UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La rentrée au Laboratoire | Page d'accueil | Ouvrir le Livre Rouge »

11/09/2011

Le Livre Rouge de C.G.JUNG

livre,littérature,écriture,amour,blog,philosophie,photo,jung

Je l'avais attendu comme on attend l'homme aimé.

Je l'avais attendu comme si c'était un message personnel de ce cher Carl Gustav car je fais partie de toutes celles qu'il a séduites. Et chacun sait que le grand séducteur est habile à faire croire à chacune de ses conquêtes qu'elle est pour lui une femme unique.

J'avais fermé mes yeux, mes oreilles, mon esprit, à la version anglaise, aux articles, à France Culture et à toutes les savantes dissertations expectatives. Je le voulais en Français, surprenant, et tout entier livré à ma passion.

Il est venu à moi ( Je délire un peu, je suis allée le chercher chez le libraire )  et ce fut le choc !

Le prix aurait du m'alerter mais j'avais une vision, issue de la lecture de Jung, qui parle de "cahier rouge" qui me montrait un cahier, un ...gros cahier ...  mais pas cela. Quand on me l'a mis dans les bras, ce fut comme un gros bébé, et je l'ai trouvé encore plus lourd en montant mes étages. Il est ÉNORME, ce Livre Rouge : 4 kg, 40 cm sur 30, 371 p. (pour ceux que cela intéresse la réduction théosophique donne 4, le nombre préféré de Jung).

Avouons le, ce livre tant attendu, je l'ai trouvé TROP. Trop grand, trop lourd pour être pris dans des mains fragiles et tendres, et même trop rouge !

Alors ? J'attends ce livre depuis tant d'années que je sais que ma passion va reprendre le dessus. Pour l'instant il est posé, comme un étrange objet, dans mon petit cabinet de curiosités. Je tourne, je le regarde en coin, je jauge l'effort à fournir, mais il est vierge de toute lecture.

Quand ? Je n'ai jamais su résister à Carl Gustav alors bientôt, je pense ...

Ariaga

Sur le blog Extraits du laboratoire, vous pouvez trouver un texte dont voici le lien : La Coopération amoureuse.

Commentaires

Sourire, la mise en scène est prête pour la messe et la communion ! Que du bonheur Ariaga dans cette extase ! Je t'embrasse bien fort !

Écrit par : joséphine | 11/09/2011

Tss! Tss ! Il faut toujours se méfier de ses rêves, fanfasmes où fétichismes. Un rêve relié de quatre kilos, l'oreiler est bien dur ! Peut-être les os de ce fripon de Jüüünnng sont-ils pliés en deux de rire à l'idée de cette surprise !!! Bonne lecture après l'achat d'une grue hydraulique et d'un lutrin en titane por déposer ce texte en or.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 11/09/2011

Bonjour Ariaga,

Moi même je succombe peu à peu aux charme étrange de Carl Gustav mais ne sais par quel livre le prendre...celui-ci ressemble à un grimoire! Quelle formule d'immortalité allez-vous y trouver? ;)

Bonne lecture en tout cas,

Nout

Écrit par : Nout | 12/09/2011

Sourire... je ne deviendra jamais écrivain..... belle journée.

Écrit par : patriarch | 12/09/2011

Voilà un bel objet, un bel objet qui sous ton regard "amoureux", prend des formes bien attrayantes !!
J'ai hâte de lire tes impressions après lecture...
Bonne journée

Écrit par : peau d'âme | 12/09/2011

Je voulais dire après dégustation... :)

Écrit par : peau d'âme | 12/09/2011

très chère amie,

c'est vrai que je suis restée en retrait des commentaires depuis quelques temps , mais pas en retrait du labo.

Mais là je suis obligée de réagir, j'ai appris à "aimer", C G JUNG, à travers toi, et ce livre rien que de le regarder, me donne une envie folle de l'acquérir.... Comment expliquer ça ?

En tout cas tu es et restera dans mes pensées.
chère Ariaga merci encore pour ce labo aussi enrichissant.....

Écrit par : mariedumonde | 12/09/2011

@ Joséphine, ce sera , en effet, toute une cérémonie que de lire ce livre ; un rituel. Vu son poids, on ne peut l'aborde que debout, le livre étant posé sur une table.

Écrit par : ariaga | 12/09/2011

@ ÉPHÊME, tu as raison quand on se fait trop de "cinéma" au sujet d'une chose ardemment désirée le film est rarement à la hauteur des espérances. Je pense cependant que quand la déception au sujet du contenu sera surmontée, le contenant, s'il est dégusté avec modération, va lentement se répandre jusqu'à mon coeur, comme un divin nectar.

