UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pérou, pêcheurs et pélicans | Page d'accueil | Pérou, le choc des Andes »

09/08/2014

Vallée sacrée, auberge des crânes

écriture,pérou,voyage,société,religion,culture,photos,vacances,vallée sacrée

Après un peu plus de deux semaines, ma fille aînée, son mari et les deux petits enfants sont rentrés en France pour cause de rentrée scolaire. Nous sommes alors repartis avec Pimprenelle pour un tour dans le secteur le plus connu du Pérou, CUSCO et ses alentours, Vallée Sacrée, Machu Picchu et tutti quanti. Là nous attendait, pour nous servir de guide, un ami spéléo de notre fils, Patrick, 27 ans, père français et mère péruvienne, né et élevé ses premières années à Aguas Calientes, au pied du Machu Picchu, parlant couramment quechua, espagnol, anglais et français… ! Crapahuteur inouï, incroyable connaisseur de chaque recoin du secteur, il nous a fait passer un séjour magique dans ce cœur de la civilisation inca.

vallée sacrée,pérou,voyage,société,religion,culture,photos,vacances,vallée sacrée

Durant un trajet entre OLLANTAYTAMBO, forteresse inachevée, avec de multiples « pierres fatiguées » (non encore mises en place), et MORAY, centre de recherche agronomique inca, Patrick nous annonce : « vous aller déguster la meilleure « chicha » du Pérou ». C’est une boisson en général  à base de maïs, violet pour la « chicha morada » non alcoolisée, alors que la « chicha de mora », alcoolisée, est une sorte de « bière de maïs ».

vallée sacrée,pérou,voyage,société,religion,culture,photos,vacances


Il nous arrête au bord de la route devant une maison sans enseigne, avec seulement, près de la porte, deux crânes de momies impassibles !

vallée sacrée,pérou,voyage,société,religion,culture,photos,vacances

vallée sacrée,pérou,voyage,société,religion,culture,photos,vacances

vallée sacrée,pérou,voyage,société,religion,culture,photos,vacances

L’intérieur est un incroyable mélange de bric et de broc d’élevage de « cuy » (cochon d’Inde, très bon) pour alimenter la cuisine et où sont aussi fabriquées les « chichas »; il fait aussi office d’épicerie, de bar, de restaurant, avec des poussins, des chatons courant partout. Dans un coin, sous un tissu, deux autre crânes si sacrés que Patrick m’interdit de les prendre en photo, et, en les recouvrant,  marmonne une incantation en quechua tout en faisant le signe de croix. Incroyable sensation de passage du temps, ce génial péruvien perpétuant des rites sans âges. Il nous explique alors pourquoi les statues religieuses ont presque toutes des cheveux véritables, ce qui m’avait toujours intrigué sans que j’ai l’ombre d’une réponse. Elle dû, sans doute, être donnée ailleurs, mais je ne l’avais jamais trouvée. Les indiens récupéraient des cheveux de momies sacrées, qu’ils utilisaient pour « perruquer » les Christ et autres statues chrétiennes. Ils allaient, dans les églises, prier leurs ancêtres en toute quiétude, sous le regard confiant des clercs imbéciles, persuadés de leur pouvoir, incapables d’imaginer pareille duplicité chez ces indiens taciturnes et, pour eux, totalement  stupides…
Les chichas étaient sublimes, dont une à la fraise assez étrange. Après les salutations d’usage, un peu « sonnés » par ce télescopage des temps, nous sommes repartis vers MORAY, où là nous attendaient d’incroyables paysages. Mais la suite au prochain numéro…

vallée sacrée,pérou,voyage,société,religion,culture,photos,vacances

 Texte et photos ÉPHÊME, mise en page Ariaga.

Commentaires

Comme si on y était. Un plongée dans un autre monde. Ce doit être super intéressant. Profitez....Profitez en bien tous!

Écrit par : Daniel | 09/08/2014

Lollll, le coup de la perruque !
Merci Epheme et Ariaga pour le partage.

Écrit par : Miche | 09/08/2014

Syncrétisme quand tu nous tient.
Pas de vision de Sacsahuman pour le moment dans une logique de bloc
si bien appareillés, que c'est un voyage dans le temps ayant résisté aux tremblements de terre.
Par Pachacutec vous n'avez pas bu cul sec !
Quand au cuy cuit et même fourré il parait que c'est fichtrement bon et que ça vaut des ortolans !
Merci c'est super impressionnant, surtout la dernière photo non légendée qui interpelle ?
Intime rime amie pour un Inti riami en devenir.

Écrit par : Thierry | 09/08/2014

Pas de prise de tête bien que le sujet puisse le faire croire... Ces péruviens ont su éviter le crêpage de chignon entre les différentes divinités, tout en sirotant leurs boissons préférées comme le font fort sagement Ephême et les siens. Merci pour cet article et les photos qui l'accompagnent ! Santé !

