UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le Pérou | Page d'accueil | Relire le Zarathoustra de Nietzsche »

13/04/2014

Trous noirs

écriture,poésie,alchimie,psychologie,spiritualité,trous noirs

Les trous noirs sont des cachettes de l'âme où se réfugier quand la flamme brûle si fort que les larmes ne peuvent plus adoucir la douloureuse mais indispensable calcination ...

Ariaga

Commentaires

la perte au feu purifie l'âme mais la vie n'y est plus... L'eau salée des larmes s'assimile à la mer originelle d'où la vie a surgi... Bises poétiques Ariaga !

Écrit par : Lechantdupain | 13/04/2014

Les hivers de la vie sont parfois sombres mais ils sont toujours suivis par des printemps... Tout est impermanence, un trou noir prépare à une lumineuse ascension, il me semble. Belle journée. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 14/04/2014

Bon jour Ariaga, je te souhaite une lumineuse journée loin des trous noirs dont tu parles.
Bises ensoleillées ma belle.

Écrit par : danae | 14/04/2014

Savoir se réfugier dans les trous noirs peut être salvateur lors de périodes trop dures à gérer ou à digérer.
Bon début de semaine à toi, Ariaga. Amitiés.

Écrit par : Françoise | 14/04/2014

Qu'en pense stephen hawking , lui qui dit qu'il n'y en a pas dans un renversement uniquement apparent, puisqu'on en trouve au centre des galaxies, des divers et des variés. Abimes des cendres (descendre aussi) et des scories où on ne score pas vraiment , mais aussi lieu secret de ressourcement dans l'ombre et le silence.

Écrit par : Thierry | 14/04/2014

Je vous souhaite de belles lumières hors de ces trous noirs. Merci de votre passage sur mon modeste écritoire
cassiopee.binhoster.com

Écrit par : Sedna | 14/04/2014

Je n'aime pas les trous noirs et rester dans le noir pour moi n'est pas propice pour ressourcer mon âme. Je préfère nettement la lumière comme aller seule méditer dans un joli jardin ou bien dans mon jardin secret que j'ai rempli de fleurs où une petite lumière reste toujours allumée justement pour sécher éventuellement mes larmes. Seule la mort éteindra le feu de la vie. Peut-être qu'il faudra passer par un grand trou noir pour que mon âme revive à nouveau ailleurs, sous une autre forme ......................... En attendant ce n'est pas un endroit où j'irai me cacher. Bonne après-midi.

Écrit par : Lauriza | 14/04/2014

J'aime l'ombre, elle affiche le reflet de notre imagination, le réveil de nos peurs d'enfant.

Bonsoir Ariaga

Écrit par : Fanchon | 14/04/2014

Oui mais ces trous noirs pompent secrètement notre énergie.....

Écrit par : Old Nut | 15/04/2014

Après le noir viendra la lumière. Tout passe, tout se transforme. Il faut toujours garder espoir

Écrit par : Daniel | 15/04/2014

@ Lechantdupain, entre l'eau et le feu il faut trouver le juste équilibre.

Écrit par : Ariaga | 15/04/2014

@ Plumes d'Anges, dans l'absolu tout est impermanence mais j'entends quand même très fort le grand Oui à la vie de Nietzsche qui me dit qu'il faut bien s'adapter au quotidien.

Écrit par : Ariaga | 15/04/2014

@ Danae, merci, amie de ta fidélité et de tes encouragements.

Écrit par : Ariaga | 15/04/2014

@ Françoise, oui, le tout est de réussir à en sortir ! J'aime ta dernière note.

Écrit par : Ariaga | 15/04/2014

@ Thierry, la pensée de Stephen Hawking est tellement plus claire que la mienne que je n'ose répondre ...

Écrit par : Ariaga | 15/04/2014

Ce percement obscur qui engloutit des secrets
ce versement subtil qui cache des regrets
ces recoins qui sécurisent ou terrorisent, selon
ce ne sont pas des coins enfoncés dans la conscience
ce ne sont pas des pieux qui dardent le cœur en pleurs
mais qu'est ce donc alors que ces puits sans fond ni lumière
les arpèges du temps qui avalent la raison
le florilège des printemps qui donne le ton
le contraste est saisissant mais pas à l'abandon
et dans ces profondeurs intimes où résonne l'abime
on se nourrit aussi du souvenir de la lumière
mais rien ne nous effraie plus qu'un tiers

Écrit par : Thierry | 16/04/2014

@ Magnifique Thierry !

