UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Don Juan et l'anima | Page d'accueil | Pierres sur le chemin »

11/11/2016

Sur le don

pensées,philosophie,spiritualité,ariaga,jung,photo,fleur

Le don de la fleur, photo Ariaga

 

Quelques brèves idées qui me viennent  :

 

Sans rien espérer, la vie ne vaudrait rien. Faux !  La vie est déjà un don.

***

Mettre de l'amour dans chacun de ses gestes, c'est donner.

***

Se prêter est insuffisant, il faut se donner.

***

Avoir trop, c'est avoir trop peu. En donner une partie c'est redevenir riche.

***

Ariaga

 

Commentaires

Ce n'est pas un bouquet, point n'est besoin
pas trouvé dans un bosquet, tout à point
offrande imaginative qui donne à voir et à penser
c'est une promesse qu'il faut savoir conserver

Écrit par : Thierry | 11/11/2016

Passer de Dom Juan au don sans traverser le fleuve du même nom
c'est ne pas couler ni laisser s'écouler le temps sans apporter la preuve
que des gages sont donnés, des objets échangés; le troc n'est pas loin
et si parfois l'amour est solide comme un roc, quelques éclats volent.

En hiver on préfère l'édredon pour son moelleux et son gonflant, plumes d'eider ou d'autre chose, il nous sécurise et nous rassure.

L'affreux don ne se fredonne pas, mais on peut le laisser de côté celui là.

Écrit par : Thierry | 11/11/2016

Faut il être doué ou roué pour faire du don plus qu'un avantage compétitif dans la grande course de la vie, épousant des causes (toujours) , hâbleur dans les étages, moqueur qui met les rieurs dans sa poche et évite les reproches en se sauvant.

Écrit par : Thierry | 11/11/2016

Tout est dans le coeur de cette fleur et ce dont tu nous parles aujourd'hui est bien une histoire de coeur...
quand on donne spontanément avec le coeur quand on pense avec l'intelligence du coeur c'est bien là que l'on s'enrichit. J'ai tendance à penser qu'il ne peut y avoir Amour de l'autre et de la vie s'il n'y a pas ne serait-ce qu'une fraction de seconde cette spontanéité du coeur qui se nomme peut-être : "compassion", cette effacement du "petit soi" au profit du "grand nous", ce passage du moi à l'autre, aux autres... avec ce coeur qui résonne et comprend... qui saisit et prend avec...

Merci Ariaga pour tes passages sensibles à la maison que la vie te soit douce.

Écrit par : Maria-D | 11/11/2016

Un don c'est un cadeau gratuit!
Alors la vie est bien "cadeau" à chacun de le faire s'épanouir là où il est!

Écrit par : Marie Minoza | 11/11/2016

S'appartient on et cela empêche t il pour autant de faire le don de soi ?

Écrit par : Thierry | 11/11/2016

Tes pensées sont d'une grande profondeur, Ariaga. Mais je dois me répéter la dernière et bien la mastiquer pour la comprendre... Disons que je ne la partage pas, car je dirais plutôt "avoir trop, c'est n'avoir rien" ; puis "en donner une part c'est s'enrichir" (pas une partie : peut-on découper l'avoir en parties distinctes ?)

Écrit par : Aloysia | 11/11/2016

Chacun porte en son cœur une graine d'amour,
Cet amour devient fleur et cette fleur se donne,
Elle se donne aux passants dans le parfum du vent
elle se donne a l'abeille, au tartines des enfants
Cette vie qui se donne voilà sa seule richesse
Et Lorsqu'elle s'endort le cœur lourd de tendresse
Elle emporte avec elle et l'or et le miel

Je t'embrasse

Écrit par : plume bleue | 11/11/2016

Que ta photo est belle! On a envie d'en toucher le coeur, tant il paraît doux et soyeux...
Heu, "avoir trop c'est avoir trop peu", peut-être, mais dans l'autre sens ça ne marche pas très bien, foi d'Ambre! LOL
Belle journée à toi, amie

Écrit par : Ambre Neige | 12/11/2016

La vie est déjà un don mais l'espérance est son moteur!