Écrit par : Lechantdupain | 09/08/2014

Merci Daniel. Profitez en tous. La vie est un papillon qui passe entre le vol d'un papillon, et il faut en saisir chaque larme d'espoir.

Écrit par : ÉPHÊME | 09/08/2014

Miche, merci... j'avoue que je suis resté un peu schotché par Patrick, même si, évidemment, il me donnait une explication évidente.... pour un descendant d'Indiens.

Écrit par : ÉPHÊME | 09/08/2014

Elle est volontairement non légendée, ce qui est horrible vu mes études de géographe où TOUT doit avoir une légende... La réponse est dans la première phrase du texte.

Écrit par : ÉPHÊME | 09/08/2014

Excuse moi Thierry, j'ai oublié dans mon enthousiasme de te dire que la réponse t'était adressée.............

Écrit par : ÉPHÊME | 09/08/2014

Merci Le Chant Du Pain.... Je sais que tu comprends la substantifique moelle du texte.... et aussi la chance que j'ai de pouvoir vivre ces instants, ce dont je suis infiniment conscient et me donne envie de les partager.

Écrit par : ÉPHÊME | 09/08/2014

Traversée des époques. . Merci pour cette invitation au voyage et pour votre sympathique visite sur mon modeste écritoire . Quant aux cochons d inde , j'en possède un devant lequel je gagatise, alors le manger, quelle horreur !
cassiopee.binhoster.com

Écrit par : Sedna | 10/08/2014

Je pérégrine tandis que s’égrainent les souvenirs au fil de la plume d’Éphème*

Sur l’étagère près de la porte on voit bien que la vie peut s’interrompre à tout moment, mais je me demande si elle reprend lorsque " Quelqu’un" fait basculer le bouton blanc de l’interrupteur. (bon, d’accord, c’est un peu tiré par les cheveux, mais après dégustation de la chicha de mora, je disjoncte un peu...)

* Mais non ! ce n’est pas le nom d'un oiseau de là-bas !

Écrit par : Amezeg | 10/08/2014

Un récit passionnant qui nous révèle des rites anciens auxquels le quelconque touriste n'a pas droit ! Merci Ephême et bon dimanche

Écrit par : danae | 10/08/2014

Incroyable "télescopage des temps" dans ces trois derniers billets !!! Connaître de tels lieux en dehors des hordes touristiques est un magnifique privilège, un RÊVE aurais-je envie de dire ! Merci pour ce voyage que je vais suivre avec attention, le cœur ouvert. Bises. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 10/08/2014

Il faudrait voyager avec un "Patrick" dans chaque pays. Car là on sort du mot "tourisme" auquel je deviens doucement allergique.
J'ai eu la chance de faire cela en Syrie,
que nul ne verra plus comme je l'ai vu...

Merci pour tout cela, Ephêmito, reporter perso du laboratoire !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 10/08/2014

« ....... un ami spéléo de notre fils, Patrick, 27 ans, père français et mère péruvienne, né et élevé ses premières années à Aguas Calientes, au pied du Machu Picchu, parlant couramment quechua, espagnol, anglais et français… ! Crapahuteur inouï, incroyable connaisseur de chaque recoin du secteur,...... »
Ce brillant jeune homme est sans doute un cas, peut-être même un cas rare au Pérou. Il devrait bientôt faire carrière. On comprend bien que celui ou celle qui fait sa connaissance ne saurait rester de marbre devant tant d’atouts réunis chez une même personne.

Écrit par : Amezeg | 10/08/2014

Merci pour ce passionnant début de reportage sur un pays que j'aurais tellement aimé visiter....

Écrit par : old Nut | 11/08/2014

ça c'est de vrais rencontres...
besos
tilk

Écrit par : tilk | 11/08/2014

Bonjour mdame, ben dis donc joli voyage que vous avez réalisé là, super...c'est mon rêve d'aller voir ces régions, mais bon, on verra ça plus tard....pour te donner des nouvelles, je vais bien, je ne suis pas dans l'ambulance, non non, suis bénévole depuis quelques mois à l'antenne de la croix rouge de Montpellier, je sévis un peu dans tous les secteurs, conduite du camion pour livraison des colis aux nécessiteux, tri de vêtements, et préparations des déjeuners du matin, (110 par jour), plus distributions...comme tu vois, ça occupe, alors le blog, léger léger...ce bénévolat fait beaucoup de bien à mon karma, je sais que tu comprendras...j'espère que tu vas bien,, je t'embrasse et te sohaite un bon lundi.

