UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Petits miracles du quotidien | Page d'accueil | Sur le don »

03/11/2016

Don Juan et l'anima

dom juan,philosophie,psychologie,citations,jung,marie louise von franz,photo,ariaga

Photo Ariaga

Aujourd’hui, je vous présente un texte de Marie-Louise von Franz, qui fut pendant trente ans une proche collaboratrice de Jung. Elle a écrit ces lignes au sujet de ceux qui sont en perpétuelle recherche de conquêtes féminines. Que personne ne voit une quelconque ironie dans ma photo, cela m'est venu comme ça  ! Ariaga.

 " Imaginons une homme qui projette avec force son anima sur une femme et que cela se concrétise par un puissant désir d'union sexuelle. Admettons qu'elle succombe et qu'ensuite plus rien ne subsiste. C'est souvent ce qui se passe avec un Don Juan. Après coup, cela ne signifie plus rien pour lui ! Il la quitte et pense : " Oh, Zut, ce n'étais pas ce que je voulais ! " En fait, dès le tout début, ce n'était pas ça : voilée sous cette forme, la pulsion n'a atteint ni son but ni son sens et aucun progrès n'a été réalisé dans le domaine de la conscience. "

Alchimie, p. 90 Ed. La Fontaine de Pierre

 

 

Commentaires

Zut, de zut ! On dirait bien que la dame a été séduite, puis abandonnée... :)
Du coup j'ai fait une recherche internet sur le symbolisme de Dom Juan, et j'ai lu une analyse intéressante ici : https://trans.revues.org/531

Alors cette pulsion, quel sens, quel but ?

Écrit par : Miche | 03/11/2016

Le désir a été satisfait....On peut passer à autre chose......Cela peut se répéter sans fin...

Écrit par : Daniel | 03/11/2016

Et dire qu'il y en a qui se laissent prendre à se jeu là en permanence§ Ils passent ainsi à côté d'une relation vraie et nourrie de beaux sentiments ! Douce journée à toi. Bises. Joëlle

Écrit par : JC | 03/11/2016

Note que c'est pareil pour tout... Nous sommes tous des Don Juan, victimes de nos projections, de nos désirs qui en réalité se trompent totalement de direction. C'est tout simplement la condition de l'être humain non éveillé.

Écrit par : Aloysia | 03/11/2016

sans commentaire :

https://www.youtube.com/watch?v=HFzHpONoPZo

Écrit par : Maria-D | 03/11/2016

Le désir, une pulsion .. juste un moment que l'on oublie : je pense qu'il faut chercher ailleurs le bonheur d'être

Écrit par : Sedna | 03/11/2016

séduire avec l'ombre autre que celle de son sexe, ...
kapput la chimére s'évanouit ? ! êtrange point de vue ?

Écrit par : lamangou | 03/11/2016

pardon mal lecture et anima.
pas avec son anima

Écrit par : lamangou | 03/11/2016

@ Daniel, l'instinct, la pulsion, sont inscrits et la conscience au sens où nous l'entendons est une lente progression de l'homme.

Écrit par : Ariaga | 03/11/2016

@ Miche, j'ai lu. C'est bien fait. Mais je crois que cette pulsion est plus primitive que littéraire.

Écrit par : Ariaga | 03/11/2016

Plaire, complaire, arriver à ses fins par tous les moyens
c'est bien médiocre , la séduction par le verbe et la parade, bien superficiel tout ça, de drôles de grosses ficelles, ce n'est pas cousu que de fil blanc, mais ce pouvoir attracteur me parait non futile mais fugace.

Écrit par : Thierry | 03/11/2016

@ J C, je crois que c'est un jeu qui ne finira jamais. Je te signale que quand on clique sur ta signature J C à la fin de ton commentaire on arrive pas sur ton blog. Il faut aller dans mes liens , les harmonies de Joëlle Colmar.

Écrit par : Ariaga | 03/11/2016

la séduction est un éclair, l'amour une chaleur diffuse à long terme...

Écrit par : Marie Minoza | 03/11/2016

Toutes les femmes ne se laissent pas prendre au jeu de la séduction mais s'en servent juste pour se rassurer car, lorsqu'une femme se pense aimée, elle se sent belle. Ne pas croire non plus que cette attitude soit l'apanage des hommes.

Écrit par : Chinou | 04/11/2016

Bonjour chère Ariaga....Plaire,séduire, c'est essayer aussi de revivre cette première fois si unique...si grisante....Dom Juan serait-il un nostalgique ?
Amitiés

Écrit par : Hécate | 04/11/2016

Toutes les femmes aussi ne sont pas "séduites", il y a des "prédatrices", juste retour des choses :-)
Ta photo est superbe, Ariaga

Écrit par : Ambre Neige | 05/11/2016

Un texte qui me laisse septique!

