UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mariage avec l'autre en soi | Page d'accueil | Île de Ré rêvée »

01/03/2013

Le parfum de la fleur

écriture,citation,philosophie,nature,fleur,David Ciussi,spiritualité,pensée

Aujourd'hui, une citation de David Ciussi extraite du numéro 78 de la revue 3°millénaire. Un texte que j'aurais bien aimé écrire ... je n'ai pu que l'illustrer.

"Tout surgit de l'intérieur et coexiste à l'extérieur dans un perpétuel mouvement ! De l'absolu naît le relatif, de l'unité reconnue en soi jaillissent l'harmonie et la paix avec le monde, manifestées par une joie sans objet. Cela s'appelle la Vie.

Le parfum vient de l'intérieur de la fleur, la fleur vient de l'intérieur de la branche, la branche vient de l'intérieur du tronc, le tronc vient de l'intérieur des racines, les racines viennent de l'intérieur de la graine. La sève est à l'intérieur de la graine, des racines, du tronc, des branches, des fleurs, du parfum. N'est-elle pas cette vie qui propulse l'extériorité en coexistant infiniment avec elle-même ! "

David Ciussi

 

 

Commentaires

Le vie qui se nourrit elle-même
merci pour ce très beau texte
je t'embrasse

Écrit par : Frédéric | 01/03/2013

Quand je lis un texte (ou une citation) comme celui-ci, je sais qu'il me faut deux lectures. Je sais que c'est bon signe. De plus sur les blogues, nous avons la chance d'en avoir d'autres ressentis, par les commentaires. Amitiés.

P-S: Je pensais que tu déposerais quelques mots sur ma Note "Bâtir des cathédrales...". L'as-tu lu?

Écrit par : Louis-Paul | 01/03/2013

Oups: "Bâtir notre cathédrale...)

Écrit par : LP | 01/03/2013

@ Frédéric, c'est bien cela "la vie qui se nourrit elle même. Merci, tes visites me font toujours chaud au coeur.

Écrit par : ariaga | 01/03/2013

@ Louis-Paul, souffrant de mal au dos (comme souvent!) j'avais assuré un "service minimum" sur les blogs amis et j'avais lu tes deux derniers textes. Je te remercie du fond du coeur d'avoir attiré mon attention sur ta note "Bâtir notre cathédrale" . Elle est IMPORTANTE pour tous et j'espère que BEAUCOUP DE LECTEURS DU LABORATOIRE IRONT LA LIRE.

Écrit par : ariaga | 01/03/2013

Merci encore pour ton message synchronistique !
Amitiés
Milko

Écrit par : Milko | 01/03/2013

Merci à Louis-Paul pour son article "Bâtir notre cathédrale". Excellent éclairage sur la résilience. Cette cathédrale doit aussi être entretenue !

Écrit par : Francine | 01/03/2013

La vie vient de l'intérieur... ne jamais l'oublier.
Merci pour ce texte Ariaga.

