UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le parfum de la fleur | Page d'accueil | Les oeuvres d'art de la nature »

08/03/2013

Île de Ré rêvée

mettre les voiles.jpg

En souvenir du grand voyage imaginaire du navire l'Évasion, que nous avons accompli cet été avec quelques amis du Laboratoire, je vous propose de mettre les voiles cap sur l'île de Ré.

La voie ancienne.jpg

Loin des troupeaux de touristes et des boutiques de souvenirs nous avons suivi les voies anciennes qui mènent vers une fin de terre où l'on peut encore espérer, qui sait ? voir passer les grandes baleines et où la pierre se lit comme un livre d'histoire.

alpinistes du ciel.jpg

Nous sommes passé par un lieu où les habitants grimpent aux amers clochers noircis pour nettoyer le chemin d'un inatteignable ciel ...

croix dans la mer.jpg

Nous avons vu tant de choses, amis du rêve,

même des croix sur les eaux, des croix en  marche vers l'horizon ...

mandalà sur Rè.jpg

Et, vous ne le croirez pas, nous avons plongé dans l'or liquide d'un Mandala où se promenait un fantôme de Jung ...

Ariaga

 

 

Commentaires

Les chemins de ton île sont fort poétiques Ariaga ! Que les vents propagent sur tous les horizons le goût salé de tes rêves ! Bises !

Écrit par : lechantdupain | 08/03/2013

Merci pour cette belle balade. J'aime beaucoup l'île de Ré. Il y règne une atmosphère particulière.

Écrit par : Daniel | 08/03/2013

Bonsoir amie,
oui, un beau voyage poétique où le Mandala de la nature nous renvoie à nous-même
Douce nuit
Avec mon amitié
Bises

Écrit par : bichon39 | 08/03/2013

Ou l'art de faire de la poésie en photo...cela ne peut être produit que par toi, je commence à connaitre ta créativité.

Je crois que j'ai envie de retourner sous peu sur cette île...merci pour la délicieuse parenthèse "blogeste", amie.

Jean

Écrit par : Jean | 09/03/2013

il doit être agréable d'y vivre... Bonne journée avec bises x 2

Écrit par : patriarch | 09/03/2013

Ré un

A Ré unis nous voici en ces premiers jours de juillet qui ne sont pas moites au point de s’essuyer et d’ailleurs temps qu’on y est faut il outre mesure s’étonner d’un constat pareil sans étoffer une météo qui ne promet et ne promeut de canicule ordinaire.

A Ré donc et pas ailleurs nous avons fait arrêt mais pas forcé, simplement consenti et avec plaisir sans forcer le trait de ces roses trémières qui jamais les premières ne songent à s’élancer et pourtant sont comme des tours aux aguets qui aux carrefours surveillent les alentours.

A Ré aussi il est question de passer des instants charmants et ici la récidive à un sens presque unique qui ne prive personne du sens commun et si une élite a choisi ce lieu c’est d’abord pour le charme de la simplicité qui nous fait aborder la période estivale sans heurts et sans chichis.

A Ré encore il ne faut pas donner le change et se montrer sans cesse et quand vient la caresse du vent on a tout loisir de bien se calfeutrer dans un jardin enclos qui protège des dévots de la photo-machie.

A Ré point d’abus et toujours des rébus pour déchiffrer des toponymes qui ne laissent qu’entrevoir entre espoir et heurtoirs les mystères des huis et des pertuis.

A Ré on peut faire des rencontres inopinées et voir de près de vraies célébrités qui à peine reconnues iront s’abriter avec célérité parce qu’ici l’anonymat protège mieux que les lunettes de soleil il faut trouver le calme, non pas fuir les regards mais juste les éviter assez pour son repos.

A Ré veiller est une seconde nature puisque la nature est propice à la contemplation que ce soit dans les marais où les ruelles il y a toujours quelque soit l’heure, quelque chose à voir.

A Ré la nature est reine et point d’urbanisation galopante, assommante parce qu’ici seul le niveau de la mer a une réelle valeur point besoin de hausser ni le ton ni l’étage et c’est juste à l’étiage sans risquer l’échouage que l’on se porte le mieux.

A Ré le climat aura t il des incidences funestes et dans le cas d’un relèvement des eaux quel traquenard du reste pour tous ces Rhétais et Rhétaise qui ferait que dans leur territoire les clameurs se taisent tandis que les vagues dévoreraient les dunes idoines abandonnées et défaites.

A Ré, au logis, on coule des jours heureux qui sont sucrés ou bien salés et parfois même les deux, on trouve l’asphalte un peu collant, le caramel au beurre salé un peu pégueux mais fi des gueux ici la poisse n’est pour personne puisque jamais dans l’ambiance on ne détonne.

