UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bonnes fêtes à tous les amis du Laboratoire | Page d'accueil | C.G.Jung et le savoir qui étrangle »

08/01/2018

Se dissoudre ou brûler

écriture,philosophie,alchimie,pensées,Ariaga,Jung,photo

Les livres fermés, arrivent les pensées qui vont trop loin et ne sont plus les idées auxquelles je suis accrochée comme à de rassurantes bouées.

Je peux m'égarer dans l'incertitude ou me laisser aspirer par la passion de l'Inconnu.

Se dissoudre ou brûler ? Je suis le créateur de mon devenir.

Ariaga

Commentaires

Quelles pensées ? On sent cette incertitude cependant entre plusieurs voies qui se présentent... A-t-on vraiment le choix ? En quoi peut-on être le créateur de son devenir ? Uniquement en s'abandonnant, sans doute, et s'égarer comme se laisser aspirer sont deux manières de s'abandonner. Se dissoudre ou brûler, n'est-ce pas la même chose en définitive ?...

Écrit par : Aloysia | 08/01/2018

@ Aloysia, j'apprécie fort ton commentaire. Je pense en effet que c'est la même chose mais ce n'est pas à moi de le dire c'est à celui qui lit ...

Écrit par : Ariaga | 08/01/2018

Il arrive aux idées de s'émanciper des livres et de vouloir tenter leur chance dans nos âmes bien trop souvent aux aguets!

Écrit par : alezandro | 08/01/2018

Sommes nous libres seulement de nos pensées... Les idées essaient parfois de s'imposer après une lecture. Nous sommes parfois si faibles !

Écrit par : Sedna | 09/01/2018

le livre et moi c'est une conversation d'alter ego, j'écoute et j'écris, tous mes livres sont annotés.
et certains s'en vont comme on se rencontre qu'un ami n'a plus sa raison d'être il n'a pas evolué dans le m^me sens.
Il y a des moments plus que d'autres car la tête trop pleine de scorie du monde n'a plus d'espace livre pour la place de l'autre et ses vibrations.
hier justement j'ai retrouvé le plaisir de lire perdu depuis bien Un mois. et je fus regaillardie et enjouée une belle retrouvailles...
le boulot c'est de ne pas se faire engrosser de conneries à la basique bas la touffe , d'herbe bien sur.
belle année très chére Ariaga
et j'aime tes mots

Écrit par : lamangou | 09/01/2018

L'incertitude permet de progresser car elle ouvre à tous les possibles. Au contraire les certitudes ferment les portes. J'ai toujours pensé qua la vérité était quelque chose de très relatif.

Écrit par : daniel | 09/01/2018

Les pensées profondes, souvent au seuil du réveil, sont par natures libres, volatiles, imprévisibles, parfois effrayantes, et d'un autres monde que les livres, qui, par contre, peuvent les avoir suscitées en profondeur. Mais elles sont essentielles. Et il faut les écouter attentivement, car elles nous murmurent souvent l'essentiel. Bonne Année à tous.

Écrit par : ÉPHÊME | 09/01/2018

Mais il arrive aussi que le livre fermé atténue ensuite d’autres pensées, trop douloureuses…
Mes vœux du meilleur possible à toi et à tous tes amis du Laboratoire.

Écrit par : Louis-Paul | 09/01/2018

@ Alezandro, oui, et alors ils peuvent s'imprimer dangereusement.

Écrit par : Ariaga | 10/01/2018

Meilleurs vœux, Ariaga...
Que 2018 t'amène "dix solutions" (dissolution) et une chaleur de bon aloi (sans brûlure).

Bises.

Écrit par : La Licorne | 10/01/2018

@ Sedna, mais non, nous ne sommes pas faibles. Je viens de lire ta poésie et elle est pleine de forces.

Écrit par : Ariaga | 10/01/2018

@ Daniel, oui, la certitude c'est l'homogénéité et l'homogénéité c'est la mort !

Écrit par : Ariaga | 10/01/2018

@b Lamangou, les retrouvailles avec la lecture après une période désertique c'est la possibilité de plein de cadeaux même si le désert est parfois nécessaire. Belle année à toi aussi.

Écrit par : Ariaga | 10/01/2018

Bonjour amie,
Bonne année. Lumière, joie et santé.
Amicales bises.
Daniel

Écrit par : Daniel | 10/01/2018

Meilleurs voeux, chère Ariaga, ainsi qu'à toi si talentueux Ephême.