Écrit par : Anneleau | 02/03/2013

Toutes choses arrivent en nous bien avant qu’elles aient lieu. Novalis

Écrit par : Daniel | 02/03/2013

Je ne peut totalement souscrire à ce côté "génération spontanée" combattue par pasteur pour expliquer les microbes.
La vie est la cellule au départ sont noyées dans le grand océan, pas celui des mots, mais des matières primordiales, molécules prébiotiques , stabiliser l'environnement et ses caractéristiques, dans une certaine mesure vas être le rôle des membranes qui enclosent retiennent mais sont aussi poreuses et échanges, il y a des canaux ioniques ,l'invagination des vacuoles qui défie l'imagination et puis les principes actives nutritifs et énergétiques de la machinerie cellulaire vienne d'ailleurs, du soleil de l'air, de la terre ou de l'eau, ces quatre éléments ne comptent pas pour du beurre mais ils véhiculent dans un ambiant variable les ressources dont chaque être vivant a besoin pour se développer et celui ci ne synthétise pas ex nihilo tout ce dont il a besoin
les matériaux s'élaborent, ellébore ou pas, dans un fourneau à froid qui pourtant a pu trouver l'énergie nécessaire aux alliances et aux alliages qui ne sont pas que de circonstance.
J'aime la phraséologie mais elle doit aussi avoir du sens et rejoindre le sens commun.
Alors cette étincelle primordiale c'est d'abord de la chimie et des champs electro-magnétiques de macro molécules qui s'assemblent et se reconnaissent, fusionnes, réagissent et entament le grand bal de la vie par une auto organisation économe et intense, inventive et riche
c'est du moins ce que j'ai appris de mes grands maîtres scientifiques à la faculté des sciences de Paris il y a près de 40 ans !
Mais sans la révolution de l'oxydation point de conversion du minéral au biologique, pourtant c'est le biologique qui a convertit le minéral faisant exploser la variété et la quantité de minéraux sous l'action oxydante de l'oxygène il y a plus de 4000 variétés sur terre contre à peine plus de 200 sur la Lune , les argiles bleues notamment ont été des auxiliaires précieuses avec leurs propriétés d'échange redox pour que des symbioses naissent. Et celle ci sont nombreuses mais souvent ignorées.

Écrit par : Thierry | 02/03/2013

belle définition de l'homme aussi ! Mais il oublie l'horticulteur qui pour nous sont les parents... Bises de nous deux et bon samedi !!

Écrit par : patriarch | 02/03/2013

"J'aime la phraséologie mais elle doit aussi avoir du sens et rejoindre le sens commun.", nous dit Thierry.

Le sens commun permet une navigation commune à l'intérieur d'un certain paradigme, à l'intérieur d'une certaine vision des choses de ce monde ayant sa cohérence particulière.
Le sens commun peut-il répondre à la question de savoir " OÙ " se trouve l'observateur du paradigme. Est-il "dehors", est-il "dedans". Dans quelle mesure, jusqu'à quelles limites y a-t-il un dehors et un dedans et " pour QUI " y aurait-il alors ce dehors et ce dedans ?

Les interactions entre l'observateur et l'objet (ou le sujet) observé sont aujourd'hui bien connues des scientifiques, elles ont été vérifiées au niveau atomique. De l'atome à l'univers le chemin peut sembler long à certains, il peut sembler très court à d'autres...

Écrit par : Amezeg | 02/03/2013

désolés pour les nombreuses fautes d'orthographe je ne me suis pas relu !
Merci Amezeg pour tes considérations.

je dois être un peu sous l'emprise d'un travail sociologique sur les environnements en ce moment, donc un peu chatouilleux entre interne et externe !

Si l'on considère l'hypothèse de la pan spermie de plus en plus accréditée de par les découvertes qui se multiplient de molécules briques de base dans l'univers, je pense à l'exo biologie aussi, et aussi des extrêmophiles et de la capacité de certains organismes à résister au vide, au froid et au chaud dans le temps, alors l'ensemencement peut être à chercher à l'extérieur et puis l'eau na telle pas été amenée par des comètes postule t on aussi ?

Ce qui me fascine le plus ce sont les interactions entre l'animé et l'inanimé plus complexes et parfois orientée qu'on le penserai, parce que la matière minérale a des caractéristiques qui orientent, sans parler de chiralité et de dextrogyre ou de lévogyre.

Écrit par : Thierry | 02/03/2013

Oui Thierry, les interactions entre l'animé et l'inanimé (anima : souffle, âme...) sont des plus intéressantes. Les phénomènes de synchronicité se produisant "dans la matière" en relation avec l'activation d'archétypes psychiques et l'existence très probable de structures psychoïdes (à mi-chemin du physique et du psychique) ont beaucoup intéressé Jung. Phénomènes dont chacun peut un jour ou l'autre faire l'expérience, même sans la moindre formation scientifique.
Sans parler de façon scientifique, je dirai que l'orientation dextrogyre et l'orientation lévogyre doivent à mon avis se compléter au sein d'un individu, doivent trouver en lui le troisième terme qui les réunit et les dépasse. Le mouvement vers la droite étant entendu comme celui qui pousse à l'exploration du domaine conscient et le mouvement vers la gauche comme celui qui pousse à l'exploration du domaine inconscient. Le sens commun est marqué, "à son insu", par de très grandes et très nombreuses influences inconscientes. Le sens commun peut donner l'illusion de "l'objectivité" alors qu'il est finalement marqué du sceau d'une très grande "subjectivité collective" qui s'ignore comme telle. Effet inévitable des influences non-conscientes qui, ni vues ni connues, contribuent très largement à le faire ce qu'il est.

