UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Extraterrestres à la Rochelle ! | Page d'accueil | Préceptes de jardinage »

22/05/2015

Mircea Eliade : Jung et Freud

citations,société,sexualité,prophète,Mircea Eliade,Jung,Freud,spiritualité

Je propose aujourd'hui aux amis lecteurs une citation de Mircea Eliade extraite de son article intitulé Jung ou la Réponse à Job publié dans le cahier de l'Herne qui lui est consacré (p.247). Comme c'est un peu long et que j'en connais qui n'aiment pas lire tes textes touffus je me suis permis de mettre en caractères gras ce qui me semblait important. Ariaga.

"Le théologien protestant Hans Schär, auquel on doit déjà un beau volume sur la pensée religieuse de Jung, se demande, dans un article récent si, d'ici cent ans, La réponse à Job ne sera pas considérée comme un livre prophétique. Or, lorsque Jung avait publié ses premières études sur l'inconscient collectif et, par conséquent, s'était détaché du freudisme, il parait que Freud disait de son ancien collaborateur : "Il était au commencement un grand savant, mais maintenant il est devenu prophète !" Certains voient dans cette boutade du Maître le plus grand éloge : ils considèrent, en effet, le professeur Jung comme un prophète des temps modernes. Car, si Freud a eu le grand mérite de découvrir l'inconscient personnel, Jung a découvert l'inconscient collectif et ses structures, les archétypes ; par ce fait, il a apporté une lumière nouvelle à l'interprétation des mythes, des visions et des rêves. Plus encore : assez tôt, Jung s'est délivré des préjugés scientistes et positivistes de la psychanalyse freudienne ; il ne réduit pas la vie  spirituelle et la culture à des épiphénomènes des complexes sexuels infantiles. Enfin, Jung tient compte de l'Histoire : il regarde la psyché aussi bien en naturaliste, qu'en historien ; pour lui, la vie des profondeurs psychiques est l'histoire . Ses découvertes, disent les jungiens, changeront de fond en comble l'univers mental de l'homme moderne. Freud ne s'était pas trompé : Jung ne pouvait pas rester un simple "savant" ; il devait élargir toujours plus l'horizon de ses découvertes et frayer à l'homme moderne une voie pour sortir de sa crise spirituelle. Car, pour Jung, comme pour beaucoup d'autres le monde moderne se trouve en crise, et cette crise est provoquée par un conflit encore irrésolu dans les profondeurs de la psyché. "

 

Commentaires

je ne suis pas un expert en pscy ou en philo mais je suis persuadé
que la crise vient justement du spirituel qui ne fait que tenter de contrôler les individus et la société en leur faisant supporter la misère
au lieu de les pousser à la combattre...
besos
tilk

Écrit par : tilkt | 23/05/2015

« Car, pour Jung, comme pour beaucoup d'autres le monde moderne se trouve en crise, et cette crise est provoquée par un conflit encore irrésolu dans les profondeurs de la psyché. »

La réflexion de Jung affirmant que l’humanité n’en est encore qu’au stade de sa préhistoire psychologique ne semble-t-elle pas être une remarque de bon sens tout à fait fondée sur l’observation de ce que l’on voit et de ce que l’on entend un peu partout... y compris parfois en soi-même...?

Amezeg

Écrit par : Amezeg | 24/05/2015

Bonjour Ariaga, hélas la voie pour sortir l'homme moderne de sa crise spirituelle n'est pas encore trouvée !
En attendant, je te souhaite Ariaga un excellent dimanche. Bises

Écrit par : danae | 24/05/2015

@ tilk, je me faisais du souci et je suis contente d'avoir de tes nouvelles.ton commentaire est très juste.

Écrit par : Ariaga | 25/05/2015

@ Amezeg, tout à fait d'accord sur le bon sens de Jung même si en d'autres occasions il a pu un peu errer ...

Écrit par : Ariaga | 25/05/2015

@ Danae, peut-être n'y-a t-il pas une voie mais des voies qui doivent se conjuguer.

Écrit par : Ariaga | 25/05/2015

Chère Ariaga,

Merci de mettre en avant un grand nom comme Eliade, à qui l'on doit une véritable reconsidération du Sacré (avec un grand s)...trop méconnu comme c'est probablement le lot des vrais découvreurs.

Concernant le commentaire de Tilkt, selon ce qu'il appelle spirituel, je suis très en accord ou en total désaccord, héhéhé

Bises amicales,
Jean

Écrit par : Jean Bissur | 25/05/2015

J’aimerais beaucoup en en savoir davantage sur les errements (persistants) de Jung, Ariaga.
Peux-tu me faire part de l’un ou l’autre de ces errements que tu connais et que j’ignore peut-être, n’ayant pas, comme toi, écrit de thèse sur cet immense auteur que tu as sans doute exploré dans le détail ? Merci d’avance.