La relation sexuelle réduite à une pulsion ignore tout partage, elle est égoïsme profond...

Écrit par : Marie Minoza | 05/11/2016

« La séduction suprême n’est pas d'exprimer ses sentiments, c'est de les faire soupçonner. » Barbey d’Aurevilly.

Écrit par : alezandro | 06/11/2016

@ Aloysia, c'est vrai que nos désirs se trompent souvent de direction ...

Écrit par : Ariaga | 06/11/2016

@ Maria D, Brassens quel poète ! Et c'est une autre vision du Don Juan.

Écrit par : Ariaga | 06/11/2016

@ Sedna, oui, mais il s'agit du désir sexuel, il peut y avoir des désirs du bien, du beau etc. qui sont de bons moteurs pour avancer.

Écrit par : Ariaga | 06/11/2016

@ Lamangou, pour moi il n'y a pas de point de vue étrange, ils sont tous une manifestation de ce que nous sommes., le résultat de nos expériences.

Écrit par : Ariaga | 06/11/2016

salut belle lectrice , oui, écrire des romans de gare quand on a faim et fait un choix d'artiste interpréte , il est necesssaire d'avoir des complément alimentaire avant le succés, çà donne de l'imagination merci de ton mot cela m'a fait plaisir. par ailleurs j'avais mal lu ton texte et je trouvé çà très bien ton inversion et la vision de Young.
mais non c'était inverser
et ma foi nous pouvons longtemps nous y étendre , quand nous avons epuisé les horribles verifications de nos objets petita originel et bienb soit on trouve le vrai homme de notre vie ou la vie de solitiaire et une excellente compagnie car en ces temps là bien des choses on put prendre place le l'amour manquant.
et on ne peut éternellement faire souillé notre patrimoine acque=is en travail analytique
gros bisous bella
super de te retrouver à bient^to ta nouvelle ponte

Écrit par : lamangou | 06/11/2016

Léda abandonnée par Zeus (et mère de Castor...) ? J'aime beaucoup lire Marie-Louise von Frantz, merci pour cet extrait.

Écrit par : la Mère Castor | 07/11/2016

Le Dom Juan est occupé de lui-même, lui d'abord. Les autres ne sont que des objets ! bonne soirée Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 07/11/2016

heureusement la statue du commandeur veille !

Écrit par : Thierry | 07/11/2016

Il y a beaucoup de malheureux, non ? Je les plains de tout mon cœur et passe ma route... Bises Ariaga, ta photo est fort belle ! brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 07/11/2016

@ Marie Minoza, d'accord et c'est à cela que pense Marie-Louise von Franz quand elle écrit que ce genre de relation n'augmente pas le degré de conscience. J'ai beaucoup aimé quand, plus haut, tu as écrit : " la séduction est un éclair, l'amour une chaleur diffuse à long terme ...

Écrit par : Ariaga | 08/11/2016

@ Thierry, oui la statue du commandeur veille mais il en est qui préfèrent la mort !

Écrit par : Ariaga | 08/11/2016

@ Chinou, en effet, il y a des don Juan féminins.

Écrit par : Ariaga | 08/11/2016

@ Hécate, finalement, c'est un peu comme une drogue ...

Écrit par : Ariaga | 08/11/2016

Bonjour Ariaga,
Quand je lit "aucun progrès n'a été réalisé dans le domaine de la conscience. " je me dit que en fait ce n'est pas l'objectif non plus ! Enfin je crois, sinon il y a quelque chose qui m'échappe :)

Écrit par : plume bleue | 08/11/2016

Texte daté , pas anti daté , pas sûr que son contenu corresponde à ce que je pense maintenant, plus allégorique que parégorique ! Des questions pourtant sur ce besoin parfois irrépressible chez certains entre recherche pour se faire accepter, mais plaire est ce bine ça et quelle pérennité au bout, gestes vains et fatuité !!!

Éloge du séducteur

N’est pas Casanova ou Dom Juan qui veut mais il y a dans cet art tous les mystères du monde et dans la capacité à conquérir le cœur mais à charmer l’esprit aussi autant de difficultés que de récompenses mais à cet exercice sommes tout assez vain comme pour l’escalade…montagneuse, il ne suffit d’atteindre le sommet il faut ensuite accepter de retourner-régresser vers un point bas comme un retour en arrière, une descension pas toujours flatteuse.

