UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Chachapoyas,nord du Pérou | Page d'accueil | Libérons les bateaux en bouteille »

28/07/2012

Quitter le Pérou avec une fleur

( Suite de la note précédente )
Tous les voyageurs connus et inconnus de l’EVASION étaient hier avec les morts des falaises. Aujourd’hui ils sont  à la découverte du monde hanté de rêves des vivants, entourés par les esprits et les restes des défunts.
Une très longue piste sinueuse, initiatique, les a élevés en quête de KUELAP. Là l’imagination s’exalte, car le réel dépasse les songes. La plus fabuleuse «forteresse» de ce peuple mal connu, a été créée vers 500 après J.C, délaissée vers 1570, après un terrible «sacrifice d’abandon», sur la terrasse sud, d’une centaine de personnes, abattues en vrac.

P1030049.jpg

À 3000 m, sur une mince crête calcaire, fin serpent de pierre caressant les nuages, entre le dieu blanc TIKI-VIRACOCHA enveloppé de nuées et l’inconnu des profondeurs chtoniennes, ce monde  tutoie le monde du divin. Pourquoi les habitants, sans métal ni écriture, ont-ils érigé en ce lieu des airs cette colossale cité, soutenue par des murs de pierre bien appareillés de 20 m de haut ? Le volume des remblais et «remparts» accumulés est supérieur à celui de la pyramide de KHEOPS.
Ces guerriers des nuages vivaient dans de grandes et hautes maisons rondes, partagées avec les cochons d’Inde (que les péruviens trouvent délicieux à manger). D’où venait l’alimentation, comment était stockée l’eau ? Mystère, il n’y a pas de citernes, pas de magasins. Le site, en très grande partie non fouillé, est gigantesque, et s’étend bien au delà de la cité visible, dont rien ne permet d’affirmer qu’elle avait un usage défensif. La crête nord s’est révélé être une nécropole géante. Mais dans presque chaque interstice des murs, comme sous les maisons, l’on trouve des ossements humains… Les morts hantent chaque parcelles des vivants.

P1030165.jpg

Sur la terrasse sud, au milieu des structures rondes des habitations, se détache le «Templo Major», un bâtiment qui défit la pesanteur, en forme de cône pointe en bas, où les pèlerins, venus de très loin parfois, venaient offrir des offrandes. Que scrute-t-il dans le ciel ?

P1030131.jpg

Les parties non étudiées sont piquetées d’arbres hérissés d’épiphytes rouges, des guirlandes d’orchidées pendent des branches, et sur les murs des maisons apparaît le dessin géométrique des frises, qui évoque, peut-être, l’œil du puma. De translucides silhouettes vibrantes nées de nos désirs murmurent les chants des disparus. L’ambiance est féerique, des esprits volettent autour de nos songes. Seuls au milieux des ombres, des souvenirs, nous sentons revivre en transparence les chamanes hallucinés psalmodiant dans leurs transes leurs invocations aux Apus.

 

P1030113 - Version 2.jpg


Nous avons quitté à regret l’énigmatique plateforme sud, et nous sommes ressortis par la porte nord. Là deux lamas hautains nous fixèrent, puis, en se dandinant dignement, filèrent vers la sortie. Il nous fallait revenir sur Terre, avant de retrouver notre navire.

P4161199 - Version 2.jpg

Nous étions un peu tristes que cette partie du voyage des Vacances Imaginaires se termine mais nous avons ramené en souvenir de magnifiques orchidées, offertes à tous ceux qui voyagent avec l' ÉVASION.

Texte et photos ÉPHÊME

Commentaires

Étrange voyage que nous de parcourir grâce à la connaissance d'Ephême du Pérou. Qu'il en soit remercié par une couronne de ces magnifiques orchidées, elles racontent à qui sait s'y plonger les secrets anciens rêvés par les hommes disparus...

Écrit par : lechantdupain | 28/07/2012

Cela donne envie d'en savoir plus sur cette civilisation.

Écrit par : Marie-Claire | 28/07/2012

mezrci pour ce récit découverte...... Bises x 2

Écrit par : patriarch | 29/07/2012

Mélancolie de quitter ces lieux magiques...mais joie immense en pensant que le voyage continue. Voici ma dualité du jour, en regagnant la coque de l'Evasion.

Amitiés,
Jean

Écrit par : Jean | 29/07/2012

@Jean, non seulement le voyage va continuer mais j'ai l'intention de t'attacher au pied du mât pour que tu ne nous quittes plus.

Écrit par : ariaga | 29/07/2012

Cette cité garde encore bien de ses mystères. Nous la quittons à regret pour rejoindre le bateau et nos compagnons afin de poursuivre cette errance, gardant comme précieux souvenir la belle orchidée. Quelle sera la prochaine destination, j'ai hâte de la connaître ! L'île de Pâques peut-être, objet de tous mes rêves.