A Ré l’applique est à la supplique une sorte de consolation, à des vertus esthétiques certaines elle joint un côté utile et si parfois de la décoration elle a conservé du futile pensons que d’un coup d’œil c’est le fertile qui reste.

Écrit par : Thierry | 09/03/2013

Ré confort dans la simplicité et l'insularité, qui voit des fiers et des forts
Ré bu aussi dans le cru du lieu qui donne ce blanc sec sans Adèle dans la citadelle
Ré fort et bien chargée en senteurs marines mais pas aigres
Ré usitée mais pas abusé dans son écrin de nature certains enclin à couper au plus court
Ré qui ne laisse rien passer des passes à poisson au salant bien marrés
des oiseaux qui s'observent dans leur habitat
Ré ce havre de paix à bicyclette par les chemins les plus divers
Ré la gaillarde malgré la couarde qui veille au grain
Ré sans rambarde au gré du promontoire promenoir qui veille l'horizon
Ré la vigie depuis le phare aux baleines ose défier les ans

Écrit par : Thierry | 09/03/2013

Bravo Ariaga, tu as su faire des images qui sortent de l'ordinaire. Je vois un escaladeur sur le clocher de l'église, il n'a pas le vertige ! Bisous bisous

Écrit par : danae | 09/03/2013

Salicorne qui comme une borne au droit du chemin
montre à la grève la limite infranchissable
balbuzard qui convie au bal bizarre et s'en retourne
chercher son viatique au large
tas de sel qui s'échauffent et se sèchent après avoir roulé
sur l'argile agile en larges pelletées
Rate qui nous confie en confit l'humeur dans sa brièveté
et ce repère visuel inversé immanquable pour l’atterrage
qui se voit de loin et forme un attelage mosaïque
sans sauver Moïse des grandes eaux

Écrit par : Thierry | 09/03/2013

@ lechantdupain, merci de suivre si régulièrement mes poétiques errances ...

Écrit par : ariaga | 09/03/2013

@ Daniel, pour celui qui sait regarder et renifler l'"atmosphère", c'est vrai que, même dans ces lieux très touristiques il y a beaucoup à voir et a ressentir.

Écrit par : ariaga | 09/03/2013

@ Bichon 39, tu as bien trouvé, c'est la Mandala de la nature et il y en a partout. Je me demande, en te lisant, si le monde n'est pas un gigantesque Mandala.

Écrit par : ariaga | 09/03/2013

@ Jean, je t'emmène, en pensée, faire un tour poétique de l'île en compagnie de notre ami commun C.G. Jung.

Écrit par : ariaga | 09/03/2013

Et bien dis donc ! Elle en a des richesses insolites cette belle île de Ré où il fait si bon passer ses vacances !... Bises chère âmie Ariaga

Écrit par : Phène | 09/03/2013

Quelles merveilleuses photos, qui donnent à rêver loin ! et haut ! et grand ! et beau !
Merci Ariaga pour ces trésors de laboratoire

Je mande
à l'or
liquide
de l'âme

...

Belle soirée toute de rais sans voile ...

Écrit par : Veronica | 09/03/2013

Aujourd'hui, très touristique, l'île de Ré est devenue un lieu de villégiature, de nombreuses communes possèdent plus de résidents secondaires que de résidents permanents.
L'île des bobos .
Cela n'enlève rien à la beauté de l'île.

Écrit par : *MeL* | 10/03/2013

Oui Mel c'est vrai mais seulement en été
enfin il y a aussi des campings et une fréquentation plus "populaire"
mais si on n'a pas la chance d'y avoir quelque famille ça limite les possibilités.

Écrit par : Thierry | 10/03/2013

Vos photos sont magnifiques et rendent un bel hommage à cette île. Et votre regard sait où se poser...
Bonne semaine.

Écrit par : Bonheur du jour | 11/03/2013

Balade de rêves réels, malicieuse et imagée. Bravo Ariaga.
BISES

Écrit par : ÉPHÊME | 11/03/2013

Les photos sont parfaites, les commentaires courts merveilleux, pleins de poésie. J'ai adoré !!!

Écrit par : Zibeline | 11/03/2013

Très beau témoignage et photos superbes de l'ile de Ré, merci pour ce petit moment de bonheur !

Écrit par : Serge | 11/03/2013

Sur le navire bien nommé l'évasion assurée...

Merci Ariaga pour ces beaux moments de flanerie où...entre terre et mer...l'humeur aventureuse découvre des univers en humides réalités dans lesquelles l'âme rêveuse pourrait bien s'enliser !...

Tendres pensées pour une agréable semaine....

Écrit par : michèle | 11/03/2013

Sur le navire bien nommé l'évasion assurée...

