UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Explosion!(bis,15) | Page d'accueil | Déserts (Bis 17) »

22/08/2015

Le pays de Mutti (bis,16)

 

 

Rêve de banc_2.jpg
                                        Création numérique de Muttifree
 
     Je me suis allongée sur le banc et je suis partie voyager dans le monde de Muttifree. C'est un univers de miroirs et de reflets où l'on trouve les sept merveilles : voir, entendre, toucher, goûter, sentir, rire, aimer. J'ai fait la traversée du miroir et j'ai pénétré dans l'image qu'elle m'avait envoyé comme clef de son monde imaginaire. J'ai vu, de mes yeux vu, des bateaux à lunettes, des chats en chaussettes du bleu jusqu'à la lune et un banc engrossé par une chaise mâle et bien d'autres choses incroyables. Je suis submergée, je plonge dans cette mer de l'imaginaire.
    Les habitants du banc, se sont emparés du blog. Je vais rester en silence et écouter leurs murmures de plus en plus insistants qui montent jusqu'à la tour de mes délires oniriques. Je vais devenir autre, je vais devenir les autres, et me laisser bercer de leurs mots. 
                Ariaga

Commentaires

C'est bien, si les chats ont mis leurs chaussettes et les bateaux leurs lunettes, tout est pour le mieux, je peux grimper aux arbres pour observer les étoiles ; une échelle de corde pour m'y balancer, et bientôt je verrai Ariaga et son Château ambulant qui progresse vers le Sud empourpré par les feux de l'aurore.

Écrit par : Aloysia | 22/08/2015

Ma yaya et mon quinquin , diminutifs affectueux pour Gaïa et Arlequin sont deux matous mutins qui cherchent chaque matin leur butin !
Dans la Grèce antique les trirèmes avaient parfois des yeux dessinés vers la proue, de part et d'autre comme si une divinité était là à épier l'ennemie avant de l'éperonner.

je suis scotché (j'aime au moins trois fois) par le tableau de Muttifree
un banc lunette de presbyte ou encore une balance , mais pas de Roberval ça vous renverse la tête et dans le contexte ça laisse échapper la nécessité de la douce vision au foyer et du poids de l'existence qui tend nos corps et nos esprits !

Écrit par : Thierry | 22/08/2015

Tu vas avoir de quoi lire quand tu vas revenir prendre les rennes de ton blog. Bientôt la rentrée, gare !

Écrit par : elisabeth | 22/08/2015

Je vais me tourner aussi vers le ciel pour voir tout ce joli monde évoluer .. Bon emménagement dans tes nouvelles terres !

Écrit par : Sedna | 22/08/2015

Mais qui laisse t on sur le banc, qu'on délaisse, qu'on tient en laisse, sans laisser aller mais pas sans baisser haler , haletant ou pantelant ?
Sur le banc savez vous quoi qu'il y a ?

Eh bien des remplaçants, des doublures (mais sans lever de rideau) , des coupeurs de citron (pas pressés) et qui attendent leur heure patiemment.

La seconde vague de l'armada, mise en réserve pour contenir les assauts de l'adversité et parfois des jokers (pas que médicaux), des impact player (pas garantis) mais qui vont rentrer dedans allégrement.

Les hommes de l'ombre qui sauvent l'équipe quand elle menace de sombrer et qui sont tenaces et coriaces (sans être des curiaces en cuirasse) .

Alors oui on peut être fier du banc en embuscade, pas qui sent la muscade , ni muscadins ni muscardins, pour qui les mignardises ne peuvent vaincre la couardise , des qui ne s'enlisent pas même du côté de Senlis, là où il y a des pissenlits.

Écrit par : Thierry | 23/08/2015

Coucou Ariaga, j'adore les créations de Mutti qui ne se montre pas souvent mais qui n'oublie pas les anciens amis. Bonne semaine Ariaga et bises

Écrit par : danae | 24/08/2015