Écrit par : ariaga | 12/09/2011

Un livre rubis que j'aimerais ouvrir au hasard(?) Un trésor de l'âme qui me guiderait lui-même dans sa lecture...

Écrit par : Anthéa | 12/09/2011

Très amusant ton article Ariaga mais aussi très sérieux, car il s'agit là d'un objet au contenu précieux à tes yeux. A quand la lecture tant désirée ? Esprit ritualiste quand tu nous tiens !... Bien amicalement

Écrit par : Phène | 12/09/2011

J'aime, Ariaga, cette approche lente et respectueuse, comme à l'approche de l'élu ou d'un nouveau né ... Ne pas l'effrayer, ne pas se laisser effrayer ... Belle lecture à toi, Douce Amie ...

Écrit par : Kaïkan | 12/09/2011

Bonsoir, je découvre avec émerveillement ce laboratoire ! Je sens que je vais apprendre encore beaucoup sur ce cher Jung, qui me nourrit depuis pas mal de temps maintenant. Je partage ton émotion à la vue de ce magnifique ouvrage rouge ... Œuvre au rouge ? Tu nous diras ça !

Écrit par : Tempérance | 12/09/2011

Ne laisse pas passer le train du lutrin , Ariaga, et tu sera sur des rails
on doit se sentir soulagé, surtout de l'estomac quand on a fini de lire un tel opus.

Écrit par : Thierry | 12/09/2011

Moi qui aime bien lire en marchant, ou marcher en lisant, ça me défrise un peu les 4 kg. A quand la version de poche ?
J'ai la version anglaise piratée, utile pour faire des recherches, mais ça remplace pas un bon vieux bouquin...
Bonne lecture !
rémi

Écrit par : rémi | 12/09/2011

« Je le voulais en Français, surprenant, et tout entier livré à ma passion. » Ariaga

Ah ! désir-passion, quand tu nous tiens...!
Quel lecteur et « ami » de Jung ne serait tenté par cet ouvrage...?
Comme l’a souligné Jean Bissur dans son premier article consacré au Livre Rouge on peut se poser la question de la légitimité de sa publication :
« On comprend vite l'aspect éminemment intime et confidentiel du livre (et on est en droit, du moins je le fais, de se poser la question de la légitimité de sa diffusion au public...mais le consensus général -l'hypocrisie ?- précise que Jung n'a jamais mentionné une autorisation ou refus à sa publication)...............J'ai cédé à l'envie et possède une version de ce "manuscrit »................ je suis partagé par l'émotion vibrante de toucher l'âme de Jung et par un sentiment conjoint de "profanation", de sacrilège...je fais en effet partie de ceux qui sont convaincus que ces pages n'étaient pas dédiés à la diffusion. »
http://carl-gustav-jung.blogspot.com/2011/03/le-livre-rouge.html

Si l’on cède à l’envie, pour justifier ce choix, on peut se dire, en toute sincérité et non sans raison, que cette lecture sera une véritable « coopération amoureuse » entre l’auteur et le lecteur-la lectrice, que « Tout ce que nous faisons est une danse structurale dans la chorégraphie de la coexistence. » et que les écrits très intimes de Jung entrent dans cette danse.
Et puis, si le sentiment de profanation, de sacrilège, s’empare toutefois de nous ; nous verrons se dessiner le sourire ironique ou tendre du vieux maître de Bollingen : ne laissant pas d’instruction précise au sujet de la publication ou de la non-publication, il nous place chacun-chacune face à nous-mêmes, face à la responsabilité éthique du choix, tel qu’il se présente si souvent au long du chemin de l’individuation, s’opposant s’il le faut au consensus général. Et il nous donne de mesurer, peut-être et surtout, que le plus important, l’ESSENTIEL, est pour chacun-e de rédiger, son propre Liber Novus, son propre Journal de la Nouveauté, au fil des jours et des nuits.