Écrit par : Amezeg | 02/03/2013

@ Thierry

Si l'on imagine un observateur ou spectateur dans une salle de projection, on imagine aussi que le projectionniste peut, en faisant varier la position de la lentille, lui faire découvrir sur l'écran des détails de plus en plus nombreux inscrits sur la pellicule. Ce grossissement des détails au sein d'une certaine vision des choses (paradigme) n'est-il pas assez semblable au progrès croissant des découvertes scientifiques et des hypothèses de cet ordre ?
Mais la découverte la plus intéressante ne serait-elle pas de "connaître" (d'une certaine façon, autant que cela est possible) le projectionniste et de "connaître" la nature de l'appareil de projection ?

Écrit par : Amezeg | 02/03/2013

ah oui le deus ex machina, le grand marionnettiste qui agit dans la coulisse !
happé par la pellicule qui recouvre tout autant qu'elle défile, frappé par les flous et les flare, on flaire bien de loin ce qui se verrait peut être de prés, focalisés qu'on est dans des directions on en oublie la complexité et le multi dimensionnel, la sensorialité .
Les progrès c'est un peu par paquet comme des grosses taches quand la pellicule fond parce que l'entrainement manque, il faut s'habituer aux changements de rythme qui romps avec le ronronnement du moteur.
celui qui manie manivelle aurait donc une petite image derrière la tête. Cet athlète de la projection ne prend pas de protection et parfois projette sans gants.
Tout n'est qu'impression et reconstitution, ça se passe dans le cerveau et les fonction de transfert qui associent, corrigent échantillonnent et moyennent donnent le tournis.
je ne sais à vrai dire ce qu'est exactement le progrès au delà d'une relativisation toujours facile de la nouveauté et de la modernité, les technologies s'empilent et se remplacent graduellement se chevauchent mais ne s'oublient pas, elles sont a trace de la progression des idées, des découvertes et des inventions aussi, de la mise au point de nouveaux matériaux dans des combinatoires dantesques et plus déterministes chaque jour qui passe.

Écrit par : Thierry | 02/03/2013

De fil en aiguille, en remontant à la source, on n'oublie pas comment naissent les éléments naturels autour de nous. Peu de personnes font ce travail en profondeur. Dans la vie de tous les jours, on ne gratte pas pour découvrir ce qui est au centre des choses. Bon week end Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 02/03/2013

Laissons donc place, Thierry, au parfum mystérieux de la poésie dont l'étymologie (du grec poiêsis, création) révèle la parenté avec le démiurge, avec le créateur de toutes choses.

Écrit par : Amezeg | 02/03/2013

@ Thierry, je n'avais pas du tout saisi le sens de ton premier commentaire maisla discussion avec Amezeg a clarifié les choses; Pour moi, ce texte évoque plutôt l'axiome de Marie dont j'ai parlé plusieurs fois.

Écrit par : ariaga | 02/03/2013

@ Frédéric," la vie qui se nourrit d'elle même", l'éternel retour du même" de Nietzsche, la "Nature" de Spinoza, ce qui est bien avec les textes profonds c'est que l'on peut y plonger pour de multiples interprétations.

Écrit par : ariaga | 02/03/2013

@ Amezeg, je te remercie de venir ainsi dialoguer dans les murs virtuels du Laboratoire. Tu y apportes beaucoup de vie et surtout tu nous fait profiter d'une grande culture. J'ai vraiment plaisir à te lire.