Écrit par : alezandro | 12/11/2016

@@ Aloysia et Ambre Neige, quand je note des petites phrases ce sont des fulgurances qui peuvent être tout à fait contestables et ceux qui me connaissent savent que je peux, comme Jung, dire une chose et son contraire. J’aime quand vous n'êtes pas d'accord, cela me fait réfléchir !

Écrit par : Ariaga | 12/11/2016

@ plume bleue, cette fleur que tu es venue déposer ici est vraiment d’or et de miel.

Écrit par : Ariaga | 12/11/2016

@ Alezandro, oui, mais l'espérance c'est toujours dans le futur. Pourquoi ne pas dire un grand oui au présent.

Écrit par : Ariaga | 12/11/2016

@ Marie Minoza, nous sommes en harmonie. Voir ma réponse ci dessus.

Écrit par : Ariaga | 12/11/2016

Donner sans rien attendre.....Je pense à tous ceux qui aiment prendre et posséder. Sont-ils heureux ?

Écrit par : Daniel | 13/11/2016

Voilà du grain à moudre pour nos neurones et nos ressentis, et la sage Ariaga sait nous orienter vers de sages réflexions.

Écrit par : Francine | 13/11/2016

@ Maria-D, j'ai lu et médité ton commentaire. Je m'enrichis !

Écrit par : Ariaga | 13/11/2016

@ Thierry, grâce à toi j'ai vu que dans Don Juan il y avait don. Cela me fait réfléchir mais pour l'instant je tourne en rond dans ma tête.

Écrit par : Ariaga | 13/11/2016

le dom de dominant (sur les dominos) et s'il aime les bulles il peut périr à coup de gnons, s'il aime les huitres il peut faire le bivalve, mais que maîtrise il réellement ?

Écrit par : Thierry | 13/11/2016

La fleur est un cadeau, tous comme les matins où nous nous réveillons, prêts à vivre cette nouvelle et belle journée qui commence.
Belle fin de dimanche à toi, Ariaga. Amitiés.

Écrit par : Françoise | 13/11/2016

Le don jouant parfois contre celui qui le met en œuvre, ne lui sert même pas de hors d’œuvre, déjouant ses pièges ses victimes se défilent échappant à son emprise.

Écrit par : Thierry | 13/11/2016

Mettre de l'amour dans chacun de nos gestes pour soi , pour les autres; savoir partager et s'enthousiasmer pour tout ce que la vie nous offre au quotidien. Je "lis" ta photo de fleur et elle m'évoque ceci : Aller butiner au plus profond de notre coeur pour ensemencer notre entourage .
A très bientôt.
Chinoçu

Écrit par : Chinou | 14/11/2016

Il faut d'abord avoir pris soin de soin pour pouvoir donner, sinon, cela devient un soi niant, très connu dans le milieu soignant !
Mettre de l'amour dans ce que l'on fait donne du sens à toute chose.
Bonne soirée à toi. Bises. Joëlle

Écrit par : JC | 14/11/2016

J'ai bien fait de passer chez toi Ariaga, ces mots recueillis me mettent en joie. Bises. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 14/11/2016

il y avait une belle chanson "donne à donne à donne " presque une madone , Alice Donna peut être , pas à coup d'hélice ni d'éclipse , on excipe parfois de sa qualité mais choisir le bon moment pour donner est encore plus beau, inattendu, surprenant, suscitant un plaisir très vif et non feint.

Écrit par : Thierry | 14/11/2016

Le don, on se donne, irait-on jusqu'à offrir sa gorge au vampire ?

Écrit par : Miche | 15/11/2016

Chère Ariaga le don c'est tout de suite ,pourquoi attendre...Un coup de coeur s'offre, ce que j'ai fait avec la rencontre avec un recueil d'un poète de notre temps qui mérite selon mon émotion d'être mieux connu , lu, et c'est si simplement seulement aussi.
Amicales pensées.

Écrit par : Hécate | 15/11/2016

J'aime beaucoup la dernière citation. "Redevenir riche en donnant ", ..
en espérant toutefois que l'autre en fasse parfois autant.. Si tu donnes toujours sans que l'on te fasse un sourire ou un clin d’œil du cœur, je pense que l'idée du partage au bout d'un temps, fout le camp !!..

Écrit par : Sedna | 15/11/2016

@ Daniel, comme je l'ai dit, ceux qui sont trop riches ne sont pas heureux car ils sont gavés.