Écrit par : Aloysia | 10/01/2018

c'est bien ce que je pense...on a les choix que la vie nous impose !!!!
prends soin de toi et n'ai pas peur de tes pensées !!!!
muchos besos mon amie
tilk

Écrit par : tilk | 10/01/2018

@ Éphême, continue, cher frère, à écouter ce murmure car il te diras l'essentiel ...

Écrit par : Ariaga | 11/01/2018

@ Louis-Paul, c'est certain que le livre est un excellent pansement, ce n'est pas moi qui dirai le contraire !

Écrit par : Ariaga | 11/01/2018

@ La Licorne, merci pour ces vœux si bien "distillés" qui m'ont fait grand plaisir.

Écrit par : Ariaga | 11/01/2018

Je ne suis pas sûre qu'on ait cette toute puissance là. Il faut prendre les livres comme on aborde les êtres humains : en sachant qu'ils ont de belles qualités et qu'ils ont parfois des défauts aussi.
A bientôt.

Écrit par : Bonheur du Jour | 12/01/2018

Hello Ariaga !

Tu poses la question "Se dissoudre ou brûler" ?

Au regard du temps qu'il fait chez moi, des semaines de grosses pluies sans discontinuer, je pense que c'est dissoudre qui va finir par l'emporter.

Bien à toi, chère amie

Écrit par : Miche | 13/01/2018

On a toujours besoin de l'autre pour exister et se construire, de l'autre, des autres à travers leurs mots leurs écrits les actes on ne se façonne pas tout seul, on accueille ce que l'autre nous offre, partage, on fait notre ce qui nous habite, nous parle et nous ressemble au plus près de notre être, et là oui, je pense que nous devenons le créateur de notre devenir.
Accueillir ce que nous offrent les autres sans nous départir de ce que nous sommes au plus profond et nous ouvrir au monde du devenir.
vaste sujet qui mériterait échange et partage de voix à voix pour plus de richesse et de justesse.

merci Ariaga pour ceci et cela
Je t'embrasse

Écrit par : Maria-D | 14/01/2018

et je dirais donc ni se dissoudre, ni brûler, mais exister.

Écrit par : Maria-D | 14/01/2018

Un livre peut ébranler nos certitudes et notre moi. Bonne fin de dimanche Ariaga et bonne soirée.

Écrit par : elisabeth | 14/01/2018

@ Tilk, non je n'ai pas peur de mes pensées mais j'ai peur qu'elles soient polluées, comme l'air !

Écrit par : Ariaga | 14/01/2018

@ Bonheur du Jour, tu es sage, plus que moi ...

Écrit par : Ariaga | 14/01/2018

@ Miche, si ta dissolution est complète, fais moi envoyer un petit flacon ce me sera un souvenir précieux !!!!!!

Écrit par : Ariaga | 14/01/2018

@ Maria-D, ton deuxième commentaire à la densité de ce qui ne s'envole pas, de ce qui existe, comme tu le dis si bien. merci.

Écrit par : Ariaga | 14/01/2018

@ Élisabeth, oui, mais c'est une bonne chose de ne pas rester figé dans les certitudes.

Écrit par : Ariaga | 14/01/2018

Merci de tes bons vœux Ariaga, ils me touchent, je t'offre tous les miens, que la joie du monde t'enchante en cette année nouvelle !
Les pensées doivent rester libres il me semble, elles circulent, elles nous permettent d'éclairer certains domaines, elles disparaissent et d'autres naissent, tout est en perpétuel devenir... Bises et douce journée à toi. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 15/01/2018

@ Plumes d'Anges, en effet, les pensées ne disparaissent pas, elles font partie de la totalité et c'est pourquoi il est si important d'éviter (c'est difficile ! ) les pensées négatives.

Écrit par : Ariaga | 16/01/2018

@Ariaga !!!
Tu m'as bien fait rire !!!
J'y penserai !
Bonne fin de journée à toi

Écrit par : Miche | 18/01/2018

Il y a un livre que je ne ferme jamais, qui me fait vivre, renaître chaque matin ... Il ne me pollue pas le moins du monde et me remet au contraire les idées au clair, il me porte, il me transporte et si je n' y comprends pas tout, avec lui j'irai quand même jusqu'au bout ...

Écrit par : Annick SB | 15/02/2018

Écrire un commentaire