UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« À la frontière de la chair | Page d'accueil | Le Livre Rouge de C.G.JUNG »

05/09/2011

La rentrée au Laboratoire

blog,écriture,philosophie,rentrée,humour,culture,photo

Pour prolonger les vacances du Laboratoire du rêve et de l'alchimie spirituelle, jouons encore un peu en "langue des oiseaux" sur le mot RENTRÉE.

La rentrée, c'est RE ENTRER . Il s'agit donc d'un lieu déjà connu où l'on est déjà entré. On peut aussi entendre ANTRE que je vois bien comme un endroit où se retirer pour réfléchir en paix. Des bêtes féroces peuvent aussi y habiter ... . Je vois aussi ENTRE, un mot lien, intermédiaire, ce qui se passe sur ce blog entre vous et moi, cette alchimie plus ou moins réussie qui dure depuis six ans ce qui me fait entendre AN. Les années passent et il faut toujours re-commencer, re-entrer.

Oui, il y a toujours plus à dire, les mots sont inépuisables quand on commence à les tricoter ...

Alors cette rentrée ? je me suis aperçue en jetant un coup d'oeil sur des textes de rentrée ou de retour après une absence, que, à chaque fois, j'arrivais toute gonflée d'idées de changement, d'annonces péremptoires, de résolutions définitives. Par exemple, après une éclipse, j'avais décidé de m'effacer en tant que personne, de bannir le Je, de faire de Ariaga une Elle. Je me suis rendue compte, quand le lumière estivale a rendu quelque activité à ce qui me restait de neurones, que c'était une ridicule prétention ! C'est juste une jolie manière de poétiser.  Je réponds aux commentaires, je circule sur les blogs, je ne suis pas un pur esprit ...

J'ai quand même pris pour cette rentrée une unique résolution : Ne prendre aucune résolution car on ne les tient pas et après on s'en veut et même, parfois, on en veut aux autres.

Le laboratoire va donc continuer sa petite vie un peu chaotique, au grè de mes envies, de mes inspirations et de celles de ceux qui apportent leur combustible pour que l'Athanor ne s'éteigne pas.

Je vous embrasse tous, amis connus et inconnus, et bon courage pour ceux qui ont des rentrées fatiguantes et difficiles.

Ariaga

 

Commentaires

Tricotons, tricotons...

Si je mélange tous mes points je me retrouve avec "enterre" ou enterré"...ouh là !

Une maille à l'envers "rente" cela peut servir pour la retraite !!!

Une maille à l'endroit et je saute deux mailles "enter"... même en anglais, tu imagines !

Deux mailles à l'envers, je saute trois mailles et me voilà avec "erre" et "René" qui c'est celui là ?

Je range mes aiguilles et te souhaite une douce soirée.

Écrit par : Lmvie | 05/09/2011

@ Lmvie, tu es une tricoteuse de luxe. Je commence ma soirée avec un grand sourire et moi aussi je m'interroge : qui est René ?

Écrit par : ariaga | 05/09/2011

Bonsoir,
oui d'accord avec toi, la rentrée, c'est RE ENTRER
où il faut aller, passage "obligé",
ou dans le rang du grand "Plan" ...
Heureux de t'avoir fait rire ...
Bonne soirée - Amitiés

Écrit par : bichon39 | 05/09/2011

Rentrée d'accord oui mais laquelle
une rentrée atmosphérique pour ne pas se dégonfler quand on est un ballon ou bien un corps...de rentrée, aérodynamique, flying body, qui s'échauffe (oui mais c'est la rentrée et ça procure des émotions)
une rentrée pour des théâtreux qui reprennent une pièce et la reprisent bien; rentrer parce qu'on est déjà sorti et puis avec re entrer on fait enterrer mais il faut ferrer pour se remettre sur la voie et trouver le nouveau rythme qui va permettre de repartir d'un bon train

Rent c'est louer, mais faut il louer la rentrée si on ne s'y est bien préparé

Écrit par : Thierry | 05/09/2011

René le jardinier ? A la lecture de ton texte des elphes se sont mises à remuer, avec joie et agileté . Entrer à nouveau entraine une mue, mais laquelle ? mystère de jardinier :)

Écrit par : elleno | 05/09/2011

Petit chemin des écoliers
Des larmes et des rires
Tant de souvenirs
Parfum d’humus
Les premiers froids
Se mariant aux dernières chaleurs
Ca fait des rousses, des mordorés
Le brame des cerfs sous le couvert
Et puis au bout de l’allée
La ville retrouvant son agitation

Voilà, Ariaga, ta photo, et ce mot…
Oui, pas à pas…

Grand sourire.