C’était le point de vue d’un jaloux qui ne dispose pas du Livre Rouge... ;-)

Écrit par : Amezeg | 12/09/2011

Bonjour à tous,

En lisant Amezeg (merci pour la citation...je me suis pour autant jeté sur la version française dès que possible et sans scrupule), me vient en tête la notion du livre de l'homme...un Liber Novus collectif pour être lapidaire.
Si certains veulent méditer dessus :
http://www.philosophe-inconnu.com/Etudes/livre_homme/livre_homme_01.htm

Bonne contemplation Ariaga,
Jean

Écrit par : Jean | 13/09/2011

@Jean

« ...je me suis pour autant jeté sur la version française dès que possible et sans scrupule »

Je n’ai pas exclu d’ouvrir un jour, moi aussi, ce Livre Rouge.
J’avais constaté avec intérêt que tes réflexions (citées dans mon 1er commentaire) recoupaient ou rejoignaient les miennes sur le sujet.
J’aime que cette publication du Liber Novus de Jung me fasse réfléchir à ce que je cherche ou trouve dans la parole de l’autre, que cette parole soit intime ou moins intime. Que cela me conduise à mesurer que le plus important n’est pas la « chose » elle-même mais le rapport que j’ai à cette chose. « Si tu sais ce que tu fais tu es béni, si tu ne sais pas ce que tu fais tu es maudit » rappelle Jung, ici où là au fil, de son œuvre, si ma mémoire est bonne.
Pour tout « fidèle » de Jung l’aspect numineux, fascinant, du Livre Rouge peut le confronter, me semble-t-il, à cette alternative, et le faire peut-être ainsi progresser d’un petit pas supplémentaire sur la voie de l’individuation. Ce qui ne peut que réjouir les mânes de Jung.

Je souhaite à tous ceux qui ont acquis ou acquerront ce livre d’en retirer le meilleur profit possible pour leur propre réalisation.

Bonne lecture à toi, à Ariaga aussi, bien sûr !

Écrit par : Amezeg | 13/09/2011

@ Nout, je pense que tu as déjà lu de Jung, Ma vie, sinon c'est le premier et le plus aisé à lire. Après je dirais : L'homme à la découverte de son âme. Je suis allée sur ton blog que j'ai trouvé à la fois beau et intéressant. Merci pour cette découverte.

Écrit par : ariaga | 13/09/2011

en tout cas, la photo est extrêmement séduisante, avec toutes ces pierres, améthyste, cristaux, ce vieux fer à repasser ! la statuette, qui vient d'où ?
Il est beau aussi, ce gros livre rouge qui trône au milieu de tout cela, mais sans aucun doute, pas très confortable à lire.. 4 kgs ! je comprends ta déception.. mais n'est-ce pas aussi, comme tu le soulignes, une occasion de réflexion ?..
Belle soirée à toi, Ariaga Jolie. Je t'ambr'asse !

Écrit par : ambreneige | 13/09/2011

@ Patriarch, c'est quoi être écrivain ? Moi, je ne sais pas ...

Écrit par : ariaga | 13/09/2011

@ Peau d'âme, mon regard amoureux en a pris un coup. J'ai du mal avec tout ce qui est TROP. Mes impression viendront mes je dois apprivoiser le contenant pour en revenir au contenu. Le capricorne est lent ...

Écrit par : ariaga | 13/09/2011

@ Mariedumonde, ta présence au Laboratoire me fait très plaisir, même si je me pose beaucoup de questions, sur ton éclipse complète. Je bénis le livre rouge pour t'avoir "obligée à réagir". Puisse ce livre, si tu l'acquiert, devenir un pont sur l'abîme.

Écrit par : ariaga | 13/09/2011

@ Anthéa, c'est ainsi que je vais l'ouvrir, demain je pense, au hasard ...

Écrit par : ariaga | 13/09/2011

Je suis une impie.
Je ne sombre jamais dans ce genre de délire.

Mais j'ouvre mes yeux sur la vie réelle.

Que t'importe Carl Jung en belle édition ?

Et en version de poche ça vaut rien ?

L'emballage est-il plus important que l'écrit?

Effrayant .

Écrit par : *MeL* | 13/09/2011

@ Mel, tu devrais lire mes textes plus attentivement. J'aurais préféré lire ce texte introuvable, puisque Jung avait demandé qu'il ne soit publié que très longtemps après sa mort, dans une autre édition, plus légère, plus facile à lire, moins couteuse. Mais les éditeurs en ont décidé autrement. Je pense que c'est l'écrit qui compte et non l'emballage mais je suis obligée de subir. Quand on a consacré une grande partie de sa vie à Jung, on ne peut se passer de cet ouvrage et pour cela il faut se priver d'autres choses.

Écrit par : ariaga | 13/09/2011

...et lorsque j'ai découvert avec fascination les dessins contenus dans l'ouvrage, il ne semble pas envisageable de les avoir dans un format et une qualité de papier différents.