Écrit par : le Pierrot | 11/08/2014

@ Le pierrot, Je suis contente de voir que tu entreprends quelque chose de positif et d'aide aux autres. Ce n'est pas moi qui suis allée au Pérou, c'est ÉPHÊME ! Je ne suis pas une grande voyageuse. Merci d'avoir donné de tes nouvelles.

Écrit par : Ariaga | 11/08/2014

Sedna, le cochon d'Inde est délicieux.... et, expérience vécue, c'est le même problème lorsque l'on doit manger l'agneau (ou les pigeons..) dans une ferme d'amis, devant les enfants aux yeux rougis, car c'étaient LEUR agneau et LEURS pigeons. Un moment un peu délicat, mais la marée de la gourmandise recouvre vite l'estran des remords.
Amitiés.

Écrit par : ÉPHÊME | 11/08/2014

@ ÉPHÊME, je pense aussi aux lapins si mignons ...

Écrit par : Ariaga | 11/08/2014

Bien vu, Amezeg. J'ai tout à fait volontairement gardé l'interrupteur, qui permettait d'allumer une ampoule presque au-dessus ! Télescopage des cultures garanti. Par contre tu dois avoir un laboratoire secret pour fabriquer la "chicha" ! Pour ce qui est de Patrick, c'est vraiment l'un des gars les plus sympa, charmeur, débrouillard et compétent que j'ai rencontré, vivant avec un gros cailloux coincé sur l'accélérateur, et un régal pour voyager intelligemment. Par contre, ne pas compter sur beaucoup de sommeil...

Écrit par : ÉPHÊME | 11/08/2014

Je ne sais pas si on tisse du serge avec la laine ...de Lama ?
Pour les cobayes ils n'ont pas d'état d'âme car il faut bien se nourrir
même sur l'altiplano et d'ailleurs même dans les hauteurs ils restent terre à terre et savent accommoder les restes. Aurons nous un aperçu de la cuisine liménienne qui monte en flèche dans les guides, les cœurs et les estomacs, ces derniers temps ?

Quand je pense que je devais aller dans le calleron de huylas il y a une trentaine d'année, regrets et rêves, pas définitivement enfuis.
Quand je pene qu'on continue de présenter Hiram Bingam comme le découvreur du vieux pic (Machu Pichu) pour rimer avec mucha chicha !
il a peut être rêvé depuis Harvard au temple de Salomon avant de trouver celui du soleil !

Aller nostalgie, je pense à mon ami quichua de Cuzco guillermo o campo rencontré il y a si longtemps...

Écrit par : Thierry | 11/08/2014

à Ephême pour prévoir la prochaine éclipse
il faut connaitre ....les éphémérides
afin de ne pas effrayer la pacha mama!

Écrit par : Thierry | 11/08/2014

@ Thierry, je partage ta belle nostalgie car je sais que le Pérou ce n'est pas pour moi et je remercie ÉPHÊME de me le faire "ressentir" par procuration.

Écrit par : Ariaga | 11/08/2014

(commentaire posté par erreur sur le précédent billet, je le bisse ici)

« Par contre tu dois avoir un laboratoire secret pour fabriquer la "chicha" ! »
C’est que, vois-tu ÉPHÊME, j’essaye de vivre assez chichement afin de progresser vers la sobriété heureuse que prône Pierre Rabhi...

------------
« ..... Patrick ...vivant avec un gros cailloux coincé sur l'accélérateur, »

Je ne lui jetterai pas la pierre, lorsque qu’on vit en altitude il est bon et nécessaire de garder le pied au plancher...d’une certaine façon, mais pas d’une autre.

Écrit par : Amezeg | 11/08/2014

Ah Ariaga du côté de Potosi j'avais des potes aussi !
là on se met à parler popotes même s'ils ne cuisinent pas à la cocottes.
Autarciques ils sont et Rabhiniens dans l'esprit tout en continuant d'invoquer les esprits des anciens , ils ont leurs dieux lares mais n'ont pas des têtes de lards, même s'ils élèvent encore de nombreux lardons.
Pas de pélardons car peu ou pas de chèvres mais des grands vautours en forme de multinationales qui ont été encore plus désinhibées récemment par les décisions d'Humala au mépris des sites, du patrimoine et de l'histoire !
Pour terminer pas sur que j'aurai résisté au soroche (mal des montagnes) en allant à 4000 et plus, pas aussi résistant qu'un de mes amis qui a pu grimper au sommet de l’Aconcagua.

Écrit par : Thierry | 11/08/2014

Merci Danaé, car tu parles en connaissance de cause, et tu as dû, dans ta riche vie, connaître ces instants où se brouillent les temps.