Pourtant à déployer charmes, attraits et autres moyens accoutumés pour prendre dans ses rets n’y a-t-il pas là un instinct ancestral de chasseur car l’homme est un loup pour l’homme et comme prédateur le mâle se pose là depuis que la chasse a développé chez lui des compétences et des conditionnements qui lui donnent des obligations, sauf à perdre la face (mais pas la nord ni le nord d’ailleurs).

Alors s’agit il de leurrer, d’attirer et de capturer ou plus positivement de faire un siège mais surtout de charmer mais sans envouter, à prononcer les mots que certaines attendent que risque t on sinon de ne pouvoir aboutir (pas emboutir) et de ne pouvoir conclure et concrétiser alors que l’on n’a eu de cesse que d’attiser les braises (de la baise ou selon) et de s’échauffer les sangs (pas les santiags et sans se les ronger) ?

S’agit il de donner à voir une réalité déformée et obtuse, de lancer des œillades comme autant de bons mots, de s’approcher subreptice sans donner d’indice ni jouer de l’appendice et de devenir l’espace d’une heure un homme à la félicité accomplie.

Écrit par : Thierry | 11/11/2016

pb d'envoi

Écrit par : Thierry | 11/11/2016

Séduire rend il heureux, n'aveugle il point comme les vantards se gaussent, les matamore rompent et se fracassent, les rodomontades fatiguent à la manière des montagnes russes , la ruse est un rendez vous, affut, guet-apens pour celui qui arpente de champ de bataille pour une victoire sans lendemain à la Pyrrhus où il n'y a pas pire ruse déployée comme la gorge , mais quels dépens et quelle responsabilité dans la désillusion, le fol espoir, les conséquences tristes et douloureuses de l'éprise, prise et puis laissée, délaissée pour solde de tout compte. Quel face obscure de la la personnalité pas encore alitée, mais délitée et en poursuite dans une fuite en avant ou on prend les devant sans garantir les arrières...de l'autre s'entend. Hédonisme sourd et presque aveugle qui trompe et aveugle, charme mais envoie aux carmes. Les chagrins des humeurs après les afféteries enjouées, les mots d'esprit (de sel) et une forme de corruption pas passive du tout ni poussive mais finalement répulsive du don dans un échange tronqué et faux ou la duplicité règne après la fausse complicité laissant des suppliciés supplier.

Écrit par : Thierry | 11/11/2016

Brassens c’était bien, moi j’ai pensé à la chanson d’Henri Tachan, Les z’hommes
https://www.youtube.com/watch?v=Vz0p3rZDKfA

Écrit par : Louis-Paul | 11/11/2016

@ Louis Paul, Et moi, je pense à Léonard Cohen, un chanteur que j'écoutais main dans la main avec l'amour de ma vie.

Écrit par : Ariaga | 11/11/2016

@ Thierry, je savais bien que tu devais être un séducteur !!!!

Écrit par : Ariaga | 11/11/2016

@ La Mère Castor, je suis heureuse de voir que nous avons en commun un grand intérêt pour l’œuvre de Marie-Louise Von Franz.

Écrit par : Ariaga | 11/11/2016

@ plume bleue, non, rien ne t'échappe, tout dépend de ce que l'on pense au sujet de la conscience. En plus, ici on parle de la pulsion, pas de l'acte d'amour. Je mettrai prochainement un texte qui, je crois, te parlera mieux.

Écrit par : Ariaga | 11/11/2016

@ Élisabeth, tu as tout compris !

Écrit par : Ariaga | 11/11/2016

@ ARIAGA À TOUS, parfois je me perds un peu dans les commentaires alors si j'oublie quelqu'un ou que je me trompe de nom qu'il ou elle ne m'en veuille pas... il suffit de protester !

Écrit par : Ariaga | 11/11/2016

Ariaga: que devient un séducteur en vieillissant ?
non en fait j'ai pu en caresser le rêve mais je n'en avais pas les qualités, l'insouciance, la légèreté, la grâce etc.

c'est pas plus mal au moins je n'ai pas fait de mal, pas trop de casse, en essayant d'être, le plus souvent, honnête, même si la lâcheté aussi ça existe face à la peur de s'engager et de se sentir prisonnier.

les vieux schémas de la fidélité et du devoir ont la vie dure.

l'étourdissement procuré, la joie la fraicheur ne durent qu'un temps, les collectionneurs passent ensuite à autre chose.

je n'ai jamais eu l'âme d'un collectionneur, trop sérieux pour ça.

Durablement marqué par l'amour courtois et les romans de chevalerie, encore plus depuis un certain temps entre épines et parfum :)

Écrit par : Thierry | 11/11/2016

un problème de don ...du ciel...mon lundi , pourtant ni Daudet ni baudet !

Écrit par : Thierry | 14/11/2016

Écrire un commentaire