Écrit par : ariaga | 02/03/2013

@ Milko, comme tu as du t'en rendre compte au long des années la synchronicité, au sens jungien, me fascine !

Écrit par : ariaga | 02/03/2013

je trouve cette vision des choses très intéressante quoi que sans la lumière extérieure rien ne pousse et je ne parle pas de la pluie...mais je ne suis pas scientifique juste un petit poète qui aime croire que ce que nous avons dedans peit déplacer des montagnes...
besos
tilk

Écrit par : tilk | 02/03/2013

mon avis, ma quête..: 2 mouvements s'opposent en l'homme. du centre vers l'univers et l'univers qui emplit son centre..il faut en cela créer l'harmonie.l'équilibre..un long chemin..juste mon avis.

Écrit par : telos | 02/03/2013

Bonjour Ariaga,

Comme bien souvent, des mots les plus simples jaillit le plus saisissant pour l'âme...

Merci,
Amitiés,
Jean

Écrit par : Jean | 03/03/2013

Bonjour chère Ariaga,
-------------------------------------
Ici, j'extériorise mon intérieur
pour entrer dans l'intériorité de l'instant.
Là, je vis sans effrayer le temps.
Enfin, j'entrouvre avec précaution
la porte qui donne sur la vie.

Avec toute ma silencieuse affection, Jack le poétiste

Écrit par : Jack Maudelaire - Le Poétiste | 03/03/2013

Bonjour Ariaga, en partant de la fragrance de la fleur que je hume avec plaisir, j'arrive par la méditation et en passant par tous les méandres que tu cites, à la porte qui donne sur la vie !
Je t'embrasse

Écrit par : danae | 03/03/2013

@ Francine, c'est vrai que cet article est excellent.
@ Anneleau, je crois aussi que la vie est relation.

Écrit par : ariaga | 03/03/2013

@ Daniel, une belle citation que je vais retenir.

Écrit par : ariaga | 03/03/2013

@ Patriarch, tu parles d'or !

Écrit par : ariaga | 03/03/2013

@ Élisabeth, tu as raison, peu de personnes le font mais il apporte beaucoup à ceux qui empruntent ce chemin.

Écrit par : ariaga | 03/03/2013

Bonjour Ariaga,
Très joli texte. Et il y a la Vie en Lumière pulsée qui fait involuer la beauté éphémère vers la splendeur éternelle... Bises et belle semaine, douce âmie

Écrit par : Phène | 04/03/2013

En te lisant chère Ariaga, ce texte que tu as choisi, m'a fait penser immédiatement au "principe de vibration".

Je suis peut être hors sujet mais lorsqu'on pense que tout est vibration dans l'Univers, que ce soit sur le plan matériel, ou spirituel, que du plus petit atome jusqu'aux formes les plus grossières de la nature, tout est en mouvement , il est plus facile de comprendre l'importance de tous ces phénomènes qui nous entourent.....

Evidemment lorsqu'on envoie des pensées ou toute forme de création mentale, dans l'Univers si l'on a bien intégré cela on pourra comprendre leurs importances et leur efficacité !!!

Je t'embrasse fort Amie

Écrit par : mariedumonde | 04/03/2013

@ Tilk, impossible de faire passer un commentaire sur ta "chute", je retournerai, chut ! Je crois, en effet que l'on peut déplacer des montagnes ...

Écrit par : ariaga | 04/03/2013

@ Telos, tu as bien raison, c'est un long chemin, tellement long que je ne crois pas que une vie soit suffisante.

Écrit par : ariaga | 04/03/2013

@ Jean, a simplicité, c'est ce qui est le plus difficile en écriture, en tous cas c'est ce que je pense.

Écrit par : ariaga | 04/03/2013

@ Jack Maudelaire, ton silence est profond et tellement poétique. Je te remercie d'en sortir pour venir dans mon modeste Laboratoire.