J'ai moi-même vendu ma version anglaise et économisé plusieurs mois pour me l'offrir et ne le regrette pas une seconde.

L'austérité sacrificielle, seul accès à la "vie réelle" ???

Jean

Écrit par : Jean | 14/09/2011

@ Phène, le rituel de l'attente pour retarder le moment où le désir s'accomplit est terminé, je l'ai ouvert ce matin. une splendeur ...

Écrit par : ariaga | 14/09/2011

@ Kaïkan, tu as tout compris ...

Écrit par : ariaga | 14/09/2011

Ariaga, je suis comme toi, lorsque j'obtiens ce que j'ai désiré longtemps, je contemple l'objet, je le caresse des yeux, je lui fais une jolie place et j'attends un moment de sérénité pour le découvrir en entier ! Pour l'humour j'ajouterai que tu aurais pu acheter le petit livre rouge de Mao, il aurait été moins lourd !!! Je t'embrasse

Écrit par : danae | 14/09/2011

@ Temperance, je ne crois pas, en cette vie, arriver à l'oeuvre au rouge ! Je suis aller rendre visite à ton blog, je le fais toujours pour les nouveaux venus au Laboratoire, et il m'a particulièrement intéressée. Il est beau et surtout c'est un mélange de textes parlant de la vie extérieure et de la vie intérieure qu'il est rare de rencontrer.

Écrit par : ariaga | 14/09/2011

@ Rémi, la version de poche semble impossible (voir ce que dit Jean) mais j'aurais bien vu, dans un coffret, une série de grands cahiers plus faciles à manipuler. Le livre, tel qu'il se présente, à un sens et je crois qu'il faut le chercher dans les nombres.

Écrit par : ariaga | 14/09/2011

Coucou ariaga, sais-tu que j'ai acheté une réplique du petit livre rouge de Mao, (le bon truc pour touristes, pfff...) lorsque je suis allé à Pékin ? je sais, rien à voir avec Jung, mais je comprends ton choix et le respecte, surtout ! bise et bonne fin d'après midi...demain, de la sensualité chez moi, parce que c'est beau, simplement...

Écrit par : le Pierrot | 14/09/2011

La richesse de la vie est pour nos chemins différents, le mien n’a pas rencontré, à peine croisé celui de Jung.
Je vais lire sur ton autre blog, avec attention, ces billets qui le concernent.

Bonne lecture... o)))

Écrit par : Miche | 15/09/2011

Bonjour amie,
j'espère bien trouver rapidement un exemplaire de cet ouvrage.
Toujours aussi passionnée ....
Très bonne journée
Amitiés - Daniel

Écrit par : bichon39 | 15/09/2011

@ Amezeg, ce n'est pas une méchante jalousie, cher ami. Si j'ai un peu rué dans les brancards c'est à cause du format. J'aurais préféré des grands cahiers dans un coffret pour pourvoir les manipuler plus facilement. Pour ce qui est d'avoir publié ce cahier rouge je pense qu'il n'y a rien qui trahisse Jung. Il en a diffusé pas mal dans ses ouvrages. Les Sept Sermons Aux Morts qui font partie du cahier ont été diffusés et aussi, je crois certaines illustrations. Des extraits circulaient. Connaissant assez bien l'oeuvre de Jung, je vais maintenant aller voir exactement ce qu'il y a dans ce "monument" pour me faire une idée très précise. Cela va me prendre du temps !

Écrit par : ariaga | 15/09/2011

@ Jean, je reviens sur ton commentaire, et je dois dire que je l'ai apprécié ...

Écrit par : ariaga | 15/09/2011

@ Ambreneige, comme tu es curieuse, au bon sens du terme, je savais que tu apprécierais cette photo ... Je t'assure, j'ai souri en pensant à toi.

Écrit par : ariaga | 15/09/2011

@ Danae, "l'obscur objet du désir" quand il arrive dans la lumière rend toujours un peu nostalgique. J'ai le petit livre rouge, poussiéreux, souvenir de mes enthousiasmes de jeunesse.

Écrit par : ariaga | 15/09/2011

@ Miche, tu trouveras sur ce blog ci tous mes textes sur Jung à la rubrique Jung et la psychologie des profondeurs. Tu peux aussi aller sur le blog de Jean Bissur où il y a des textes très intéressants.

Écrit par : ariaga | 15/09/2011

Mère veilleuse, cette photo ...