Écrit par : Amezeg | 25/05/2015

@ Amezeg, je pensais surtout à ce que j'apprécie chez Jung, le manque de dogmatisme. Il accepte de dire que ce qu'il a pu penser à une époque peut être remis en question et que, par exemple au sujet du Soi, ses idées peuvent évoluer. Si tu as un peu de patience tu pourras trouver des exemples dans ma thèse sur le site. Il y a eu aussi quelques sortie de route dans sa vie personnelle et cela le rend, à mes yeux, plus humain.

Écrit par : Ariaga | 25/05/2015

@ Jean Bissur, en effet, avec Rudolf Otto, Mircéa Eliade est celui qui parle le mieux du sacré. Il y a aussi des textes intéressants sur l'alchimie. Pour le commentaire de Tilk, pourquoi pas les deux !

Écrit par : Ariaga | 25/05/2015

Merci pour cette prompte réponse, Ariaga, car je vois mieux à présent ce que tu entendais par "...un peu errer...".
Espérons que cette souplesse non-dogmatique, très appréciable en effet, ne justifiera pas pour un trop grand nombre d’auteurs se réclamant éventuellement de Jung le droit de déformer les grandes lignes de sa pensée psychologique et de ses découvertes très concrètes, empiriques, sur des points essentiels ; afin de les faire coïncider avec leurs propres points de vue qui pourraient être très éloignés, voire opposés à ceux de Jung...

Écrit par : Amezeg | 25/05/2015

@ Amezeg, c'est vrai que l'on peut se livrer a des interprétations erronées mais pour ceux qui sont sérieux et savent aller aux sources, c'est à dire le texte, je pense que les grandes lignes et les points essentiels sont tellement forts et novateurs que l'on ne pourra pas les franchir. Et puis il y a des veilleurs cher Amezeg.

Écrit par : Ariaga | 25/05/2015

Oui, en principe, Ariaga.
Mais quand on voit que certains ont fait et font encore de Jung un antisémite, en dépit de la réalité patente des faits qui le montrent très différent de cela, on s’attend au pire... quand on veut déformer et travestir la réalité, ni les sources, ni les témoignages avérés ne sont des obstacles à cette volonté de déformer et de travestir, hélas...!!

Écrit par : Amezeg | 25/05/2015

Amezeg,

Je partage cet agacement vis-à-vis de la capacité de certains à nuir plus ou moins volontairement...pour autant, si un penseur suscite autant de réflexes idiots, c'est que sa pensée est toujours très vivante ;)

Jean

Écrit par : Jean Bissur | 25/05/2015

Quand je pense que tu prends des pincettes pour présenter ce texte qui est somme toute plutôt lumineux et court ! Je connais des blogueurs qui vous en mettent des telles tartinées que l'on attrape mal à la tête et mal aux yeux avant d'en avoir lu la moitié ... Non là, c'est tout à fait "supportable".
Il est évident que Jung est un génie qui a ouvert à l'homme contemporain d'immenses voies d'exploration de son propre esprit pour lui permettre de se connaître et d'amplifier cette connaissance en reculant ses propres limites. Freud à côté n'est que petites ficelles et labyrinthes plus ou moins putrides. Par contre, si Jung a permis d'importantes avancées sur le plan de la "recherche spirituelle", je ne vois pas en quoi il répondrait à une "crise". A toutes les époques la vie spirituelle a brillé de différentes manières mais toujours de façon aussi vivace. Le début du 20e siècle correspond à l'arrivée massive en occident des traditions orientales et c'est surtout cet afflux d'informations qui a peut-être entraîné la nécessité pour la pensée occidentale de se "mettre au diapason" en établissant des "ponts" qui la satisfassent au plan scientifique ou du moins en relation avec sa propre culture ; par ailleurs la loi du "balancier" qui sévit sur notre monde a peut-être entraîné l'afflux simultané des "forces obscures" et c'est peut-être ce qui permet d'évoquer une crise... En ce cas les travaux approfondis de Jung ont pu montrer comment forces noires et forces lumineuses s'équilibrent en effet de façon indéfectible dans notre psyché, pour rejaillir aussitôt en événements de par le monde...

Écrit par : Aloysia | 25/05/2015

(Ta photo, ce sont les marteaux d'un piano ? J'adore !...)

Écrit par : Aloysia | 25/05/2015

Si les hommes s'employaient à penser dans la lumière au lieu de fabriquer la noircitude, le monde irait sans doute mieux !

Écrit par : Sedna | 26/05/2015

Je découvre - non pas Jung- mais Mircea Eliade et j'ai aussi lu les commentaires. Je suis de ceux qui pensent (ce ne fut pas toujours le cas) que si l'on peut agir et "combattre" certaines choses, il est prétentieux et illusoire de prétendre pouvoir "changer le monde". De mon expérience personnelle, je sais par contre que la spiritualité peut m'aider à changer ma façon de penser et être un outil précieux de ce que je nomme "ma nouvelle vie". Amitié et merci de tes passages.