Écrit par : Miche | 06/09/2011

au risque de me démarquer, et sans faire de jeu de "mots de langue des oiseaux", je dirais simplement que la RENTRÉE a toujours été pour moi un mot magique, un moment magique.. peut-être l'ANTRE que tu évoques dans ton billet, Ariaga. En effet, autant j'ai toujours eu un plaisir immense aux merveilleuses vacances que mes parents nous ont offert systématiquement tous les étés depuis ma naissance, autant je vivais la rentrée comme un événement magique. Je suppose que je suis un cas. Je m'en fichais de ne pas avoir, comme les enfants d'aujourd'hui, des cahiers et des crayons neufs (puisque, pour une raison qui m'échappe, on doit tout racheter NEUF à chaque rentrée, et après on dit qu'elle coûte cher !!), non la rentrée, c'était simplement cette promesse de nouveaux amis, nouveaux professeurs, nouveaux acquis, tout un monde en fait.
Encore aujourd'hui, j'adore le mois de septembre !
Bisous, Ariaga..

Écrit par : ambreneige | 06/09/2011

PS les idées de changements, les annonces définitives définitivement pas définitives, c'est bien aussi : et pourquoi pas ? on a bien le droit de faire un pas en avant, un pas en arrière, c'est la danse de la vie, pas de prétention là dedans, juste de l'humanité. Il faut bien faire des essais !
gros bisous, Ariaga !

Écrit par : ambreneige | 06/09/2011

Bonne "entrée" tout de même. Bises.

Écrit par : patriarch | 06/09/2011

@ Bichon 39, être dans le rang, pas facile quand on a tendance à aimer le paradoxe ...

Écrit par : ariaga | 06/09/2011

@ Elleno, si nous devons effectuer une des métamorphoses qui conduisent distillation après distillation à la transmutation, il nous faut, en effet opérer de mystérieuses mues, comme tu le dis si joliment.

Écrit par : ariaga | 06/09/2011

@ Miche, c'est un cadeau de rentrée que tu fais aux lecteurs des commentaires avec ta poésie.

Écrit par : ariaga | 06/09/2011

e m’inscris dans l’histoire,
Je m’inscris dans le temps,
Je m’attache à un JE,
Je me délie d’un autre,
Mais Elle,
Elle est intemporelle,
Elle est libre,
Alors elle laisse le JE a ses Jeux,
Et VIT pleinement l’instant…

Bonne rentrée.

Écrit par : peau d'âme | 06/09/2011

UN TEXTE sur la rentrée / retour après un accouchement (ce texte fut sans douleur)

Le Retour, mais pas sans façons
Après l’esquive comme l’estive la transhumance est résonance
Dans les alpages on est à la page pour en tourner une nouvelle
Mais comme dans toute transition il faut éviter la composition
Et c’est avec simplicité et naturel que nous nous tournons vers elle
Ressourcement de l’éloignement et mise à distance avec constance
Les retrouvailles comme un retour vaille que vaille tricoté à la maille
Sans avoir maille à partir on peut avoir un bel émail au retour
Il ne s’agit pas d’un quelconque recours ni d’un compte à rebours
Pas de rembobinage pour un événement joyeux et fort
Juste un remmaillotage pour un joli bébé bien sage
Célébrons comme il se doit cet événement plein d’agrément
Les rois mages peuvent attendre, le sages passeront bientôt
D’ici là laissons libre cours au plaisir des retrouvailles après les recouvrailles
Bienvenu parmi nous accueils et sensations, partages et émotions
Le groupe est reconstitué, il fera bloc et soudé partira vers d’autres aventures.