Écrit par : Veronica | 15/09/2011

Un petit bonjour en passant.
Vos photos sont super !

Écrit par : PLV | 15/09/2011

Avoir un tel ouvrage tient certainement de la magie dans son sens le plus noble . Le savoir et l'art sont là ...

Écrit par : Hécate | 16/09/2011

Magnifique Ariaga ! La joie que tu ressens illumine tes mots. Excellent week-end en compagnie de ton "bien-aimé"!...

Écrit par : Phène | 16/09/2011

@ le Pierrot, je suis allée chez toi pour prendre un petit bol de "sensualité" et tu avais été obligé d'enlever ton texte à cause de la bêtise de certains commentaires. La stupidité est une censure !

Écrit par : ariaga | 16/09/2011

@ Bichon 39, il est sorti le 7 Septembre.

Écrit par : ariaga | 16/09/2011

@ Veronica, j'aime bien tes jeux de mots et ton blog est plein d' "esprit" .

Écrit par : ariaga | 16/09/2011

@ PLV, Pierre Louis, merci de ce passage et de l'appréciation sur les photos.

Écrit par : ariaga | 16/09/2011

Ce livre fut une tentation pour moi, misérable étudiant que je suis ! Raisonnable j’ai voulu être, inconscient je fus. Durant tout l’été, mes seules pensées concernant ce livre furent que je ne devrais pas l’acheter avant un certain temps que son prix (grand mais pas aussi grand que le contenu de cet ouvrage !) ne m’était pas accessible.
Et le jour de sa sortie, j’étais à la librairie, avec le sourire du bienheureux, prompt à braver tous mes interdits, avide d’un savoir si longtemps reclus… Ce fut un plaisir de l’acheter mais le véritable défi, mes véritables défenses se plaçaient à mon arrogante ambition de lecture. Suis-je prêt à affronter le Liber Novus ? A le comprendre, à le ressentir, à le penser, à le saisir ? Non.
Mais quand le moment viendra, j’accompagnerai cette quête du savoir avec autant de sagesse et de grâce que mérite son auteur et son œuvre…

Votre présentation est somptueuse, solennelle mais pas trop, sobre sans l’être à l’excès… Il y a de la surcharge mais cela donne son charme. J’aimerai aussi en faire de même, le poser simplement sur un repose livre en bois… peut-être, un jour.

Heureuse pensée à vous, le Livre Rouge a l’air de passer inaperçu en France –ou francophone- (ce qui ne m’étonne qu’à moitié) mais voir qu’il y a des lecteurs attentionnés me remplit toujours le cœur et me fait oublier, comme je l’ai si bien entendu, cet étrange solitude qui plane autour de nous, « jungiens ».

Bien à vous,

A.

Écrit par : Autumnus | 17/09/2011

P'tit coucou matinal, afin de te souhaiter un bon week end...

Écrit par : le Pierrot | 17/09/2011

J'aime ton témoignage Autumnus...il rejoint et complète celui d'Ariaga.
Je m'y associe car j'ai partagé ces fortes émotions dans la démarche d'acquisition.

Parfois cependant, je me demande si nous n'en faisons pas trop...le contenu de cet ouvrage n'a le caractère de "sacré" que pour son auteur. Ne construisons nous pas (avec des centaines d'autres) une idole qui aurait déplu à Jung ?
Ce dernier arguait l'incompréhension inévitable comme frein à sa publication...ne tombons nous pas dans le piège ?

J'espère ne pas "briser l'ambiance" en vous livrant une réflexion matinale.

Amitiés,
Jean

Écrit par : Jean | 17/09/2011

Non. Tu as raison Jean. Je voulais dans mon commentaire y ajouter cet aspect mais l’heure n’était pas du tout à la raison !
Je n’idolâtre pas Jung, ni même son œuvre. Je tente humblement de lui rendre hommage. Il faut nous garder de cet aspect religieux vis-à-vis d’une théorie, d’une pensée, d’un courant et c’est là un point d’or très important dans nos sociétés modernes ! Nous fuyons nos cultes de la foi pour tenter de retrouver icelle dans des organisations qui –sous de nombreux aspects-, ranime non-sainement cet intérêt ‘vital’ pour la religion. Je pense aussi bien à ce que nous nommons sectes maintenant qu’à des courants idéologiques et intellectuel. Jung peut en faire partie, mais de son enseignement même Jung n’envisageait déjà pas une société de psychologie analytique et encore moins un courant « jungien » ! Si je ne me trompe, il disait que ses ‘disciples’ devaient aller de l’avant. Ce n’est pas la même chose pour ce grand courant français (et uniquement français, il faudrait bien plus insister là-dessus, il s’exporte bien sûr mais sa valeur est quasiment littéraire aux Etats-Unis par exemple) psychanalytique qui fonctionne de façon quasi-religieuse ou tous doivent croire la parole du Père et de sa trinité. En sommes-nous à ce point-là ? Non, je ne pense pas ! Faisons notre sabbat et soyons fou à leur regard mais sachons garder l’esprit clair !