Écrit par : ariaga | 04/03/2013

Bonjour Ariaga...
Cet ode à la fleur me rappelle une chanson que j'adore...
"L'arbre est dans ses feuilles " de Zachary Richard
Que serait la nature sans l'mmense variété de ses parfums !...
Agréable semaine en ton laboratoire magique...

P.S.: Cette chanson est sur mon blog aujourd'hui

Écrit par : michèle | 05/03/2013

J'aime infiniment cette remontée de sève, de la racine à la fleur, puis à la graine, qui retournée à l'humus, va redevenir racine,
sève, tige, feuilles, fleur.... avec le passage amoureux d'une abeille taquine. De même la goutte tombe et ruisselle, va connaître les mystères souterrains, retourne à la mer, s'évapore et, dans un gros nuage joufflu, revient se condenser sur la même montagne et retrouve son ruisselet préféré.
BISES à tous.

Écrit par : ÉPHÊME | 05/03/2013

ARIAGA À TOUS, excusez moi si je suis un peu moins présente mais je suis victime (consentante et heureuse ... ) d'une invasion familiale. Une occasion de m'enrichir sur le plan des ballades et des photos. J'ai vu de curieuses choses aujourd'hui ...

Écrit par : ariaga | 05/03/2013

@Francine
"Cette cathédrale doit aussi être entretenue!"
Oui, j'essaie Francine et cela fera cette année 10 ans. Et modestement, le blogue aide à cet "entretien".

Écrit par : Louis-Paul | 05/03/2013

@ Phène, un remerciement un peu tardif pour ton commentaire si juste. Je ressens fort cette pulsation cosmique.

Écrit par : ariaga | 07/03/2013

@ Mariedumonde, tu n'es pas du tout hors sujet. Je crois, comme toi que tout est vibrations. Seule la hauteur de la fréquence change. Pour moi, une des plus haute fréquence est celle de l'AMOUR.

Écrit par : ariaga | 07/03/2013

@ Michèle, c'est seulement aujourd'hui que j'ai pu aller sur ton blog. Merci pour la chanson.

Écrit par : ariaga | 07/03/2013

@ ÉPHÊME, plus le temps passe, plus tu deviens poète. J'aime.

Écrit par : ariaga | 07/03/2013

J'aime bien ce texte. C'est vrai, tout vient de l'intérieur. Je ne connais pas cet auteur : je vais me renseigner. Merci beaucoup et bonne journée.

Écrit par : Bonheur du jour | 08/03/2013

Cycles, de l'eau et des nutriments
il y a des boucles qui nous lient pour l'éternité
des échanges permanents et complexes
qui permettent de retrouver dans les arbres
les engrais des champs d'hier
quand les clairières ont fait place aux bosquets
que la nature reprend ses droits
de ces va et viens qui nourrit l'humus et l'humain
de ces influences sensibles et presque imperceptibles
de ces espèces qui sans se coloniser
s'entraident et il en est ainsi du cadre symbiotique
depuis la nuit des temps

Écrit par : Thierry | 08/03/2013

@ Thierry, merci pour cette poésie qui a parlé à l'oreille de mon coeur.

Écrit par : ariaga | 08/03/2013

@ Bonheur du jour, trouver chaque jour des moments de bonheur dans les choses les plus simples, c'est important. Merci de ton passage.

Écrit par : ariaga | 08/03/2013

Je t'en prie Ariaga, j'avais l'impression d'avoir lancé un débat un peu controversé, car ma poésie se veut aussi parfois réaliste, naturaliste et traductrice de ce que je vois et comprends de la création !
ce fut donc juste et simplement un retour à ce qui me paraissait essentiel, j'apprends dans la douleur l'art de la synthèse dans mes nouvelles études
aussi je m'applique et je m'explique sur ce désir de rendre plus concise et précise les perceptions, tout en faisant toujours sens.
Bonne journée
je vais te répondre su Ré la blanche , j'ai reconnu le clocher d'Ars.

Écrit par : Thierry | 09/03/2013

L'intérieur...tout est là

Écrit par : Lmvie | 11/03/2013