Écrit par : Thierry | 06/09/2011

@ Ambreneige, c'est parce que tu es quelqu'un qui, même si il y a des moments difficiles, regarde ce qui advient avec optimisme. C'est , je crois, une grande qualité humaine.

Écrit par : ariaga | 06/09/2011

@ Patriarch, merci pour tes voeux et ta fidélité.

Écrit par : ariaga | 06/09/2011

La rentrée pour moi autrefois était synonyme de fièvre intense car étant papeterie librairie, j'étais obligée de prendre 8 étudiants pour la vente et nous nous bousculions derrière de trop étroits comptoirs !
J'aime le RE de re entrée, comme retourner, revenir, refaire, revoir et revivre ! Bises de ton amie

Écrit par : danae | 06/09/2011

Pour une entrée en matiére tabler sur une nombreuse et joyeuse partcipation, la grégarité est fait de tant de choses.

Écrit par : Thierry | 06/09/2011

entre antre et ventre rien ne me tente plus , rebondis ou caverneux, envers et endroit, envers et contre toux , s'il y a des panonceaux qui énoncent haut "entrée" qu'en est il de rentrée, certes il s'agit de revisiter des lieux et le passage est connu, le chemin familier, mais ce qu'on découvre est résolument neuf et différent, et ça c'est le miracle de chaque fois, il y a encore et encore à découvrir et à s'émerveiller.

Écrit par : Thierry | 06/09/2011

rené c'est renaît rené Fallet car il le fallait

Écrit par : Anthéa | 06/09/2011

Rentrer..
Entre deux R ( air )
L'air (R) enterrre ( en-tr ) l'air (R)
Est ce une respiration ?

Écrit par : lilou | 07/09/2011

Entrer à nouveau dans la Lumière et s'éclairer d'Amour... Amicalement

Écrit par : Phène | 07/09/2011

L'antre de la Sybille ....

Écrit par : Hécate | 07/09/2011

Rentrer, çà peut être revenir... Je fais le tour de moi-même et je reviens au point de départ, mais le voyage m'a forcément changé. Un peu plus triste, ou un peu plus lucide, cela dépend du point de vue et de l'humeur...
Longue vie à cet antre alchimique où tu nous accueilles, Ariaga, et où il fait bon se poser.

Écrit par : Sophie | 07/09/2011

Bonjour Ariaga, tous,

Circonvolutions cérébrales douteuses mais tant pis, je les livre.
"Ren" ou Ran", un étrange film japonais qui m'avait marqué, inspiré de l'épopée du roi Lear...ce roi, Père-Roi-Dieu incarné , triple symbole de notre société, qui se dépouille des attributs de sa puissance, pour comprendre l'humanité de l'intérieur...

"Trée" comme un "Trait", le trait d'union qui existe et qu'il faut chercher à travers toute dualité ou oppositions...peut être dans le dénuement proposé par le roi Lear.

Bonne rentrée à tous,
Jean

Écrit par : Jean | 07/09/2011

@ Peau d'âme, elle est intemporelle, elle est libre, voilà des mots qui me parlent fort...

Écrit par : ariaga | 07/09/2011

@ Thierry, tu tricotes avec talent, j'aime.

Écrit par : ariaga | 07/09/2011

@ Danae, moi, ce que j'aime c'est ta force, ton optimisme, ta manière de regarder en arrière, sans regrets, en ne conservant que les bons moments.

Écrit par : ariaga | 07/09/2011

@ Anthéa, voila comment en une petite phrase on peut ressusciter un écrivain si intéressant par sa vie et par son oeuvre. Merci.

Écrit par : ariaga | 07/09/2011

Un beau tricot de rentrée pour rappeler à bon escient l'inutilité des résolutions intenables... Bises

Écrit par : Elo | 07/09/2011

Comme j'aime cette résolution de ne pas prendre de résolution ... Rentrée comme re - tournement, re-noncement, re-naissance et ri-re ;-))

Écrit par : Kaïkan | 07/09/2011

Les mots sont inépuisables....comme les maux .
Je ne sais pas tricoter...
Je lis ...j'essaye de m'adapter aux jeux de mots.
Vite des maux de tête m'assaillent et me font perdre le goût des mots.
Alors je m'éclispe en douce .