Écrit par : danae | 29/07/2012

Bonjour chère Ariaga,
L'orchidée, fleur-symbole de la beauté absolue, comme ce passionnant voyage outre-monde entre âmis fidèles... Bises amicales

Écrit par : Phène | 30/07/2012

Une fleur ,c'est un voyage...Orchidée ,une évocation...dans ce nom ...l'évolution des travaux de Darwin...
Je pense aussi au Datura ...mais pour d'autres motifs !

Écrit par : Hécate | 30/07/2012

heu, j'ai cru que tu étais en voyage au Pérou, je me disais quelle chance elle a Ariaga, mince alors...chui bête quand même, hein ? bise à toi, bonne fin d'après midi.

Écrit par : le Pierrot | 30/07/2012

Au delà des célèbres mines argentifères de Potosi , on comprend bien pourquoi ceux qui déclaraient c'est pas le Pérou, avaient en mémoire la promesse de rançon faite par Atahualpa, entre le soleil et la lune les métaux précieux coulaient presque à flot et de nombreux musées célèbrent cette providentielle manne qui malheureusement attisa la concupiscence des hommes de Pizarro et Almagro.

Écrit par : Thierry | 30/07/2012

lechantdupain, merci de si bien partager les émotions d'un tel périple. Je viendrai bientôt partager tes espaces piquetés de rêves.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 30/07/2012

Marie-Claire, c'est facile en rêve, et un rapide tour sur un site culturel bien connu est intéressant. Merci de ton partage, et explore la cuisine péruvienne. C'est un monde.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 30/07/2012

Pariarch, je sens que tu partages profondément ce périple dans le Pérou des songes rééls. Merci de tes commentaires.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 30/07/2012

Jean, le vrai bonheur de ces voyages au delà de nos rêves, c'est qu'ils durent en nous, se bonnifiant comme les bons vins, et rien n'est meilleurs que d'en déboucher une bouteille avec de bons amis.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 30/07/2012

danæ, un périple à terre à la découverte d'autres lieux magiques est un rêve réalisable. Pour l'île de Pâques, je n'ai pas eu le bonheur de les visiter, mais les sarcophages des falaises m'ont irrésistiblement penser aux géants de ces îles.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 30/07/2012

Ces orchidées graciles dégringolant lentement des branches sont les murmures mallarméens des esprits des arbres, rougissantes nymphes surprises par nos regards.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 30/07/2012

Hécate, ICI la nature est bouillonnante, mais plus que cette explosion de l'évolution, c'est cet incroyable puzzle de cultures dans le temps et dans l'espace qui sidère au Pérou.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 30/07/2012

Le Pierrot, je le régrette pour elle, mais non, c'est ÉPHÊME qui a eu la chance d'errer au Pérou...

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 30/07/2012

Thierry, la richesse du Pérou, c'est les péruviens... Quel peuple, quelle façon de recevoir, quelle dignité.... même de mendiants. Il y a des arnaqueurs comme partout, mais avec panache. Petit détail : les Pré-Incas et Incas savaient être des m'a-tu-vus : beaucoup des objets prétendument en or sont en fait, après analyse, en cuivre recouvert d'une infime couche d'or... Les conquistadores s'y sont trompés...

ÉPHÊME.

Écrit par : ÉPHÊME | 30/07/2012

@ Phène, tu l'as bien dit, c'est un voyage entre amis fidèles qui ne sont pas égoïstes et convient à voyager avec eux tous ceux qui veulent partir sur les ailes de l'imaginaire.

Écrit par : ariaga | 31/07/2012

un grand plongeon dans le passé de ces peuples sanguinaires adeptes du sacrifice humain à repetition sans anesthesique comme toujours c'etait le peuple qui trinquait pas les notables et les soldats .n'empêche qu'en visitant ces vestiges cela te reviens en pleine face et tu t'imagines vivre en ces temps c'est une sacré gymnastique car le present moderne qui hante ton cerveau doit etre relégué dans un coin bien ficelé.assied toi et medites tu entendras les cris , pleurs, rires, plaintes des esprits errant pour l'eternité , ferme ton corps terrestre pour faciliter l'elevation

Écrit par : lecracleur | 31/07/2012

Alors si les péruviens incarnent la joie de vivre ils ne se font pas des nœuds au cerveau , seuls les incas faisait des nœuds au bout de leur Quipus pour transmettre des informations portées sur de longues distances par des coureurs résistants , on n'a je crois toujours pas vraiment déchiffré ce mode de communication.

C'est vrai qu'un de mes amis de Cuzco m'avait préparé un Pisco sour
je n'étais pas mal entendant mais légèrement décalé après que cette boisson bien fraiche mais traitresse m'eut régalé de ses saveurs citronnées.

Quand parlera t on des Chimus ?