Écrit par : Ariaga | 16/04/2014

Non je ne crois pas
je ne suis pas sous trip, ni acide ni base
juste neutralisé et anéanti
par le suicide d'un proche
près à crier ma douleur

Écrit par : Thierry | 16/04/2014

Ah rien de plus difficile que le lâcher prise.
Douces pensées.

Écrit par : Miche | 17/04/2014

Comme des accus, savoir engranger la lumière pour la faire rayonner lorsque l'on est dans un trou noir ou qu'un proche l'est ... Savoir aussi recharger ses accus à temps !
A Thierry : envelopper sa douleur dans une bulle de lumière et imaginer que les électrons dissolvent la douleur.

Écrit par : Francine | 17/04/2014

@ Thierry, alors il faut crier. Mes pensées sont avec toi.

Écrit par : Ariaga | 17/04/2014

@ Sedna, ne sois pas modeste, je te visite avec plaisir.

Écrit par : Ariaga | 17/04/2014

@ Lauriza, oui, mais je pense aux trous noirs cosmiques alors on peut toujours imaginer ...

Écrit par : Ariaga | 17/04/2014

@ Fanchon, moi aussi j'aime l'ombre, elle est l'écrin de la lumière.

Écrit par : Ariaga | 17/04/2014

@ Old Nut, C'est vrai que quand vient la traversée du désert, en sortir demande beaucoup d'énergie.

Écrit par : Ariaga | 17/04/2014

Un peu "sombre" ce court texte; j'ai bien aimé "l'éclaircie" de Plumes d'Anges..."Les hivers de la vie sont parfois sombres mais ils sont toujours suivis par des printemps". Amitié et belle fin de semaine.

Écrit par : Louis-Paul | 17/04/2014

Comme le disait notre inimitable Sol, un trou noir c'est troublant. Il persiste toujours un peu de blanc dans le yin de nos vies, un germe de renouveau qui n'attend que le bon moment pour croître. Je pense au livre "L'histoire sans fin", au magnifique instant où, au cœur de la noirceur, au milieu de nulle part, la vie se remet à fleurir.
Bon courage, Ariaga!

Écrit par : Michelle Nadeau | 19/04/2014

@ Daniel, tu as bien raison, les passages au noir sont des moments indispensables pour apprécier la lumière.

Écrit par : Ariaga | 19/04/2014

@ Miche, lâcher la branche c'est bien mais il y a des fois où c'est un peu angoissant.

Écrit par : Ariaga | 19/04/2014

@ Francine, sur ce que tu dis à Thierry, il faut ausi savoir accepter la douleur comme faisant partie de la vie et la regarder passer ...

Écrit par : Ariaga | 19/04/2014

@ Louis Paul, tu sais les moments sombres sont pour moi des passages indispensables, des "nigredo" sans lesquelles le travail intérieur ne se fait pas.

Écrit par : Ariaga | 19/04/2014

@ Michelle Nadeau, C'est un plaisir de te retrouver. Merci pour cet intéressant commentaire.

Écrit par : Ariaga | 19/04/2014

Ces trous noirs refuge, je suis contente qu'ils existent.

Écrit par : elisabeth | 26/04/2014

sament riveux de puis un tend sai rare met sament riveux de parler et me réveiller avec un trou noir met avans de me réveiller jeparle jeparle ansuite jeme réveille avec un trou noir jement rapel juste que je parler avec une personne,jai cherches la tradution jai lus dans un forum que sais la magie-paranormal sai qui veux dir que notre corps kant ton dor l'amme sortirer du corps la nuis pendans con dor.mtn jai un peu peur de dormire pasque je sais pas avec qui jeme colecte la nuis ny qui vien me voir sy sai peutetre ma mere qui dor a coté
je sais pas met jai peur et vous vos sicroiller?

Écrit par : indra | 18/06/2014