Écrit par : *MeL* | 08/09/2011

@ Lilou, je ne l'avais pas vu ce entre deux R. Que de découvertes quand je lis les commentaires.

Écrit par : ariaga | 08/09/2011

@ Hécate, dans mon antre va bientôt arriver un livre très précieux à mes yeux. Je vais alors regretter de ne pas avoir ton talent pour en parler ...

Écrit par : ariaga | 08/09/2011

@ Sophie, faire le tour de soi même, oui, nous le faisons souvent sans nous en rendre compte mais ce qui importe c'est d'aller au centre et cela c'est une autre affaire !

Écrit par : ariaga | 08/09/2011

@ Jean, moi aussi j'aime le Roi Lear et je pense à cette phrase : "Étrange alchimie que celle du besoin qui sait rendre d'humbles choses précieuses ..." Je ne sais plus à quel niveau de la pièce elle se situe mais elle me trotte souvent en tête.

Écrit par : ariaga | 08/09/2011

Un livre précieux ?...Me voilà intriguée :)
Un beau livre souffle les mots qu'il faut .J'ai confiance ...

Écrit par : Hécate | 08/09/2011

Ariaga, j'aime bien que tu y voies de l'"optimiste" ;-)
j'ai un ami qui me dit que j'ai "l'humour du désespoir", c'est une autre façon de dire :-)
Belle journée à toi mon amie :-)

Écrit par : ambreneige | 09/09/2011

@ Elo, oui mais on finit toujours par en prendre. La décision de ne pas en prendre est est une !

Écrit par : ariaga | 09/09/2011

@ Kaïkan, tu es sortie du silence avec un texte qui m'a vraiment remuée ...

Écrit par : ariaga | 09/09/2011

@ Mel, même si tu perds un peu les mots il reste tes images, si puissantes.

Écrit par : ariaga | 09/09/2011

LES ESTELLES ERRATIQUES

Neuf heures du soir

ou de la nuit naissante

vingt degrés centigrades



En cette fin d'a-oût

grand raout de rentrée

mais pas un invité



Si ce n'est - ce ne sont -

les estelles erratiques

volantes et tombantes



Adjectifs désignant

ces astres chevelus

comètes de passage



Ou ces muses en partage

lyres fureurs et pages

que poètes prisaient

Écrit par : jj dorio | 09/09/2011

Bonsoir Ariaga ,
Que le ciel n'entre en feux ,de ceux qui détruisent ,car ceux qui flambent haut et fort entrent à jamais dans les mémoires déchirées ...
Amicalement :)
H

Écrit par : Hécate | 09/09/2011

La rentrée, la rente très, là rentre et , lares entrée, centré , concentré, trépasser, c'est ce retour oui mais à quoi, de quoi; en grâce, en matière , y a t il à vendanger et quels fruits, on vend danger dans ces retrouvailles
qui ne riment pas avec semailles ni avec grenailles.

Revient on avec plaisir sur les lieux de notre martyr, certains ne demandent qu'à partir sans garder de points d'attache et veulent tirer un trait, rend trait...pour trait, et décoche sans encoches ces flèches là où l'on nous a parqués, la revanche des Parques en somme sur un parquet glissant.

La rentrée ce n'était pas que l'enclos des lieux qui contiendrait notre vitalité excessive et contiendrait nos débordements intempestifs, un temps festif, un temps fertile; la rentrée c'était des bruits et des couleurs, pas seulement celles hissés et les liens tissés qui continuaient après ce grand break d'été, c'était la découverte de la composition des classes et des enseignants attribués, c'était le bac à sable aussi et la cour asphalté, les élèves en rangée, les blouses grises et la prise de risque.

Écrit par : Thierry | 10/09/2011

Que la rentrée signe enfin la fin de l'absence et ce retour mais s'agit il de prodige pour un prodigue, ou juste de cette attention aux cérémonies où en rangs serrés s'attroupent fort en grappes les parents et où les yeux des enfants brillent.