Écrit par : Ariaga | 15/11/2016

@ Francine, la "sage Ariaga", tu me fais mourir de rire !

Écrit par : Ariaga | 15/11/2016

@ Françoise, oui, chaque journée est un cadeau, chaque fleur est un cadeau, la vie est un cadeau.

Écrit par : Ariaga | 15/11/2016

@ Chinou, oui, il faut aller au plus profond de nos cœurs non seulement pour butiner mais pour faire du miel d'amour. J'aime beaucoup tes dessins.

Écrit par : Ariaga | 15/11/2016

un dominant c'est un don minant et même minable car pour être aimable on peut finir par être, sans paraitre cette fois, exécrable !
S'adonner sans s'adorner c'est oublier l'esthétique au bénéfice d'une pseudo efficacité car la cécité n'est pas loin pour celui obsédé du résultat qui ne s’embarrasse pas de détours et pour qui tous les moyens sont bons
y compris le sent bon de grand mère, mais le parfum ne pare pas la fin de soi et des autres, cette tentative d'avaler le monde en lui faisant avaler des couleuvres , du coup à l’œuvre , au noir ou pas, même sans nigredo on peut prendre une allure de nigaud, de saligaud même !

Écrit par : Thierry | 16/11/2016

Çà fait longtemps que je pense à faire don de mon corps à la science, pas forcément un cadeau quand l'heure arrivera, mais le sens de l'utilité et de l'intérêt, certes pas général, car on ne jette pas les miettes au vent.

Mais se dire sans penser à survivre que quelques uns pourraient au moins, en plus en fait, en profiter, un peu .

Pour ce qui est de faire don de sa personne, de son vivant, on peut être généreux sans être universaliste, mais ça me rappelle un vieux maréchal, héros de Verdun, à qui on n'avait rien demandé mais qui avait décidé, dans son immense générosité paternaliste, de gâter ses compatriotes.

Il est des dons dont on se passe, des dons honnêtes et d'autres impossibles, enfin c'est ce que je crois.

Chaque jour est un don, mais la vie n'est pas donnée, elle est prêtée, et d'ailleurs si l'inflation repart la vie sera de moins en moins donnée.

il faut me part donner si j'ai pris plus que ma part à la discussion.

Écrit par : Thierry | 16/11/2016

inspiration contetenante , nourrissante . Peu , donner l'essentiel
la vie est un don.
le don et le contre don
que j'ai porté jusqu'à l'incandescence ces actes.
Aujourd’hui c'est épaté
et le magma de Young se fait de plus en plus envahissant mais à la truelle nous vainquons les quelques tout prés de comprendre
et d'autres surdité big big grosso
s'ouvrant , il perdrait leur pouvoir de la distance
mais il y belle lurette que nous savons que dedans , y a pas grand chose comme dans la pièce de la « plus forte » de Strinberg.

merci tes mots me passe toujours par le cœur et me fond du bien
dans mes failles
et comme dit l'ami léonard Cohen : « une fissure c'est bien, cela fait parvenir la lumière «
j'ai lu cette phrase il y a quelques jours j’en suis guillerette.
je t'embrasse tendrement et contre mon cœur j’y loge tes mots.

Écrit par : lamangou | 17/11/2016

Donatien a t il un don particulier, donne t il aux siens ou aux chiens ?

Écrit par : Thierry | 17/11/2016

Dont acte, implique le don si on applique la maxime de la l'action , pas une action maximaliste mais spontanée et qui vient souvent du coeur avec pour corolaire l'amour du prochain ou quand les coronaires vous titillent.
Ce qui me touche c'est que ce mot, cet ordre, "donne" est souvent employé avec les jeunes enfants, est ce une manière de leur apprendre le don, sans doute pas, mais ça a un sens et un effet.

Écrit par : Thierry | 18/11/2016

me vient l'image de saint martin de Tours avec le mendiant, lui tendant sa cape.
Pourtant le don est souvent suscité pour ne pas dire forcé, aux arrêts des feux, tous ces pauvres hères dans la froidure nous tendent leur sébile quand ce ne sont pas les laveurs de custodes aux manières rustaudes qui s'incrustent raclette à la main dans des effets moussant.
le rapport au don est étrange, circonstancié et la "Caritas" n'est pas loin.