Mais, de pars l’aspect purement « stylistique » que j’ai pris pour louer la beauté du Livre Rouge, je prends le Liber Novus (et ceci est purement personnel) d’abord pour une œuvre d’art puis après, et je n’y suis pas encore, comme un ouvrage à haute valeur symbolique et psychologique. De façon plus commune : je regarde avec admiration et respect puis je le fais passer à la casserole pour tenter d’analyser la chose ! Toujours conserver une bonne équation raison/spiritualité et ne pas sombrer dans un des deux trop profondément !

Bien à vous,

A.

Écrit par : Autumnus | 17/09/2011

AUTOMNUS et JEAN, fort intéressant votre échange. Quand je suis un peu fatiguée du travail que me demande ce blog, certains commentaires sont pour moi un "combustible".

Écrit par : ariaga | 17/09/2011

@ Hécate, la magie, je ne sais pas, mais c'est un privilège dont je suis consciente.

Écrit par : ariaga | 17/09/2011

@ Phène, je le regarde, je m'habitue à lui et je l'ai même ouvert, au hasard, sur une page avec un superbe mandala.

Écrit par : ariaga | 17/09/2011

Autumnus,

En effet, Jung a déclaré en public que le jour où un mouvement jungien voyait le jour, il n'y adhérerait pas...c'est dire l'importance qu'il accordait à l'expérimentation personnelle et à la notion d'altérité dans le domaine psychique, la singularité de chacun dans le respect de l'autre.

C'est intéressant que tu mentionnes ce particularisme français...j'ai hâte de connaître l'engouement pour la version française.
A ce jour, 53000 exemplaires anglais vendus, 9000 allemand, 5000 espagnols, 4000 portugais et 3-4000 tchèque, japonais, grec et roumain....rayonnement ahurissant pour un ouvrage si particulier et si cher. ça m'interpelle beaucoup.

Jean

Écrit par : Jean | 17/09/2011

ARIAGA À TOUS, j'ai ouvert le Livre Rouge. Je vous dirai demain ce que j'ai ressenti ...

Écrit par : ariaga | 17/09/2011

@ Ariaga...
Sois tranquille...je ne viendrai plus m'exprimer ici.

Écrit par : *MeL* | 17/09/2011

Toujours il y a eut des livres qui sont tels des monuments . C'est donc là ,une Oeuvre dans son absolu . Je ne puis acquérir cet ouvrage .Merci Ariaga de le partager ici avec tout ce respect et cette délicatesse .

Écrit par : Hécate | 17/09/2011

Jean, pour tout te dire, c'est une des premières choses que je me suis dit quand j'ai su qu'il allait paraître en français ! " Que diable va-t-il se passer en France pour le Livre Rouge ? ". J’ai un peu hâte au critique, s’il y en a…

Pour l'instant, c'est une sorte de silence, un trop calme qui sonne vaguement faux. Les mouvements français sont toujours présents pour japper sur tout ce qui semble "plus gros, plus important" qu'eux-mêmes. Ou pour se défendre, aussi (il n'y a qu'à voir le nombre ahurissant d'article anti-Onfray par exemple, tous écrit de la main d'analyste d'obédience lacanienne ne supportant pas le moindre commentaire quant à ce qui touche de près ou de loin leur culte !).

Le Livre Rouge est tiré à 5000 exemplaires en France -je crois- vont-ils tous partir ? Va-t-il y avoir la classique contre-attaque lacanienne du Jung= Schizophrène donc psychologiquement impossible ? (il n'y a pas moins d'une semaine que je l'ai entendu cette "botte" !)
Je dois avouer que la situation de la psychologie analytique en France est assez délicate, j'ai même reçu un commentaire d'un ami qui me disait " Tu es comme les chrétiens primitifs à te cacher des romains qui veulent te persécuter !".