Écrit par : Thierry | 10/09/2011

Quand passe le marchand de sable chacun fait sa rentrée dans l’esprit d’enfance à l’école du rêve, au laboratoire de l’alchimie nouvelle. (bientôt le beaujolais...)
Dans le grand bac à sable, aux confins de l’immensité marine et de sa profondeur, on voit s’effacer le train-train quotidien, on ne suit plus le rail tout tracé de l’habitude qui ronronne : les traverses du CHEMIN DE FAIRE en sont toutes cul par-dessus tête !

Écrit par : Amezeg | 10/09/2011

La rentrée c'est aussi sortir de quelque chose, c'est dire un au revoir presqu'un adieu au moment ultime de basculer vers l'autre monde, celui de la routine, du travail, des habitudes...mais non ! je suis toujours là et toi aussi !

Je t'embrasse fort,

Ta Princesse Aslé

Écrit par : Aslé | 10/09/2011

Retrouver des lieux communs ou familiers, des visages connus, des tâches apprises et routinières certes mais aussi découvrir du nouveau, écrire sur des cahiers neufs et entamer de nouveaux chapitres de sa vie.
M'est souvenir et remembrance d'un déménagement et d'un changement complet de lieu et puis d'ambiance, de nouveaux repères à trouver, des amis à se faire et des angoisse à taire, on sait ce qu'on a laissé mais que va t on découvrir ?
Oui la rentrée peut être cet abordage au nouveau rivage et une mise à niveau des contingences dans une acceptation/adaptation de contraintes différentes et une manière de voir comment on réagit en sortant des sentiers connus.

Écrit par : Thierry | 10/09/2011

La rentrée n’est pas toujours atmosphérique, les corps c’est lest mais c’est pesant et ça sert de lest ou de zeste, dès fois ça laisse des traces comme des trainées et ça poudroie quand ça ne foudroie pas.

Mais tous ces aérolithes ne nous bombardent pas et le ciel ne risque pas, incontinent, de nous tomber sur la poire, on craint tout autant les chutes des fruits murs quand on est sous les arbres, sauf que les météorites ça enfante des cratères et pas des vases.

Ca creuse des formes caractéristiques avec un pic ressaut au centre et des plissements concentriques , ça crée des brèches d’impact et ça laisse des quartz brisants et fondus.

Écrit par : Thierry | 10/09/2011

Je ne prends plus aucune résolution, car à force d'en prendre, comme de prendre de l'âge, on devient trop sage. Et ce n'est pas bien d'être sage tout le temps, il faut de temps en temps se donner un petit moment de folie. Bon week end.

Écrit par : elisabeth | 10/09/2011

@ Hécate, il y a des livres, rares, qui m'impressionnent tellement qu'il me faut du temps pour les ouvrir ...

Écrit par : ariaga | 10/09/2011

@ ambreneige, l'humour du désespoir est une grande force, il m'a permis de tenir pendant des années ...

Écrit par : ariaga | 10/09/2011

@ J.J. Dorio, je suis très sensible au fait que tu ai déposé ici une poésie, bel exemple de ces mots que tu déposes quotidiennement sur ton blog depuis tant d'années. Merci.

Écrit par : ariaga | 10/09/2011

Ce qui est rare demande attention ...
Celui que je viens de chroniquer m'a laissée sur les genoux ...

Écrit par : Hécate | 10/09/2011

@ Thierry, merci pour tes derniers textes. Tu parles de prise de risques et j'apprécie cette permanente mise en danger que tu prends en secouant les mots.

Écrit par : ariaga | 10/09/2011

Coucou du soir Ariaga, bise et bon week end...demain chez moi, 3 photos d'ange...

Écrit par : le Pierrot | 10/09/2011

Voilà la première semaine de passée, je prends le temps de te saluer comme il se doit Ariaga, et de te conforter dans ton idée pas de bonnes résolutions ! La vie est déjà assez dure comme cela ! :) Bonne fin de semaine, mes bises dans l'éther pour toi !