Merci Ariaga pour ces beaux moments de flanerie où...entre terre et mer...l'humeur aventureuse découvre des univers en humides réalités dans lesquelles l'âme rêveuse pourrait bien s'enliser !...

Tendres pensées pour une agréable semaine....

Écrit par : michèle | 11/03/2013

Je me souviens des épaisses murailles de la maison d'arrêt, du petit port d'où partaient les bateaux pour le bagne, du musée Ernest Cognacq où une statue africaine, dont on ne sait toujours pas comment elle est arrivée là, suinte sans retenue depuis des années, je me souviens du vent et des pièges à poissons, des pierres qu'on a pas le droit de ramasser et partout, des traces de la tempête Xinthia. Merci de m'en faire ressouvenir.

Écrit par : la Mère Castor | 11/03/2013

@ Patriarch, je ne sais pas si j'aimerais y vivre toute l'année ...

Écrit par : ariaga | 11/03/2013

@ Thierry, je te remercie " en bloc "pour les très belles contributions que tu as déposées sur ma note. En ce moment, je réfléchis beaucoup à la manière dont ce blog doit évoluer et je dois dire que certaines personnes, dont tu fais partie,nourrissent cette réflexion. ( Ta seconde contribution est ma préférée )

Écrit par : ariaga | 11/03/2013

@ Danae, sais tu, amie, que c'est la lecture de ton blog qui m'a donné l'envie de parler, à ma manière, de mes excursions.

Écrit par : ariaga | 11/03/2013

@ Phène, j'ai beaucoup trié et je crois que beaucoup d'endroits, moins connus, recèlent des trésors. C'est le regard qui compte ...

Écrit par : ariaga | 11/03/2013

Bon si je te donne des envies de voyager, et de partager c'est super ! Bises Ariaga

Écrit par : danae | 11/03/2013

L'île de Ré un endroit à part...j'aime tout comme tu as aimé.

Belle soirée

Écrit par : Lmvie | 11/03/2013

@ Véronica, c'est tellement joli ce que tu écris que cela a un goût et une odeur. On a envie de déguster tes mots.

Écrit par : ariaga | 11/03/2013

@ MeL, je vois que Thierry t'a répondu.

Écrit par : ariaga | 11/03/2013

@ Bonheur du jour, c'est gentil de me dire que mon regard sait où se poser et, pour moi, ce qui me plait sur le blog Bonheur du jour c'est cette alchimie du quotidien qui distille ce qu'il y a de meilleur dans les choses de la vie.

Écrit par : ariaga | 11/03/2013

moi j'ai de drôle de souvenirs de l'île de ré quand j'étais jeune , très jeune
il y avait une course à pied tout autour de l'île...et bien je l'ai gagné et oui c'est pas très poétique comme souvenirs mais ...
besos
tilk

Écrit par : tilk | 12/03/2013

"Il faut changer le coq-girouette" Ils n'avaient pas lu où il fallait le remplacer. D'où l'utilité de lire les contrats avant de les signer...

Écrit par : Jeanmi | 12/03/2013

@ ÉPHÊME, je fais partie des gens qui rêvent éveillés ...

Écrit par : ariaga | 12/03/2013

@ Zibeline, je ronronne à te lire ...

Écrit par : ariaga | 12/03/2013

@ Serge, comme vous devez voir beaucoup de photos de l'Île sur votre site cette appréciation me fait plaisir.

Écrit par : ariaga | 12/03/2013

@ Michèle, la rêverie est une chose gratuite ce qui en fait un trésor précieux. J'aimais bien ta pensée du jour et j'ai voulu déposer un commentaire mais le Dieu Google n'a pas voulu ... quel monde !

Écrit par : ariaga | 12/03/2013

merci pour la gentille visite!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : annielamarmotte | 12/03/2013

Tu as raison : rêver c'est voyager. Je m'en veux de ne pas encore m'être rendue dans cette île et pourtant je souhaite toujours y faire étape en descendant vers le sud.
Je le ferai, je le ferai, c'est sûr.

Écrit par : Fanchon | 12/03/2013

Merci pour cette balade sur une île que j'avais fréquentée hors saison il y a bien longtemps. Et surtout, Ariaga, un grand merci pour le plaisir de te lire et de te suivre dans tes fructueuses errances en textes et en images…

Écrit par : venezia | 13/03/2013

La Mère Castor, je reviens de ton blog où je me suis encore pâmée d'admiration devant tes photos de la note sur Mars. Je crois que je suis un peu jalouse mais ... chut !

Écrit par : ariaga | 13/03/2013

@ Danae, j'espère que nous avons encore beaucoup de voyages réels ou imaginaires à partager.

Écrit par : ariaga | 13/03/2013

@ Lmvie, c'est un endroit à part mais aussi très fréquenté par ceux qui font des commentaires. Je vois que vous la connaissez tous.