L'analogie mérite quand même un minimum de réflexion. Est-ce réellement le cas ?
En tout cas, c’est un peu sa fête, au pauvre père Jung cette année ! Pour les français, deux sorties (Tavistock et Le Livre Rouge) et en plus pour le monde entier cette fois-ci, un film franchement suspect !

Écrit par : Autumnus | 17/09/2011

@Ariaga

Mais avant de partir ......

@ Ariaga

Je repose ...pardon Madame ce que j'ai écrit plus haut .

" Je suis une impie.
Je ne sombre jamais dans ce genre de délire.

Mais j'ouvre mes yeux sur la vie réelle.

Que t'importe Carl Jung en belle édition ?

Et en version de poche ça vaut rien ?

L'emballage est-il plus important que l'écrit?

Effrayant .

Écrit par : *MeL* | 13.09.2011 "

Tu m'as répondu ceci:

"@ Mel, tu devrais lire mes textes plus attentivement. J'aurais préféré lire ce texte introuvable, puisque Jung avait demandé qu'il ne soit publié que très longtemps après sa mort, dans une autre édition, plus légère, plus facile à lire, moins couteuse. Mais les éditeurs en ont décidé autrement. Je pense que c'est l'écrit qui compte et non l'emballage mais je suis obligée de subir.

Écrit par : ariaga | 13.09.2011 "


Le problème Ariaga, que contrairement à ce que tu dis ...je te lis attentivement .
Et je m'étonne que tu ne le sâches pas.

J'ai donc lu que tu aurais préféré lire ce texte de C.Jung "dans une autre édition, plus légère, plus facile à lire, moins couteuse" (souhait de Jung ).
Mais les éditeurs....en ont décidé autrement ( il est vrai que dans notre monde respecter les souhaits d'un défunt ....c'est obsolète ...même si c'est Jung ! )...Donc ces éditeurs en ont décidé autrement ! Bravo pour le respect d'un souhaît.
Bref ....ensuite tu me dis ce qui compte c'est "l'écrit" ( il me semble le dire ...non ? )...ensuite tu me dis " que tu es obligée de subir " ....Subir quoi ?
" Quand on a consacré une grande partie de sa vie à Jung, on ne peut se passer de cet ouvrage et pour cela il faut se priver d'autres choses."
!!!!
Quand je lis ça ? "Quand on a consacré une grande partie de sa vie à Jung, on ne peut se passer de cet ouvrage et pour cela il faut se priver d'autres choses." ...j'ose dire et le quidam Jung , c'est ça qu'il voulait ? Ben merde alors !


Effrayant
*MeL*

Écrit par : *MeL* | 17/09/2011

Autumnus,

Je partage tes points de vue. Nos lumineux philosophes du 18em ont fait beaucoup de mal sur ce plan là selon moi et leur raison éclairée a condamné à une certaine unilatéralité dont on connait les risques potentiels.

Les guerres de clochers entre écoles psychanalytiques est usante et stérile...l'attitude dogmatique révèle bien des choses et ne peut construire.

Jung a toujours respecté l'oeuvre de Freud et ne l'a pas piétiné mais dépassé (pour ceux qui "l'entendent")...c'est encore plus inacceptable pour les prêtres lacaniens et freudiens.

De quel film parles tu ? celui de Cronenberg à venir ?
Sinon, ce petit film sans prétention doit être à voir :
http://beheadingbuddha.com/

Jean

Écrit par : Jean | 18/09/2011

@ Mel, ce n'était pas le souhait de Jung que l'édition soit moins couteuse, c'était le moins. L'édition est un fac similé de son manuscrit (dont les premières pages étaient écrites sur parchemin.) Tout ceci me semble bien secondaire et je regrette d'avoir exprimé un sentiment personnel de confort de lecture bien peu intéressant à côté de l'événement que constitue cette publication. On peut voir, en ce moment, l'original au Musée Guillemet à Paris.

Écrit par : ariaga | 18/09/2011

@ Hécate, si tu vas sur le site C.G. Jung (dans mes liens à sites) tu vas avoir plein de choses passionnantes sur le livre et beaucoup de reproductions. Je suis certaine que tu vas te régaler. Le livre est surtout une récompense pour ceux qui se sont beaucoup usés les yeux sur les ouvrages de Jung. Ils vont chercher ce qu'ils ne connaissent pas mais dis toi bien que beaucoup du contenu du livre était déjà connu et que, par exemple dans "Ma vie", il a été pas mal utilisé.

Écrit par : ariaga | 18/09/2011

@ Hécate, je ne sais dans quel état second j'étais quand je t'ai mis le com qui précède mais je l'avais truffé de monstruosités orthographiques. Nous faisons tous des fautes en écrivant vite mais là ... J'ai corrigé le plus évident.