Écrit par : lechantdupain | 10/09/2011

Bon dimanche Ariaga. Oui j'essaye de voir la vie présente avec optimisme. A quoi sert de regretter le passé et d'anticiper l'avenir ? Je dis bien "j'essaye" !!! des bisous et peut-être à bientôt

Écrit par : danae | 11/09/2011

@ Amezeg, merci pour ton commentaire si riche (comme d'habitude) et qui me pousse à essuyer le sable de mes yeux pour m'engager sur le chemin du FAIRE.

Écrit par : ariaga | 11/09/2011

@ Aslè, je déteste le mot routine, il y a de la rouille là dedans !

Écrit par : ariaga | 11/09/2011

@ Élisabeth, je te souhaite de bons petits "moments de folie", ils sont le poivre de la vie ...

Écrit par : ariaga | 11/09/2011

Bonjour du dimanche, Ariaga,

je m'interroge sur cette clôture en photo: est-ce une entrée?

Sans r initial, la rentrée me semble plus légère et plus neuve: une entrée… Mais qu'est-ce qu'on va en faire de ce r? Le transformer en air? C'est encore plus léger, l'air de l'entrée…

Écrit par : venezia | 11/09/2011

Pour rentrer au laboratoire il faut souvent passer dans un sas, qui symbolise le passage du profane à l'initiatique , le changement d'habits
la mise en condition et la possibilité d'une communion avec les éléments, la recherche de la perfection, la purification du corps et de l'âme .

Le cabinet d'expérience où la réflexion s'affine au contact de matières purifiées et ces flammes elles qui nous incendient les yeux, nous mettent en demeure de hausser notre énergie et de rayonner sur le monde un savoir lentement appris.

Alors un sas de compression ou de décompression, pas de changement d'état sauf à se sublimer dans un raffinement extrême, une clarification poussée où les scories sont repoussées et le surnageant floculant après sédimentation tandis que le culot paie aussi mais son poids.

Écrit par : Thierry | 11/09/2011

@ Le Pierrot, je suis allée voir tes photos et il y en a une que je trouve UNIQUE.

Écrit par : ariaga | 11/09/2011

@ Lechantdupain, "me saluer comme il se doit" je me sens presque comme une Dame ... Puisque l'on est dans les saluts claque une grosse bise à Joséphine !

Écrit par : ariaga | 11/09/2011

@ Vénézia, ce n'est pas une barrière, ce sont des bois dressés qui découvrent avec la marée. Je trouvais qu'ils ressemblaient à des écoliers en rang, à des "tous derrière et l'un devant". Tu sais, souvent mon imagination travaille !

Écrit par : ariaga | 11/09/2011

@ Thierry, c'est toi qui ferme la marche. Sur ma photo tu es celui qui sort du rang, qui dépasse un peu, c'est comme cela que je t'imagine. " Rayonner dans le monde" ... C'est une lourde charge !

Écrit par : ariaga | 12/09/2011

Oui Ariaga, ce n'est pas seulement une question de caractère, mais on me déclare "volumineux" dans mon entourage, je ne serais pas bien chez les nippons, sumos ou pas. Oui la charge et l'engagement pas en donneur de leçon mais en questionneur impénitent.

Écrit par : Thierry | 12/09/2011

les dents de grand mere

Écrit par : lecracleur | 18/09/2011

déide de ne rien décider
et si c'était la condition,
pour rentrer au même endroit?

Écrit par : galibert | 18/09/2011

@ Lecracleur, et moi je suis le Petit Chaperon Rouge !

Écrit par : ariaga | 18/09/2011

@ Galibert, dans ton système d'ontologie négative on pourrait ... et bien d'autres choses intéressantes.

Écrit par : ariaga | 18/09/2011

Je découvre ton blog, je vais revenir le visiter plus en détail plus tard. Dans cette attente, très bonne soirée et à très bientôt.

Écrit par : Binchy | 17/11/2011

@ Binchy, je suis toujours heureuse de voir arriver, par de multiples voies, de nouveaux lecteurs.

Écrit par : ariaga | 19/11/2011