Écrit par : ariaga | 13/03/2013

@ tilk, je t'ai mis un commentaire sur les chemins tortueux mais je ne sais si il ne s'est pas perdu en route. Je me demande si tu cours toujours vite, en tous cas ton pinceau est agile.

Écrit par : ariaga | 13/03/2013

Et toujours cette chanson de Nougaro qui flotte (en ré aussi)

Dans l'ile de Ré, ma belle adorée je t’emmènerait ... demain !

Écrit par : Thierry | 13/03/2013

Alchimie de l'or gris...et je retrouve dans ta Note des ressemblances, du haut d'un autre clocher qui domine le paysage salin d'une autre (presque) île, du côté de Guérande.

Écrit par : Louis-Paul | 14/03/2013

@ Jeanmi, comme tu e dis dans une de tes notes il faut rire et c'est réussi. Pour "de vrai" ils étaient en train de peindre.

Écrit par : ariaga | 14/03/2013

@ annielamarmotte, j'ai beaucoup souri en regardant ton blog. Je me demande comment tu fais pour insérer ces marmottes dans tes photos.

Écrit par : ariaga | 14/03/2013

Un petit tour au laboratoire et je suis enchantée de la promenade que tu nous offres, Ariaga. "nettoyer le chemin d'un inatteignable ciel" va me suivre la journée enière. Merci.
Amical salut à tous !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 15/03/2013

Chère Ariaga, j'ai des souvenirs de cette île et c'est intéressant de la voir à travers ton regard. Le rapport avec Jung ?...
Mes biens amicales pensées.

Écrit par : Hécate | 15/03/2013

ARIAGA À TOUS, je suis attaquée par un virus qui m'a empêchée d'être active mais soyez rassurée, je l'ai regardé droit dans les yeux, je lui ai dit qu'il n'avait rien à faire chez moi, et je pense que, très vite, il va déguerpir.

Écrit par : ariaga | 15/03/2013

Rires ....Ariaga !

Comment ça les virus t'attaquent ...put'1, ils n'ont même pas peur de Jung ?
Etrange !

Rires !

Écrit par : *MeL* | 16/03/2013

J'ai adoré la réponse de Thierry :-) très chère Ariaga .

"Oui Mel c'est vrai mais seulement en été
enfin il y a aussi des campings et une fréquentation plus "populaire"
mais si on n'a pas la chance d'y avoir quelque famille ça limite les possibilités.

Écrit par : Thierry | 10/03/2013 "

Sublime réponse.

Qu'en pense Jung ?

:-)

Écrit par : *MeL* | 16/03/2013

@Mel c'est surtout une réponse de bon sens , ayant la chance d'y aller depuis une bonne dizaine d'année mais surtout en été , mais ayant de la famille dans l’île et aussi une histoire familiale ancienne en contact avec les rhétais je ne ne voulais pas qu'on s'arrêta aux clichés; certes la population est multipliée par un facteur important et on sature les artères mais ça ne dure pas et ceux qui y vont le reste du temps trouve un espace vide pour se mouvoir à l'aise sans y regretter pour autant l'affluence estivale.

Écrit par : Thierry | 16/03/2013

Qui sont ces personnes qui montent sur le clocher noirci ? Je vois deux hommes en combinaison blanche.
C'est vrai que souvent, pour s'évader, faute d'avoir autre chose sous la main, on regarde le ciel et c'est lui qui s'offre à nous.
Bon week end Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 16/03/2013

@ Fanchon, Vénézia, fatiguée par le virus, je groupe un peu mes réponses. Vous êtes toutes les deux toujours aussi attentives et gentilles et je vous lis avec beaucoup d'amitié.

Écrit par : ariaga | 18/03/2013

ARIAGA À TOUS, pour ceux qui me demandent où est Jung, son esprit est partout. Dans les mandalas de la nature, dans mes textes, et dans tout ce qui se passe au Laboratoire. Ce blog n'existerait pas sans son souffle.

Écrit par : ariaga | 18/03/2013

@ Louis Paul, Hécate, Élisabeth, merci d'être venus, je vais très vite retourner sur vos blogs.

Écrit par : ariaga | 18/03/2013

Ariaga : soigne-toi bien. Tu as le temps.

Écrit par : elisabeth | 20/03/2013

..."où la Pierre se lit comme un Livre d'histoire(s)"
surtout celles où marchent encore les petits de la femme et de l'homme.
Merci pour cette image (sourire)
Michel.
PS: j'ai remis en ordre (avec des nouveautés) la partie "Galerie".

Écrit par : michelgonnet | 26/03/2013

J'ai été contente d'avoir de tes nouvelles. Je suis aller voir la "Galerie" et j'ai admiré ton talent. Amitiés.

Écrit par : ariaga | 27/03/2013