UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Oeuf et alchimie | Page d'accueil | Trous noirs »

09/04/2014

Le Pérou

écriture,voyage,société,Pérou,photo,culture,vacances

ÉPHÊME, que les habitués du blog connaissent bien, est parti pour un mois au Pérou. Ce n'est pas un simple voyage touristique car son fils travaille à Lima où il est marié avec une péruvienne. Je suis intéressée par ce voyage qui me fait espérer pour le blog, pendant les vacances d'été, de beaux textes et  des photos originales et, qui sait, peut-être même des dessins.

Je lui avais demandé, pour illustrer cette courte note, de m'envoyer une photo d'un précédent séjour et je dois dire que son choix m'a particulièrement séduite car je trouve qu'elle est un récit à elle seule. Le regard de cette pure indienne dans un car, en train de regarder son téléphone, me semble résumer beaucoup de choses sur la manière dont la société évolue au Pérou.

Ariaga

 

 

 

Commentaires

Alors bon séjour à Ephême au Pérou, je me souviens de ses articles ici sur l'Amérique du Sud, je ne doute pas qu'il nous revienne plein de souvenirs personnels et de "trésors" de son voyage.

Écrit par : Lechantdupain | 09/04/2014

Tu es dans l'anticipation(c'est ici un compliment!) en pensant aux vacances d'été pour ton blogue...
Très bon séjour à Ephême en attendant ses partages.
Amitiés.

Écrit par : Louis-Paul | 10/04/2014

@ Lechantdupain, j'espère, en effet des trésors !

Écrit par : Ariaga | 10/04/2014

@ Louis Paul, j'anticipe car l'été est toujours un moment où on passe à des moments de rêves de vacances pour ceux qui ne peuvent pas partir.

Écrit par : Ariaga | 10/04/2014

Je sais Ariaga et je trouve que tu as raison!

Écrit par : Louis-Paul | 10/04/2014

Merci pour cette image qui m'évoque de nombreux souvenirs anciens… Bon voyage à Ephème, le Pérou est si attachant.

Pure indienne, peut-être pas, -d'ailleurs ce n'est pas important-, elle porte le chapeau melon des cholas (métisses).

Écrit par : venezia | 10/04/2014

@Venezia, c'est bien possible pour le métissage, Éphême nous le dira. Ta visite me fait plaisir.

Écrit par : Ariaga | 10/04/2014

Une chance merveilleuse qu'un tel voyage, on ne peut que lui souhaiter de bonnes vacances !
Cette indienne ou cette métis au merveilleux petit chapeau parait très intéressée, un rien dubitative... Elle est peut-être simplement en train de lire un texto, les téléphones portables ayant envahi la terre entière ou presque ! Très beau week end Ariaga. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 11/04/2014

Ce n'est pas qu'au Pérou que les gens s'intéressent aux téléphones portables ! Au fin fond du Maroc, dans les sables, les touaregs enavaient un tout en servant le thé !!! Bon voyage à Ephême et bises à toi Ariaga

Écrit par : danae | 11/04/2014

@ Plumes d'Anges, oui je lui trouve l'air dubitatif mais aussi très intéressée.

Écrit par : Ariaga | 11/04/2014

@ Danae, toi tu es la reine des voyages. Pour moi, ce n'est pas tout à fait un voyage ce que vis Éphême, plutôt une immersion car il sera avec une famille de là bas.C'est cela que je trouve intéressant. C'est vrai que les portables sont maintenant des objet presque"magiques"
que l'on trouve dans les endroits les plus reculés où n'arriveront jamais des lignes fixes.

Écrit par : Ariaga | 11/04/2014

Quand les traditions rencontrent la modernité. Le portable, c'est bien utile !

Écrit par : Daniel | 11/04/2014

Ah! déjà un petit côté de voyage...Le téléphone est quelque chose d'un peu magique,quand on pense qu'avant ,téléphoner nécessitait de passer par un bureau de poste. Un événement !...Maintenant presque banalisé.
A bientôt chère Ariaga. Amitiés à toi et au voyageur.

Écrit par : Hécate | 11/04/2014

les précédents articles d'Éphême étaient passionnants. Cela promet encore du plaisir de lecture !

Écrit par : Marie-Claire | 11/04/2014

La femme au chapeau rond dont le mari n'était pas breton fixa l'objet dans sa main droite , perplexe le contempla avec intérêt manipulant les touches elle se mit à rêver qu'elle aurait pu être pianiste dans une autre vie. Vêtue comme une diva de la musique Dans son errement transformée en mondaine elle côtoyait les plus grands artistes et menait grand train .L'autobus freina pour éviter un animal . Son voyage illusoire stoppa net Elle avait un chapeau rond et son mari n'était toujours pas breton.

Écrit par : lecracleur | 11/04/2014

Ne trouvez vous pas qu'elle semble encore stupéfaite, voire un peu inquiète du coté merveilleux de cet appareil ?

Écrit par : Old Nut | 11/04/2014

@ Old Nut, une interprétation qui me parle : stupéfaite et un peu inquiète. Les photos racontent tout une histoire.

Écrit par : Ariaga | 12/04/2014

@ Daniel, le portable utile ? Certainement pour des personnes loin de tout mais il est aussi un véritable "toc" pour beaucoup de gens.

Écrit par : Ariaga | 12/04/2014

@ Hécate, oui, certaines choses se simplifient mais d'autres se compliquent. Par exemple nous avons beaucoup perdu en intimité.

Écrit par : Ariaga | 12/04/2014

@ Marie-Claire, ce qui m'intéresse c'est que nous allons avoir le point de vue de quelqu'un qui n'est pas un simple touriste et qui passe du temps avec des péruviens. On pourra lui demander de nous parler de la cuisine !

Écrit par : Ariaga | 12/04/2014

@ lecracleur, merci pour ton commentaire plein d'humour.

Écrit par : Ariaga | 12/04/2014

qui a dit que ce n'était pas le Pérou ! une mine dans l'altiplano du côté d’Atahualpa entre soleil et lune et tous ces quipus qui donnaient quitus aux coureurs impénitents qui suivaient ce chemin de l'Inca en en faisant grand cas mais sans grand écart tant les parages étaient à pic parfois dans l'urubamba ou ailleurs.

Écrit par : Thierry | 12/04/2014

Elle semble être bien absorbée par ce nouveau jouet qu'à mon avis elle vient de découvrir... Bises, chère Ariaga

Écrit par : Phène | 13/04/2014

@ Phène, je crois que c'est plus qu'un jouet, c'est un objet magique.

Écrit par : Ariaga | 13/04/2014

C'est une photo de notre époque. Ce n'est pas du folklore mais on ne peut pas toujours vivre en dehors du temps. Je ne sais pas si elle le découvre mais elle vit avec son temps. Le fils du cousin de mon mari (on vient d'aller les voir, hier nous étions chez eux), est marié aussi à une Péruvienne et ils ont tous les deux un enfant, un garçon qui est encore tout petit. On fait des grands écarts : France-Pérou et folklore-téléphone portable !

Écrit par : elisabeth | 26/04/2014