Écrit par : Thierry | 31/07/2012

lecracleur, nous ne sommes pas en Amérique centrale. Les sacrifices humains sont rares dans ces cultures. De plus, des indices montrent que (en dehors des inhumations, où épouses et proches, y compris illustres, comme dans d'innombrables cultures de la Gaule à la Chine, accompagnaient le défunt) ces sacrifiés faisaient partie de l'élite. C'était un honneur d'être offert au Dieu pour la survie de la communauté. Nous sommes dans un univers mental totalement inconnu pour nous, dans un univers écologique impitoyable de fragilité. Et qui dit que ces malheureux n'étaient pas "shootés" à la coca avant ? On en a retrouvé dans de nombreux sites. La centaine de massacrés à KUELAP sont justement le signe d'un effondrement, de l'abandon de toutes les règles.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 31/07/2012

Thierry, il faudrait d'autres notes pour évoquer ces civilisations pré-incas, périodes magiques de la céramique, du textile et du travail des métaux précieux, de Sipan a Sican...Peu-être un jour...
Entièrement d'accord sur la vicieuse et délicieuse traîtrise intrinsèque d'un piso sour bien frais. Il a tendance en plus à faire des petits !

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 31/07/2012

@ ARIAGA À TOUS, nous avons connu de belles aventures au Pérou et je remercie Éphême, non seulement pour ses textes et ses photos, mais aussi pour sa disponibilité et sa gentillesse envers ceux qui ont commenté ces notes. l'Évasion va repartir sur les océans et je ne sais pas moi même, pour l'instant ce qui va lui arriver ...
À bientôt, chers navigateurs de l'imaginaire.

Écrit par : ariaga | 01/08/2012

Merci Ephème :)
nul doute que le parfum des fleurs nous mènera loin au pays des rêves ...

Écrit par : virginie | 01/08/2012

Sipan n'est pas creux mais reste à creuser, dans quels creusets ont ils développé une métallurgie avec des aiguilles de platine notamment retrouvées dans des tombes et puis ces instruments de chirurgie très planant et trépanant, de belles civilisations désagrégées au gré de fortes précipitations qui ont sans doute lessivé les sols et les populations, détruits des pyramides de terre, des tertres instables.
Mon homonyme sévit dans la jungle amazonienne à la recherche d'une cité perdue mais n'est pas découvreur du vieux pic qui veut, si tenté que cela soit bien lui, tout au plus un révélateur pour l'occident de secrets biens cachés et maintenant d'un site bine gâché avec un afflux massif sur une quasi autoroute.

Écrit par : Thierry | 01/08/2012

Ces fortifications sont monumentales, colossales, et ces parements bien jointés doivent tenir le remblais derrière mais il s'agit en quelque sorte d'une grande terrasse qui devait impressionner depuis le bas , synonyme de puissance et d'élévation, son aspect massif et formidable n'échappe à personne, certes il y a eu les murailles de Chine, le mur d'Hadrien, le Limes romain, mais la vue en plongée lamaesque donne le ton.

Écrit par : Thierry | 01/08/2012

De l'océan à la montagne... merci pour ce voyage...

Écrit par : Miche | 02/08/2012

Revenir ici, après une si longue absence...
S'émerveiller de la cohérence de la langue et des images sous l'égide d'une si belle sensibilité.
Il fallait bien les éblouissements mystérieux du Pérou pour pincer la corde du regret de n'être pas revenu ici avant.
Merci de ce voyage d'âme.

Écrit par : Henri-Pierre | 02/08/2012

@ Miche, c'est moi qui te remercie de participer.

Écrit par : ariaga | 02/08/2012

@ Henri-Pierre, Ce fut, en effet une belle idée d'accueillir Éphême car il nous a emmené loin. J'ai eu grand plaisir à lire ton dernier article sur ton blog. j'aime cette sensibilité aux objets qui ont une âme. Je pense que tu seras sensible au sort des bateaux en bouteille sur lesquels tu auras peut être quelque chose à nous raconter ...

Écrit par : ariaga | 02/08/2012

Thierry, la métallurgie amérindienne est fondée sur des métaux "natifs" (or, platine que l'on trouve à létat pur car non oxydable, argent et cuivre, qui peuvent se combiner avec d'autres éléments, mais qui seront relativement facile à "extraire". Il n'est absolument pas étonnant de retrouver des objets en platine. Il existe bien des couteaux en acier inoxydable égyptiens, forgés à partir de météorites !
Pour les murailles, il n'y a pas de "joints" entre les pierres, appareillées "à sec". L'impression de puissance et de grandeur est évidente, mais pas le pourquoi: Peut-être ce travail gigantesque n'a-t-il été fait que pour avoir des surfaces planes où établir les maisons. Il n'y a pas de palais, le "temple" est bien modeste en taille.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 02/08/2012

Merci Miche, Virginie et Henri-Pierre pour vos commentaires. Le Pérou est une mine inépuisable d'émotion.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 02/08/2012

tu as de la chance...je rêve d'y aller...
besos
tilk

Écrit par : tilk | 08/08/2012

J'espère, tilk, que ton rêve deviendra un jour réalité.
Amitiés.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 08/08/2012