Écrit par : ÉPHÊME | 11/08/2014

Plumes d'Anges, ton blog est un bijou... Merci pour le commentaire, et je pense que la suite du voyage va te plaire.
Amitiés

Écrit par : ÉPHÊME | 11/08/2014

ÉPHÊMINITO est ravi d'avoir de tes nouvelles depuis la saga des pénitents pélicans. Avec Amezeg et Thierry, vous êtes les bretteurs du blog, avec Ariaga en Cardinal (sic, aïe...pas sur la tête SVP !), chacun passant par tous les rôles et le tout supervisé par un d'Artagnan invisible.
Bises. Amitiés.

Écrit par : ÉPHÊME | 11/08/2014

old Nut, il est toujours possible de réaliser ses rêves....au moins en imagination. Ton site est très sympa, et fleure bon le punch.
Amitiés.

Écrit par : ÉPHÊME | 11/08/2014

Merci tilk.... Le Pérou est un pays extraordinaire où l'on fait régulièrement des "vraies" rencontre, comme tu le dis, dès que l'on s'éloigne un peu des sentiers battus.
amitiés

Écrit par : ÉPHÊME | 11/08/2014

Thierry et Amezeg, je suis dépassé. Voir commentaire note précédente...
Merci pour vos brillantes empoignades !!!!!!
Amitiés

Écrit par : ÉPHÊME | 11/08/2014

Je viens de m'apercevoir en relisant mes commentaires que j'avais omis de préciser que le message commençant quatre commentaires plus tôt par "ÉPHÊMINITO" s'adressait à l'illustrissime conteuse gaillarde conteuse. Avec toutes mes excuses et encore plein de bises gazouillantes de mots.

Écrit par : ÉPHÊME | 12/08/2014

la gaillarde conteuse que j'ai le bonheur d'être, suit de près - sans systématiquement intervenir - les joutes verbales qui se déroulent ici, autour de tes récits voyageurs, cher Ephême-Ephêmito-Ephêminito !
quel plaisir de te suivre dans ces voyages, ainsi que de suivre les laborantins dans leurs délires. Nous sommes en pleine ambiance estivale... qui nous rappellent les cales... d'un original...
bateau.
je t'embrasse

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2014

@ la gaillarde conteuse, et moi j'ai l'impression d'être en vacances !

Écrit par : Ariaga | 12/08/2014

@Ephême nous n'avons pas dépassé la date de péremption et d'ailleurs sans être péremptoires, ni faire trop de blagues de comptoir, nous voici non dans le noir mais l'attente et l'espoir de nouvelles photos et d'un texte à l'avenant.
L'actualité reste clairsemée mais les expropriations frauduleuses continuent sur les hauts plateaux surtout du côté du lagon bleu où l'on veut de la place pour une mine de cuivre et d'or et tant pis pour les peones qui en revendiquent la propriété. Bref le retour ou la transmutation du pot de terre contre le pot de fer ( un peu doré sur tranche). d'ores et déjà on peut se dire que les ONG mobilisent mais si la cause n'est pas perdue elle est ardue.

Écrit par : Thierry | 12/08/2014

@ Thierry, je ne compte pas avoir de livraison Éphêmienne avant demain après midi et comme la livraison est" en vrac", je dois faire le paquet !!!!!!

Écrit par : Ariaga | 12/08/2014

Tu vois, Ariaga, que tu n'es pas si en vacances que ça !!

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2014

Oui mais on est accrocs :) pas au point de hurler à la lune pour autant.

Écrit par : Thierry | 12/08/2014

si si, au point de hurler à la lune !!

Écrit par : la gaillarde conteuse | 12/08/2014

et pendant ce temps là la terre tremble à Quito !

Écrit par : Thierry | 13/08/2014

Je me rends compte que je ne connais pas grand chose de ce pays. Il garde un mystère. C'est vrai que les cochons d'Inde viennent du Pérou. Alors là, je me souviens des miens, très mignons. Je ne voudrais pas les manger.... Les ancêtres sont formidables pour avoir construit de magnifiques cités, tout cela est grandiose.

Écrit par : ELISABETH | 15/08/2014

Un visite sur les pas d'un crapahuteur spéléo, quelle belle occasion d'explorer le Macchu Picchu. As-tu pu escalader le Huayna Picchu?

Écrit par : venezia | 03/09/2014

Hélas, non, vénesia ! J'a! eu une partie de l'oreille interne "grillée" par un virus, et depuis, souffre d'un vertige pathologique, qui me donne des sueurs froides dans tous ces sites péruviens aménagés pour des vigognes éthyliques. Seul la confiance absolue que j'ai dans Partrick m'a permis de franchir certains passages, pourtant bien anodins. J'ai dû abandonner spéléo et montagne.... et c'est dur !
Amitiés.

Écrit par : ÉPHÊME | 05/09/2014