Écrit par : Louis-Paul | 27/05/2015

@ Aloysia, oui, il y a des gens qui établissent des ponts mais ce sont des personnes qui réfléchissent ce qui n'est pas le cas de la majorité que l'on inonde de gadgets et que l'on rend dépendante de pseudo technologies. Cependant, je suis d'accord avec toi sur l'équilibre des forces mais cela ne va pas sans "crises". Oui, ce sont les marteaux d'un piano. Merci pour cet intéressant commentaire.

Écrit par : Ariaga | 27/05/2015

@ Sedna, moi aussi je voudrais bien que cela se passe ainsi mais ce n'est pas le cas ...

Écrit par : Ariaga | 27/05/2015

@ Louis-Paul, oui, commencer par se changer soi-même avant de vouloir changer le monde.

Écrit par : Ariaga | 27/05/2015

Petit coucou Ariaga, Il y a beaucoup à faire sur soi-même avant de changer le monde. J'espère que tu vas bien. L'aquarium de la Rochelle je l'avais aussi visité, il est magnifique. Gros bisous

Écrit par : danae | 28/05/2015

Chère Ariaga ,je peine à lire vu mon état actuel...J'ai lu quelques ouvrages de Mircea Eliade...Je passe sur les blogs très lentement. Merci de tes mots chez moi. Les messages amicaux soutiennent un peu.
Mes amitiés.

Écrit par : Hécate | 28/05/2015

Je suis assez béotien en jungnitude mais je me demande si les travaux des anthropologues et autres chercheurs au plus près de l'homme dans la foulée de Levy strauss , structuralisme aidant et d'autres sciences en devenir auxquelles Jung à pu prêter sinon une oreille complaisante du moins suivre en homme de son temps les avancées sur des grandes questions n'ont pas pu lui servir pour élaborer ses modèles archétypaux.
Je pars du principe qu'on fait souvent système et que les influences se cachent où ne se révèlent pas si facilement et que l'inspiration et les théories prennent parfois leur origine dans des événements singuliers
ou qui vous mettent au contact d'une supra-conscience ?

c'est un peu long mais si vous pouviez m'éclairer sur cette simple et modeste question, j'en serai fort aise.

Écrit par : Thierry | 28/05/2015

@ Thierry, ta question est très intéressante et je vais le plus vite possible tenter d'y apporter une tentative de réponse.

Écrit par : Ariaga | 29/05/2015

@ Thierry, Jung était extrêmement intéressé par la science. Il y a beaucoup d'exemples dans sa correspondance mais je ne t'en donnerai qu'un : sa relation avec le grand physicien (prix Nobel en 1946) W. PAULI dont les rêves sont le socle de "Psychologie et alchimie". Ils ont été en relation pendant un quart de siècle et leurs échanges épistolaires sont réunis dans l'ouvrage "Correspondance" publié chez Albin Michel Sciences.Chacun fait un bout de chemin vers l'autre ; Pauli vers l'alchimie et la philosophie, Jung vers la physique de pointe. Ils se retrouvent autour du concept de la synchronicité.

Écrit par : Ariaga | 29/05/2015

@ Hécate, C'est déjà magnifique que, vu ce que tu as subi, tu arrives à passer sur les blogs et je suis touchée que tu aies pris la peine d'écrire ici quelques lignes.

Écrit par : Ariaga | 29/05/2015

@ Danae, C'est le plus difficile, se changer soi-même car on a tendance à voir plutôt ce qui ne va pas chez les autres !

Écrit par : Ariaga | 29/05/2015

Merci Ariaga de m'avoir indiqué ces quelques éléments qui confirment des intuitions.
Quand on est contemporain d'avancées aussi signifiantes que l'état quantique ou encore la relativité, généralisée ou pas, et que la matière livre peu à peu quelques uns de ses secrets en dopant les énergies créatrices il est certain que les échos et les retombées de telles découvertes ne peuvent rester sans effets sur des esprits informés et pénétrants.

Les conversations et autres échanges épistolaires sont en effet les moyens de confronter des points de vue et des ressentis sur notre perception du monde à travers des outils de plus en plus sophistiqués, théoriques mais qui peuvent impacter le quotidien.

Je ne mourrai pas idiot, ça rassure...

Écrit par : Thierry | 30/05/2015

Bonjour mon amie,
je partage complètement l'analyse de cet article
mon blog a été tout modifié, c'est le vrai cirque pour laisser un message.
Si tu veux me joindre par mail : bichon-21@orange.fr
Bon dimanche
Daniel

Écrit par : dany2121 | 31/05/2015

Le monde change continuellement et cela engendre des crises. Je ne pense pas qu'on puisse éviter ces choses là. De plus on n'a jamais terminé de faire des découvertes. Bon week end Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 06/06/2015