Écrit par : ariaga | 19/09/2011

Bonjour Ariaga,

J'avoue humblement mal connaître ce Gustave pour avoir effectuer tout mon travail psychanalytique avec un Freudien pur et dur.

Freud m'est plus familier sans aucun doute.

Mais il n'est jamais trop tard pour prendre un amant non ?

Je t'embrasse

Écrit par : Lmvie | 25/09/2011

Je savais qu' IL devait paraître en édition française et voilà...Il est très agréable d'avoir ce ressenti que tu exprime si bien. Je suivrais la suite et m'en retourne à du plus commun mais qui me procure une lecture agréable (CJ Jung ou l'expérience du divin de JJ Antier).
Bon dimanche à toi.

Écrit par : Louis-Paul | 02/10/2011

Cher Jean,
Une femme unique, vraiment ? J'ai de la peine à le croire de la part d'un homme de génie certes mais tout de même polygame

Écrit par : Psyché | 03/10/2011

Cher Jean,
Une femme unique, vraiment ? J'ai de la peine à le croire de la part d'un homme de génie certes mais tout de même polygame

Écrit par : Psyché | 03/10/2011

Cher Jean,
Une femme unique, vraiment ? J'ai de la peine à le croire de la part d'un homme de génie certes mais tout de même polygame

Écrit par : Psyché | 03/10/2011

une c'est assez trois cet trop

Écrit par : Psyché | 04/10/2011

Psyché, merci pour tes commentaires et aussi pour ceux sur les rêves sur mon autre blog et ici. Je pense que tu vas apporter beaucoup au laboratoire.

Écrit par : ariaga | 04/10/2011

Bonjour,
C'est en cherchant des renseignements sur ce fameux "Livre Rouge" de Carl Gustav Jung, que je suis arrivée sur votre site. Ravie de le découvrir... Je me doute bien qu'il existe des passionnés de cet homme exceptionnel, et voilà que vous en êtes. Moi-même je suis très intéressée, et je connais surtout Marie-Louise Von Franz, qui a été sa collaboratrice et qui a écrit des ouvrages merveilleux sur les contes, entre autres, ce qui me concerne, puisque je suis conteuse et auteur. Me permettrez vous de venir parfois vous rendre visite ici ? C'est si rare d'avoir l'occasion d'échanger sur tout cela. Belle soirée automnale et radieuse pour vous.
Conteuse sauvage

Écrit par : Gaillard Patricia | 05/10/2011

@ Gaillard Patricia, la visite de quelqu'un qui lit les ouvrages de Marie-Louise von Franz sur les contes ne peut que m'enchanter. Un rapide coup d'oeil sur ma bibliothèque donne à voir : La femme dans les contes de Fées, l'interprétation des contes de fées, la voie de l'individuation dans les contes de fées. J'ai visité ton blog et je trouve que cette activité de conteuse et les textes que tu présentes sont le reflet d'une belle personne. À bientôt.

Écrit par : ariaga | 06/10/2011

Merci Ariaga, pour cet accueil et ces chaleureuses remarques. Sans nul doute je prendrai l'habitude de venir par ici. L'Alchimie, l'individuation et ceux qui sont dans cette quête sont des êtres qui me plaisent et qui sont à fréquenter !
À tout bientôt donc et belle soirée...

Écrit par : Gaillard Patricia | 06/10/2011

j'ai eu le temps de passer à l'expo lors d'une visite eclair à Paris, ce jeudi 20 octobre; il faudrait en effet des heures pour arpenter l'expo, et y revenir.. à moins de s'offrir le livre (à 188 euros à la fnac). J'ai adoré, même si ma visite etait rapide mais je ne pouvais pas louper ça... même rapidement!

Écrit par : jicky | 22/10/2011

Je rentre à l'instant de Paris mais je n'ai pas, même rapidement, pu aller à l'expo... quel grand dommage. Regrets... regrets... je finirai par l'acheter, tout le même, ce fameux livre, je le sens !

Écrit par : Gaillard Patricia | 24/10/2011

bjr,j aimerais voir un peu ,le contenu du livre ,avant de l acheter,cela va de soi;si on se base uniquemment sur la couverture et quelques commentaires !!!!!=on risque de dechanter ,ca peut arriver;vivement qu il sorte en livre de poche!!!!

Écrit par : catalano | 31/10/2011