Écrit par : Thierry | 18/11/2016

@ Hécate, merci, pour moi aussi c'est un coup de cœur.

Écrit par : Ariaga | 19/11/2016

@ Miche, offrir sa gorge au vampire ? Quand on aime...pourquoi pas.

Écrit par : Ariaga | 19/11/2016

@ Lamangou, tu me laisses sans mots ...

Écrit par : Ariaga | 19/11/2016

@ Thierry, tu me semble très inspiré.

Écrit par : Ariaga | 19/11/2016

Oui mais entre la rose et la croix ...je ne choisis pas
c'est simplement que certaines valeurs théologales m'amènent à réfléchir encore plus au don, à l'amour et à l'altérité.
Merci de m'avoir donné l'occasion de m'exprimer, un peu reclus en ce moment et privé d'activités sportives je ne tourne pas en rond , bien au contraire j'avance ...dans la réflexion.

Pour Léonard Cohen, je suis allé à Hydra quand il devait y être mais je ne l'ai pas croisé, ça ne m'aurait, en 1986, assurément pas laissé insensible vu qu'il fut un chantre de ma jeunesse avec ses premiers albums.

en son honneur un texte

Songs of truth and depth

Quand léonard Cohen a écrit dixit « Il y a une faille dans toute chose, c’est par là qu’entre la lumière » j’ai été interloqué comme chaque fois que l’on rencontre une expression symbolique qui rassemble en peu le vrai et le caché, le trouble et l’instantané et qui vous révèle une autre part de vous-même ou que l’application de la formule nous agite et que comme une crème on se plait à détailler sous le superficiel les ramifications.

Ce qui dans notre conscience donnerait relief et substance aux choses serait donc ce qui permettrait de faire pénétrer dans le soubassement , dans l’intime pour lui faire toucher en l’éclairant ces aspérités de chacun qui sont sa marque de fabrique et qui l’identifie trop bien.

Oui nous sommes faits de morceaux agrégés et ces jointures, ces macles, ces stries, ces plans, ces espaces sinuent en nous pendant que s’insinue le doute sur notre nature réelle.

Que ces matériaux divers soient assemblés confine parfois au miracle, nous dépasse et comme un abîme insondable nous ne pouvons profondément creuser et contempler à partir de la surface que lentement, progressivement et couches à couches.

Pas stratigraphes dans cet enchevêtrement compliqué et tellement inextricable, nous voudrions en voir le semblant d’unité mais pour cela il en faut du recul comme face à la mosaïque pour trouver sens aux motifs de ces éclats difformes et de cette palette de couleurs si diverses.

Des failles ce sont des anfractuosités, des lignes qui ouvrent des champs d’exploration et des replis sur soi qui occultent des vérités à peine perceptibles, cachant à la vue ce qui ne peut être exposé de manière permanente.

Des failles c’est susceptible de nous faire défaillir mais ce n’est pas le signe d’une faillite car la structuration des êtres ne répond à aucune logique absolue mais laisse seulement des goûts de regret et des sentiments d’inachevé par le fait de ne pas être allé au bout de soi même, au fond des choses.

De failles en faïences il n’y faut voir de défiance mais seulement une confiance progressive qui rejette loin les marques du doute quand la connaissance donne à voir et à comprendre.

Le côté poly cristallin ne saute pas aux yeux si ce n’est par de légers miroitements, des moirures qui sans l’apanage de parures donnent aux membrures de la nef personnelle cette âme.

Écrit par : Thierry | 19/11/2016

Très heureuse de ton coup de coeur pour ce poéte que je présente. Méziane Aden est aussi le mien. Amicalement chère Ariaga.

Écrit par : Hécate | 19/11/2016

Merci beaucoup pour toutes ces citations qui sont en quelque sorte un don. Bonne soirée.

Écrit par : elisabeth | 20/11/2016

@ Élisabeth, ce ne sont pas des citations mais comme tout a déjà été dit et sera encore dit, tu as peut-être raison.

Écrit par : Ariaga | 20/11/2016

Donner pour recevoir et nous voici riche , combien le comprennent et l'appliquent ? Bonne soirée

Écrit par : arlette | 27/12/2016

Écrire un commentaire